Arena 92

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ou cette section contient des informations sur des bâtiments en cours de construction.

Il se peut que ces informations soient de nature spéculative et que leur teneur change considérablement durant l’avancement des projets.

Arena 92
Généralités
Adresse
Rue des Sorins
Nanterre - La Défense
Construction et ouverture
Début de construction
2 décembre 2013[1]
Construction
36 mois
Ouverture
septembre 2017[2]
Architecte
Coût de construction
353 millions d'euros
Utilisation
Clubs résidents
Propriétaire
Racing Arena[3]
Équipement
Surface
55 543 m²
Capacité
Rugby à XV 32 000
Spectacle 40 000
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris et la petite couronne
voir sur la carte de Paris et la petite couronne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de La Défense
voir sur la carte de La Défense
Red pog.svg

L'Arena 92 est un projet de stade et de salle de spectacle à Nanterre près de Paris, dont l'ouverture est prévue pour septembre 2017[2] Il sera le stade résident du Racing 92[4] qui quittera alors le Stade olympique Yves-du-Manoir situé à Colombes.

Le projet[modifier | modifier le code]

Le maître d'ouvrage est Racing Arena, filiale de la holding Ovalto Investissement créée par Jacky Lorenzetti, EPASA et la ville de Nanterre. Il sera implanté sur les terrains de sports des Bouvets, au pied de l'Arche de la Défense. Bien qu'il soit attendu que 90 % des visiteurs rejoignent le site en transports en commun, le projet comprend un parking de 500 places. En février 2011, l'architecte français Christian de Portzamparc est choisi pour réaliser l'Arena 92.

L'Arena 92 sera une salle modulable et polyvalente capable d'accueillir 32 000 spectateurs en mode stade de rugby et de 10 000 à 40 000 spectateurs en mode concert[5]. Initialement prévue pour avoir un toit rétractable[6], elle sera dotée d'un toit permanent, les rencontres de rugby se jouant sur une pelouse synthétique[7]. Le choix pour le toit est lié à des raison d'acoustique, « Le système d’ouverture et de fermeture n’aurait pas permis une étanchéité suffisante, au niveau décibels, pour respecter la tranquillité des habitants lors d’un concert des Rolling Stones par exemple» selon l'architecte Christian de Portzamparc[7] ». Y seront adjoints des commerces dans l'enceinte du stade, ainsi que 33 000 m2 de bureaux[1]. En configuration spectacle, l'Arena 92 sera la plus grande salle de spectacle de France, très loin devant le Palais omnisports de Paris-Bercy qui contient 20 300 places et l'Arena du Stade Pierre-Mauroy à Lille qui peut accueillir 25 000 personnes en configuration concert. Elle sera équipée de 22 buvettes, cent loges privatives et une partie importante des place seront des sièges business[7].

Le stade sera équipé d'un écran parmi les plus grands du monde, avec une surface de 2 000 m2[7].

Impact sur le quartier[modifier | modifier le code]

Le stade des Bouvets, emplacement du projet en juin 2010

L'affluence en semaine à La Défense est presque calée sur les horaires des travailleurs du quartier. Le quartier étant classé en zone touristique (depuis 2010), les visiteurs sont aussi nombreux le week-end à profiter des vues du quartier et des boutiques majoritairement ouvertes dans le CNIT ou le centre commercial des Quatre Temps. En soirée, l'affluence est réduite, seuls le cinéma UGC Ciné Cité La Défense et les restaurants qui l'entourent étant ouverts. L'Arena 92 va modifier la grille horaire de l'affluence de visiteurs dans le quartier, tout en augmentant le nombre d'emplois, avec les boutiques qu'il contient et la tour de bureaux qui l'accompagne.

Avec un nombre limité de matchs de rugby, la saison de Top 14 offrant treize rencontres à domicile, le club comptant toutefois sur des qualifications pour les phase finales et sur la coupe d'Europe, celle-ci offrant trois rencontres à domicile lors de la première phase poule, l'Arena 92 est conçue pour accueuillir d'autres spectacles, les estimations prévoyant un objectif d'une cinquantaine de spectacles par an, dont vingt utilisant la capacité maximale de 40 000 spectateurs[7].

Enjeux politiques[modifier | modifier le code]

Le projet du stade est défendu par le conseil général des Hauts-de-Seine et par la mairie de Nanterre. Le 29 juin 2010, une première étape administrative a été franchie : le conseil municipal de Nanterre a émis un avis favorable à la reconnaissance d’intérêt général demandée par le préfet des Hauts-de-Seine. Cet avis a été voté par le groupe Communiste et Initiative Citoyenne membre de la majorité municipale et par le groupe d'opposition UMP - UDI. Les autres groupes de la majorité municipale : Socialiste, MRC et Europe Écologie Les Verts ont voté contre.

Depuis octobre 2010, la municipalité organise à nouveau des débats et réunion publique pour présenter le projet. Les socialistes s'opposent toujours au projet et ont lancé une pétition dans la ville pour dénoncer le projet.

Le , le conseil municipal vote la modification du plan local d’urbanisme et le permis de construire. Le début des travaux était prévu en mars 2012 pour une livraison au troisième trimestre 2014.

Mais le projet a du retard : en , le chantier était toujours bloqué par un recours engagé par une association de riverains. Celle-ci craint les nuisances sonores des milliers de spectateurs qui à la sortie des concerts traverseront à pied des zones d'habitation pour regagner les parkings et les gares (SNCF, RER et métro) de La Défense[8].

Le , le Racing Metro officialise le début des travaux avec la première pierre posée en février 2014[1]. En mars 2015, lors d'une visite faite par Jacky Lorenzetti au journal L'Équipe, la date de fin des travaux est annoncée pour décembre 2016, ce qui portera la durée des travaux à 37 mois, depuis leur démarrage en 2013[7]. Le 2 mai 2016, le Racing annonce que le chantier accusera finalement un retard de 9 mois et que l'inauguration est prévue pour le 30 septembre 2017[9].

Accès[modifier | modifier le code]

La Défense, un pôle de transport de premier plan

L'Arena 92 sera située entre deux centres de transport :

La liaison avec le RER E en gares de Nanterre-La Folie et La Défense est envisagée pour 2020.

L'Arena aura aussi un bus la reliant au pont de Sèvres, la ligne 160.

D'un point de vue automobile, l'Arena 92 est située entre les deux principaux périphériques d'Île-de-France que sont le Boulevard périphérique de Paris et l'A86 (super-périphérique parisien), pratiquement au-dessus de l'A14.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Racing-Métro: La construction de l'Arena 92 enfin lancée », sur www.rugbyrama.com, Rugbyrama (consulté le 2 décembre 2013).
  2. a et b « L'Arena 92 sera livrée en septembre 2017 », L'Équipe,‎
  3. « ARENA 92 Chantier en cours » [PDF], sur racing-metro92.com (consulté le 2 décembre 2013).
  4. Florence Hubin, « Top départ pour le grand stade de Nanterre », sur le site du quotidien Le Parisien,‎ (consulté le 18 avril 2011).
  5. Commission nationale du débat public, « Stade Arena à Nanterre », sur le site de la Commission nationale du débat public,‎ (consulté le 18 avril 2011).
  6. r Arnaud Coudry, « L'Arena 92 va redessiner l'ouest de la Défense », sur lefigaro.fr,‎ .
  7. a, b, c, d, e et f Dominique Issarthel, « Les choses à savoir sur l'Arena 92 », sur lequipe.fr,‎ .
  8. « L'Arena toujours bloquée par un recours », sur leparisien.fr,‎ .
  9. « TOP 14 - L'Arena 92 (Racing 92) inaugurée le 30 septembre 2017 », rugbyrama,‎ (consulté le 2 mai 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]