50 Cent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
50 Cent
Description de cette image, également commentée ci-après

50 Cent, sur scène en 2012.

Informations générales
Surnom 50 Cent
Nom de naissance Curtis James Jackson III
Naissance (40 ans)[1]
Queens, New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur, producteur, acteur, compositeur, homme d'affaires
Genre musical Gangsta rap, rap East Coast, dirty rap
Années actives Depuis 1996
Labels Jam Master Jay Records, Columbia (1999–2006), Shady Records, Aftermath, Interscope (2000–2015), G-Unit (depuis 2003), Caroline Records, Capitol (depuis 2010)
Site officiel 50cent.com

50 Cent, né Curtis James Jackson III le [1], est un rappeur, producteur de musique, acteur, compositeur et homme d'affaires américain. Né dans le Queens, Jackson se lance dans la vente de drogues à l'âge de douze ans, puis dans une carrière musicale, période durant laquelle il sera blessé par balle en 2000. Après la publication de sa compilation Guess Who's Back? en 2002, Jackson est découvert par Eminem puis signé par Shady Records, Aftermath Entertainment et Interscope Records.

Avec l'aide d'Eminem et Dr. Dre, qui a produit son premier album dans un label major (Get Rich or Die Tryin'), Jackson devient le rappeur le plus populaire du moment, et participe au collectif de rap East Coast G-Unit (qu'il mène de facto). En 2003, il fonde G-Unit Records, signant ses associés de G-Unit Young Buck, Lloyd Banks et Tony Yayo. Jackson atteint encore le succès avec la publication de son deuxième album, The Massacre, en 2005. Il fait paraître son cinquième album, Animal Ambition, en 2014, et travaille sur un sixième album, Street King Immortal, prévu pour 2015.

Au long de sa carrière, Jackson dénombre plus de 60 millions d'albums vendus à l'international et est récompensé à plusieurs reprises ; il est détenteur d'un Grammy Award, de treize Billboard Music Awards, six World Music Awards, trois American Music Awards et quatre BET Awards[2]. Il est en parallèle acteur, et apparaît dans son film autobiographique Get Rich or Die Tryin' (2005), et d'autres films comme Les Soldats du désert (2006) et La Loi et l'Ordre (2008).

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Jackson est issu du quartier du Queens, à New York, et est élevé dans des conditions précaires par sa mère, Sabrina Jackson, qui lui a donné naissance alors qu'elle n'avait que quinze ans[3]. Elle vend du crack et éduque en parallèle son fils jusqu'à son assassinat en 1988 : elle n'a que vingt-huit ans lorsqu'un inconnu drogue son verre. Inanimée, elle est laissée dans son appartement avec le gaz ouvert, les fenêtres fermées et des pilules d'ecstasy entre les orteils[3],[4]. À cette période, Jackson n'a alors que douze ans. Après la mort de sa mère, Jackson emménage chez ses grands-parents avec huit oncles et tantes ainsi que 45 enfants[5]. Il raconte : « Je me souviens que ma grand-mère m'a dit ; « Ta maman ne rentrera pas, elle ne reviendra pas te reprendre, tu resteras donc avec nous maintenant. » C'est alors que j'ai commencé à traîner dans la rue[6]. »

Il débute la boxe à l'âge de onze ans, et ouvre une salle de gymnase locale pour les jeunes à l'âge de 14 ans. Jackson se rappelle : « Quand je n'étais pas en classe, je passais mon temps en gym ou je vendais du crack »[7]. Au milieu des années 1980, il participe aux Junior Olympics en tant que boxeur dans la catégorie amateur. Son but est de combattre dans le tournoi de boxe des Golden Gloves mais il n'est pas autorisé à participer à la compétition du fait de son jeune âge[8]. Jackson fait le rapprochement entre le rap et la boxe ; « J'avais l'esprit de compétition sur le ring et le hip-hop aussi est une compétition. Je crois que les rappeurs se préparent presque comme des boxeurs, ils ont tous envie de devenir champion[8]. » À 12 ans, Jackson se lance dans la vente de narcotiques[9], part à l'école avec des armes, et cache le bénéfice de ses ventes. Il est finalement appréhendé à cause d'un détecteur de métal au lycée Andrew Jackson. Il avouera plus tard : « J'étais gêné de me faire arrêter comme ça. C'est la pire façon d'être arrêté. Après mon arrestation, j'ai arrêté de me cacher. Je disais ouvertement à ma grand-mère « Je vends de la drogue »[6]. »

Le , Jackson est arrêté pour avoir aidé à vendre quatre ampoules de cocaïne à l'officier de police en civil William Howlett, alors chef du département new-yorkais de la DEA. Il est à nouveau arrêté trois semaines plus tard quand la police fouille son appartement et trouve de l'héroïne, 280 grammes de crack et un pistolet pour starter. Il risque de trois à neuf ans de prison, mais il est finalement condamné à une peine de substitution de sept mois dans un boot camp, un camp de redressement aux méthodes et à la discipline militaires[10]. Il y obtient son GED (General Educational Development), examen de sortie du lycée[11]. Il adopte le surnom de « 50 Cent » en référence à un criminel new-yorkais[12], Kelvin D. Martin, qui a œuvré à Brooklyn dans les années 1980, et dont le surnom était 50 Cent ; « J'ai pris le nom de 50 Cent parce qu'il dit tout ce que je veux dire. Je suis le même genre de personne que 50 Cent. Je trouve de quoi vivre par tous les moyens[13]. »

Débuts artistiques (1998–1999)[modifier | modifier le code]

Jackson se lance dans le rap chez un ami où il utilise un phonographe pour enregistrer sa voix par-dessus des morceaux instrumentaux[14]. En 1996, un ami lui fait rencontrer Jam Master Jay du groupe Run–DMC et dont le label est JMJ Records. Il s'agit de la première fois que 50 Cent entre en studio. Jay lui apprend à tenir un rythme, écrire des refrains, structurer ses chansons et faire un enregistrement[15],[16]. Sa première apparition officielle se fait pour une chanson intitulée React, du groupe Onyx, dans l'album Shut 'Em Down, sorti en 1998. Il reconnaît que Jam Master Jay l'a influencé et aidé à améliorer sa capacité à écrire des refrains[8]. Jay produit également de 50 Cent un album qui n'est hélas jamais sorti de studio[3]. L'association avec Jam Master Jay ne dure que quelques années. En 1999, le label Trackmasters fait signer 50 Cent, qui se prépare dès lors à sortir son premier album, Power of the Dollar, sur Columbia Records. Jackson fondera Hollow Point Entertainment avec l'ancien membre de G-Unit, Bang 'Em Smurf[17].

L'album Power of the Dollar se vend plutôt bien et est largement produit par Trackmasters. Certains morceaux se retrouveront d'ailleurs sur la compilation Guess Who's Back? sortie en 2002. La popularité de Jackson s'accroît significativement après la publication du single underground controversé How to Rob, un single qu'il a écrit en une demi-heure lorsqu'il était en route pour le studio d'enregistrement[12],[18]. Dans ce single, il explique comment il compte faire pour voler des artistes célèbres[18]. Les rappeurs Jay-Z, Kurupt, Sticky Fingaz, Big Pun, DMX, Wyclef Jean et Wu-Tang Clan répondent négativement à ce single[18], et Nas invite Jackson à le rejoindre à sa tournée Nastradamus[19]. Avant la publication de How to Rob accompagné du single Thug Love (avec Destiny's Child), Jackson est touché par balle et hospitalisé[20]. Power of the Dollar est l'album qui aurait dû révéler le rappeur au grand public, s'il n'avait pas été victime d'une fusillade, ce qui lui a valu d'être lâché par sa maison de disques, Columbia Records.

Agression par balle (2000–2001)[modifier | modifier le code]

50 Cent en 2003

Le , Jackson est attaqué par un assaillant (supposément nommé Darryl « Hommo » Baum) près de l'ancienne maison de sa grand-mère[4]. Il entre dans la voiture d'un ami lorsque son assaillant lui tire dessus à neuf reprises avec un pistolet 9mm. Jackson est touché aux mains, aux jambes, à l'épaule, à la joue droite et à la joue gauche[3],[6],[21]. Les séquelles de cette agression incluent la langue percée, la perte d'une dent de sagesse, et une voix devenue légèrement empâtée[19],[6],[22] ; l'ami qui l'accompagnait est également blessé par balle et touché à la main. Ils sont conduits à l'hôpital, là où Jackson sera pris en charge pendant treize jours. Baum, un ami proche et garde du corps de Mike Tyson[23] est tué trois semaines plus tard[24].

Jackson se rappelle de ce moment : « C'est arrivé tellement vite que je n'ai pas pu riposter... j'ai eu peur du début à la fin... je regardais dans le rétroviseur en me disant, 'putain, quelqu'un m'a tiré dans la tronche ! ça brûle, ça brûle, ça brûle !!'[6]. » Dans son autobiographie, From Pieces to Weight: Once upon a Time in Southside Queens, il explique : « après m'être fait tiré dessus à neuf reprises à bout portant et avoir survécu, j'ai tout de suite pensé que mon heure n'était pas encore arrivé[25]... » Aidé d'un déambulateur pendant six semaines, Jackson parvient à guérir complètement en cinq mois. Après son départ de l'hôpital, il reste à Poconos avec sa petite amie et son fils[3],[6],[26].

À l'hôpital, Jackson signe un contrat avec Columbia Records avant de se faire jeter par le label et bannir de l'industrie musicale pour son single Ghetto Qu'ran. Dans l'impossibilité d'enregistrer dans un studio aux États-Unis, il part pour le Canada[27],[28]. Avec son partenaire Sha Money XL, Jackson enregistre trente chansons sur mixtapes afin de se construire une réputation. Dans une entrevue avec HitQuarters, Marc Labelle de Shady Records explique que Jackson a tourné le circuit de la mixtape à son avantage[29].

Ascension artistique (2002–2006)[modifier | modifier le code]

50 Cent en 2006.

En 2002, Eminem découvre l'album Guess Who's Back? de Jackson, donné par son avocat qui travaille avec le manager d'Eminem, Paul Rosenberg[20]. Impressionné, Eminem invite Jackson à Los Angeles et le présente à Dr. Dre[3],[15],[20]. Après avoir signé un contrat d'un million de dollars[15], Jackson publie No Mercy, No Fear. La mixtape présente une nouvelle chanson, Wanksta, apparu dans la bande originale du film 8 Mile d'Eminem. Jackson publie son premier album, Get Rich or Die Tryin' (décrit par AllMusic comme « probablement le premier album le plus hyped publié par un rappeur depuis une décennie »), en février 2003[30]. Il atteint la première place du Billboard 200, avec 872 000 exemplaires vendus en seulement quatre jours[31]. Le single principal In da Club devient la chanson la plus écoutée à la radio en une semaine selon Billboard[32].

Interscope attribue à Jackson son propre label, G-Unit Records, en 2003[33]. Il signe Lloyd Banks, Tony Yayo et Young Buck comme membres de G-Unit. Après le succès de Get Rich or Die Tryin', 50 Cent s’associe avec DJ Whoo Kid et crée, en mars 2003, la G-Unit Radio, une chaîne de radio dans laquelle les futurs membres de G-Unit Records livreront des interviews et des freestyles exclusifs. Il reçoivent des invités comme The Game, Mobb Deep ou encore Freeway. Au tout début, la G-Unit Radio n'a pas le succès que 50 Cent attendait, c'est alors qu'il décide de réunir tous les morceaux inédit diffusés jusqu'ici sur la chaîne dans une mixtape gratuite intitulée G-Unit Radio : Smoking Day en avril 2003. À partir de ce moment, la G-Unit Radio va connaitre un succès plus grand et toucher un public plus large. Pour ne pas perdre leurs auditeurs, DJ Whoo Kid et la G-Unit continuent à publier des mixtapes gratuites tous les deux mois. Au total, 25 mixtapes gratuites de la G-Unit Radio sortiront entre 2003 et 2007.

En novembre 2004, The Game et 50 Cent enregistrent le morceau How We Do, produit par Dr. Dre, qui est un succès commercial dans le monde entier. Il enregistrent par la suite plusieurs titres ensemble, tel que Hate it or Love it, qui sont eux aussi des succès. Cela permet à The Game de devenir un membre de la G-Unit. En mars 2005, le deuxième album de Jackson, The Massacre, se vend à 1,4 millions d'exemplaires en quatre jours[31] et atteint la première place du Billboard 200 pendant six semaines[34]. Jackson signe par la suite Olivia et Mobb Deep à G-Unit Records, puis encore plus tard Spider Loc, M.O.P., 40 Glocc et Young Hot Rod[35],[36]. Jackson exprime son intérêt de travailler avec d'autres rappeurs autres que ceux de G-Unit, comme Lil' Scrappy de BME Recordings, LL Cool J de Def Jam, Mase de Bad Boy et Freeway de Roc-A-Fella[37]. En janvier 2005, 50 Cent produit son propre jeu vidéo : 50 Cent: Bulletproof. Dedans, le joueur incarne le rappeur en personne et a pour but de retrouver le tueur qui a tenté de l'assassiner. Le jeu est développé par Genuine Games durant l'année 2005 et sort en novembre 2005 sur Playstation 2 et XBox. 50 Cent: Bulletproof n'a pas vraiment de grand succès avec seulement 43% d'avis positifs.

Pause musicale (2007–2010)[modifier | modifier le code]

50 Cent en concert

Jackson se fait de moins en moins présent sur la scène musicale à partir de 2004. Durant cette période, 50 Cent crée sa ligne de vêtements, qui porte le nom de son groupe, G-Unit Clothing, enchaîne des contrats avec Reebok et d'autres marques et ouvre son propre label de production, G-Unit Records. En 2006 sort le film autobiographique. Le titre est le nom de son premier album sous Shady/Aftermath, Get Rich or Die Tryin. Malgré un certain succès public, ce film se trouve durant de nombreuses semaines dans le top 50 des plus mauvais films notés sur le site IMDB[réf. nécessaire]. Il fait un autre film, Home of the Brave, dont les critiques sont plutôt positives.

En 2006, une grande dispute éclate au sein du groupe G-Unit entre The Game et 50 Cent en raison d'un désaccord. En effet ce dernier trouve que les rappeurs Nas et Jay-Z n'ont aucun talent et qu'ils ne méritent pas la notoriété qu'ils possèdent. The Game en revanche trouve que ces deux rappeurs, en particulier Nas, méritent pleinement la reconnaissance qu'ils ont. S'en suivent plusieurs altercations pas particulièrement violentes. Finalement The Game quitte la G-Unit. Chacun des deux rappeur continuent pourtants a diffusser des titre provocateur envers l'autre comme 50 Cent avec les morceau Emotional ou Not Rich Still Lying ou The Game avec la mixtape Stop Snitchin' Stop Lyin'. Les clashs continueront juqu'en 2010. En 2006, Jackson tourne une publicité pour Vitaminwater, une boisson vitaminée, et se sert de son salaire pour acheter des parts de la société (10 %). Cette même société est rachetée en 2007 par Coca-Cola pour la somme de 4 milliards de dollars, 50 Cent aurait alors réalisé un gain d'environ 100 millions de dollars après impôts[38],[39].

Le 11 septembre 2007, 50 Cent sort son troisième album studio intitulé Curtis. L'album contient des productions de Dr. Dre, d'EminemTimbaland et plusieurs autres producteurs. 50 Cent invite également divers artistes comme AkonJustin TimberlakeNicole Scherzinger, ainsi que d'autres musiciens notables. La presse spécialisée note que le rappeur avait divisé son album entre des chansons « dures » et « douces ». Curtis connait un succès commercial significatif, vendant 691 000 exemplaires dès sa première semaine de sortie[réf. nécessaire]. La concurrence de vente d'album avec Graduation de Kanye West est considéré comme « un grand jour pour le hip-hop. » L'album, classé deuxième au Billboard 200, aux Top R&B/Hip-Hop Albums et aux Top Internet Albums, est certifié disque de platine avec plus d'un million d'exemplaires vendus aux États-Unis[réf. nécessaire]. En septembre 2007, 50 Cent décide de mettre un terme a la G-Unit Radio. En effet, la chaîne fait de moins en moins d'audiences et les auditeurs reproche a la G-Unit de ne jamais être présente durant des émissions en direct ou sur la chaîne en général. 50 Cent publie donc une dernière mixtape gratuite : G-Unit Radio 25 : Sabrina's Baby Boy , avant que DJ Whoo Kid reprenne pleinement la direction de la G-Unit Radio qu'il rebaptise Whoolywood.

En mai 2008, 50 Cent publie un album promotionnel intitulé Body Snatchers en collaboration avec la G-Unit, bien noté mais sans réel succès. En août 2008, le magazine Forbes estime qu'il a gagné en un an 150 millions de dollars, le plaçant ainsi en tête du classement des gains annuels dans l'industrie de la musique, devant le rappeur Jay-Z[40].En février 2009, 50 Cent sort un deuxième jeu vidéo : 50 Cent: Blood on The Sand, développé par Swordfish Studios puis édité par THQ. Le Jeu sort sur Playstation 3 et XBox 360 et a beaucoup plus de succès que le premier. En novembre 2009, 50 Cent publie son quatrième album sous le label Aftermath intitulé Before I Self Destruct (le dernier de son contrat actuel avec sa maison de disques), après quasiment un an d'attente. Son premier single Baby By Me en featuring avec Ne-Yo entre directement à la 31e place du Billboard Hot 100. Le vidéofilm Before I Self Destruct, écrit et mis en scène par le rappeur, est publié lui aussi fin 2009. De plus, il coécrit un ouvrage avec l'écrivain Robert Greene, The 50th Law. Courant 2010, il apparait dans de nombreuses collaborations avec plusieurs artistes tels que Jeremih, Soulja Boy, Bobby Valentino ou encore Mann. Il chante également avec Michael Jackson sur l'album posthume de ce dernier sur le titre Monster.

Départ d'Interscope (2011–2013)[modifier | modifier le code]

Val Kilmer et 50 Cent.

En début d'année 2011, Jackson annonce l'arrivée dans le marché d'un nouveau casque, Street by 50 Cent. Il fait alors plusieurs freestyles pour promouvoir ce projet, mais après deux mois Sleek annule la sortie de son casque car ceux-ci se préoccupaient plus des écouteurs que des casques sans fil. Les écouteurs, qui ciblent les sportifs avant tout, intégreront des capteurs biométriques pour surveiller l'activité du corps humain durant l'effort[41]. Il prépare ensuite son nouvel album annoncé pour novembre 2011, et travaille avec David Guetta sur Bullshit and Party[42] pour le prochain album de ce dernier programmé pour le 29 août 2011. Jackson publie son premier single extrait de son album, le 17 juin, Outlaw, disponible sur iTunes le 27 juillet, puis son second single I'm on It, avant l'annulation de l'album par son label Interscope Records. Il annule la sortie du single Psycho de l'album de Dr.Dre Detox. Le samedi 20 août, il sort le remix de Dev In The Dark. 50 Cent annonce une grande tournée à la fin de l'année baptisée G-Unit Tour 2012 avec Lloyd Banks, Tony Yayo, Cashis, Mobb Deep, Jadakiss, Akon avec l'apparition de Eminem, Obie Trice, Stat Quo, M.O.P. et DMX[réf. nécessaire].

Jackson créée sa propre boisson, Street King, dont une part des bénéfices serviront à nourrir des enfants africains. Son souhait est de nourrir plus de deux millions d'enfants. 50 Cent annonce dans une interview que son album sortira en novembre. Le 22 septembre 2011, 50 Cent sort le single Street King Energy Track #7 puis le 28 septembre 2011 sort la musique The Enforcer pour la bande originale du film Reel Steel ainsi que Love Hate Love, une diss track contre Lil Wayne et Game. Une mixtape Street King Energy est prévue prochainement. Le 1er octobre, il sort un nouveau morceau de Street King Energy intitulé Non Stop, accompagné de la track #8 puis le 4 octobre met en ligne le neuvième titre Shady Murder. Le 10 octobre, il dévoile la onzième chanson de Street King Energy, intitulée 50's my favorite. 50 Cent annonce également sur les réseaux sociaux être en studio avec Eminem, probablement pour son nouvel opus prévu pour novembre 2012. Le 10 octobre 2012, il signe la chanteuse Lea au label G-Note. Le 26 octobre 2012 il sort le remix du morceau Hot Girl avec un chanteur de G-Note, Hot Rod. Le 1er novembre, il publie le remix avec Uncle Murda, Mariah Carey, Young Jeezy intitulé Warning. Il annonce dans son nouveau magazine la sortie de son album en janvier 2012. Le 19 novembre 2012, il publie un nouveau freestyle What Up Gangsta Part 2[réf. nécessaire].

Un nouvel EP intitulé The Big 10 est publié le 9 décembre 2011 pour fêter les 10 ans de sa mixtape 50 Cent Is the Future, un premier morceau est disponible le 28 novembre 2011, il s'agit de Stop Crying. Un premier clip est disponible le 9 décembre 2011, on y voit Paris, nouvelle recrue du G-Unit et 50 Cent dans le clip Queens, NY puis le 14 de ce même mois, il met en ligne I Just Wanna avec Tony Yayo. Le 15 décembre 2011, il met en ligne le clip Wait Until Tonight puis celui de Off And On, le 17 décembre 2011. Il annonce que Chris Brown sera dans son nouvel album sur le titre Lighters. Les 25 et 26 décembre 2011, il met en ligne le clip de They Burn Me ainsi que celui du remix Up avec Loverance. Il sort le clip Put Your Hands Up. Le 2 janvier 2012, il sort le morceau Girls Go Wild avec Jeremih et sort un remix Up avec Young Jeezy & T.I. 50 Cent a des problèmes avec son label Interscope : il ne peut faire la promotion de son nouveau morceau avec Jeremih. Le jeudi 9 février 2012, 50 Cent organise un voyage au Kenya et en Somalie pour rendre visite à la population locale[pourquoi ?][réf. nécessaire]. Le 15 février 2012, il publie le clip Shooting Guns avec Kidd Kidd extrait de sa mixtape The Big 10, puis le clip de N****s Be Schemin le 16 mai 2012, en collaboration avec Kidd Kidd, extrait de cette même mixtape. En juin 2012, 50 Cent sort également les mixtape 5 (Murder by Numbers) et The Lost Tape qui sont très bien notées pour de simples mixtapes promotionnelles. Il annonce un album pour le 13 novembre 2012 intitulé Street King Immortal. La date de sortie de l'album est finalement repoussée, mais pas précisée, par le rappeur américain. My Life avec Adam Levine et Eminem publie cependant comme troisième single de cet album. En début 2013, 50 Cent et la G-Unit partent en tournée mondiale.

Retour (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

Le 5 juin 2014, 50 Cent publie son cinquième album solo intitulé Animal Ambition. Malgré une campagne publicitaire importante, l'album ne s'écoule qu'à 40 188 exemplaires, ce qui le place à la sixième place dans les ventes de la semaine derrière de gros vendeurs comme Coldplay ou la chanteuse de country Miranda Lambert[réf. nécessaire]. En effet, le rappeur a un buzz beaucoup moins conséquent qu'a ses début. Depuis son retour, ses fans lui reprochent d'écrire des textes de plus en plus faciles et des rimes de plus en plus pauvres et de s'éloigner du style gangsta rap. 50 Cent se défend contre ces propos dans une interview qu'il livre en 2012, dans laquelle il dit qu'aujourd'hui, tous ces morceaux « old school » ne rapporteraient plus grand chose : « Il faut arrêter de vivre dans le passé, si j'avais continué a faire le même genre de musique qu'en 2003, 2004, je serais foutu. Il y a un moment ou il faut bouffer »[43]

Depuis le début de l'année 2013, 50 Cent part en tournée avec la G-Unit, et donne des petits concerts aux États-Unis. Depuis la sortie de son album Animal Ambition, 50 Cent ne travaille plus qu'avec la G-Unit, et se consacre moins sur sa carrière solo. Le 15 août 2015, néanmoins, 50 Cent dévoile sont nouveau single 9 Shots, ainsi que le clip. Dans ce morceau, 50 Cent revient sur l'agression dont il est victime en 2000 (comme il avait déjà fait dans les titres Many Mens et Hustler Ambitions) tout en abordant un style "old school" que ce soit dans l'instrumentale ou dans les paroles. Le morceau a beaucoup plus de succès que ceux présent sur Animal Ambition.

Relations sociales[modifier | modifier le code]

Jackson entretient des rapports conflictuels avec d'autres rappeurs américains dont Jadakiss, Ja Rule, Fat Joe, Nas, Sheek Louch et Styles P.. Il n'hésite pas à les provoquer et à les critiquer dans des morceaux comme dans Piggy Bank, de l'album The Massacre (2005). En juin 2008, Jackson est au centre d'une polémique lancée par son ex-compagne Shaniqua Tompkins, qui l'accuse d'avoir mis le feu à son domicile alors qu'elle se trouvait à l'intérieur avec leur fils Marquise. L'intéressé a démenti en affirmant qu'il était en Louisiane au moment des faits.

En 2013, 50 Cent est accusé par son ex-compagne Daphne Joy (avec qui il a un enfant) de violence conjugale et de vandalisme à la suite des événements du 23 juin[44]. Le 5 août 2013, 50 Cent plaide non coupable des charges retenues contre lui devant un tribunal du comté de Los Angeles ; il a une inculpation pour violence conjugale et quatre inculpations pour vandalisme. S'il est reconnu coupable des cinq chefs d'accusation, il pourrait être confronté à une peine de cinq ans d'emprisonnement et 46 000 dollars d'amende. L'actrice-mannequin Daphne Joy accuse 50 Cent de lui avoir donné des coups de pied et d'avoir saccagé leur chambre durant une dispute[45].

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de 50 Cent.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

La voix de 50 Cent est présente dans le jeu de guerre Call of Duty : Modern Warfare 2.

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Et aussi

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « From the cradle to the grave (nearly) », sur guardian.co.uk,‎ (consulté le 20 juin 2010).
  2. « Five Reasons Before I Self Destruct Flopped », Vibe,‎ (consulté le 30 novembre 2011).
  3. a, b, c, d, e et f (en) Toure, « The Life of a Hunted Man », sur Rolling Stone,‎ (consulté le 15 juillet 2015).
  4. a et b (en) Allison Samuels, « The Flip Side of 50 Cent », sur MSNBC,‎ (consulté le 15 juillet 2015).
  5. (en) Jeff Otto, « Interview: 50 Cent », sur IGN Australie,‎ (consulté le 20 janvier 2012).
  6. a, b, c, d, e et f (en) Shaheem Reid, « 50 Cent: Money To Burn », sur MTV,‎ (consulté le 20 janvier 2012).
  7. (en) Weiner, Jonah, « 33 Things You Should Know About 50 Cent », sur Blender,‎ (consulté le 30 septembre 2007).
  8. a, b et c (en) Shaheem Reid, « All Eyes on 50 Cent: The Sequel », sur MTV,‎ (consulté le 25 juin 2010).
  9. (en) « The Phenomenon '50 Cent' Revealed », sur Female First,‎ 1er février 2006 (consulté le 21 mai 2008).
  10. (en) « The Smoking Gun: 50 Cent », sur The Smoking Gun,‎ (consulté le 21 mai 2008).
  11. (en) « 50 Cent Interview On Howard Stern Show », sur Rap News Network,‎ (consulté le 25 juin 2009).
  12. a et b (en) « Interview w/ 50 Cent », sur AOL Music,‎ 1er août 2003 (consulté le 25 juin 2009).
  13. (en) Stuff Magazine, « Get Rich or Die Trying », sur Tone Boots,‎ (consulté le 25 juin 2009).
  14. La Méthode Cauet (2006). TF1.
  15. a, b et c (en) Ian Youngs, « 50 Cent: The $1m rapper », sur BBC News,‎ (consulté le 25 juin 2009).
  16. (en) Tarek, Shams, « Jamaica's 'Own Bad Guy' 50 Cent Making Good in the Music Biz », sur Queens Press,‎ (consulté le 25 juin 2009).
  17. (en) Williams, Houston, « Bang'em Smurf: Life after G-Unit », sur AllHipHop,‎ (consulté le 20 juillet 2007).
  18. a, b et c (en) 50 Cent, « From Pieces to Weight Part 5 », sur MTV (consulté le 27 mai 2007).
  19. a et b (en) Reid, Shaheem (7 novembre 2005). 50 Cent: Return to Southside. MTV, consulté le 27 mai 2007.
  20. a, b et c (en) Ninja, « 50 Cent Interview », sur Dubcnn,‎ (consulté le 22 mai 2007).
  21. (en) Tyrangirl, Josh, « Rap's Newest Target »,‎ (consulté le 22 mai 2007).
  22. (en) Get Rich or Die Tryin': The Movie (2003) (DVD documentaire). Interscope Records.
  23. (en) Stefanie Cohen, « Tyson In Hit Bid: Witness - New York Post », Nypost.com,‎ (consulté le 8 septembre 2010).
  24. (en) Chery, Carl, « 50 Cent Shot by "Hommo" Reveals Tell-All Book », sur SOHH,‎ (consulté le 22 mai 2007).
  25. (en) « Billboard biography », Billboard (consulté le 8 septembre 2010).
  26. (en) Jenkins, Sacha, « I Was There », sur XXL,‎ (consulté le 31 juillet 2007).
  27. (en) Mace, Francis, « Surveilling 50 Cent », sur The Smoking Gun,‎ (consulté le 22 mai 2007).
  28. (en) Weiner, Jonah, « Dear Superstar: 50 Cent », sur Blender,‎ (consulté le 22 mai 2007).
  29. (en) « Interview With Marc Labelle », HitQuarters,‎ (consulté le 21 juin 2010).
  30. (en) Birchmeier, Jason, « Get Rich or Die Tryin' Review », sur AllMusic (consulté le 27 mai 2007).
  31. a et b (en) Gundersen, Edna, « Massacre sales top one million », sur USA Today,‎ (consulté le 27 mai 2007).
  32. (en) « Timeline », sur Rock on the Net (consulté le 27 mai 2007).
  33. (en) Winston, Dallas, « G-Unit Records Signs with Interscope », sur AllHipHop,‎ (consulté le 20 juillet 2007).
  34. (en) Whitmire, Margo, « Massacre Extends Chart Lead to 6th Week », sur Billboard,‎ (consulté le 20 juillet 2007).
  35. (en) Reid, Shaheem, « 50 and Mase: The Pastor Isn't Officially G-Unit Yet, But a Song Is Already out », sur MTV,‎ (consulté le 7 mai 2007).
  36. (en) Chery, Carl, « Pulse Report: M.O.P. Signs to G-Unit », sur SOHH,‎ (consulté le 7 mai 2007).
  37. (en) Black, Bea, « Roc-A-Fella Rapper Freeway Collaborating with G-Unit for New Album », sur AllHipHop,‎ (consulté le 22 juillet 2007).
  38. (en) « Forbes And 50 Cent 'Get Money' », sur Forbes,‎ (consulté le 18 septembre 2007).
  39. (en) « Coca Cola buys 50 Cent's Vitamin water, 50 pushes album back », sur Defsounds,‎ (consulté le 18 septembre 2007).
  40. (en) Zack O'Malley, « Hip-Hop's Cash Kings 2008 »,‎ (consulté le 18 septembre 2009).
  41. « Le rappeur 50 Cent va lancer ses propres écouteurs audio », sur Challenges,‎ (consulté le 2 septembre 2014).
  42. « Audio // 50 Cent x David Guetta – Bullshit Party », sur Da Vibe,‎ (consulté le 15 juillet 2015).
  43. Booska-p, « 50 Cent Interview Sms Audio Part 1 de 50 Cent », sur Booska-p (consulté le 27 août 2015)
  44. « Justice - Le rappeur 50 Cent risque cinq ans de prison », MSN CA Divertissement, 4 juillet 2013.
  45. (en) Alan Duke, « 50 Cent pleads not guilty in domestic violence case », CNN, 6 août 2013
  46. « Comédiens ayant doublé 50 Cent en France » sur RS Doublage, consulté le 7 février 2014
  47. « La Loi et l'Ordre, doublage », sur allodoublage.com (consulté le 22 mai 2010).
  48. « Twelve, fiche doublage », sur alterego75.fr (consulté le 22 mai 2010).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :