Busta Rhymes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Busta Rhymes
Description de cette image, également commentée ci-après

Busta Rhymes sur scène en 2006.

Informations générales
Nom de naissance Trevor Tahiemen Smith, Jr., Trevor Tahiemen Smith, Jnr.
Naissance (43 ans)
Brooklyn, New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur, producteur, compositeur, acteur
Genre musical Hip-hop, rap East Coast, rap hardcore
Instruments Voix
Années actives Depuis 1991
Labels Elektra Records, J Records, Flipmode Records, Aftermath/Interscope, Motown/Universal, Cash Money Records
Site officiel bustarhymes.com

Busta Rhymes, de son vrai nom Trevor Tahiemen Smith, Jr., né le à Brooklyn, New York, est un rappeur, producteur, et acteur américain. Chuck D du groupe Public Enemy lui attribue le nom de Busta Rhymes, en s'inspirant du receveur de la NFL, George « Buster » Rhymes. Au début de sa carrière, il est connu pour son mode vestimentaire, puis mieux connu actuellement pour sa technique de rap ou pour ses nombreuses nominations aux Grammy Awards.

About.com classe l'artiste dans sa liste des « 50 meilleurs rappeurs de notre temps » (1987–2007)[1], et Steve Huey d'AllMusic le considère comme l'un des rappeurs les plus importants des années 1990[2]. En 2012, le magazine The Source le classe dans son top 50 des meilleurs paroliers de tous les temps[3]. MTV le considère comme l'« un des plus grands visionnaires du hip-hop[4]. »

Busta Rhymes est à la fois membre des Leaders of the New School et membre fondateur du label Conglomerate (autrefois appelé Flipmode Entertainment) et de l'équipe de production The Conglomerate (anciennement Flipmode Squad). En novembre 2011, Busta Rhymes signe un contrat avec Cash Money Records. Il compte au total huit albums, le premier étant intitulé The Coming, publié en 1996, et certifié à de multiples reprises disque de platine. Ses singles à succès incluent notamment Woo Hah!! Got You All in Check, Dangerous, Turn It Up (Remix)/Fire It Up, Gimme Some More, What's It Gonna Be?!, Pass the Courvoisier, Part II, I Know What You Want et Touch It. En 2012, il prévoit la publication de l'album E.L.E.2 (Extinction Level Event 2), une suite de son album E.L.E. (Extinction Level Event): The Final World Front.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts[modifier | modifier le code]

Trevor Tahiem Smith, Jr. est né le dans le quartier de Brooklyn, à New York. Il est le fils de Geraldine Green et Trevor Smith, tous les deux originaires de Jamaïque[5],[6]. À 12 ans, il emménage avec sa famille à Uniondale, Long Island[7], puis en Angleterre alternant entre Liverpool et Morecambe[8] avant ses études à l'Uniondale High School, d'où il est diplômé en 1990[9]. Smith étudie à la George Westinghouse Career and Technical Education High School, aux côtés de Jay-Z, DMX et The Notorious B.I.G.[10],[11],[12].

Leaders of the New School et popularisation (1989–1993)[modifier | modifier le code]

En 1989, Smith, aux côtés des rappeurs originaires de Long Island Charlie Brown (né Bryan Higgins), Dinco D (né James Jackson) et Cut Monitor Milo (né Sheldon Scott), forment le groupe de rap East Coast appelé Leaders of the New School (LONS). Le groupe est mieux aperçu lorsqu'il joue aux côtés de Public Enemy. Chuck D de Public Enemy à Busta Rhymes et Charlie Brown leurs noms de scène respectifs[5]. Leaders of the New School[13] se lance dans les enregistrements en fin 1989 et publie leur premier album A Future Without a Past... en 1991 au label Elektra Records. En début 1992, le groupe participe au posse cut Scenario du groupe A Tribe Called Quest, dans lequel le verset de Busta Rhymes le propulse dans la conscience culturelle[14]. En 1993, ils publient T.I.M.E. (The Inner Mind's Eye). Peu après, cependant, des tensions surviennent à cause de la montée en popularité de Busta Rhymes, ce qui mène à la séparation du groupe lors des Yo! MTV Raps.

En été 1992, Rhymes participe aux chansons de nombreux rappeurs et groupes comme Big Daddy Kane, Another Bad Creation, The Notorious B.I.G., Brand Nubian, A Tribe Called Quest, KRS-One, et à des interludes sur le premier album de Mary J. Blige, What's the 411? et au deuxième album du groupe TLC, CrazySexyCool. Il participe également à la couverture de l'album Midnight Marauders du groupe A Tribe Called Quest. En début 1993, il joue dans Who's the Man? aux côtés de ses anciens partenaires de LONS. Cette même année, il participe au film Strapped diffusé sur la chaîne HBO aux côtés de Fredro et Bokeem Woodbine, ainsi que dans le film Higher Learning aux côtés d'Ice Cube et Omar Epps. En fin 1994, après sa participation à la chanson Oh My God du groupe A Tribe Called Quest, il s'associe avec Puff Daddy, LL Cool J, Rampage et son ancien camarade de classe The Notorious B.I.G., sur un remix du titre Flava In Ya Ear de Craig Mack. Pendant ce temps, Rhymes s'engage dans une battle mémorable contre le futur Ol' Dirty Bastard. Rhymes travaillera aussi avec Diddy, Notorious B.I.G., The LOX, Fugees, Mary J. Blige, Foxy Brown, Mase, Jay-Z, Michael Jackson, DMX, Lil' Kim et Snoop Dogg pour plusieurs chansons qui ne seront jamais publiées.

Premiers albums (1995–1999)[modifier | modifier le code]

En été 1995, Busta Rhymes se lance dans son premier album The Coming, qu'il publie le [15] et atteint la 6e place du Billboard 200[16]. Un mois avant la publication de l'album, il sort le single à succès Woo Hah!! Got You All in Check. L'album suivant, When Disaster Strikes..., publié le comprend les singles Put Your Hands Where My Eyes Could See et Dangerous[17]. Cet album atteint la troisième place du Billboard 200[18].

En 1998, Busta Rhymes publie The Imperial avec le groupe Flipmode Squad, qui compte, outre Busta, Rah Digga, Rampage, Lord Have Mercy, Spliff Star et Baby Sham. La même année, il enregistre et publie son nouvel album Extinction Level Event (Final World Front) le [19]. Le single Gimme Some More — qui reprend le thème du film Psycho — atteint la 46e place Rhythmic Top 40[20]. L'album, qui atteint la 12e place du Billboard 200[20], est remarqué pour son rap rapide, en particulier sur la chanson Iz They Wildin Wit Us? avec Mystikal[5]. Busta Rhymes publie ensuite, le [19], l'album Extinction Level Event: The Final World Front inspiré du film catastrophe Deep Impact. Les singles Gimme Some More et What's It Gonna Be, avec Janet Jackson, en sont les principaux titres.

Anarchy, Genesis, et It Ain't Safe No More (1999–2004)[modifier | modifier le code]

Busta Rhymes en 2002.

En 2000 sort Anarchy, son quatrième album solo. L'album ne rencontre pas un énorme succès. Par ailleurs, Busta Rhymes quitte Elektra Records pour J Records.

En 2001, il sort un nouvel album intitulé Genesis. Le succès rencontré est à la hauteur de son tube, Break Ya Neck, dont la rapidité du flow est remarquable. Genesis contient aussi Shut Em Down 2002, produit par Pete Rock, et Pass the Courvoisier, et est produit par des noms de renommée mondiale comme Dr. Dre, The Neptunes ou encore J Dilla.

En 2002, Busta Rhymes sort son sixième album It Ain't Safe No More. Le premier single extrait, Make It Clap, rencontre un immense succès, surtout après un remix avec Sean Paul. Le second, I Know What You Want avec Mariah Carey, est lui aussi très populaire.

En 2004, il prête sa voix dans le jeu vidéo Def Jam: Fight for NY à son personnage, Magic.

The Big Bang et Back on My B.S. (2006–2009)[modifier | modifier le code]

Pour son album suivant, Busta Rhymes signe sur le label de Dr. Dre, Aftermath Entertainment. Le sort donc The Big Bang dont les premiers singles sont Touch It (et son remix avec maints invités : Lloyd Banks, DMX, Rah Digga, Papoose, Mary J. Blige, Hebo, Missy Elliott, Method Man, Jay-Z et Nas) et I Love My Bitch (I Love My Chick pour les ondes américaines) avec Will.i.am et Kelis. Le clip reprend le concept du film Mr. et Mrs. Smith avec Gabrielle Union qui reprend ici le rôle tenu par Angelina Jolie.

En , il sort, avec le DJ Mick Boogie, une mixtape en hommage au producteur décédé en février 2006, J Dilla. La mixtape, intitulée Dillagence, est composée de morceaux enregistrés sur des instrumentales produites par Dilla mais que Busta n'avait jamais utilisées. J Dilla avait collaboré avec Busta Rhymes dès les débuts en solo de ce dernier et remixant son tube Woo-Hah! Got You All in Check en 1996 et en participant ensuite à tous ses albums.

En 2008, Bus-A-Bus devait sortir son huitième opus solo. Au départ intitulé Before Hell Freezes Over However puis Blessed, il s'intitule finalement Back on My B.S.. L'album, repoussé de nombreuses fois, sort finalement en . Le premier single est Arab Money produit par et avec Ron Browz. La sortie de l'album avait été contrariée par le changement de label du rappeur : en septembre 2008, il avait quitté Aftermath/Interscope après une brouille avec Jimmy Iovine avant de rejoindre le célèbre label de soul, Motown, filiale d'Universal Music Group[21].

Cash Money, mixtapes et albums (depuis 2010)[modifier | modifier le code]

Busta Rhymes sur scène en 2015.

En septembre 2009, Busta Rhymes annonce un neuvième album aux côtés de Boi-1da, intitulé The Chemo[22]. À cette période, il annonce l'avoir terminé à 80 %[23]. En mai 2010, Busta Rhymes change le titre de son album de The Chemo pour Extinction Level Event 2, faisant de l'album une suite de l'album Extinction Level Event (Final World Front)[24].

Lors d'un entretien le 6 août 2010 avec Conspiracy Worldwide Radio, le producteur DJ Premier annonce avoir envoyé huit beats à Busta Rhymes, que ce dernier ne souhait pas utiliser[25]. En 2011, Rhymes enregistre la chanson Look at Me Now avec Chris Brown et Lil Wayne pour le quatrième album de Brown, F.A.M.E.. Le 1er mai 2011 Rhymes participe au lancement du show américain Big Brother Africa 6: Amplified. En 2011, Busta Rhymes joue au Gathering of the Juggalos[26]. Busta Rhymes contribue également à l'album All 6's and 7's de Tech N9ne, sur le single, Worldwide Choppers[27]. Il enregistre ensuite avec Justin Bieber la chanson Drummer Boy de son album, Under the Mistletoe, publié le 1er novembre 2011[28]. Le 11 novembre 2011, une chanson dédiée à Heavy D intitulée You Ain’t Gotta Wait Till I’m Gone est publiée[29].

En , il publie un album gratuit intitulé Year of the Dragon sur le site Google Play.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Rhymes est père de quatre enfants : T'Ziah (né en 1993), T'Khi (né en 1999), Trillian (né en 2001), et Mariah (née en 1998)[30],[31],[32].

Le 2 septembre 2007, le rappeur se convertit à l'Islam[33].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Total Devastation: The Best of
  • 2002 : Turn It Up!: The Very Best of
  • 2004 : The Artist Collection

Mixtapes[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Dillagence (hommage à J Dilla)
  • 2007 : Tapemasters Inc Presents-Busta Rhymes And Reek Da Villain (Black Friday Pt. 1)
  • 2009 : Back on My Shit!
  • 2012 : Catastrophic

Albums collaboratifs[modifier | modifier le code]

  • 1991 : A Future Without a Past (avec Leaders of the New School)
  • 1993 : T.I.M.E. (The Inner Mind's Eye) (avec Leaders of the New School)
  • 1998 : The Imperial (avec Flipmode Squad)
  • 2002 : Arsenal for the Streets (avec Flipmode Squad)
  • 2003 : Arsenal for the Streets Part 2 (avec Flipmode Squad)
  • 2004 : Welcome to the Aftermath (avec Flipmode Squad)
  • 2006 : The Crown(Gangsta Grillz Legend Series) (avec The Aphilliates and Busta Rhymes)

Collaborations et apparitions[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Comme compositeur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Top 50 MCs of Our Time: 1987 – 2007 – 50 Greatest Emcees of Our Time », Rap.about.com,‎ (consulté le 30 mars 2012).
  2. (en) Steve Huey, « Anarchy – Busta Rhymes Overview », AllMusic,‎ (consulté le 30 mars 2012).
  3. (en) « The Source's Top 50 Lyricists Of All Time **Complete List Inside** », sur ThisIs50 (consulté le 29 décembre 2015).
  4. (en) « Busta Rhymes’ ‘Put Your Hands Where My Eyes Could See’ Inspired By Diddy, Q-Tip », rapfix.mtv.com,‎ (consulté le 24 décembre 2012).
  5. a, b et c (en) John Bush, « Busta Rhymes | Biography », AllMusic,‎ (consulté le 25 avril 2015).
  6. (en) « Bustin' Loose », sur Google Books (VIBE Magazine) (consulté le 25 mars 2015).
  7. (en) « Busta Rhymes Biography », Sing365.com,‎ (consulté le 24 décembre 2012).
  8. (en) « Busta Rhymes », sur AMW (consulté le 26 novembre 2015).
  9. (en) « Busta Rhymes - Get HipHop From the Source », KnowHipHop (consulté le 24 décembre 2012).
  10. (en) « Busta Rhymes Biography », filmreference.com (consulté le 6 septembre 2010).
  11. (en) Douglas Century, « Rhymes and reason », The Guardian, Londres,‎ (consulté le 27 avril 2010).
  12. (en) « Mom of star rapper Busta Rhymes loses 145 pounds, shows there's hope to fight obesity as said by his close neighbour kafubhi », Jet,‎ .
  13. (en) « Leaders Of The New School Music Videos », ovguide.com (consulté le 24 décembre 2012).
  14. (en) Young, Kevin. Unwrapping the Message. Bookforum. 2010.
  15. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Busta Rhymes - The Coming Overview », sur AllMusic (consulté le 29 décembre 2015).
  16. (en) « Busta Rhymes - The Coming Awards », sur AllMusic (consulté le 29 décembre 2015).
  17. (en) Steve Huey, « Busta Rhymes - When Disaster Strikes Overview », sur AllMusic (consulté le 29 décembre 2015).
  18. (en) « Busta Rhymes - When Disaster Strikes Awards », sur AllMusic (consulté le 29 décembre 2015).
  19. a et b (en) Stephen Thomas Erlewine, « Busta Rhymes - Extinction Level Event: The Final World Front Overview », sur AllMusic (consulté le 29 décembre 2015).
  20. a et b (en) « Busta Rhymes - Extinction Level Event: The Final World Front Awards », sur AllMusic (consulté le 29 décembre 2015).
  21. « Busta Rhymes signe officiellement chez Motown », sur 2K Music,‎ (consulté le 29 décembre 2015).
  22. (en) « Busta rebaptise The Chemo en Extinction.Level.Event.2 », sur 2K Music,‎ (consulté le 25 mars 2013).
  23. (en) « Busta Rhymes Brings Chemo To Hip Hop | Busta Rhymes », Rap Basement,‎ (consulté le 6 septembre 2010).
  24. (en) « Busta Rhymes Changes Title Of New Album | Busta Rhymes », Rap Basement,‎ (consulté le 6 septembre 2010).
  25. (en) « DJ Premier talks of Busta Rhymes on Conspiracy Worldwide Radio Aug 6, 2010 », conspiracyworldwide.podomatic.com,‎ (consulté le 6 septembre 2010).
  26. (en) « Video: 2011 Gathering Of The Juggalos Infomercial », Ilpvideo.com,‎ (consulté le 30 octobre 2011).
  27. (en) « "Worldwide Choppers" single on iTunes » (consulté le 12 avril 2012).
  28. « Justin Bieber Unwraps ‘Mistletoe’ Tracklisting with Mariah Carey, Usher, & Busta Rhymes », Rap-Up.com (consulté le 30 octobre 2011).
  29. (en) « You Ain't Gotta Wait Til I'm Gone (Heavy D Tribute) », HipHopDX,‎ (consulté le 11 novembre 2011)
  30. (en) Steven Williams, « Busta Rhymes' 'Ego Hurt' By Ex-Girlfriend Becoming A Lesbian », sur www.contactmusic.com (consulté le 19 mars 2015).
  31. (en) « Busta Rhymes Gets Results Of Paternity Test », sur mtv.com, MTV News (consulté le 19 mars 2015).
  32. (en) « Daddy Dearest: Paternity Scandals in Music », sur bet.com, BET (consulté le 19 mars 2015).
  33. (en) « Busta Rhymes converts to Islam », sur LiveLeak (consulté le 29 décembre 2015).
  34. (en) « Busta Rhymes Releases New Trailer For His Upcoming Album Extinction Level Event 2 », The Source (consulté le 9 novembre 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :