Kendrick Lamar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kendrick Lamar
Description de cette image, également commentée ci-après
Kendrick Lamar lors de la cérémonie de remise de son Prix Pullitzer en 2018.
Informations générales
Surnom K-Dot, Kung fu Kenny
Nom de naissance Kendrick Lamar Duckworth[1]
Naissance (31 ans)
Compton, Californie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur, parolier, réalisateur artistique
Genre musical Hip-hop, rap, rap politique, rap West Coast, jazz rap, G-funk, rap hardcore
Années actives Depuis 2002
Labels Top Dawg Entertainment (TDE), Aftermath Entertainment, Interscope
Site officiel kendricklamar.com

Kendrick Lamar Duckworth, né le à Compton en Californie, est un rappeur, parolier et réalisateur artistique américain. Il a été à de nombreuses reprises qualifié comme le "nouveau roi du hip hop"[2],[3],[4],[5].

Lamar lance sa carrière sous le nom de K-Dot, et publie une mixtape qui attirera l'attention et le fera signer au label Top Dawg Entertainment (TDE). Lamar gagne en popularité en 2010 après la publication de sa mixtape Overly Dedicated. L'année suivante, il publie Section.80, son premier album indépendant, exclusivement sur iTunes. L'album révèle son premier single, HiiiPoWeR, instantanément classé numéro un des chansons hip-hop sur Internet[6]. À cette période, la popularité de Lamar grandit sur Internet et il travaille avec d'autres rappeurs prestigieux, tels que The Game, Snoop Dogg, Wiz Khalifa, et Busta Rhymes.

Kendrick Lamar signe par la suite aux labels majors Aftermath et Interscope Records en 2012. Son premier album chez une major, Good Kid, M.A.A.D City, est publié en octobre de la même année, et reçoit un bon accueil de la part de la presse spécialisée. L'album contient les singles classés au top 40 Swimming Pools (Drank), Bitch, Don't Kill My Vibe et Poetic Justice. L'album débute deuxième au classement Billboard 200, puis est certifié disque de platine par la Recording Industry Association of America (RIAA). Début 2013, MTV classe Lamar dans la catégorie Hottest MC in the Game de sa liste annuelle[7]. En mars 2015, Lamar publie son troisième album studio, To Pimp a Butterfly, qui incorpore des éléments de funk, de spoken word et de jazz. L'album a fait ses débuts au sommet des charts aux États-Unis et au Royaume-Uni et a remporté le Grammy Award du meilleur album de rap lors de la 58e cérémonie. En 2016, Lamar a publié Untitled Unmastered, une collection de démos inédites issues des sessions d’enregistrement de To Pimp a Butterfly. Son quatrième album DAMN. sort en avril 2017, acclamé par la critique, il est précédé par la sortie de son single HUMBLE. qui atteint la première place au Billboard Hot 100.

Kendrick Lamar a déjà reçu de nombreuses récompenses, notamment treize Grammy Awards dont deux dans la catégorie « Meilleur album rap » (en 2016 pour To Pimp a Butterfly et en 2018 pour DAMN.). Au début de l'année 2013, MTV a nommé Lamar « Hottest MC in the Game », sur leur liste annuelle[8]. En 2015, Billboard a inclus Lamar dans le top 10 des « Greatest Rappers of All-Time ». En 2016, le rappeur est apparu pour la première fois sur la liste « The Time 100 » des personnes les plus influentes au monde du magazine Time[9]. Il devient, en 2018, le premier artiste hip-hop à être récompensé d'un prix Pulitzer[10].

En dehors de sa carrière solo, Lamar est également connu comme membre du collectif Black Hippy, qui est un groupe de hip-hop américain, originaire du quartier de South Central à Los Angeles. Formé en 2009, le collectif se compose d'Ab-Soul, de Jay Rock, Schoolboy Q, et de Lamar.

Lamar se lance dans une carrière d'acteur en 2018 en apparaissant dans la série Power, produite par 50 Cent.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts (1987-2009)[modifier | modifier le code]

Lamar est né à Compton, en Californie, de parents venant de Chicago, dans l'Illinois[11]. Son père était un membre du gang de Chicago Gangster Disciples. C'est pour le fuir qu'il est venu s'installer avec sa famille en Californie. Son nom de naissance lui a été donné par sa mère en l'honneur du chanteur Eddie Kendricks[12]. En 1995, à l'âge de huit ans, Lamar participe au clip de la chanson California Love de ses idoles Tupac Shakur et Dr. Dre. Ce passage dans l'enfance de Lamar se révélera être un moment très important dans sa vie. Adolescent, Lamar fréquente l'école secondaire Centennial de Compton[11],[13].

En 2003, à l'âge de 16 ans, Lamar publie son premier projet musical, une première mixtape intitulée Youngest Head Nigga in Charge (Hub City Threat: Minor of the Year), sous le pseudonyme K-Dot[14]. La mixtape est publiée au label Konkrete Jungle Musik et est très bien accueillie localement[15]. Cette mixtape mènera Lamar à signer un contrat d'enregistrement avec Top Dawg Entertainment (TDE), un label indépendant fondé en 2004 à Carson en Californie[14]. Lamar commence à enregistrer avec le label pour publier deux ans plus tard sa deuxième mixtape, Training Day[16], contenant vingt-six pistes. Entre 2006 et 2007, Lamar participe à la tournée de The Game en compagnie d'autres artistes de la côte Ouest comme Jay Rock et Ya Boy. Sous le nom K-Dot, Lamar participe aux chansons The Cypha et Cali Niggaz de Game[17],[18].

En 2008, Lamar participe au premier single de Jay Rock, All My Life (In the Guetto). En 2009, Lamar publie sa troisième mixtape, intitulée C4. Cette mixtape est fortement influencée par Tha Carter III de Lil Wayne[19]. Peu de temps après, à la fin de 2009, Lamar décide d'abandonner le nom de K-Dot, et de publier un premier EP sous son propre nom intitulé Kendrick Lamar[20]. Cette même année, Lamar forme le collectif Black Hippy, avec ses amis du même label TDE, Ab-Soul, Jay Rock et Schoolboy Q.

Overly Dedicated et Section.80 (2010-2011)[modifier | modifier le code]

Kendrick Lamar sur scène à Toronto, au Canada, le 16 juin 2011.

Tout au long de l'année 2010, Lamar participe à la tournée The Independent Grind Tour avec Tech N9ne et Jay Rock[14]. Le 4 septembre 2010, Lamar dévoile la pochette de sa quatrième mixtape, Overly Dedicated, conçue par RedefineCreativity[21]. Le 14 septembre 2010, il publie le clip de P&P 1.5 extrait de Overly Dedicated, avec Ab-Soul[22]. Le 23 septembre, il publie sa quatrième mixtape, Overly Dedicated, gratuitement sur Internet[23],[24]. La mixtape est acclamée par la presse spécialisée. Aux États-Unis, elle s'en sort plutôt bien, et se classe 72e des Billboard Top R&B/Hip-Hop Albums [25]. L'opus comprend un morceau intitulé Ignorance Is Bliss qui glorifie le gangsta rap et la criminalité. Chaque couplet de la chanson se termine par la phrase Ignorance Is Bliss dont le message est « bien heureux les ignorants »[26]. Ce titre attire l'attention de Dr. Dre qui déclarera vouloir travailler avec Lamar, après avoir vu la vidéo de la musique sur YouTube[27]. Par la suite, Lamar participe avec Snoop Dogg à l'album de Dr. Dre, Detox, ce dernier envisageant d'ailleurs de le signer sur son label, Aftermath Entertainment[14],[28],[29]. En décembre 2010, le magazine Complex met en lumière Lamar dans une édition de sa série Indie Intro[30].

En janvier 2011, Lamar annonce avoir terminé son prochain projet musical à 90 %[14]. Au début de l'année 2011, Lamar figure sur la liste des 2011 XXL Freshmen du magazine XXL aux côtés de CyHi the Prynce, Meek Mill, Mac Miller, Yelawolf, Lil B, et de Big K.R.I.T.[31]. Le 11 avril 2011, Lamar annonce le titre de son prochain projet, Section.80, et révèle la future publication de son premier single le lendemain[32]. Comme promis, le 12 avril 2011, Lamar publie HiiiPoWeR, dont le concept est d'expliquer davantage le mouvement HiiiPoWeR[33]. La chanson est produite par le rappeur américain J. Cole. La chanson marque la première de leurs nombreuses collaborations à venir[33].

En juin 2011, Lamar publie la chanson Ronald Reagan Era (His Evils), extrait de Section.80, mettant en vedette RZA, membre fondateur du Wu-Tang Clan[34]. Le 2 juillet 2011, il publie Section.80, son premier album indépendant, seulement sur iTunes. L'album est produit par la société Top Dawg Entertainment. Les artistes Colin Munroe, GLC, Ashtro Bot, BJ the Chicago Kid, Schoolboy Q et Ab-Soul participent à l'album. La production fut essentiellement assurée par les membres du collectif Digi+Phonics, sous la tutelle de TDE ainsi que par le rappeur américain J. Cole. Cet album-concept adopte des thèmes tels que le racisme ou l'accoutumance, et est bien accueilli par la presse spécialisée. L'album atteint, après une semaine de publication aux États-Unis, la 113e place du Billboard 200 avec 5 400 exemplaires écoulés, sans promotion ni couverture de la part de la presse spécialisée[35]. En deux semaines, l'album compte à 9 522 exemplaires[réf. nécessaire]. En août 2011, alors sur scène avec Snoop Dogg, Dr. Dre, Kurupt et The Game à Los Angeles, les quatre rappeurs le couronnent New King of the West Coast[36]. Le 24 août 2011, Lamar publie le clip du titre populaire A.D.H.D extrait de Section.80 ; la vidéo est réalisée par Vashtie Kola[37]. En octobre 2011, Lamar est apparu aux côtés des rappeurs américains B.o.B, Tech N9ne, MachineGun Kelly, et Big K.R.I.T, dans un freestyle monstrueux au BET Hip Hop Awards[38]. Encore en octobre 2011, Lamar est en partenariat avec Windows Phone, et compose une chanson originale avec le producteur Nosaj Thing intitulé Cloud 10 afin de promouvoir le nouveau produit de Microsoft[39]. La même année, il participe à plusieurs albums de grandes envergures incluant The RED Album de Game, All 6's and 7's de Tech N9ne, The Wonder Years de 9th Wonder et Take Care de Drake.

Good Kid, M.A.A.D City et controverses (2012-2013)[modifier | modifier le code]

Kendrick Lamar, en concert en 2012.

Le 15 février 2012, une chanson de Lamar, intitulée Cartoon and Cereal, en featuring avec le rappeur Gunplay, est publiée sans autorisation sur Internet[40]. Lamar révèle plus tard qu'il s'agissait du premier single de son prochain album, et qu'il prévoyait tourner un clip vidéo[41]. La chanson est néanmoins classée deuxième des 50 meilleures chansons de 2012 au magazine Complex[42]. En février 2012, FADER annonce l'apparition de Kendrick Lamar et du rappeur Danny Brown en couverture du magazine[43].

En mars 2012, MTV annonce la signature d'un accord entre Lamar, Interscope Records et Aftermath Entertainment, marquant la fin de sa carrière en tant qu'artiste indépendant. Le 3 avril 2012, Lamar publie la chanson The Recipe, premier single extrait de son prochain album, good kid, m.A.A.d city[44]. Le 14 mai 2012, J. Cole parle de nouveau de son projet musical en commun avec Lamar. Dans une interview avec Bootleg Kev, Cole déclare : « J’ai effectivement commencé à travailler avec Kendrick l’autre jour, Nous sommes en plein dedans, enfin. Il s’agira d’un album. Effectivement, nous avons travaillé dessus, faisant jaillir les idées. L'énergie était tellement bonne qu'on s'est dit que ça allait vraiment se faire. Nous avons peut-être quatre ou cinq morceaux déjà[45]. » Le 21 mai, Lamar apparait au 106 and Park au côté d'Ace Hood, rejoignant Birdman et Mack Maine sur scène pour interpréter B Boyz[46]. Le 21 mai, Lamar publie également War Is My Love, une chanson originale écrite et enregistrée pour le jeu vidéo Tom Clancy's Ghost Recon: Future Soldier[47]. Le 24 mai, J. Cole poste des photos sur son blog Dreamville de lui-même et Lamar travaillant ensemble en studio[48]. Le 13 novembre 2012, dans une interview avec les Lakers de Los Angeles, Lamar révèle que les deux travaillent toujours sur le projet, et qu'il n'y aura pas de date de sortie donnée pour l'album en commun[49].

Le 31 juillet 2012, Lamar publie Swimming Pools (Drank), deuxième single extrait de son prochain album, good kid, m.A.A.d city. La chanson atteint la 17e place au Billboard Hot 100 dans sa treizième semaine, avant de grimper progressivement dans le classement. Quelques semaines avant la sortie de l'album good kid, m.A.A.d city, une collaboration avec Lady Gaga était annoncée sur le titre Bitch, Don't Kill My Vibe, mais elle est finalement remplacée par Anna Wise de Sonnymoon, pour ne pas repousser la sortie de l'album à cause du mixage[50]. Lamar publie une chanson intitulée Westside, Right on Time, en featuring avec le rappeur Young Jeezy[51]. Ce titre est publié dans le cadre du Top Dawg Divertissement Fam Appreciation Week. En 2012, Lamar part aussi en tournée avec Black Hippy et le rappeur Stalley au Music Matters Tour organisé par BET[52].

Kendrick Lamar en concert en 2013.

Le 22 octobre 2012, Lamar publie son deuxième album studio, good kid, m.A.A.d city. L'album est salué par la critique, et compte 242 122 exemplaires vendus la première semaine[53]. En décembre 2012, FUSE TV place Backseat Freestyle, troisième single extrait de good kid, m.A.A.d city, comme étant l'une des 40 meilleures chansons de 2012[54]. Après quelques mois, l'album est certifié disque d'or par la Recording Industry Association of America (RIAA). Le webzine HipHopDX nomme Lamar rappeur de l'année (Emcee of the Year) pour leur prix de fin d'année 2012[55]. Le 22 février 2013, Lamar publie le clip de Poetic Justice. Un remix de ce titre, en collaboration avec Janet Jackson et Drake, est également publié[56].

Le 26 février 2013, Lamar joue en live Poetic Justice au Late Show[57]. À peine neuf mois après sa sortie, good kid, m.A.A.d city, est certifié disque de platine par la RIAA, une première dans la carrière de Lamar[58]. En août 2013, le couplet de Lamar sur le titre Control de Big Sean, fait couler beaucoup d'encre. Dans ce morceau Lamar n'a pas hésité pas à s'autoproclamer « roi de New York » (King of New York) et rabaisse la nouvelle vague de rappeurs dont il fait partie, et dont il se considère le meilleur, se comparant à Jay-Z, Nas, Eminem et André 3000[59]. Des rappeurs comme J. Cole, Big K.R.I.T, Wale, Pusha T, Meek Mill, ASAP Rocky, Drake, Big Sean, Jay Electronica, Tyler, The Creator et Mac Miller répondent à cette provocation lors d'interviews ou dans des diss songs[60],[61],[62],[63],[64],[65],[66],[67].

Kendrick Lamar jouant Money Trees durant le Yeezus Tour.

La revue spécialisée Complex considère son couplet dans Control comme étant le meilleur de l'année 2013[réf. nécessaire]. Le 6 septembre 2013, Kanye West annonce être en tête d'affiche de sa première tournée solo en cinq ans, à l’occasion de son sixième album Yeezus, avec Kendrick Lamar qui l'accompagne en tournée. Le Yeezus Tour débute en octobre[68],[69]. En octobre, il est également révélé que Lamar serait le seul rappeur à être présent sur le huitième album d'Eminem, The Marshall Mathers LP 2[70]. Le 15 octobre 2013, Lamar remporte cinq prix au BET Hip Hop Awards, notamment celui de l'album de l'année et celui du parolier de l'année, dont le dernier, avait déjà été gagné par Lamar, lui-même l'année précédente[71]. Dans la même soirée, Lamar joue Money Trees, et participe également à un freestyle aux côtés de d'autres membres du label Top Dawg, Jay Rock, Schoolboy Q, Isaïe Rashad, et Ab-Soul[72],[73]. En octobre 2013, lors d'un interview accordée à XXL, Lamar révèle qu'à la suite du Yeezus Tour, il se mettrait à commencer à travailler sur son prochain album[74]. En novembre 2013, il est nommé rappeur de l'année par le magazine GQ, et présent sur la couverture Men of the Year du magazine en question[75],[76],[77].

Lamar compte un total de sept nominations lors de la 56e cérémonie des Grammy Awards de 2014, notamment celui du « meilleur nouvel artiste », celui de l'« album de l'année » et celui de la « meilleure chanson rap »[78], mais ne remporte aucun de ces sept prix[79],[80],[81]. Beaucoup estiment que la Recording Academy avait snobé Lamar, notamment par rapport au prix de l'album de l'année, précédemment remporté par le rappeur originaire de Seattle Macklemore. Durant la soirée, Lamar joue le titre M.A.A.D City et un remix du titre Radioactive, dans un mash-up avec le groupe de rock américain Imagine Dragons[82]. Lamar et le groupe jouent de nouveau le remix le 1er février 2014, durant l'émission du Saturday Night Live, marquant la deuxième apparition de Lamar dans l'émission[83].

To Pimp a Butterfly et Untitled Unmastered (2014-2016)[modifier | modifier le code]

Lamar sur scène en 2015 au Hollywood Palladium lors d'un concert pré-Grammy.

Le 28 février 2014, lors d'une interview accordée au Billboard, Lamar déclare avoir l'intention de sortir un nouvel album en septembre 2014[84]. Le 23 septembre 2014, Lamar publie i, le premier single extrait de son troisième album studio[85]. Le 15 novembre 2014, Lamar est l'invité du Saturday Night Live, où il joue i et Pay For It, aux côtés de Jay Rock[86]. En décembre 2014, Lamar se lance en partenariat avec la marque de vêtements de sport Reebok[87]. Le 17 décembre 2014, Lamar commence une nouvelle chanson sans titre (produite par le beatmaker français Astronote) sur l'un des derniers épisodes du Colbert Report[88],[89].

Le 8 février 2015, Lamar remporte le prix de la meilleure performance rap, et celui de la meilleure chanson rap pour i à la 57e cérémonie des Grammy Awards[90]. Le 9 février 2015, il publie The Blacker The Berry, deuxième single extrait de son troisième album studio[91]. Prévu à l'origine pour le 23 mars 2015, son nouvel album intitulé To Pimp a Butterfly est publié une semaine plus tôt, le 16 mars 2015[92]. L'album débute au sommet du classement américain Billboard 200 avec 324 000 exemplaires écoulés la première semaine[93], et est compte 9,6 millions d'écoutes en streaming sur Spotify, un record[94]. Le lendemain, il bat son propre record avec 9,8 millions d'écoute contre 9,6 millions d'écoute.

Lamar sur scène en 2016 au Festival International de Benicàssim.

Le 11 mai 2015, le sénat de l’État de Californie remet à Lamar une récompense exceptionnelle. Le 35e Generational Icon Award lui est décerné dans l'enceinte du sénat. Il reçoit ce prix pour honorer tous les dons qu'il a octroyé à la ville de Compton. Il a notamment concédé des libéralités à une école mais également à beaucoup d'autres œuvres de charité. Lamar a dit au législateur : « Je vous remercie du fond du cœur de m'honorer aujourd'hui[95]. » Le 17 mai 2015, Lamar collabore avec Taylor Swift sur le remix officiel et sur le clip de la chanson Bad Blood[96]. Le single atteint la première place du Billboard Hot 100[97]. Les singles King Kunta, Alright et These Walls extraits de To Pimp a Butterfly ont tous droit à un clip. Il est nommé quatorze fois (artiste ayant reçu le plus de nominations cette année-là) aux MTV Video Music Awards 2015, notamment celle de la « vidéo de l'année », et celle de la « meilleure vidéo d'un interprète masculin »[98]. La chanson For Free? (Interlude)[99] a aussi droit un clip, tout comme les titres u et For Sale dans le cadre du court-métrage God Is Gangta publié sur sa chaîne Vevo. Le magazine Complex classe Lamar au sommet de sa liste des « 20 meilleurs rappeurs âgés de la vingtaine »[100]. En octobre 2015, Lamar annonce qu'il va faire une mini-tournée nommée Kunta's Groove Sessions Tour[101], qui va comprendre huit dates dans huit villes aux États-Unis. Au début de l'année 2016, Kanye West publie sur son Soundcloud officiel le morceau No More Parties in L.A. en collaboration avec Kendrick Lamar. Lamar a également effectué une nouvelle chanson, Untitled II sur The Tonight Show Starring Jimmy Fallon en janvier.

Lamar est nommé 11 fois à la 58e cérémonie des Grammy Awards, notamment dans les catégories « album de l'année », « meilleure chanson rap » et « meilleur album rap ». Il en gagne cinq dont celui du « meilleur album rap » pour To Pimp a Butterfly[réf. nécessaire]. Lors de la cérémonie, Lamar effectue un medley de The Blacker the Berry et Alright. Il est classé par les magazine Rolling Stone et Billboard comme étant le meilleur moment de la nuit ; ils disent aussi : « C'était facilement l'un des meilleurs spectacles de télévision en direct dans l'histoire[réf. nécessaire]. » Le 4 mars 2016, Kendrick Lamar sort une compilation nommée Untitled Unmastered, contenant huit titres, sans nom, mais datés. Lamar confirme plus tard que les pistes étaient des démos inachevées de l'enregistrement de To Pimp a Butterfly. L'album de compilation fait ses débuts au sommet du Billboard 200[réf. nécessaire].

DAMN et Black Panther (depuis 2017)[modifier | modifier le code]

Lamar sur scène durant le The DAMN. Tour en 2017.

Le 23 mars 2017, Lamar sort le morceau The Heart Part 4. Dans la chanson, il insinue que le 7 avril sera la date de sortie de son prochain album[réf. souhaitée]. Exactement une semaine après, Kendrick dévoile son nouveau single HUMBLE. sous forme de clip sur YouTube. Le 7 avril 2017, son nouvel album est disponible en pré-commande, et la vraie date de sortie est révélée, à savoir le vendredi 14 avril prochain, soit une semaine après. Le 11 avril, Lamar révèle le titre de l'album, DAMN, ainsi que la tracklist composée de quatorze titres, contenant des collaborations avec la chanteuse Rihanna, le groupe U2 et le chanteur Zacari.

L'album sort comme prévu le 14 avril 2017. Les premières critiques ont, d'entrée de jeu, été élogieuses, avec iTunes Review décrivant DAMN. comme "une déclaration de saisie-par-la-gorge qui est aussi contondante, complexe et inflexible comme son nom l'indique[réf. nécessaire], et Christopher R. Weingarten de Rolling Stone décrivant l'album comme "une combinaison brillante du moderne, de l’old school et du prochain niveau"[102]. DAMN. tout comme les deux autres opus précédents, atteint la première place au Billboard 200, avec 610 000 albums vendus en première semaine, dont 353 000 provenant de ventes physique. Il s'agit du meilleur démarrage de l'année 2017, et le meilleur démarrage de sa carrière. La deuxième semaine l'album a été vendu à 233 000 reprises, ce qui totalise 843 000 disques vendus en deux semaines. Lamar a réussi à hisser les 14 morceaux de son album dans le Billboard Hot 100. Le titre HUMBLE. est son premier single a atteindre la première place au Billboard Hot 100. Quelque temps après la sortie de DAMN., Section.80 le premier album de Kendrick Lamar, est certifié disque d'or par la RIAA, six ans après sa sortie. Le 4 mai, DAMN. est certifié disque de platine par la RIAA, soit trois semaines après sa sortie[103]. Lamar est nommé à huit reprises aux MTV Video Music Awards 2017 dont le « clip de l'année », « meilleur clip hip-hop », « meilleure photographie » pour son clip Humble. Ces huit nominations font de lui l'artiste le plus nommé de la cérémonie en cette année 2017. Lamar domine la soirée en remportant 6 prix sur 8 dont celui de la meilleure chanson hip-hop pour Humble mais surtout le prestigieux titre de vidéo de l'année[réf. nécessaire]. Le 8 décembre 2017 sort la réédition de l'album, exactement avec le même nombre de morceaux et les mêmes morceaux, mais dont la tracklist a été inversée. Avec le créateur du label Top Dawg Entertainment, Anthony Tiffith[réf. nécessaire]. Kendrick Lamar produit la bande son du film de super-héros Marvel Black Panther (2018), Black Panther: The Album. Le premier morceau de la bande original, All the Stars, sort sur toutes les plateformes officiellement le , en collaboration avec SZA, suivi d'un autre single King's Dead en featuring avec Jay Rock, Future et James Blake[réf. nécessaire].

Lamar ouvre la 60e cérémonie des Grammy Awards avec un medley composé des morceaux XXX, Lust, DNA, Humble, King's Dead et New Freezer de Rich the Kid. Il est également nommé pour sept prix, dont celui de l'« album de l'année » et du « meilleur album rap » pour DAMN, l'« enregistrement de l'année », la « meilleure chanson rap », et le « meilleur clip vidéo » pour Humble, ainsi que la « meilleure collaboration rap/chant » pour Loyalty avec Rihanna. Lamar a finalement remporté cinq prix lors de la cérémonie, pour le « meilleur album rap », la « meilleure performance rap », la « meilleure chanson rap », le « meilleur clip vidéo », et la « meilleure collaboration rap/chant ». Lamar dévoile fin janvier la couverture, la liste des titres, et la date de sortie (9 février 2018) de Black Panther: The Album[réf. nécessaire]. Le 2 février 2018, Lamar sort le troisième single de Black Panther: The Album, Pray for Me aux côtés de The Weeknd[réf. nécessaire]. Black Panther: The Album est sorti le 9 février 2018.

Lamar totalise huit nominations lors de la 61e cérémonie des Grammys Awards, ce qui fait de lui l'artiste le plus nominé pour Black Panther: The Album, album qu'il a à la fois produit, mais également contribué à l'écriture de tous les titres et interprété plusieurs morceaux.[104] Il remporte finalement le Grammy de la « meilleure prestation rap » pour King's Dead avec Jay Rock, Future & Jame Blake[105].

Style musical et influences[modifier | modifier le code]

Influences

Dans une interview en 2011 pour le magazine Rolling Stone, Lamar a dit que Mos Def et Snoop Dogg sont des rappeurs qu'il a écouté pendant ses premières années et qui l'auraient, selon lui, beaucoup influencé. Il cite également le rappeur new-yorkais DMX comme étant une influence : « DMX m'a vraiment lancé dans la musique », explique Lamar dans une interview avec la radio de Philadelphie Power 99. « Ce premier album Dark and Hell It Is Hot est un classique, donc il a eu une influence sur moi[réf. nécessaire]. » Il a également déclaré que Eazy-E était une influence dans une publication de Complex disant: "Je ne serais pas là aujourd'hui sans Eazy-E"[106].

Dans une interview en septembre 2012, Lamar déclare que le rappeur de Detroit Eminem a beaucoup influencé son style, et a depuis crédité Eminem pour sa propre ascension, sur des titres tels que Backseat Freestyle[107],[108]. Lamar crédite également Lil Wayne pour son travail avec Hot Boyz parce qu'il a également beaucoup été influencé par le style de ce dernier, et loue sa longévité. Lamar a dit qu'il a aussi grandi en écoutant Rakim, Dr. Dre, et Tha Dogg Pound. En janvier 2013, lorsqu'on lui demande de nommer trois rappeurs qui ont joué un rôle dans son style, Lamar explique :« J'ai probablement plus d'influence du côté de la Côte Ouest. Un peu de Kurupt, Pac, avec une partie du contenu du Cube[réf. nécessaire]. » Dans une interview en novembre 2013 pour GQ, lorsqu'on lui demande « The Four de MC qui a fait Kendrick Lamar ? », il répond Tupac Shakur, Dr. Dre, Snoop Dogg et Mobb Deep, à savoir Prodigy. Lamar prétendait avoir été influencé par le trompettiste de jazz Miles Davis et Funkadelic pendant l'enregistrement de To Pimp a Butterfly[109].

La chanson Control de Big Sean, sortie en août 2013, dans laquelle Lamar rappe un couplet a fait couler beaucoup d'encre. Dans ce morceau, Lamar n'hésite pas à s'autoproclamer « roi de New York » et à rabaisser la nouvelle vague de rappeurs dont il fait partie (A$AP Rocky, Drake ou encore Mac Miller...) et dont il se considère le meilleur (se comparant à Jay-Z, Nas, Eminem et André 3000). La revue spécialisée Complex considère son couplet dans Control comme le meilleur de l'année 2013[110].

Style musical

Lamar a été qualifié de "nouveau roi du hip hop" à de nombreuses reprises[3],[4],[5]. Lamar se présente souvent comme le "meilleur rappeur vivant"[111], et s'est une fois auto-proclamé "Roi de New York"[112].

Sur le thème de son genre de musique, Lamar a dit : « Vous ne pouvez vraiment pas classer ma musique, c'est de la musique humaine. »[113], Les projets de Lamar sont généralement des albums-concept[114]. Les critiques ont trouvé good kid, m.A.A.d city fortement influencé par le rap West Coast[115] et le gangsta rap des années 1990[116]. Son troisième album studio, To Pimp a Butterfly, incorpore des éléments de funk, free jazz, de soul et de spoken word[117].

Qualifié de «rappeur radio-ouvert mais ouvertement politique» par Pitchfork[118], Lamar est un «maître du storytelling»[119], ses paroles sont décrites comme des «lames de katana tranchantes» et son est flow souple et habile[120]. Les textes de Lamar font généralement référence au racisme, à l'autonomisation des Noirs[121] et à l'injustice sociale[122]. Son écriture a également été qualifiée de "confessionnelle"[123] et controversée[3]. Le New York Times a qualifié le style de musique de Lamar d’anti-flamboyant, d’intérieur et de complexe et l’a qualifié de rappeur technique[124]. Billboard a qualifié son lyrisme de "shakespearien"[125].

Controverses[modifier | modifier le code]

Le morceau The Blacker the Berry, deuxième single de To Pimp A Butterfly, sorti le 9 février 2015, a suscité la controverse suite aux lignes suivantes : "So why did I weep when Trayvon Martin was in the street, when gang-banging make me kill a nigga blacker than me? Hypocrite!" ("Et pourquoi ai-je pleuré quand Trayvon Martin était dans la rue ? Alors que le gang me fait tuer un mec plus noir que moi ? Hypocrite !") Les gens ont peçu ces lignes comme un jugement de Lamar envers la communauté noire.[126] Plus tard, dans une interview accordée à NPR, Lamar a parlé des paroles en disant : "Ce n'est pas moi qui montre du doigt ma communauté ; c'est moi qui me montre du doigt, je ne parle pas de ces choses si je ne les ai pas vécues, et j'ai blessé des gens dans ma vie. C'est quelque chose auquel je dois encore penser quand je dors la nuit."[127]

Après la sortie de son single Humble, Lamar a fait face à des retours pour les lignes "I'm so fucking sick and tired of the Photoshop/Show me something natural like afro on Richard Pryor/Show me something natural like ass with some stretch marks" ("J'en ai marre et je suis fatigué de Photoshop/Montre-moi quelque chose de naturel comme l'afro de Richard Pryor/ Montre-moi quelque chose de naturel comme un cul avec des vergetures") et a été accusé de rabaisser certaines femmes qui aiment se maquiller dans le but d'élever leur moral.[128] SZA prendra par la suite le parti de Lamar.[129] La mannequin qui figure dans le clip vidéo de Humble a également été attaquée sur les réseaux sociaux en raison de son rôle dans la vidéo[130].

Querelles

En août 2013, Lamar est apparu en featuring au coté de Jay Electronica sur le morceau Control de Big Sean. Dans son couplet, Lamar cite plusieurs rappeurs en leur disant qu'il va assassiner ses concurrents. Le couplet a donné lieu à des réponses et des diss tracks d'artistes tels que Joe Budden, Papoose, Meek Mill, Diddy, Lupe Fiasco et B.o.B..[131] Rolling Stone a qualifié le couplet comme étant "L'un des moments de rap les plus importants de la décennie"[132].

Kendrick Lamar serait en querelle avec Drake. Complex quailife leur relation de "compliquée",[133] Genius parle d'une d'"guerre subliminale"[134], tandis que GQ l'a qualifiée de "guerre froide" en raison de la popularité de masse des deux artistes.[135] La tension entre les deux artistes a commencé après la sortie du single Control de Big Sean en featuring avec Kendrick Lamar et Jay Electronica, en août 2013. Dans son couplet, Lamar prétendait qu'il allait "tuer" tous ses concurrents, y compris Drake.[136] Avant la sortie de Control, Lamar avait déjà collaboré avec Drake pour les morceaux Buried Alive Interlude de Drake, Poetic Justice de Lamar et pour Fuckin' Problems de ASAP Rocky.[137] Drake a répondu au couplet de Lamar dans Control, dans une interview avec Billboard, en disant : "Je sais très bien que Kendrick ne m'assassine pas du tout, quelle que soit la plate-forme."[138]

Le 24 septembre 2013, le troisième album de Drake, Nothing was the Same, est sorti.[139] Des publications telles que Complex ont spéculé que Drake avait envoyé des insultes subliminales à Lamar dans la chanson (et plus tard devenu single de l'album) The Language.[140] Lamar a encore exacerbé les tensions entre les deux artistes lors du cypher du BET Hip-Hop Awards 2013 dans lequel il fait référence à Drake lors de son couplet,[141] en disant "Yeah, and nothing's been the same since they dropped 'Control' / And tucked a sensitive rapper back in his pajama clothes."[142] Stereogum a dit que Lamar faisait référence au troisième album studio de Drake, Nothing was the Same, et que Drake a été qualifié de trop sensible par les médias[143].

En décembre 2013, Drake, alors qu'il était interviewé par Vice, a déclaré qu'il "a tenu bon" et qu'il devait réaliser "que je suis appâté et que je ne vais pas tomber", puis a refusé de nier que la ligne sur The Language était dirigée contre Kendrick, disant qu'il ne voulait pas entrer dans des réponses. Drake a ajouté plus tard qu'il a reconnu que les lignes que Kendrick a prononcé lors du cypher de TDE étaient pour lui et qu'il ne lui suffisait pas de préparer une réponse avant de dire qu'ils ne s'étaient pas vus depuis le cypher de BET.[144] Plusieurs autres lignes subliminales ont été dites par les deux rappeurs, quatre par Kendrick sur les morceaux, Pay for it, King Kunta, Darkside/Gone et Deep Water et deux par Drake sur les chansons Used To et 4PM In Calabasas[145].

En juin 2016, Marcellus Wiley, ancien joueur de la NFL et animateur d'une émission de télévision, a prétendu que Drake ou Lamar avait accordé une entrevue à l'émission ESPN dans laquelle ils avaient commencé à parler de cette querelle et qu'ils avaient des problèmes avec l'autre personne. L'interview n'a finalement pas été diffusée et Wiley a dit qu'elle avait été "détruite".[146] Wiley a déclaré que l'interview aurait intensifié la querelle.[147],[148] Après une pause de presque un an, Kendrick Lamar a sorti The Heart Part 4. Il était supposé que la phrase de Lamar "One, two, three, four, five/I am the greatest rapper alive" était une réponse à celle de Drake "I know I know I said top five, but I'm top two/And I'm not two and I got one" sur la chanson Gyalchester.[149],[150] Kendrick a commencé à insulter les rappeurs qui ont des Ghostwriters dans une interview avec Rolling Stone en août 2015. Il était supposé que l'insulte était dirigée contre Drake, qui a été dans la controverse en raison de l'utilisation de ghostwriters sur des chansons telles que RICO[151].

Kendrick Lamar s'est aussi disputé avec le rappeur Big Sean. Après la sortie du titre de Sean Control en août 2013 dans lequel Lamar cite Sean et prétend qu'il va le "tuer", ce dernier a répondu par des louanges en disant "Très bien, c'est ce à quoi il faut revenir, il faut revenir au hip-hop, à cette culture".[152] En janvier 2015, Sean parla plus tard de Control, disant que la chanson était "négative",[153] et un mois plus tard sortait Me, Myself, and I, un freestyle avec des lignes subliminales envers Kendrick.[154] En octobre 2016, Big Sean sort le morceau No More Interviews avec des lignes contre Kendrick[155].

En février 2017, Big Sean est apparu sur Breakfast Club et lorsqu'on lui a demandé des nouvelles de Kendrick Lamar sur Control, il est devenu agressif.[156] Lamar est revenu après avoir été absent un an dans le hip-hop, avec le morceau The Heart Part 4, qui comportait des lignes subliminales envers Drake et Big Sean.[157] Lamar a continué avec d'autres disses sur le single Humble.[158]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Lamar a remporté 13 Grammy Awards, et a été nommé à 28 reprises dans sa carrière. Lamar compte un total de sept nominations à la 56e cérémonie des Grammy Awards en 2014, pour son album good kid, m.A.A.d city dont l'« album de l'année ». Un an plus tard, lors de la 57e cérémonie des Grammy Awards en 2015, il remporte les prix de la « meilleure chanson rap » et de la « meilleure performance rap » pour son single i. Son troisième album studio, To Pimp a Butterfly, est nommé pour le prix de l'« album de l'année » à la 58e cérémonie des Grammy Awards en 2016. Il reçoit au total 11 nominations aux Grammy Awards 2016, ce qui fait de lui l'artiste le plus nominé de la cérémonie cette année. Il est le deuxième artiste le plus nommé dans l'histoire des Grammy Awards, seul Michael Jackson en totalise plus que lui en une cérémonie, avec 12 nominations. Le rappeur apparait pour la première fois sur la liste The Time 100 des personnes les plus influentes au monde, en 2016[réf. nécessaire].

Lamar compte deux honneurs civiques. Le 11 mai 2015, le sénat de l’État de Californie remet à Lamar une récompense exceptionnelle[réf. nécessaire]. Le 35e Generational Icon Award lui est décerné dans l'enceinte du sénat. Il reçoit ce prix pour honorer tous les dons qu'il a octroyé à la ville de Compton. Il concède notamment des libéralités à une école mais également à beaucoup d'autres œuvres de charité. Lamar dit au législateur : « Je vous remercie du fond du cœur de m'honorer aujourd'hui[réf. nécessaire]. » Le 13 février 2016, Aja Brown, maire de la ville de Compton en Californie, remet à Lamar la clé de la ville. C'est pour représenter l'évolution de Compton, pour mettre en œuvre la nouvelle vision de la ville[réf. nécessaire].

Son premier album studio sous un label major, good kid, m.A.A.D City, est nommée dans les « 100 meilleurs albums de tous les temps » par le magazine Rolling Stone. To Pimp a Butterfly est évalué par de nombreux magazines, notamment Rolling Stone, comme étant le meilleur album de l'année 2015. Le producteur Tony Visconti déclare que l'album Blackstar (2016) de David Bowie, est influencé par le travail de Lamar[réf. nécessaire]. Toni Visconti et David Bowie déclarent qu'ils ont adoré le fait que Kendrick était tellement ouvert d'esprit et qu'il n'a pas fait un album un disque hip-hop straight-up. En 2015, Billboard inclut Lamar dans le top 10 des « meilleurs rappeurs de tous les temps ». Complex classe Lamar au sommet de sa liste des « 20 meilleurs rappeurs âgés de la vingtaine » en 2013, 2015 et 2016 [réf. nécessaire].

En 2018, il devient le premier artiste hip-hop récompensé d'un prix Pulitzer.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Depuis 2005[réf. nécessaire], Kendrick Lamar est en couple avec Whitney Alford. En avril 2015, ils annoncent leurs fiançailles après dix ans de concubinage[159].

Il est le cousin du joueur de basket Nick Young.[160] Lamar est chrétien. Les lignes d'introductions de son album Good Kid, M.A.A.D City comprend une forme de la prière du pécheur. Sa chanson i parle de sa foi chrétienne. Son père était membre des Gangster Disciples.

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Kendrick Lamar.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

On retrouve la chanson A.D.H.D dans le jeu vidéo Grand Theft Auto V, sur Radio Los Santos, on retrouve également sa chanson Swimming Pools (Drank), puis en collaboration sur avec ses compères Ab-Soul sur ILLuminate, Jay Rock sur Hood Gone Love It et ScHoolboy Q sur Collard Greens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Présentation », sur AllMusic (consulté le 20 mars 2013).
  2. (en) Steve Baltin, « The Importance Of Kendrick Lamar And How He Is Making Pop Music Matter Again », Forbes, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  3. a b et c (en-US) Spencer Kornhaber, « What Kendrick Lamar's "The Blacker the Berry" Really Means », The Atlantic,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  4. a et b (en) Leor Galil, « Kendrick Lamar shows us why he's hip-hop's king », Chicago Reader, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  5. a et b « Does Kendrick Lamar's 'DAMN.' Make Him the G.O.A.T.? Hip-Hop Editors Weigh In », Billboard, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  6. (en) Just Be Cool, « KENDRICK LAMAR: Releases Section.80 on iTunes Biography », laxpaperboys, (consulté le 26 octobre 2011).
  7. (en) « Kendrick Lamar Brings Crown To Compton As 'Hottest MC In The Game », MTV, (consulté le 7 mars 2013).
  8. (en) « Kendrick Lamar Brings Crown To Compton As 'Hottest MC In The Game' », MTV News, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  9. (en) « Kendrick Lamar », sur Time (consulté le 11 novembre 2018)
  10. Le rappeur Kendrick Lamar remporte un prix Pulitzer sur lemonde.fr du 17 avril 2018
  11. a et b (en) « Born and raised in Compton, Kendrick Lamar Hides a Poet's Soul Behind "Pussy & Patron" », sur LA Weekly, (consulté le 3 mai 2011).
  12. (en) « Kendrick Lamar Reacts to Ice Cube's Praise & Discusses Life in Compton with Arsenio », sur YouTube, (consulté le 13 décembre 2014).
  13. (en) « Kendrick Lamar Talks J. Cole, XXL Freshman 2011, KiD CuDi, etc (Video) », 2Dopeboyz, Complex Music, (consulté le 10 mars 2013).
  14. a b c d et e (en) Graham, Nadine, « Kendrick Lamar: The West Coast Got Somethin' To Say », sur HipHopDX, (consulté le 3 mai 2011).
  15. (en) « Kendrick Lamar - Track 1 (Hova Intro Freestyle) », That New Jam, (consulté le 14 octobre 2015).
  16. (en) « Ozone Magazine » Issue #84 Patiently Waiting » Issue #84 – Patiently Waiting: Kendrick Lamar », sur Ozonemag.com, (consulté le 3 mai 2011).
  17. (en) « The Black Wall Street Journal, Vol. 1 – Game Overview », AllMusic (consulté le 22 décembre 2012).
  18. (en) You Know What It Is Vol. 4: Murda Game Chronicles, Game, 2007, The Black Wall Street Records.
  19. (en) « Kendrick Lamar C4 Mixtape », sur DatPiff, (consulté le 30 janvier 2011).
  20. (en) « Kendrick Lamar - Kendrick Lamar (EP) [2009] », sur 2dopeboyz, (consulté le 3 mai 2011).
  21. (en) « Kendrick Lamar - O.D. (Artwork) », 2Dopeboyz, Complex Music, (consulté le 10 mars 2013).
  22. (en) « Kendrick Lamar – P&P 1.5 f. Ab-Soul (Video) », 2Dopeboyz, Complex Music, (consulté le 10 mars 2013).
  23. (en) « Overly Dedicated [Explicit] : Kendrick Lamar », Amazon.com (consulté le 3 novembre 2012).
  24. (en) « Kendrick Lamar – O.D. (Mixtape) », 2Dopeboyz, Complex Music, (consulté le 10 mars 2013).
  25. (en) « Kendrick Lamar – Chart History: R&B/Hip-Hop Albums », Billboard (consulté le 3 novembre 2012).
  26. (en) Hanna, Mitchell, « Mixtape Release Dates: Kendrick Lamar, K-Os, Terrace Martin, Sheek Louch », sur HipHopDX, (consulté le 3 mai 2011).
  27. (en) Jacobs, Allen, « Dr. Dre Says In 2011, He's Focusing On West Coast Hip Hop – Kendrick Lamar, Slim da Mobster », sur HipHopDX, (consulté le 3 mai 2011).
  28. (en) Paine, Jake, « Kendrick reactes to Dr. Dre's codign considerign Afterath », sur HipHopDX, (consulté le 15 mars 2013).
  29. (en) « Kendrick Lamar Says J. Cole Collabo Mixtape is Gonna Shock The World », sur XXL Magazine (consulté le 3 mai 2013).
  30. (en) Cho, Danielle, « Indie Intro: 5 Things You Need To Know About Kendrick Lamar », Complex Music, (consulté le 10 mars 2013).
  31. (en) « The 2011 XXL Freshmen », sur XXL Magazine (consulté le 3 mai 2011).
  32. (en) « Kendrick Lamar’s 3rd Solo Album… », 2Dopeboyz, (consulté le 9 mars 2013).
  33. a et b (en) « Kendrick Lamar - HiiiPoWeR (prod. by J. Cole) », 2Dopeboyz, (consulté le 9 mars 2013).
  34. (en) « Kendrick Lamar – Ronald Reagan Era (His Evils) f. RZA », 2Dopeboyz date=17 juin 2011 (consulté le 9 mars 2013).
  35. (en) « Hip Hop Album Sales: The Week Ending 7/3/2011 | Get The Latest Hip Hop News, Rap News & Hip Hop Album Sales », HipHopDX, (consulté le 14 octobre 2015).
  36. (en) Gale, Alex, « 20 Legendary Hip-Hop Concert Moments », Complex, (consulté le 13 septembre 2013).
  37. (en) « Kendrick Lamar - A.D.H.D (Video) », 2Dopeboyz, (consulté le 10 mars 2013).
  38. (en) « 2011 BET Awards: Cyphers (Video) », 2Dopeboyz, (consulté le 10 mars 2013).
  39. (en) Kuperstein, Slava, « Kendrick Lamar - Cloud 10 [Prod. Nosaj Thing] », HipHopDX, (consulté le 15 mars 2013).
  40. (en) « Kendrick Lamar f. Gunplay - Cartoon & Cereal | New Hip Hop Music & All The New Rap Songs 2011 », HipHopDX, (consulté le 29 mars 2012).
  41. (en) « Studio Life: Kendrick Lamar talks Club Paradise Tour & Cartoons & Cereal », YouTube, (consulté le 29 mars 2012).
  42. (en) « 2. Kendrick Lamar f/ Gunplay Cartoon & Cereal — The 50 Best Songs of 2012 », sur Complex (consulté le 20 mars 2013).
  43. (en) « Kendrick Lamar & Danny Brown Cover FADER », 2Dopeboyz, Complex Music, (consulté le 10 mars 2013).
  44. (en) Nadeska Alexis, « Kendrick Lamar, Black Hippy Ink Deals With Interscope And Aftermath », MTV, (consulté le 8 mars 2012).
  45. « NEWS: J. COLE GIVES HIS TAKE ON WHY NAS/AZ & MF DOOM/GHOSTFACE JOINTS AREN'T DROPPIN' », SOHH, (consulté le 15 mars 2013).
  46. (en) « Kendrick Lamar on 106 & Park (Video) », 2Dopeboyz, Complex Music, (consulté le 15 mars 2013).
  47. (en) « Kendrick Lamar – War Is My Love », 2Dopeboyz, Complex Music, (consulté le 15 mars 2013).
  48. (en) « The J. Cole & Kendrick Lamar Album Is Actually Happening… », 2Dopeboyz, Complex Music, (consulté le 15 mars 2013).
  49. (en) Rebello, Ian, « Kendrick Lamar and J. Cole Collaboration Album Will Have No Release Date, Will Drop Out The Sky », The Versed, Freshcom Media LLC, (consulté le 15 mars 2013).
  50. (en) « Kendrick Lamar & Lady Gaga – PARTYNAUSEOUS » (consulté le 3 octobre 2015).
  51. (en) « Kendrick Lamar featuring Young Jeezy – Westside, Right On Time » (consulté le 19 août 2012).
  52. (en) Daniel Isenberg, « Photo Recap: Kendrick Lamar, ScHoolboy Q, Ab-Soul, and Stalley Rock BET's Music Matters Tour in D.C. », Complex, (consulté le 22 janvier 2013).
  53. (en) « Kendrick Lamar Debut Sales: 242,122 », Hitsdailydouble.com, (consulté le 30 octobre 2012).
  54. (en) « The 40 Best Songs of 2012: Fuse Staff Picks », Fuse, (consulté le 19 août 2013).
  55. (en) « The 2012 HipHopDX Year End Awards | Discussing Lil' Wayne, Drake & Many More Hip Hop Artists », HipHopDX, (consulté le 14 octobre 2015).
  56. Carrie Battan, « Watch: Kendrick Lamar and Drake Star in a Story of Love and Murder in the Video for "Poetic Justice" », PitchforkMedia,‎ (lire en ligne).
  57. (en) Alex Young, « Watch Kendrick Lamar perform 'Poetic Justice' on David Letterman », Consequence of Sound,‎ (lire en ligne).
  58. « Kendrick Lamar Receives Platinum Plaque For good kid, m.A.A.d city », 2Dopeboyz, Complex Music, (consulté le 2 juillet 2013).
  59. (en) « Kendrick Lamar Says He's Trying To Murder Drake, J. Cole, Wale On Big Sean's Control », Andres Tardio, (consulté le 13 août 2013).
  60. (en) Tony Manfred, « Kendrick Lamar Verse On Control Stuns Rap Game », Business Insider, (consulté le 22 avril 2014).
  61. (en) « Kendrick Lamar's Verse on Big Sean's Control is Amazing - New Song - Fuse », Fuse.tv, (consulté le 25 août 2013).
  62. (en) « Joell Ortiz - Outta Control (Response to Kendrick Lamar) | New Hip Hop Music & All The New Rap Songs 2011 », HipHopDX, (consulté le 25 août 2013).
  63. « B.o.B, Fred The Godson And Los Respond To Kendrick Lamar - XXL », XXL Magazine, (consulté le 25 août 2013).
  64. « Cassidy "Control (Freestyle)" », Complex, (consulté le 14 août 2013).
  65. (en) « JR Writer - Control Yourself (Control Response) - download and stream », AudioMack, (consulté le 25 août 2013).
  66. (en) « Mad Rapper Kendrick Lamar Control », Complex, (consulté le 25 août 2013)
  67. (en) « Joe Budden Control (Remix) », Complex (consulté le 25 août 2013).
  68. (en) « ACTUAL ARTICLE TITLE BELONGS HERE! », Pitchfork (consulté le 6 octobre 2014).
  69. (en) « ACTUAL ARTICLE TITLE BELONGS HERE! », Glide Magazine, Glidemagazine.com (consulté le 6 octobre 2014).
  70. « MMLP2 Tracklisting | NOV.5.2013 », EMINEM (consulté le 13 octobre 2013).
  71. (en) 2013 BET Hip Hop Awards: The Complete Winners List - Music, Celebrity, Artist News, MTV.com, (consulté le 25 mars 2014).
  72. (en) « 2013 BET Hip Hop Awards: Performances », 2dopeboyz.com, (consulté le 14 octobre 2015).
  73. (en) « 2013 BET Cypher: TDE w/ Kendrick Lamar, ScHoolboy Q, Ab-Soul, Jay Rock & Isaiah Rashad (Video) », 2dopeboyz.com (consulté le 14 octobre 2015).
  74. (en) « Kendrick Lamar On TDE, His Control Verse And Fame From XXL’s Oct/Nov Cover Story - XXL », XXL Magazine, (consulté le 14 octobre 2015).
  75. (en) « Kendrick Lamar on Drake: [We’re] Pretty Cool, and I Would Be Okay If We Weren’t », MissInfo.tv, (consulté le 14 octobre 2015).
  76. (en) Zara Golden, « Kendrick Lamar Talks Drake in GQ's Men of the Year Issue », The Fader, (consulté le 14 octobre 2015).
  77. (en) « Kendrick Lamar Named GQ's Rapper of the Year, Talks About Drake: [We're] Pretty Cool, and I Would Be Okay if We Weren't », Complex, (consulté le 14 octobre 2015).
  78. (en) « Grammy Awards 2014: Full Nominations List », Billboard, (consulté le 14 octobre 2015).
  79. (en) « Kendrick Lamar Responds to Macklemore Grammys Snub: Everything Happens for a Reason | E! Online UK », E!, (consulté le 22 avril 2014).
  80. (en) Emmanuel C.M., « Exclusive: Kendrick Lamar Says "Everything Happens For A Reason" After Grammy Snub - XXL », XXL Magazine, (consulté le 22 avril 2014).
  81. (en) April Sperry, « Here Are The Biggest Snubs Of The 2014 Grammys », The Huffington Post, (consulté le 22 avril 2014).
  82. (en) Janice Llacoma, « Kendrick Lamar & Imagine Dragons "m.A.A.d city" & "Radioactive" (2014 GRAMMY Performance) », HipHopDX, (consulté le 28 janvier 2014).
  83. (en) Evan Minsker, « Watch: Kendrick Lamar Joins Imagine Dragons on "Saturday Night Live" », Pitchfork (consulté le 4 février 2014).
  84. (en) « Top Dawg's Kendrick Lamar & ScHoolboy Q Cover Story: Enter the House of Pain », Billboard (consulté le 22 avril 2014).
  85. (en) Frydenlund, Zach, « Listen to Kendrick Lamar's I », Complex, (consulté le 24 septembre 2014).
  86. (en) « Kendrick Lamar Makes a Triumphant Return to 'SNL' », Rolling Stone.
  87. (en) Marissa G. Muller, « Kendrick Lamar Is Reebok's New Brand Ambassador », MTV, (consulté le 18 septembre 2014).
  88. (en) « Kendrick Lamar Debuts New Song on The Colbert Report », Pitchfork (consulté le 25 décembre 2014).
  89. « Watch Kendrick Lamar Debut A New Song On Colbert », Stereogum (consulté le 25 décembre 2014).
  90. (en) « Taylor Swift Cries Tears of Joy Over Kendrick Lamar's Grammy Wins », Billboardàccessdate=10 novembre 2015.
  91. (en) « Kendrick Lamar premieres 'The Blacker The Berry', his intense, racially-charged new single — listen », Consequence of Sound.
  92. (en) Patrick Ryan, « Kendrick Lamar's new album arrives early », USA Today, (consulté le 16 mars 2015).
  93. (en) Keith Caulfield, « Kendrick Lamar Earns His First No. 1 Album on Billboard 200 Chart », Billboard, (consulté le 27 mai 2015).
  94. (en) « Yasiin Bey (Mos Def) Joined Kendrick Lamar for 'Alright' Performance at Osheaga », sur Billboard, Prometheus Global Media, (consulté le 3 août 2015).
  95. Kory Grow, « Kendrick Lamar Named 'Generational Icon' by California Senate », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)
  96. Erin Strecker, « Taylor Swift's 'Bad Blood' Video Premieres », Billboard,‎ (lire en ligne).
  97. Gary Trust, « Taylor Swift's 'Bad Blood' Blasts to No. 1 on Hot 100 », Billboard,‎ (lire en ligne).
  98. (en) « 2015 MTV Video Music Awards Nominees Revealed: Taylor Swift, Kendrick Lamar, Ed Sheeran & More », Prometheus Global Media (consulté le 21 juillet 2015).
  99. (en) Colin Stutz, « Kendrick Lamar Goes Looney Living the American Dream in 'For Free?' Video: Watch », sur Billboard, Prometheus Global Media, (consulté le 31 juillet 2015)
  100. (en) Complex staff, « The 20 Best Rappers in Their 20s (Right Now) », Complex Media, (consulté le 8 août 2015).
  101. (en) « Kendrick Lamar announces the Kunta's Groove Sessions Tour », rap-up, (consulté le 28 octobre 2015).
  102. (en) Christopher R. Weingarten, « Review: Kendrick Lamar Moves From Uplift to Beast Mode on Dazzling 'Damn.' », Rolling Stone, (consulté le 3 juin 2017)
  103. (en) Laurent Tom, « Kendrick Lamar Goes Platinum With 'DAMN.' », Billboard, (consulté le 3 juin 2017)
  104. « Grammy Awards : Kendrick Lamar nommé huit fois pour son album inspiré du film « Black Panther » », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  105. « Voici le palmarès des Grammy Awards 2019 », sur GQ France (consulté le 18 février 2019)
  106. (en-US) HipHopDX - http://hiphopdx.com, « Kendrick Lamar Cites DMX As An Influence & Discusses Learning From Dr. Dre's Mistakes », HipHopDX, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  107. « YouTube », sur www.youtube.com (consulté le 11 novembre 2018)
  108. « Kendrick Lamar Says ‘Backseat Freestyle’ Was Influenced By Eminem », Vibe,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  109. (en-US) « Tracklisting: Kendrick Lamar – 'To Pimp a Butterfly' », Rap-Up, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  110. (en) Complex Magazine, Best Rap Verses of 2013, (consulté le 25 décembre 2013)
  111. (en) « Kendrick Lamar is king, according to an exhaustive analysis of 21st-century music criticism — Quartz », sur qz.com (consulté le 11 novembre 2018)
  112. (en-GB) « Kendrick Lamar declares himself 'King of New York' », AXS, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  113. (ru) « youheardthatnew.com - 2012 09 video-kendrick-lamar-you-really-cant-categorize-my-music-its-human-music », sur youheardthatnew.com (consulté le 11 novembre 2018)
  114. (en-US) Neil Shah, « The Case for Kendrick Lamar », WSJ, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  115. « CD REVIEW: Kendrick Lamar, ‘good kid, m.A.A.d city’ - The Boston Globe », BostonGlobe.com, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  116. (en-US) Jody Rosen, « good kid, m.A.A.d city », Rolling Stone,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  117. (en) « 6 key players discuss Lamar's 'To Pimp A Butterfly », GRAMMY.com,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  118. (en) « Explore Kendrick Lamar’s DAMN. on Pitchfork’s “Instant Classic” | Video | Pitchfork », sur pitchfork.com (consulté le 11 novembre 2018)
  119. (en-US) « The Autofictions of Kendrick Lamar », The New Yorker, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  120. « Kendrick Lamar fans feel the spirit, the words and the light », SFGate,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  121. (en) Alexis Petridis, « Kendrick Lamar: Damn review – more mellow but just as angry », sur the Guardian, (consulté le 11 novembre 2018)
  122. (en) Steve Baltin, « The Importance Of Kendrick Lamar And How He Is Making Pop Music Matter Again », Forbes, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  123. (en) Alexis Petridis, « Kendrick Lamar's Untitled Unmastered: 'The work of someone who's in it for the long haul' – first-listen review », sur the Guardian, (consulté le 11 novembre 2018)
  124. (en) « Review: Kendrick Lamar, Rap’s Skeptical Superstar, Avoids Arena Spectacle », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  125. « Kendrick Lamar's 20 Best Songs: Critic's Picks », Billboard, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  126. (en-GB) « 8 song lyrics that caused a storm of controversy - BBC Music », sur www.bbc.co.uk, (consulté le 13 avril 2019)
  127. (en) « Kendrick Lamar: 'I Can't Change The World Until I Change Myself First' », sur NPR.org (consulté le 13 avril 2019)
  128. (en) Justin Ivey, « Kendrick Lamar’s 'Humble' Song Sparks Feminist Backlash - XXL », sur XXL Mag (consulté le 13 avril 2019)
  129. (en) Peter A. Berry, « SZA Defends Controversial Kendrick Lamar Lyrics on 'Humble' - XXL », sur XXL Mag (consulté le 13 avril 2019)
  130. (en-US) Janice Williams On 4/14/17 at 5:17 PM EDT, « Kendrick Lamar's praise of "natural" beauty sparked more misogyny between women than his lyrics did », sur Newsweek, (consulté le 13 avril 2019)
  131. (en) B. J. Steiner, « Rappers Who Have Dissed Kendrick Lamar - XXL », sur XXL Mag (consulté le 13 avril 2019)
  132. (en-US) Al Shipley,Mosi Reeves,Christina Lee et Al Shipley, « 9 Ways Kendrick Lamar's 'Control' Verse Changed the World », sur Rolling Stone, (consulté le 13 avril 2019)
  133. (en) « A Timeline of Kendrick Lamar and Drake's Complicated Relationship », sur Complex (consulté le 13 avril 2019)
  134. (en) « A History Of Drake & Kendrick Lamar’s Subliminal War », sur Genius (consulté le 13 avril 2019)
  135. (en) Condé Nast, « Kendrick Lamar's Latest Drake Troll Could Be His Best Ever », sur GQ (consulté le 13 avril 2019)
  136. (en-US) NME, « Drake responds to Kendrick Lamar's 'Control' verse: 'He's not murdering me at all' », sur NME, (consulté le 13 avril 2019)
  137. (en) « A Timeline of Kendrick Lamar and Drake's Complicated Relationship », sur Complex (consulté le 13 avril 2019)
  138. « Drake Responds To Kendrick Lamar's "Control" Verse: "He's Not Murdering Me" [Update: Drake Reveals 3 Song Titles & Producers Off "NWTS"] », sur HotNewHipHop (consulté le 13 avril 2019)
  139. « Drake Shares 'Nothing Was The Same' Release Date: Hear Four New Tracks », sur Billboard (consulté le 13 avril 2019)
  140. (en) « Poetic Justice? Kendrick Lamar's "Control" vs. Drake's "The Language" », sur Complex (consulté le 13 avril 2019)
  141. (en-US) « Kendrick Lamar Crushes the Competition with BET Hip-Hop Awards Cypher », sur Rap-Up (consulté le 13 avril 2019)
  142. (en-US) Sowmya Krishnamurthy et Sowmya Krishnamurthy, « Kendrick Steals the Show at the BET Awards », sur Rolling Stone, (consulté le 13 avril 2019)
  143. « Kendrick Lamar Disses Drake In BET Hip-Hop Awards Cypher », sur Stereogum, (consulté le 13 avril 2019)
  144. (en) « VIBE Winter 2014 Cover Story: Drake », sur Vibe, (consulté le 13 avril 2019)
  145. (en) « A Timeline of Kendrick Lamar and Drake's Complicated Relationship », sur Complex (consulté le 13 avril 2019)
  146. (en) « Marcellus Wiley Talks Scrapped Interview That Reportedly Would've Ignited a Major Drake and Kendrick Lamar Beef », sur Complex (consulté le 13 avril 2019)
  147. « Drake & Kendrick Lamar's "Beef" Nearly Escalated To 50 Cent & Ja Rule Proportions, According To Marcellus Wiley », sur HotNewHipHop (consulté le 13 avril 2019)
  148. djvlad, « Marcellus Wiley on a Scary Encounter With Suge Knight at a Club », (consulté le 13 avril 2019)
  149. (en) « The Internet Thinks Kendrick Lamar's New Song Disses Drake », sur Time (consulté le 13 avril 2019)
  150. (en) « The Evidence That Kendrick Is Subbing Drake on "The Heart Part 4" », sur Complex (consulté le 13 avril 2019)
  151. (en-US) « Kendrick Lamar Has New Taunts For Drake In 'Rolling Stone' Cover Story », sur Mass Appeal, (consulté le 13 avril 2019)
  152. (en) « Interview: Big Sean Breaks Down 'Control' (Feat. Kendrick Lamar And Jay Electronica) », sur Vibe, (consulté le 13 avril 2019)
  153. (en) « Big Sean On Stealing A Rolex From His Ex Naya Rivera And The Inspiration Behind "I Don't Fuck WIth You" », sur complex.com (consulté le 13 avril 2019)
  154. (en-US) Boss Hunting Music, « Kendrick V Everybody: A Beginner's Guide To Kendrick Lamar's Beefs », sur Boss Hunting (consulté le 13 avril 2019)
  155. (en) « Listen to Big Sean's New Song "No More Interviews" », sur Complex (consulté le 13 avril 2019)
  156. (en) « How Kendrick Lamar and Big Sean's Relationship Went Wrong », sur Complex (consulté le 13 avril 2019)
  157. (en) « Did Kendrick Lamar Take Shots at Big Sean on "The Heart Part 4"? », sur Complex (consulté le 13 avril 2019)
  158. (en) « People Think Kendrick Lamar Is Dissing Big Sean Again on "Humble" », sur Complex (consulté le 13 avril 2019)
  159. « Kendrick Lamar fiancé à son premier amour ! Le rappeur démarre fort en 2015 », Staragora, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2017)
  160. (en-US) Alex Torres, « Lakers News: Nick Young Discusses His Swaggy Fashion and Kendrick Lamar », sur Lakers Nation, (consulté le 2 avril 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :