Airbourne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Airborne.
Airbourne
Description de cette image, également commentée ci-après
Airbourne en concert en 2014.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de l'Australie Australie
Genre musical Hard rock
Années actives Depuis 2003
Labels Roadrunner, EMI Group, Spinefarm, Nettwerk Music
Influences The Angels, AC/DC, Judas Priest, Def Leppard, Thin Lizzy, Rose Tattoo, Motörhead
Site officiel www.airbournerock.com
Composition du groupe
Membres Joel O'Keeffe
Ryan O'Keeffe
Justin Street
Matthew « Harri » Harrison
Anciens membres David Roads
Adam Jacobson
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo d’Airbourne.

Airbourne est un groupe de hard rock[1] australien, originaire de Warrnambool. Il est formé en 2003 par les frères Joel O'Keeffe (chant et guitare solo) et Ryan O'Keeffe (batterie), David Roads (chœurs et guitare rythmique) et Justin Street (chœurs et basse). En 2004, ils publient un EP intitulé Ready to Rock.

En 2007, ils publient leur premier album studio, intitulé Runnin' Wild. En 2010, ils sortent leur deuxième album studio, No Guts. No Glory. En 2013, paraît leur troisième album studio, intitulé Black Dog Barking. Leur premier album est publié sur Capitol Records, avec lesquels ils signent un contrat de cinq ans. Capitol résilie le contrat, mais le groupe signe un nouveau contrat avec EMI Records, et publie son premier album. Plus tard, ils signent chez Roadrunner Records, avec qui ils publient leurs deuxième et troisième albums.

Début 2015, le groupe annonce avoir signé un contrat avec Spinefarm Records.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation (2003-2006)[modifier | modifier le code]

Justin Street et Joel O'Keeffe en concert.

Le groupe est formé en 2003 par les frères Joel et Ryan O'Keeffe[2],[3],[4]. Joel reçoit sa première guitare à l'âge de 11 ans alors qu'au même âge Ryan tapait sur sa première batterie[5],[6]. Joel fait la connaissance de David Roads alors qu'ils travaillaient tous les deux dans un hôtel de Warrnambool en Australie[6]. Ils commencent chacun à rapporter leur guitare au travail, faisant des bœufs et travaillant sur des idées de chansons pendant leurs pauses. Bientôt David Roads rejoignit les frères O'Keeffe dans leur « cabane » (ainsi nommée car c'était une pièce en dehors de la maison) pour jouer ensemble.

En 2003, Adam Jacobson quitte le groupe et est remplacé par Justin Street à la basse après s'être fait bousculer par Ryan en revenant saoul d'une fête. En , le groupe remporte le concours Push-On à Melbourne. Leurs premières chansons sont influencées par d'autres groupes australiens comme AC/DC, The Angels, Billy Thorpe, et Rose Tattoo[2],[3]. Ils enregistrent un EP de huit chansons en intitulé Ready to Rock[7]. Début 2005, le groupe déménage à Melbourne. et en août, ils signent un contrat avec Capitol Records. Selon Joel, le groupe a vécu ensemble dans une maison durant environ 3 ans 1/2[8]. Ce sera là que, lors une soirée de folie, un fusible a sauté et que la maison pris feu[8]. D'ailleurs, ce sera durant cette même soirée que Joel entendit le morceau Rock the Block de Krokus[8]. Le groupe fait alors la première partie de Mötley Crüe, Motörhead, Iron Maiden et The Rolling Stones, entre autres[7],[8].

Runnin' Wild (2006-2009)[modifier | modifier le code]

Airbourne au Sauna Open Air festival, en 2008.

En 2006, les membres du groupe déménagent aux États-Unis pour commencer l'enregistrement de leur premier album international, intitulé Runnin' Wild, avec le producteur Bob Marlette (Ozzy Osbourne, Alice Cooper)[6],[9]. Runnin' Wild est d'abord publié en Australie en juin 2007. Trois singles sortiront de cet album, Too Much, Too Young, Too Fast, Runnin' Wild et Diamond in the Rough. Après que Capitol Records rompt le contrat qu'il avait avec le groupe, Airbourne signe avec le label de rock américain Roadrunner Records[4]. Malgré cela, le groupe a du mal à passer sur les radios australiennes.

Runnin' Wild sort en janvier 2008 aux États-Unis et en juin 2008 en Europe. Le groupe explose enfin grâce aux nombreuses apparitions des titres de l'album dans divers jeux vidéo. Ce qui aide le groupe à se faire connaître mondialement. L'album se vend à près de 250 000 d'exemplaires à travers le monde, les critiques saluent alors la qualité de l'album, ainsi Hardrockhideout écrit : « "Runnin' Wild" est un disque qui va surpasser les attentes des fans de hard rock. Les fans de hard rock des années 1980 et d'AC/DC vont l'adorer. »[10]

Alors que le groupe est souvent comparé à leur illustre ainé AC/DC, Joel O'Keeffe explique lors d'une interview en  : « Peu importe d'où tu viens et quand tu viens, tu seras toujours comparé à quelqu'un. Surtout pour nous qui venons d'Australie et qui faisons le même genre de musique. Être comparé au meilleur groupe de rock'n'roll du business, qui est toujours actif et est aujourd'hui sur le point de publier un autre album, il n'y a pas de meilleur compliment[11] » et dans une autre en 2010 : « Bah, on nous compare au meilleur groupe de rock encore en activité… Que veux-tu qu'on fasse ? Qu'on pleure et qu'on demande à être comparés à Coldplay ? Et puis si tu savais, en Australie, le nombre de groupes auxquels tu ne veux pas être comparé… »[12]

Airbourne commence à se faire remarquer sur la scène hard rock, ainsi la légende du rock Lemmy Kilmister, du groupe britannique Motörhead, fait une apparition dans le clip Runnin' Wild conduisant le camion dans lequel joue le groupe. En novembre 2008, à L'Astoria de Londres, Dan Hawkins (Stone Gods / The Darkness) rejoint le groupe sur scène pour reprendre le titre d'AC/DC, Whole Lotta Rosie[13]. Les concerts du groupe se manifestent par une formidable énergie sur scène de tous les membres ; Joel O'Keeffe, lorsque le groupe joue en plein air va jusqu'à escalader la structure de la scène qui maintient les projecteurs et réalise des solos de guitare à une trentaine de mètres au-dessus du sol. Lorsque le groupe joue en salle, il prend des bains de foule en ouvrant le passage devant lui, ce qui ravit le public. La marque de fabrique d'Airbourne est qu'en plein milieu d'un morceau, Joel O'Keeffe lance dans le public des cannettes de bière qu'il a auparavant percé en cognant avec force dessus.

No Guts. No Glory. (2009-2011)[modifier | modifier le code]

Airbourne pendant le No Guts No Glory Tour le 18 mars 2010.

David Roads confirme lors d'une interview que le groupe allait rentrer en studio en janvier 2009, pour enregistrer le successeur de Runnin' Wild. Dans le numéro 17 du magazine Kerrang!, Joel O'Keeffe affirme que le groupe enregistrait au Criterion Hotel, le pub où le groupe joua son tout premier concert à Warrnambool, Australie. O'Keeffe ajoute : « On a branché tout notre matos, prêts à faire du pub-rock australien fait dans un pub rock australien[14] ! »

L'album No Guts, No Glory est publié le [15]. Après avoir enregistré leur premier morceaux en Australie, le groupe a déménagé à Chicago aux États-Unis pour enregistrer le reste de l'album avec le producteur Johnny K (Disturbed, 3 Doors Down, Staind)[16].

Black Dog Barking (2011-2014)[modifier | modifier le code]

David Roads sur la scène du Rock am Ring en 2013.

Le groupe travaille un an sur le nouvel album, sachant qu'ils en ont aussi un peu profité pour se reposer après la tournée de No Guts. No Glory. Joel et Ryan étaient à Los Angeles en pour rencontrer des producteurs. Airbourne était à Los Angeles pour enregistrer Black Dog Barking de mi-octobre à fin . L'album est produit par Brian Howes (Hedley, Nickelback…) et l'enregistrement a débuté aux Van Howes Studios (studios du producteur à L.A.).

Ils sont ensuite allés aux Armoury Studios à Vancouver (ex-studio de Bruce Fairbairn) pour terminer l'album courant janvier (entre le 7 et le environ). Le premier épisode de Airbourne in the Studio y est consacré. L'album, intitulé Black Dog Barking, contient dix morceaux et est publié le en Europe et en Australie, et dans le monde entier le sous le label Roadrunner Records au niveau mondial. Le premier single est Live It Up. Airbourne entame une tournée européenne pendant les mois d'octobre, novembre et  ; ils jouent en France, dont l'Olympia à Paris le et au Royaume-Uni entre autres.

Breakin' Outta Hell (2014-2019)[modifier | modifier le code]

En novembre 2014, Joel O'Keeffe annonce que le groupe travaille sur un nouvel album[17]. Lors du festival Hellfest en , le groupe doit subir une coupure de courant de quelques minutes, ce qui n'a pas empêché Joel O'Keeffe d'amuser le public.

Slash avec un t-shirt d'Airbourne durant un concert avec Myles Kennedy lors du Sweden Rock Festival 2015

C'est en mars 2015 que les premières répétitions et enregistrement des démos commencent concernant le nouvel opus du groupe. Autour du l'enregistrement débute avec Bob Marlette comme producteur et Mike Fraser derrière la console de mixage, jusqu'au . Après enregistrement de 30 démos dans trois studios différents de Los Angeles et Chicago, 11 morceaux sortiront sur le quatrième album d'Airbourne. C'est le premier album sorti après la signature chez Spinefarm Records. Comme à son habitude, le groupe et ses techniciens ont préféré enregistrer sur bande magnétique ainsi que sur les mêmes amplificateurs Marshall que ceux utilisés lors de leurs tournées. David et Joel n'hésitent pas à utiliser d'autres guitares que leurs Gibson Explorer traditionnelles ; d'autres modèles servent aux enregistrement comme des Gibson ES, une Gretsch White Falcon ou encore une Gibson Les Paul. Dès le l'album est annoncé au public, et le premier single Breakin' Outta Hell sort le . Le clip du second single Rivalry est sorti une semaine avant la sortie de l'album annoncée pour le . Entre-temps, le groupe continue de tourner dans le monde entier.

En avril 2017, le groupe annonce le remplacement de David Roads par le guitariste du groupe australien Palace of the King Matthew « Harri » Harrison[18].

Boneshaker (depuis 2019)[modifier | modifier le code]

Boneshaker est le cinquième album studio du groupe de hard rock australien Airbourne[19]. Il est sorti le 25 octobre 2019 via Spinefarm et a été produit par le producteur de disques, auteur-compositeur et directeur musical américain Dave Cobb[20]. «Il est parvenu à prendre notre lumière et à la mettre dans une bouteille», a imagé Joel[21] Le clip officiel de la chanson "Boneshaker" sera tourné lors du concert du 1er août 2019 au Wacken Open Air

«Pour enregistrer ce disque, c'est comme si nous avions donné un concert en studio. On a voulu insuffler l'âme et la puissance d'un show d'Airbourne dans un album»[21] «Il n'y a pas de ballades, pas de guitares acoustiques, pas de claviers. Il n'y a pas de tangentes musicales bizarres, pas de conneries de ce type chez nous. C'est un enchaînement de pur rock'n'roll qui sent le caoutchouc brûlé, l'essence renversée et les pistons brûlants. Ça te frappe directement dans les os.»[21]

Certaines chansons seront dévoilées en avant première ("Boneshaker", "Burnout the Nitro") lors de la tournée européenne de juillet à novembre 2019.

C’est le premier album d'Airbourne à mettre en vedette Matt "Harri" Harrison à la guitare rythmique, prenant la place du guitariste rythmique du groupe et membre de longue date David Roads, qui a quitté en 2017[20]

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • Runnin' Wild (2007)
  • Too Much, Too Young, Too Fast (2007)
  • Diamond In The Rough (2007)
  • No Way But The Hard Way (2010)
  • Blonde, Bad And Beautiful (2010)
  • Bottom Of The Well (2010)
  • Raise The Flag (2010)
  • Live It Up (2013)
  • No One Fits Me (Better Than You) (2013)
  • Breakin' Outta Hell (2016)
  • Rivalry (2016)
  • Boneshaker (2019)

Apparitions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Airbourne Bio » (consulté le 28 mars 2014).
  2. a et b (en) Jody Macgregor, « Airbourne > Biography », AllMusic (Rovi Corporation) (consulté le 30 octobre 2011).
  3. a et b (en) « Brothers Airborne », South West TAFE, (consulté le 30 octobre 2011).
  4. a et b (en) Patrick Donovan, « Airbourne's Fortunes Take Off Again », The Age, Fairfax Media, (consulté le 30 octobre 2011).
  5. (en) Roadrunner (Marianna), « Airbourne Biography », Airbourne Official Website (Roadrunner Records), (consulté le 7 juin 2015).
  6. a b et c (en) « Airbourne Biography », musichead Australia (EMI Music Australia Pty Ltd) (consulté le 2 novembre 2011).
  7. a et b (en) Patrick Donovan, « It Helps to Be Airbourne », The Age, Fairfax Media, (consulté le 30 octobre 2011).
  8. a b c et d (de) « Interview mit Airbourne », Zurich, Suisse, hitparade.ch (Die Offizielle Schweizer Hitparade Swiss Music Charts, (consulté le 30 octobre 2011).
  9. (en) Eduardo Rivadavia, « Runnin' Wild - Airbourne », AllMusic (Rovi Corporation) (consulté le 30 octobre 2011).
  10. (en) Rob Rockitt, « Airbourne – Running Wild (Release Year – 2007) », sur Hard Rock Hideout, (consulté le 26 novembre 2019)
  11. (en) « EXCLUSIVE INTERVIEW WITH AIRBOURNE’S JOEL O’KEEFE », sur MetalSucks, (consulté le 9 août 2016).
  12. « #46 Airbourne, les nouveaux maîtres du Hard Rock - Rock Anecdotes », sur rock-anecdotes.fr (consulté le 26 novembre 2019)
  13. (en) Dave Ling, « Dave's Diary », Dave Ling – Music Journalist, (consulté le 2 novembre 2011).
  14. (en) O'Keeffe, Joel. Airbourne Begin Work On New Album - In a Pub!, Kerrang, 2009-01-17.
  15. (en) « Metal Hammer » MHTV », MetalHammer (Future Publishing Limited) (consulté le 2 novembre 2011).
  16. (en) Airbourne Announce New Album and Upcoming Tour… Roadrunner Records Consulté le 02/11/09
  17. (en) Richman/Jerzy/Tamas, « Airbourne - Interview with Joel O’Keeffe », sur Guitar Mania, (consulté le 31 décembre 2014).
  18. (en) « Airbourne parts ways with guitarist », sur Blabbermouth.
  19. (en) « Boneshaker (Airbourne album) », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  20. a et b Steve Leftridge, « “Why Country Is the New Classic Rock” », dans The Rock History Reader, Routledge, (ISBN 9781315394824, lire en ligne), p. 383–386
  21. a b et c www 20minutes ch, 20 Minutes, 20 Min www.20min.ch, « Airbourne: «La puissance d'un show sur album» », sur 20 Minutes (consulté le 26 novembre 2019)
  22. « Hellfest 2017 : la programmation dévoilée », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]