Administration Reagan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'administration du 40e président des États-Unis Ronald Reagan est en fonction de 1981 à 1989, soit la durée deux mandats, le président sortant étant réélu en 1984.

L'administration Reagan, en 1984.

Administration[modifier | modifier le code]

Politique budgétaire[modifier | modifier le code]

Sur le plan intérieur, l'administration favorise la réduction des programmes gouvernementaux et introduit la plus grande des réductions d'impôt de l'histoire américaine. Les politiques économiques adoptées en 1981, connues sous le nom de «Reaganomics», en sont un exemple. Reagan souhaite encourager l'esprit d'entreprise et limiter la croissance des dépenses sociales, ainsi que la réduction de l'inflation. La croissance économique connaît une forte reprise dans les années 1980. La dette nationale augmente cependant de manière significative.

Politique étrangère[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne la politique étrangère, l'administration était résolument anti-communiste, qualifiant l'Union soviétique d '«Empire du mal» et terminant la détente des années 1970. La controversée «doctrine Reagan» a accordé une aide aux forces paramilitaires qui cherchaient à renverser des gouvernements socialistes, en particulier en Amérique centrale et en Afghanistan. Reagan a également favorisé les nouvelles technologies telles que les systèmes de défense antimissile, afin de faire face aux Soviétiques et à leurs alliés. En diplomatie, Reagan a forgé une solide alliance avec le Premier ministre britannique Margaret Thatcher, et il s'est entretenu plusieurs fois avec Mikhaïl Gorbatchev, au cours de négociations visant à réduire les arsenaux nucléaires des superpuissances.

La présidence de Reagan a été appelée le « révolution de Reagan », ou l'« âge de Reagan ». L'administration a travaillé à l'effondrement du communisme soviétique, qui s'est produit au moment ou le président a quitté ses fonctions. Le président est sorti avec une cote de 63 % d'approbation, l'un des taux les plus élevés pour un président sortant.

Haute-administration[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]