Jesse Jackson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jesse Jackson
Image dans Infobox.
Jesse Jackson en 2013.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Jesse Louis Burns
Surnom
Jesse Jackson
Nationalité
Formation
Activité
Militant des droits de l'homme
Homme politique (candidat aux primaires démocrates pour les élections présidentielles de 1984 et 1988)
Conjoint
Jacqueline Jackson (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Jonathan Jackson (en)
Jesse JacksonVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Parti politique
Mouvement
Civil rights movements (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sport
Équipes
Illinois Fighting Illini football (en)
North Carolina A&T Aggies football (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Position
Personne liée
Lucius Hall (d) (ami (d))Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Jesse Louis Burns, connu sous le nom de Jesse Louis Jackson Sr., dit Jesse Jackson, né le à Greenville (Caroline du Sud), est un pasteur baptiste américain. Militant politique pour les droits civiques, et notamment ceux des Noirs américains, il a été candidat, avec un programme très progressiste, à l'investiture du Parti démocrate pour les élections présidentielles, en 1984 et en 1988.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et famille[modifier | modifier le code]

Jesse Jakson[1] naît dans une maison pauvre de Greenville en Caroline du Sud. Il est le fils d'Helen Burns[2], une coiffeuse âgée de seize ans quand elle le met au monde. Son père, Noah Louis Robinson, est le voisin d'Helen, il est marié et âgé de 33 ans, c'est un ouvrier de cotonnerie et un ancien boxeur professionnel[3] connu dans la communauté noire locale[4].

Un an après la naissance de Jesse, sa mère épouse Charles Henry Jackson, un ouvrier des services postaux, qui, plus tard, reconnaîtra l'enfant, lui donnant ainsi son nom[5]. Pendant son enfance, il est harcelé par d'autres enfants en raison de sa naissance hors mariage[6].

Jusqu'au boycott des bus de Montgomery, en 1955, il subit les lois de ségrégation raciale. Il fait ses études secondaires à Greenville à la Sterling High School, établissement destiné aux enfants noirs. Il est délégué de sa classe, il finit ses études à la place de 10e et obtient de nombreuses distinctions dans le domaine du sport, baseball, football et basketball.

En 1959, après ses études secondaires, il est accepté à l'université d'Illinois[7], où il bénéfice d'une bourse sportive et joue dans l'équipe de football américain. Après une première année dans cette université essentiellement blanche, il poursuit ses études à l'université agricole et technique d'État de Caroline du Nord à Greensboro[8], majoritairement noire[9]. Ce changement fut motivé, selon Jesse Jackson, par le racisme régnant à l'université d'Illinois qui l'empêchait de jouer à la place stratégique de quarterback et limitait ainsi ses chances de participer à une équipe de football de premier plan[10]. Il y obtient en 1964 un Bachelor of Science en sociologie[11].

Ensuite il suit des études de théologie au Chicago Theological Seminary[12] (séminaire de théologie de Chicago), où il ne termine pas son cursus (en 2000 néanmoins on lui décerne un Master of Divinity (maîtrise en théologie) en raison de ses études faites et de son expérience personnelle). Il entre dans la Conférence du leadership chrétien du Sud[13] sous l'influence du pasteur Martin Luther King. Le , il est aux côtés de ce dernier à Memphis lors de son assassinat[14],[15].

Il est ordonné pasteur baptiste en juin 1968[16].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1971, il crée une association à but non lucratif, PUSH (People United to Serve Humanity, Peuple uni pour servir l'humanité) pour défendre les droits civiques de la minorité noire (et des catégories les plus pauvres) auprès des partis politiques et des entreprises par différents moyens (boycotts, etc.)[17],[18]. En 1984, il en crée une seconde, la Rainbow Coalition (Coalition Arc-en-ciel)[19] pour réclamer l'égalité des droits civiques pour les minorités raciales, les petits agriculteurs, les mères qui travaillent, les chômeurs, les gays et les lesbiennes. Elles fusionnent en 1996 sous le nom de Rainbow/PUSH[20].

Politique[modifier | modifier le code]

Jesse Jackson prononce un discours à l'occasion des Goodwill Games de 1990.

Au sein du Parti démocrate, il appartient au courant progressiste, le plus à gauche (comme, par exemple, Bernie Sanders, dans les années 2010). Il est sans doute trop à gauche pour être un jour élu président, estime-t-on à la direction du parti[21]. Son programme propose entre autres une augmentation des impôts pour les 10 % les plus riches de la population américaine afin, notamment, de créer un système de remboursement universel des frais médicaux. Il souhaite aussi réduire drastiquement le budget de l'armée, ne serait-ce que pour réduire ses capacités d'intervention de par le monde, qu'il juge néo-coloniales.

Après la candidature symbolique de Shirley Chisholm et avant celle de Barack Obama, il est le premier Afro-Américain à obtenir suffisamment de soutiens pour avoir une chance de remporter la primaire du Parti démocrate.

En 1984, lors des primaires du parti pour l'élection présidentielle, il termine en troisième position avec 3 282 431 voix (18,09 % des suffrages[22]), arrivant derrière Walter Mondale et Gary Hart. En 1988, il arrive en deuxième position derrière Michael Dukakis et obtient 6 788 991 (29,12 % des suffrages[23]). Il remporte ses victoires essentiellement dans le sud des États-Unis, l'Alabama, la Caroline du Sud, la Géorgie, la Louisiane, le Michigan, le Mississippi, la Virginie et le district de Columbia (c'est-à-dire Washington, la capitale fédérale)

Depuis 2000[modifier | modifier le code]

Le , face à l'imminence d'une deuxième guerre contre l'Irak accusé à tort de posséder des armes de destruction massive, il prend la parole à Londres devant plus d'un million de personnes pour exhorter les citoyens anglais et américains à s'y opposer. D'une façon plus générale, ses prises de position sur les questions géo-politiques sont très anti-impérialistes. Il est favorable à la création d'un vrai État palestinien et à la destruction concertée de toutes les armes nucléaires.

Par ailleurs, il lui arrive de soutenir publiquement des personnalités afro-américaines confrontées à la justice, comme, en 2005, le chanteur Michael Jackson ou encore le condamné à mort Stanley Williams.

En 2020, il se rend à Minneapolis pour soutenir la famille de George Floyd, Afro-Américain tué par un policier blanc. En juin 2021, il est arrêté devant le Capitole pour avoir participé à une manifestation illégale s'opposant au blocage parlementaire d'un projet de loi concernant le droit de vote[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié à Jacqueline Lavinia Brown et a cinq enfants [24].

Son fils Jesse Jackson, Jr. a été représentant du 2e district de l'Illinois à la Chambre des représentants de 1995 à 2012 pour le Parti démocrate.

En , un diagnostic médical révèle qu'il est atteint de la maladie de Parkinson[25].

Vacciné en janvier 2021 contre le Sars-CoV-2, il contracte toutefois le virus avec sa femme et le couple est hospitalisé en août 2021 au Northwestern Hospital de Chicago[26].

Controverses[modifier | modifier le code]

Jesse Jackson a à de nombreuses fois suscité la polémique, en raison de « ses sorties antisémites et de ses relations ambiguës » note Le Figaro[6].

En 1972, alors qu'il était serveur dans un hôtel, il crachait dans la nourriture des clients blancs qui ne lui laissaient pas de pourboire[6].

En 1984, il est l’objet d'une controverse pour avoir utilisé les termes « Hymie » et « Hymietown » (équivalent de « youpin »), en faisant référence aux Juifs de New York dans une conversation privée publiée par le Washington Post[27]. Quelques jours après l’affaire, il déclare être surpris qu'un journaliste a pu entendre cette remarque et présente ses excuses dans une synagogue[27], déclarant notamment regretter qu'un « sujet si dérisoire soit devenu si important »[6].

La même année, son adversaire démocrate Walter Mondale l'accuse de fréquenter Louis Farrakhan, lequel décrit les Blancs comme des « diables aux yeux bleus » et les Juifs comme des « sangsues ». Jesse Jackson répond qu'il s'agit de propos « répréhensibles et moralement indéfendables » mais plusieurs personnalités démocrates et républicaines lui reprochent de ne pas suffisamment prendre ses distances avec lui, alors que Louis Farrakhan le qualifie de « frère »[6].

En 2006, envoyé au Liban dans le cadre d'un échange de prisonniers entre Israël et le Hezbollah, il rencontre l'humoriste antisémite Dieudonné et le conspirationniste Thierry Meyssan, ce qui suscite une nouvelle polémique. En 2016, Jean-Marie Le Pen diffuse sur Twitter un mot de soutien, selon lui rédigé par Jesse Jackson. Celui-ci déclare peu après : « Je ne vous avais jamais rencontré. Je ne partage pas vos points de vue », ce à quoi réagit le fondateur du Front national, qui assure qu'un dîner entre eux a bien eu lieu, organisé par des « amis marocains communs ». Il publie ensuite une photo les montrant ensemble, Jesse Jackson souriant[6].

En octobre 2008, il suscite la controverse en déclarant espérer que Barack Obama, alors candidat démocrate à l'élection présidentielle, puisse mettre fin à l'influence des « sionistes qui ont contrôlé la politique américaine pendant des générations ». En juillet de la même année, il estimait sur Fox News : « Barack, il parle avec condescendance aux gens noirs. [...] Il faut lui couper les noix » ; le candidat, qu'il soutenait pourtant, avait peu avant critiqué l'« irresponsabilité » des pères afro-américains, dont la proportion à quitter femme et enfants était quatre fois supérieure à la moyenne nationale. Jesse Jackson s'excuse par la suite[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1979, il reçoit le prix Jefferson pour le plus grand service public au profit des défavorisés[28].

En 1989, il reçoit la médaille Spingarn de la National Association for the Advancement of Colored People[29].

Le 3 août 2000, il reçoit la médaille présidentielle de la Liberté par le président américain Bill Clinton[30],[6].

Le 19 juillet 2021, il est fait commandeur dans l’ordre de la Légion d'honneur par le président de la République française Emmanuel Macron[31].

Dans les médias[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Il fait une apparition dans la série télévisée américaine South Park, saison 11, épisode 1 (Avec nos excuses à Jesse Jackson) ainsi que dans l'épisode 13 de la saison 4 (à 21:57).

Films et séries[modifier | modifier le code]

Son nom et son prénom sont mentionnés dans la série Breaking Bad , durant le saison 2. C'est le pseudonyme que prendra le personnage de Jesse Pinkman à l'occasion de la signature d'un bail. Ignorant qui est le véritable Jesse Jackson, cela sera relevé par un gloussement par le bailleur, puis par une touche moqueuse de son associé, Walter White, lors d'un épisode suivant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Jesse Jackson | Biography, Accomplishments, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  2. (en-US) « Jesse Louis Jackson | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  3. (en) History com Editors, « Jesse Jackson », sur HISTORY (consulté le )
  4. (en-US) « Jesse Jackson- Civil Rights Activist », sur www.myblackhistory.net (consulté le )
  5. (en-US) « Jackson, Jesse Louis », sur South Carolina Encyclopedia (consulté le )
  6. a b c d e f g h et i Hugues Maillot, « Qui est Jesse Jackson, le controversé pasteur américain décoré de la Légion d'honneur par Emmanuel Macron ? », sur Le Figaro, (consulté le ).
  7. (en-US) « Jesse Jackson Biography - life, childhood, children, wife, school, young, son, old, information, born », sur www.notablebiographies.com (consulté le )
  8. (en-US) « Jessie Louis Jackson Sr. (1941-) • BlackPast », sur BlackPast, (consulté le )
  9. (en) « Jesse Louis Jackson Facts », sur biography.yourdictionary.com (consulté le )
  10. (en) Edwards Harry, « The man who would be King in the Sports Arena », sur Espn.go.com, (consulté le )
  11. (en) « Reverend Jesse L. Jackson's Biography », sur The HistoryMakers (consulté le )
  12. (en) « Jesse Jackson born », sur African American Registry (consulté le )
  13. (en-US) © Stanford University et Stanford, « Jackson, Jesse Louis », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, (consulté le )
  14. Sylvain Cypel, « Jesse Jackson, patriarche de la cause des Noirs américains », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  15. Prisma Média, « Jesse Jackson bouleversé par la victoire d’Obama - Gala », Gala.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. Winthrop S. Hudson, Jesse Jackson, britannica.com, USA, consulté le 23 mai 2020
  17. (en) « Jackson, Jesse Louis », sur InfoPlease (consulté le )
  18. (en-US) « Operation PUSH », sur www.encyclopedia.chicagohistory.org (consulté le )
  19. (en-US) « Who is Jesse Jackson? Everything You Need to Know », sur www.thefamouspeople.com (consulté le )
  20. (en-US) « Operation PUSH (People United to Serve Humanity) | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  21. « Jesse Jackson aims for the mainstream », sur The New York Times magazine en ligne,
  22. (en) « US President - Democrat Primaries - February 20, 1984 », sur ourcampaigns.com (consulté le )
  23. (en) « US President - Democrat Primaries - 1 February 1988 », sur ourcampaigns.com (consulté le )
  24. Omari L. Dyson, Judson L. Jeffries Ph.D., Kevin L. Brooks, African American Culture: An Encyclopedia of People, Traditions, and Customs [3 volumes], ABC-CLIO, USA, 2020, p. 487.
  25. (en-US) « Jesse Jackson », sur Biography (consulté le )
  26. « Etats-Unis : le révérend Jesse Jackson hospitalisé après avoir été testé positif au Covid-19 », sur Franceinfo, (consulté le )
  27. a et b James R. Dickenson et Kathy Sawyer, Jackson Admits to Ethnic Slur, washingtonpost.com, USA, 27 février 1984
  28. Robert Friedman, The Spiritual Electricity of Jesse Jackson, classic.esquire.com, USA, .
  29. Julie Jonhson, N.A.A.C.P., Long at Odds With Jackson, Is Giving Him Award, nytimes.com, USA, 14 juillet 1989.
  30. Cnn, President Clinton Awards 15 Presidential Medals of Freedom at White House Today, cnn.com, USA, 9 août 2000.
  31. « Le pasteur américain Jesse Jackson décoré de la Légion d’honneur », sur lci.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :