Sandra Day O'Connor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir O'Connor.
Sandra Day O'Connor
Sandra Day O'Connor.jpg
Sandra Day O'Connor.
Fonctions
Chancelière du Collège de William et Mary
-
Juge assesseur de la Cour suprême des États-Unis
-
Potter Stewart (en)
Sénateur d'État d'Arizona
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (88 ans)
El PasoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Sandra Day O’ConnorVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Formation
Activités
Conjoint
John Jay O'Connor (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Parti politique
Membre de
Distinctions
Liste détaillée
signature de Sandra Day O'Connor
signature

Sandra Day O'Connor, née le à El Paso, est une avocate, femme politique, procureure et juge américaine membre du Parti républicain. Elle siège à la Cour suprême des États-Unis de 1981 à 2006.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à El Paso, au Texas, et élevée dans un ranch de l'Arizona, elle fait ses études à l'université Stanford, dans la promotion majorée par William Rehnquist, par la suite président de la Cour suprême.

Elle commence sa carrière comme adjointe du procureur du comté de San Mateo de 1952 à 1953. En 1969, elle est nommée puis élue au Sénat de l'Arizona en tant que républicaine. Elle devient en 1973 la première femme à la tête d'une majorité sénatoriale aux États-Unis.

Le , elle est nommée Associate Justice (juge) à la Cour suprême en remplacement de Potter Stewart (en) par Ronald Reagan. Elle est la première femme à être nommée à ce poste ; elle est confirmée à l'unanimité par le Sénat le 21 septembre, et prend ses fonctions le 25 du même mois.

Lettre de démission de Sandra Day O'Connor.

Au cours des années 1990 et 2000, elle occupe une place centrale à la Cour suprême, à l'intérieur de laquelle elle est située au centre idéologique. Par conséquent, son vote est déterminant dans un grand nombre de cas, en particulier ceux relatifs à la place de la religion dans la vie publique et ceux concernant l'avortement, où l'arrêt stoppant le recomptage des voix en Floride lors de l'élection de 2000 (Bush v. Gore). Elle s'opposa à l'abrogation de la peine de mort pour les moins de 18 ans (Roper v. Simmons, mars 2005).

Le , O'Connor annonce sa démission au moment où les commentateurs s'attendaient à la démission du chef William Rehnquist[1]. Celle-ci a pour conséquence de relancer une bataille sur la nomination des juges entre les républicains et les démocrates, affrontement dont la bataille autour de la confirmation des juges conservateurs nommés par le président George W. Bush aux cours d'appel fédérales a été le prélude. Le , le président choisit John G. Roberts, Jr., juge à la cour d'appel fédérale du district de Columbia pour remplacer O'Connor.

À la suite du décès de Rehnquist le 3 septembre, Bush décide de renommer Roberts comme président de la Cour (pourvoyant ainsi le poste de Rehnquist). Le 3 octobre, il nomme sa conseillère Harriet Miers pour succéder à O'Connor. Cette nomination est mal accueillie dans les deux partis et doit être retirée. C'est finalement le juge Samuel Alito qui est nommé. La confirmation par le Sénat est acquise le 31 janvier 2006. La dernière opinion rédigée par O'Connor est Ayotte v. Planned Parenthood of Northern New England, un arrêt unanime de portée limitée rendu le 18 janvier. Il porte sur le droit à l'avortement.

En 2008, elle participe à la création de iCivics (en), une association à but non lucratif proposant des jeux en ligne d'éducation civique.

Elle est mariée à John Jay O'Connor, avec qui elle a eu trois garçons, de 1952 au décès de celui-ci en 2009 de la maladie d'Alzheimer. En octobre 2018, elle annonce se retirer de la vie publique après avoir été diagnostiquée des premiers signes d'une maladie similaire[2].

Hommage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Salles, « Aux Etats-Unis, la démission d'une juge place la Cour suprême au coeur d'une bataille politique », sur lemonde.fr, (consulté le 2 février 2017).
  2. (en) « Justice Sandra Day O'Connor announces she has been diagnosed with dementia », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2018).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]