Présidence de Martin Van Buren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Présidence de Martin Van Buren

8e président des États-Unis

Description de cette image, également commentée ci-après
Type
Type Président des États-Unis
Résidence officielle Maison-Blanche, Washington
Élection
Système électoral Grands-électeurs
Mode de scrutin Suffrage universel indirect
Élection 1836
Début du mandat
Fin du mandat
Durée 4 ans
Présidence
Nom Martin Van Buren
Date de naissance
Date de décès (à 79 ans)
Appartenance politique Parti démocrate

La présidence de Martin Van Buren en tant que 8e président des États-Unis a lieu du 4 mars 1837 au 4 mars 1841. Figure éminente du Parti démocrate, Van Buren est vice-président d'Andrew Jackson et élu sur un programme qui revendique l'héritage de son prédécesseur. Sa conception jacksonienne du pouvoir où l'État ne jouait qu'un rôle restreint dans la régulation de l'économie est toutefois rapidement remise en cause par la panique de 1837 qui entraîne une forte dépression économique et des faillites en cascade. Le président est longtemps réticent à impliquer l'exécutif dans la gestion de cette crise mais la gravité de la situation le pousse finalement vers la fin de son mandat à donner son accord à la création d'une banque fédérale.

En politique intérieure, Van Buren, bien qu'étant personnellement hostile à l'esclavage, se refuse à le condamner officiellement et favorise même à plusieurs reprises les intérêts esclavagistes afin de ne pas se couper de l'électorat du Sud traditionnellement acquis aux démocrates. Il resta également fidèle à la politique indienne suivie par Jackson en continuant d'expulser par la force les tribus indiennes de leurs territoires. Sa présidence connut davantage de succès sur le plan des affaires étrangères : Van Buren parvient à éviter un conflit armé avec la Grande-Bretagne dans un contexte de tensions au sujet du Canada et ménagea le gouvernement mexicain en refusant l'admission du Texas au sein de l'Union. Son échec à juguler la crise économique de 1837 lui est cependant grandement reproché et constitue l'une des causes principales de sa défaite à l'élection présidentielle de 1840 face au général William Henry Harrison.