Peacekeeper (missile balistique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peacekeeper (missile balistique)
Image illustrative de l'article Peacekeeper (missile balistique)
Test de lancement d'un Peacekeeper par le 1st Strategic Aerospace Division (1 STRAD) à la Vandenberg Air Force Base
Présentation
Fonction ICBM
Constructeur Boeing, Martin Marietta, TRW et Denver Aerospace company
Coût à l'unité environ 70 millions USD
Caractéristiques
Moteur Premier étage : Thiokol SR118 à carburant solide (2,2 MN de poussée) ;
Deuxième étage : Aerojet General SR119 à carburant solide ;
Troisième étage : Hercules SR120 à carburant solide;
véhicule post-boost : moyeur redémarrable à carburant liquide de Rocketdyne
Masse au lancement 96.75 tonnes
Longueur 21,8 m
Diamètre 2,3 m
Portée 9 600 km
Charge jusqu'à 10 véhicules de rentrée Avco Mk-21, chacun transportant une ogive W87 de 300 kilotonnes.
Guidage inertiel (Advanced Inertial Reference Sphere)
Précision 120 m ECP
Détonation dans les airs
Plateforme de lancement Silo de lancement

Le Peacekeeper (code LGM-118A), désigné initialement sous le nom de « MX missile » (pour missile expérimental), était un missile balistique intercontinental (ICBM) américain à ogive nucléaire lancé depuis le sol. Mis en service à partir de 1986, il a été déployé à 50 exemplaires. Depuis, les missiles ont été retirés du service.

Selon les termes de START II, ces missiles devaient être retirés de l'arsenal américain en 2005, laissant le LGM-30 Minuteman comme le seul ICBM lancé depuis le sol. Même si START II n'est jamais entré en vigueur, le dernier LGM-118A Peacekeeper a été démonté le 19 septembre 2005 (les ogives ont été laissées intactes, cependant). En 2010, il est prévu de monter les 500 ogives des Peacekeepers, des W87/Mk-21, sur des missiles Minuteman III[1]. Le missile a été retiré du service pour n'avoir, entre autres, jamais atteint la portée prévue[1].

Le Peacekeeper était un missile mirvé qui pouvait emporter jusqu'à 10 véhicules de rentrée, chacun transportant une ogive W87/Mk-21 de 300 kilotonnes (20 fois la puissance de la bombe larguée sur Hiroshima[2]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b The Peacekeeper (MX) ICBM
  2. (en) John Malik, The Yields of the Hiroshima and Nagasaki Nuclear Explosions, Los Alamos National Laboratory,‎ septembre 1985 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]