Rockwell B-1 Lancer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rockwell B-1B Lancer
Vue de l'avion.
Un B-1B au-dessus de l'océan Pacifique

Constructeur Rockwell
Rôle Bombardier supersonique
Statut En service
Premier vol
Mise en service
Nombre construits 100[1]
Équipage
4 : pilote, copilote, officier d'armement, officier de tir
Motorisation
Moteur General Electric F101-GE-102
Nombre 4
Type Turboréacteurs avec postcombustion
Poussée unitaire 136,92 kN
Dimensions
vue en plan de l’avion
Envergure De 23,84 à 41,67 m
Longueur 41,81 m
Hauteur 10,69 m
Surface alaire 181,16 m2
Masses
À vide 86 134 kg
Avec armement 148 870 kg
Maximale 216 365 kg
Performances
Vitesse maximale 1 205 à 1 329 km/h (Mach 1,25)
Plafond 18 200 m
Rayon d'action 11 265 km
Armement
Interne 34 000 kg d'armement dans 3 soutes ventrales
Externe 22 700 kg d'armement sur 6 points d'emports externes

Le Rockwell B-1 Lancer est un bombardier stratégique à long rayon d'action et à géométrie variable développé par les États-Unis dans les années 1970. Il a été construit, hors prototypes, à 100 exemplaires et 60 sont toujours en service en 2020[2], flotte passant à 45 à partir du 23 septembre 2021[3]. Il est surnommé « The Bone » au sein de l'armée américaine, en référence à sa désignation « B-One » (« B-1 » en anglais)[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Durant les années 1960, après l'annulation du programme du North American XB-70 Valkyrie, le Pentagone mène plusieurs études pour un nouveau bombardier stratégique capable de pénétration à basse altitude à grande vitesse. Malgré la signature de quelques contrats de développement (réacteurs en 1964, avionique en 1968), le secrétaire à la Défense Robert McNamara refuse à plusieurs reprises de financer le projet désigné AMSA (Advanced Manned Strategic Aircraft), préférant améliorer les B-52 et FB-111 déjà en service dans l'US Air Force au sein du Strategic Air Command.

Il faut donc attendre 1969 pour que le projet du B-1A soit lancé par l'administration du président des États-Unis Richard Nixon, tout juste élu. En décembre de la même année, North American-Rockwell est choisi pour développer le nouvel avion et General Electric pour les réacteurs. Comme l'US Air Force réclame une vitesse élevée tant à basse altitude qu'à haute altitude, le choix d'une aile à géométrie variable s'impose. Le B-1A a trois soutes à bombes dans le fuselage et ses quatre membres d'équipage sont placés dans une capsule éjectable (au lieu de sièges éjectables classiques).

Un B-1A en livrée blanc anti-flash.

Trois prototypes et un avion de pré-production sont commandés. Le premier B-1A fait son vol inaugural le , et les campagnes d'essais des prototypes se déroulent jusqu'à fin 1976, date à laquelle l'US Air Force commande les premiers exemplaires de série malgré des problèmes résiduels au niveau de l'avionique, qui est très complexe. Entre-temps, le coût du programme a fortement augmenté et le prix unitaire du B-1A a pratiquement doublé en 5 ans. En conséquence, le programme est annulé le par le président Jimmy Carter, qui favorise plutôt les missiles de croisière.

Les vols d'essais et de mise au point se poursuivent néanmoins, permettant de corriger les défauts dans l'avionique, d'améliorer les réacteurs et de réduire la signature radar de l'avion. Les prototypes dépassent Mach 2 en altitude sans difficulté. En parallèle, l'US Air Force lance une consultation pour un avion capable d'emporter les nouveaux missiles de croisières de type ALCM, destinés à être largués depuis un avion. En 1980, Rockwell propose une version modifiée B-1B avec une vitesse à basse altitude améliorée mais une vitesse à haute altitude réduite, une structure renforcée pour augmenter la capacité en carburant et en armement, la capacité d'emport des ALCM, et une signature radar divisée par 10 par rapport à celle du B-1A.

Le , la nouvelle administration du président Ronald Reagan annonce que la proposition de Rockwell est retenue et lance officiellement le développement du nouvel avion. Deux prototypes du B-1A sont modifiés et le vol inaugural a lieu le . Le premier véritable B-1B sort d'usine en . Le premier appareil est livré en au 96e Bomb Wing de la base Dyess AFB, au Texas. Le dernier exemplaire est livré en et les chaînes de montage ferment définitivement. La désignation Lancer est officiellement attribuée le .

Un B-1B au sol

Un certain nombre de problèmes apparaissent après la mise en service. Lors des vols à très basse altitude en particulier, les manœuvres d'évitement de terrain consomment beaucoup de carburant si l'avion est trop chargé, ce qui réduit le rayon d'action. Des modifications doivent donc être apportées, en particulier aux commandes de vol, pour améliorer la manœuvrabilité et permettre d'emporter plus de carburant. D'autres corrections doivent être apportées au radar (mode suivi de terrain défectueux), aux systèmes de contre-mesures électroniques et au système d'aide à la maintenance. Un défaut au niveau des réacteurs entraîne une interdiction de vol temporaire fin 1990.

Différentes mises à niveau et améliorations des systèmes électroniques ont été réalisées (ou sont en cours) depuis le milieu des années 1990. En particulier, les B-1B ont été modifiés pour pouvoir effectuer des missions de bombardement conventionnel. 66 sont en service actif en 2009[5], 65 en 2010 et 63 en 2013 au sein des 4 escadrons des 7th Bomb Wing stationnant a Dyess Air Force Base (en) et 28th Bomb Wing a Ellsworth Air Force Base ayant un effectif total de 7 000 militaires. Ces unités passent du commandement du Air Combat Command à celui du Global Strike Command le [6]. En , on annonce une flotte réduite a 45 exemplaires les années suivantes et son replacement par le B-21 lorsque ce dernier sera disponible.

Le cockpit où sont rassemblés les quatre membres d'équipage est relativement étroit pour un avion de cette taille.

La conception du lanceur rotatif commun (Common Rotary Launcher) au B-1, B-52 et B-2 d'un poids pouvant dépasser 35 tonnes chargé commence en 1981, il est destiné a l'origine a embarquer 8 ALCM. Il faut onze heures pour charger celui-ci de manière classique les huit missiles un à la fois et deux heures et demi dans une installation spécialisée coûtant, pour celui demandé pour la base aérienne d'Andersen a Guam en 2020, 56 millions de dollars[7].

En 2011, des tests portant sur des modifications du lanceur rotatif permettent de porter la charge offensive de cet avion à 48 JDAM de 226 kg au lieu de 15 soit l'emport de 4 B-52 avec cette munition de précision[8].

Le , Boeing annonce que le B-1B a atteint le seuil des 10 000 missions de combat[9].

Au , 18 d'entre eux retirés du service sont en dépôt au 309th Aerospace Maintenance and Regeneration Group (AMARG)[10]. Au , 34 B-1B sont stockés dans cette base[11].

En , le Congrès des États-Unis exige que l'USAF conserve au moins 36 B-1 prêt au combat, sur un inventaire de 62 B-1, il autorise le retrait à partir de 2021 de 17 bombardiers B-1B soit une flotte restante de 45, tant qu'il maintient une force d'au moins 24 avions prêt au combat[12], le premier étant retiré en février 2021[13] et le dernier le 23 septembre 2021.

Il est envisagé de convertir les B-1B restant en vecteurs de missiles hypersoniques AGM-183 ARRW (en)[14]. Le retrait étant envisagé en 2036[15].

Coût et disponibilité[modifier | modifier le code]

Des bombardiers B-1B Lancer en dépôt à l'AMARG dans les années 2000.
Un Rockwell B-1 Lancer transportant un missile AGM-158 JASSM au cours d'un vol de démonstration autour de Edwards Air Force Base. Novembre 2020.

Une étude du Center for Defense Information sur le coût de l’heure de vol des avions de l'USAF déclare les chiffres suivant pour le B-1[16] :

Coût de l’heure de vol entre 2001 et 2010
Année Coût
2001 58 474 $
2002 58 441 $
2003 65 661 $
2004 53 384 $
2005 60 234 $
2006 63 525 $
2007 52 807 $
2008 57 075 $
2009 62 594 $
2010 63 215 $

En 2013, le taux de disponibilité des bombardiers américains était le suivant, 75 % pour le B-52, 58 % pour le B-1B et 46,8 % pour le B-2[17]. En 2018, le taux de disponibilité est de 51,75% et en , le général John Hyten, vice-président of Joint Chiefs of Staff, a déclaré que seulement six B-1B étaient pleinement opérationnels[18].

Le coût global des 100 exemplaires construits est de 30 milliards de dollars. Le Congrès américain a dressé un inventaire des défauts de l'appareil qui mentionne en particulier un risque de formation de givre dans les réacteurs, qui l'empêche de l'utiliser sur sol mouillé, boueux ou recouvert de neige[Quand ?].

Accidents[modifier | modifier le code]

Source : B-1B Losses[19].

  •  : un prototype B-1B s'écrase lors de tests à basse altitude et basse vitesse. L'équipage utilise la capsule éjectable pour s'échapper de l'avion, mais le parachute ne se déploie pas correctement, ce qui entraîne la mort du pilote Doug Benefield[20],[21].
  •  : un B-1B est perdu, probablement à la suite d'une collision avec un gros oiseau qui a entraîné un incendie à bord. Trois des six occupants sont tués lors de l'évacuation de l'appareil.
  •  : un B-1B appartenant à l'unité 28th Bomb Wing s'écrase pendant une mission d'entraînement menée depuis la base Ellsworth Air Force Base. Les quatre membres de l'équipage sont tués. L'accident est attribué à une erreur du pilote.
  •  : un B-1B effectuant une mission d'entraînement depuis la base aérienne de Dyess, est perdu au-dessus du Kentucky. En réaction à l'allumage d'un voyant d'alarme sur le moteur 3, l'équipage commande l'extinction des pompes à carburant de ce moteur. Cependant, un court-circuit du panneau électrique provoque un feu, qui entraîne la fermeture des robinets coupe-feu de tous les moteurs, interdisant ainsi tout redémarrage en vol. Les quatre membres d'équipage peuvent s'éjecter et sont retrouvés sains et saufs.
Atterrissage d'urgence d'un B-1B victime d'un incendie moteur
  •  : un B-1B est perdu au-dessus de l’Océan Indien, à environ 160 km de Diego Garcia, d’où il est parti pour une mission de combat en Afghanistan. Les détails restent classifiés ; le pilote, le capitaine William Steele, attribue le crash à « divers dysfonctionnements » qui ont provoqué la perte de contrôle de l’appareil. Par la suite, des informations des services de maintenance attribuent l'incident à un court-circuit ayant causé l’extinction des instruments primaires et de secours. À cause de la profondeur de l’eau dans laquelle l’avion s’est écrasé, la boîte noire n’a pas pu être récupérée et la nature exacte de l’accident n’a jamais pu être déterminée. L’avion revenait de Ellsworth AFB où il avait fait l'objet d'une inspection de routine et c’était sa première mission de combat après son retour. L’équipage a dû patienter deux heures en mer avant d’être secouru par l’USS Russell. C’est le premier B-1B perdu durant une opération de combat depuis sa mise en service en 1986.
  •  : l'équipage du vol « SLIP 57 », volant sous S/N 86-0132[22], termine un vol de 11 heures vers Diego Garcia par un atterrissage sur le ventre. L'enquête de l'Air Force conclut que les pilotes « avaient oublié d'abaisser le train d'atterrissage ». L'incendie qui s'ensuit est rapidement éteint et l'équipage indemne sort par le cockpit. Quatre jours plus tard, l'appareil est levé et son train d'atterrissage déployé. Les dégâts à l'avion sont estimés à près de 8 millions de dollars[23],[24].
  •  : Un B-1B du 28th Bomb Wing s'écrase près de Broadus, dans le Montana, lors d'un vol d'entraînement sans faire de victime, les quatre membres d'équipage ayant réussi à s'éjecter[26].

Engagement[modifier | modifier le code]

Un B-1 larguant des bombes freinées

Le B-1B fut utilisé au combat :

Variantes[modifier | modifier le code]

B-1B exposé au National Museum of the USAF, Dayton, OH
  • B-1A - 4 prototypes
  • B-1B - 100 avions de série

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.boeing.com/defense/b-1b-bomber/#/customer
  2. « Boeing: B-1B Lancer », sur www.boeing.com (consulté le )
  3. https://www.military.com/daily-news/2021/09/24/last-of-17-retired-b-1s-sent-boneyard-air-force-preps-b-21s.html
  4. (en) Greg Goebel, « The Rockwell B-1 » [archive du ], Air Vectors, (consulté le ).
  5. Mehuron, Tamar A., Assoc. Editor. "The Air Force in Facts and Figures – 2008 USAF Almanac." Air Force Magazine, Journal of the Air Force Association, Vol. 92, Issue 5, May 2009.
  6. (en) « AF realigns B-1, LRS-B under Air Force Global Strike Command » [archive du ], sur Air Combat Command, (consulté le ).
  7. (en) Joseph Trevithick, « Proposed Facility Would Drastically Cut Down Time Required To Arm Bombers On Guam », sur The War Zone, (consulté le ).
  8. (en) B-1B Lancer upgrade will triple payload, Charles Rivezzo, 7th Bomb Wing Public Affairs, 12 avril 2011
  9. (en) Jennifer Hogan, « Boeing B-1 Bomber Completes 10,000th Combat Mission » [« le Boeing B-1 termine sa 10 000ième mission de combat »], sur Boeing, (consulté le )
  10. (en) « Inventory Database - Aircraft Type Summary », sur AMARC Expérience, (consulté le )
  11. (en) « Rockwell B-1B Lancer », sur http://www.amarcexperience.com/, (consulté le ).
  12. (en) « House to block KC-135 retirements for three years, but some B-1 bombers could head for the boneyard », Defense News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. https://air-cosmos.com/article/le-premier-b-1b-est-retir-du-service-24272
  14. https://www.capital.fr/economie-politique/les-bombardiers-americains-b-1-pourraient-etre-equipes-de-missiles-hypersoniques-1367398?amp
  15. https://www.realcleardefense.com/articles/2021/04/28/why_the_entire_b-1b_bomber_fleet_is_grounded_774771.html
  16. (en) « EXCLUSIVE: US Air Force combat fleet's true operational costs revealed » [« EXCLUSIF : les véritables coûts opérationnels de la flotte de combat de l'US Air Force révélés »], sur Flightglobal, The DEW Line, (consulté le )
  17. « Le B-2 en perte de disponibilité », Défense et Sécurité internationale, no 97,‎ , p. 13 (ISSN 1772-788X)
  18. http://psk.blog.24heures.ch/archive/2020/02/29/deux-types-de-bombardiers-pour-les-forces-strategiques-ameri-868714.html?c
  19. (en) B-1B Losses, Global Security.
  20. B-1A accident in 1984
  21. B-1A Crash, Aug. 29, 1984
  22. « 1986 USAF Serial Numbers » [« numéros de série de l'US Air Force 1986 »], sur home.att.net (consulté le )
  23. (en) Air Combat Command Public Affairs, « Report: pilot error caused B-1B crash », USAF,
  24. (en) Recovery of B-1B "SLIP 57"
  25. (en) B-1 plane catches fire in Qatar - BBC News, 4 avril 2008
  26. « USA : un bombardier s'écrase dans le Montana », sur Europe 1, (consulté le )
  27. Raids no 279, dossier 27e BCA : six mois de combat en Afghanistan. début des combats le 14 mars 2009 à h du matin
  28. (fr) Pour un outil militaire français à vocation résolument stratégique - Philippe Steininger, Hérodote 3/2004 (no 114), p. 35-51

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Amy Sterling Casil, The B-1 Lancer, New York, Rosen Central, coll. « U.S. warplanes », , 48 p. (ISBN 978-0-823-93871-1, OCLC 49875037)
  • Dao, James. "Much-Maligned B-1 Bomber Proves Hard to Kill." The New York Times, 1 August 2001.
  • (en) David Donald, The pocket guide to military aircraft and the world's airforces [« Le guide de poche des avions militaires et des armées de l'air du monde »], Londres, Hamlyn, (1re éd. 2001), 192 p. (ISBN 978-0-600-61139-4 et 978-0-681-03185-2, OCLC 59279515).
  • (en) David Donald (éd.), The complete encyclopedia of world aircraft [« l'encyclopédie complète de l'aviation mondiale »], New York, Barnes & Noble Books, (ISBN 978-0-760-70592-6, OCLC 37976989)
  • Dorr, Robert F. Combat Aircraft Monthly: Lancer Force. London: Ian Allan Publishing, June 2010.
  • (en) Robert F Dorr, 7th Bombardment Group/Wing, 1918–1995, Turner, ME, Turner Publishing Company, 1997, 264 p. (ISBN 978-1-563-11278-2, OCLC 37623875, présentation en ligne)
  • (en) Bill Gunston, F-111, New York, Scribner, , 112 p. (ISBN 978-0-684-15753-5, OCLC 4570663).
  • (en) Dennis R Jenkins, B-1 Lancer: The Most Complicated Warplane Ever Developed [« B-1 Lancer : l'avion militaire le plus compliqué jamais conçu »], New York, McGraw-Hill, 1999, coll. « Walter J. Boyne military aircraft series » (no 2), 187 p. (ISBN 978-0-071-34695-5 et 978-0-071-34694-8, OCLC 41404573)
  • (en) Marcelle Size Knaack (Originally published as v. 2 of the author's Encyclopedia of US Air Force aircraft and missile systems.), Post-World War II bombers, 1945-1973 [« Les bombadiers post 2nd Guerre Mondiale, 1945-1973 »], Washington, Office of Air Force History, USAF, , 619 p. (ISBN 978-0-912-79959-9, OCLC 465822772)
  • (en) Tae-Woo Lee, Military Technologies of the World [« Technologies militaires du monde »], Santa Barbara, CA, ABC-CLIO, 2008, coll. « Military technologies of the world », 2 volumes (381 pages) (ISBN 978-0-275-99536-2, 978-0-275-99535-5 et 978-0-275-99537-9, OCLC 428699891)
  • (en) Steve Pace, B-2 Spirit: The Most Capable War Machine on the Planet, New York, McGraw-Hill, 1999, coll. « Walter J. Boyne military aircraft series » (no 4), 119 p. (ISBN 978-0-071-34433-3 et 978-0-071-34434-0, OCLC 41326732)
  • (en) Steve Pace, Boeing North American B-1 Lancer, North Branch, Minnesota, Specialty Press, 1998, coll. « Warbird tech series » (no 19), 100 p. (ISBN 978-1-580-07012-6, OCLC 42447999)
  • (en) Stephen I Schwartz, Atomic Audit: The Costs and Consequences of U.S. Nuclear Weapons since 1940 [« Audit atomique : les coûts et conséquences des armes nucléaires américaines depuis 1940 »], Washington, Brookings Institution Press, 1998, 680 p. (ISBN 978-0-585-04163-6, OCLC 42330725)
  • (en) Harold A Skaarup, South Dakota Warbird Survivors 2003: A Handbook on Where to Find Them, Bloomington, IN, iUniverse, 2002, 99 p. (ISBN 978-0-595-26379-0, OCLC 51859735)
  • (en) Charles A. Sorrels, U.S. cruise missile programs : development, deployment, and implications for arms control, New York, McGraw Hill, , 250 p. (ISBN 978-0-076-06854-8 et 978-0-080-30527-1, OCLC 9598254)
  • (en) Ray Bonds (dir.) et Bill Sweetman, The Great book of modern warplanes [« Le grand livre des avions militaires modernes »], New York, N.Y, Portland House Distributed by Crown Publishers, , 648 p. (ISBN 978-0-517-63367-0, OCLC 15133535)
  • (en) Mike Spick, B-1B, New York, 1st Prentice Hall Press ed, coll. « Modern Fighting Aircraft » (no 11), (ISBN 978-0-130-55237-2, OCLC 13669644)
  • (en) Ray Whitford, Design for Air Combat, Londres, Jane's Information Group, 1987, 224 p. (ISBN 978-0-710-60426-2, OCLC 15737525)
  • (en) Jim Winchester, Military aircraft of the Cold War [« Avions militaires de la guerre froide »], Hoo, Grange Books, coll. « The Aviation Factfile », , 256 p. (ISBN 978-1-840-13929-7, OCLC 77540443), « Rockwell B-1A »
  • (en) Thomas Withington, B-1B Lancer units in combat, Londres, Osprey Publishing, 2006, coll. « Osprey combat aircraft » (no 60) (ISBN 978-1-841-76992-9, OCLC 62265686, présentation en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Aéronefs comparables

Articles connexes

Liens externes[modifier | modifier le code]