Université Concordia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec les institutions du Système des universités Concordia.
Université Concordia
Logo de l'Université Concordia
Logo de l'Université Concordia
Devise Small planet. Big thinking.
(« Le monde est petit. Nous voyons grand. »)
Nom original Concordia University
Informations
Fondation 1974
Type Université publique
Régime linguistique Anglais
("Français")
Localisation
Coordonnées 45° 29′ 51″ N 73° 34′ 38″ O / 45.4974, -73.5771 ()45° 29′ 51″ Nord 73° 34′ 38″ Ouest / 45.4974, -73.5771 ()  
Ville Montréal
Pays Drapeau du Canada Canada
État Drapeau : Québec Québec
Campus Urbain et suburbain
Direction
Président Alan Shepard
Chancelier L. Jacques Ménard
Vice-Chancelier Alan Shepard
Chiffres clés
Étudiants 39 230 étudiants[1]
Undergraduates 35 848 étudiants[1]
Postgraduates 7 314 étudiants[1]
Divers
Mascotte Buzz
Affiliation AIU
Site web www.concordia.ca/

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Université Concordia

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Université Concordia

L’université Concordia (dérivé de la devise de Montréal, Concordia salus, ou en français « la prospérité par la concorde ») est une université publique québécoise située à Montréal. Celle-ci est scindée en deux campus majeurs distant de sept kilomètres : le campus Sir-George-Williams dans le centre-ville de Montréal (station de métro Guy-Concordia), et le campus Loyola dans le quartier résidentiel de Notre-Dame-de-Grâce (station de métro Vendôme). Même si cette institution est officiellement bilingue[2], Concordia représente, avec McGill, une des deux universités d'enseignement anglais de Montréal. L'université comptait, en 2007, 39 230 étudiants[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'université Concordia est le fruit d'une fusion du collège Loyola, fondé par les jésuites, et de l’université Sir-George-Williams, fondée par le YMCA. Les deux institutions fusionnèrent en 1974. La nouvelle université tire son nom de la devise de Montréal, Concordia salus (« la prospérité par la concorde »).

Collège Loyola (1899-1974)[modifier | modifier le code]

Le collège Loyola (en l'honneur de d'Ignace de Loyola, fondateur de la société de Jésus) fut, à l'origine, un programme d'anglais instauré en 1888 par le collège Sainte-Marie de Montréal. Par la suite, cette section se sépare du collège en 1896 pour s'installer à l'angle des rues Bleury et Sainte-Catherine. Le 10 mars 1898, l'institution est incorporée par le gouvernement du Québec et devient un collège à part entière. La même année, à la suite d'un incendie, les installations sont déménagées, plus à l'ouest, sur la rue Drummond, au sud de la rue Sainte-Catherine. C'est en 1903 que les premiers diplômes sont remis. À l'époque, c'est l'université Laval qui accrédite la collation des grades.

Le collège Loyola en 1937.

Le collège s'établira à l'emplacement actuel du campus de Notre-Dame-de-Grâce en 1916. L'école de sociologie ouvre ses portes en 1918. En 1920, l'institution s'affilie à l'université de Montréal pour la remise des diplômes ; le collège Loyola ne parviendra pas à obtenir de charte universitaire, donc à émettre elle-même des diplômes universitaires, avant sa fusion avec l'université Sir George William en 1974.

L'entre-deux-guerres est marquée par le changement d'orientation de l'enseignement dans l'institution ; l'enseignement collégial classique est remplacé par l'éducation humaniste (Liberal Arts College). La théologie et la philosophie seront des matières enseignées à tous les étudiant jusqu'en 1972.

Dans les années 1940, la faculté des sciences et le département de génie, qui deviendra une faculté en 1964, sont créés. En plus de donner les mêmes programmes de premier cycle que n'importe quel autre collège, l'institution offre également des champs d'études novateurs pour l'époque, comme les sciences de l'exercice et les communications. Les programmes de majeurs font leur apparition en 1953 et les programmes de honours en 1958. Les étudiants diplômés de Loyola poursuivent alors leurs études supérieures dans des universités et certains bénéficient même des bourses Rhodes.

C'est également en 1958, que l'établissement offre ses premiers cours du soir pour les étudiants ne pouvant pas faire d'études à temps plein. De nouveaux cours sont donnés : la bibliothéconomie et les soins infirmiers communautaires.

Accueillant principalement, depuis ses débuts, les jeunes hommes de l'élite anglophone et catholique de Montréal, le collège Loyola devient mixte en 1959, puis de moins en moins homogène avec le nombre toujours croissant d'étudiants étrangers inscrits.

L'obtention d'une charte d'université fut un enjeu important des années 1960. Bien que plusieurs projettent l'université Loyola, le gouvernement du Québec propose plutôt une annexion à l'université Sir George William. Les négociations débutent en 1968 et se terminent avec la création, le 24 août 1974, de l'université Concordia.

Sir-George-Williams University (1926-1974)[modifier | modifier le code]

Henry F. Hall Building, qui deviendra le pavillon principal de l'université Sir George William

Les premiers fondements de l’université Sir George William (en l'honneur de Sir George William, fondateur de la première YMCA à Londres) reposent sur l'établissement de la première YMCA en Amérique, en 1851, dans le centre-ville de Montréal. Afin de permettre à la classe ouvrière anglophone de s'instruire tout en travaillant le jour, cet organisme offre, dès 1873, des cours du soir.

Ces écoles des YMCA, s'affilient en 1926 pour devenir le Sir George Williams College, une institution mixte situé sur la rue Drummond. Les premiers cours universitaires y sont donnés à partir de 1929. La Grande Dépression, et le regain économique qui s'ensuivit, contribuent tous les deux à augmenter le nombre d'inscriptions. Dès 1932, les premiers cours de jour font leur apparition.

En mars 1948, le collège obtient ses chartes d'université du gouvernement du Québec mais demeure toujours sous la tutelle de la YMCA de Montréal et ce, jusqu'en 1967. La reconnaissance de cette toute nouvelle université permet un financement supplémentaire qui favorise une expansion plus rapide de l'institution qui s'installe au Norris Building en 1956. Avant la construction de ce pavillon, le campus, constamment en pénurie de locaux, ne possède aucun des bâtiments qu'il occupe. Le collège change de nom en 1959 pour devenir officiellement l'usniversité Sir George Williams.

L'orientation de l'enseignement sera modifié dans les années 1960 en remplaçant, dès 1961, les cours généraux par des cours de départements, permettant ainsi la spécialisation des étudiants dans les différentes facultés créés à partir de 1963. Les programmes Honours sont introduits en 1961, les maîtrises en 1965 et les doctorats en 1968. De nombreuses annexes sont également construites dans le voisinage du Norris Building pour pallier le nombre toujours croissant d'étudiants. Parmi ceux-ci, on compte le Henry F. Hall Building, construit en 1966.

Au fil des ans, les étudiants du campus développent une réputation de militants politiques. La meilleure démonstration de cette caractéristique est l'émeute des locaux d'informatique de février 1969, dénommée Sir George Williams Computer Riot [3]. À la suite d'accusations de racisme d'un professeur envers six étudiants étrangers et des mesures disciplinaires envers le professeur, jugées insatisfaisantes par les étudiants, une grève, suivie de la plus grande émeute étudiante au Canada éclate dans le Hall Building. Toutefois, c'est surtout les locaux d'informatique du neuvième étage qui sont victimes de vandalisme. La police fait, en tout, 97 arrestations. Le personnel de l'école rend compte, à la suite des événements, de l'ampleur des dommages infligés aux ordinateurs; les pertes sont évalués à 2 millions de dollars canadiens.

La fusion avec le collège Loyola, en 1974, suivra de près ces événements qui donneront aux étudiant, grâce à la création d'organismes les représentants, un plus grand pouvoir sur les décisions administratives de Concordia.

Université Concordia (1974 à aujourd'hui)[modifier | modifier le code]

Emplacement des campus Sir George William et Loyola dans Montréal.

Fusion des établissements[modifier | modifier le code]

L'éventualité de la fusion entre l'université Sir George William et le collège Loyola, proposée par le gouvernement du Québec, est discuté à partir de 1968 par le Loyoya - Sir George William Joint Steering Committee, un comité visant à analyser toutes les formes de regroupement possible des deux institutions. On propose, dès 1969, une fédération universitaire permettant aux étudiant de suivre des cours dans les deux campus sans payer de frais additionnels. On y fait également mention d'un service de navette pour établir un lien entre les établissements distant de 7 kilomètres.

Critiquée pour les difficultés encourues par la cohésion des différents départements et facultés, cette option fut mise de côté, mais pas totalement rejetée par le comité. Le Joint Committee of Representatives of the Board of Trustees of Loyola and the Board of Governors of Sir George Williams University est formé en décembre 1971 et produit, à l'automne 1972, un document décrivant les bases d'une université en deux campus fonctionnant à partir de la charte de l'université Sir George William. À la suite de révisions en novembre 1972, le document devient le plan de la fusion et est accepté par les deux établissements qui débutent le processus de regroupement de leurs activités.

Au début de 1973, les deux institutions annoncent la fusion pour l'automne, cependant, ceux-ci devront patienter une année supplémentaire. Cette attente fut causée par la longueur des procédures légales et administratives découlant du regroupement des entités.

Le 24 août 1974, le gouvernement du Québec reconnaît officiellement la nouvelle université Concordia.

Concordia[modifier | modifier le code]

« Lorsque vous unissez deux institutions viables qui possèdent toutes les deux une philosophie et une façon de faire les choses qui leur sont propres, chacune dédiée à la liberté d'expression, il faut s'attendre à certaines frictions. Nous anticipons une période de frictions constructives. »

— John O'Brien, recteur et vice-chancelier, 16 août 1974[4]

Complexe EV : génie, informatique et arts visuels

L'intégration des différentes facultés des deux établissements en un ensemble cohérent prendra plusieurs années. Les cinq facultés de la nouvelle université seront une combinaison des facultés et des départements existant avant la fusion ; la faculté de commerce, des sciences et des arts de l'université Sir George William, la faculté des arts et sciences du collège Loyola ainsi qu'une faculté de génie déjà combinée de celles des deux établissements.

La faculté des beaux-arts est créée en 1976.

La première phase de combinaison des facultés des arts et sciences débutèrent en 1977 pour se terminer en 1985.

À la fin des années 1980, la bibliothèque Vanier du campus Loyola est agrandie, tandis que celle du campus Sir George William emménage, en 1992, dans le tout nouveau J.W McConnell Building. Le Norris Building est fermé la même année.

Article détaillé : Tuerie de l'Université Concordia.

L'année 1992 est également le théâtre d'un drame à l'université. Le 24 août, un professeur en génie mécanique, Valery Fabrikant, tue quatre collègues de travail au neuvième étage de l'édifice Henry F. Hall.

À partir de 1998, la poussière est retombée sur l'université qui entre dans une phase majeure d'expansion pour répondre au nombre de plus en plus élevé d'étudiants. En août 2003, Concordia inaugure le complexe des sciences Richard J. Rena.

En 2005, l'université lance un projet de réaménagement urbain majeur : le quartier Concordia. Cette même année, c'est le complexe de génie, sciences informatique et arts visuels qui ouvre ses portes.

L'ouverture du nouvel édifice de l'école de gestion John-Molson s'est faite officiellement en septembre 2009. Fait à noter, et première mondiale : l'installation de génération solaire combinée (électrique-thermique) intégrée au bâtiment et qui utilise la technologie d'entrées d'air distribuées de haute efficacité, et, à cette date, la plus grande installation photovoltaïque au Québec.

Structure administrative[modifier | modifier le code]

Même si elle possède deux campus, l'Université Concordia est gérée comme une seule unité administrative. Cette gestion est scindée pour chaque secteur d'activité, faculté et département.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

L'édifice J.W McConnell

Opérant à partir la charte universitaire de l'Université Sir-George-Williams émise en 1948 par le gouvernement du Québec, l'Université Concordia est née de deux amendements adoptées par le Joint Committee of Representatives of the Board of Trustees of Loyola and the Board of Governors of Sir George Williams University le 10 août 1973; la loi C, qui change le nom de l'Université Sir George William (Sir George William University) pour université Concordia (Concordia University), et la Loi D qui fixe la gouvernance et la structure administrative du nouvel établissement. Ces amendements à la charte furent enregistrés par le gouvernement du Québec, le 24 août 1974.

Le plus haut échelon hiérarchique de l'Université est le conseil d'administration (Board of Governors) [5] constitué de représentants de la communauté, des anciens élèves, de représentants du corps enseignant, des élèves de premier cycle, de deuxième et troisième cycles, ainsi que du personnel administratif[6]. Ce conseil est chargé de l'élection d'un recteur (Président) (actuellement Judith Woodsworth) et des membres du comité exécutif de l'université, chargé de la gestion financière et administrative de l'établissement.

C'est le vice-recteur (Provost), échelon inférieur au recteur, qui est responsable des quatre facultés et des deux bibliothèques et leur personnel[7] . Chaque faculté possède un conseil et un doyen (Dean) qui gèrent les différents départements et écoles, ceux-ci administrés par des professeurs (Chairman) ou directeur (Principal).

En parallèle au conseil d'administration, on retrouve le sénat de Concordia, constitué du comité exécutif, des doyens des facultés, de 9 membres de la faculté des Arts et Sciences, de trois membres de chacune de trois autres facultés, de 10 étudiants de premier cycle ainsi que de deux étudiants représentants le deuxième et le troisième cycles. Cet organe administratif est conçu pour faire respecter la politique de l'établissement dans la prise des décisions par rapport aux affaires académiques, aux affaires publiques, sur le budget, ou encore, sur la gouvernance de l’université.

Recteurs de l'Université Concordia (1974 à aujourd'hui)[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cours magistral à l'Université Sir George William (1970)

En 2006-2007, l'Université Concordia admettait 44 257 étudiants à temps plein et à temps partiel[1]. De ce nombre, 32 347 était en premier cycle et 6 462 en deuxième et troisième cycle[1] (71 d'entre-eux recevront un doctorat [10]). En tout, près de 300 programmes sont offerts dans les quatre facultés qui décernent 17 diplômes différents. Parmi ceux-ci on compte les diplômes de premier cycle, comme le baccalauréat (BA, BSc, DEd, BAdmin, BComm, BCompSc, BEng, BFA), de deuxième cycle comme la maîtrise (MA, MBA, MASc, MPPPA), les diplômes et certificats d'études supérieures (Graduate Diploma et Graduate Certificate) et le diplôme d'études interdisciplinaires ainsi que le doctorat (PhD), un diplôme de troisième cycle. Finalement, le programme d'études continue, un programme sans crédits, remet un certificat (non-credit certificate).

L'établissement compte 1 941 membres du personnel enseignant[10] (dont plus de 900 membres à temps plein[11]). Le ratio enseignants/étudiants est donc moyen avec 36 dans les classes de premier cycle et de 17 dans les classes de deuxième et troisième cycle[10]. La majorité du personnel est concentré dans la Faculté des Arts et Sciences où près de 2 800 cours sont donnés[11]. L’Association des professeurs de l'Université Concordia (APUC) rassemble les professeurs à temps plein de l'établissement, tandis que L’Association des professeures et professeurs à temps partiel de l’Université Concordia (APTPUC) regroupe ceux à temps partiel.

Financement[modifier | modifier le code]

L'École de gestion John-Molson, complété en 2009.

L'université Concordia étant une institution publique, celle-ci est en majeure partie financée par le gouvernement du Québec, par l'intermédiaire du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec. Ce palier gouvernemental fournit à lui seul 55,6 % (2006-2007) des revenus de l'université[12]. Le gouvernement du Canada fournit, pour sa part, 6,2 %[12]. En 2006-2007, Concordia était la seule université du Québec, avec le HEC Montréal, à afficher un solde positif dans son budget[13].

Cet établissement est transparent en ce qui a trait à ses activités financières publiées, à chaque année, sur son site Internet[14]. L'institution possède un budget de 421 millions de dollars (2006-2007)[12] dont 16 % proviennent des frais de scolarités déboursés par les étudiants[12].

La Fondation de l'Université Concordia assure 2,6 % des revenus de l'établissement[12]. S'ajoutent à ceux-là, les différents mécènes, privés et anciens étudiants, investissent près de 10 millions de dollars par année[12]. Les bâtiments et les centres de recherche sont généralement nommés en l'honneur de donateurs privés. Parmi les plus généreuses contributions des dernières années, on compte la famille Molson qui fit un don de 10 millions de dollars en novembre 2000[15]. Cette aide financière explique que l'on rebaptisa la faculté de Commerce en John Molson School of Business. De nombreux autres départements et édifices furent nommés en l'honneur de généreux contributeurs, comme l'école de cinéma Mel Hoppenheim[16] ou la classe affaires Roshi-et-Baljit-Singh-Chadha[17].

Recherche[modifier | modifier le code]

La recherche occupe une place de plus en plus importante dans les différentes facultés de Concordia qui a doublé son financement dans ce secteur entre 2002 et 2008[18]. L'université occupe la 27e position au Canada (6e position au Québec)[19] pour le financement privé de ses différents projets avec 36 millions de dollars (2006)[19]. Le financement du secteur public provient principalement d'organismes gouvernementaux tels que le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), l'Institut de recherche en santé du Canada (IRSC) et le Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture (FQRSC). En tout, ces différentes agences versent près de 22 millions de dollars (2006-2007) à l'établissement[20]. L’administration de la recherche dans l’institution relève du Bureau de la recherche (Office of Research) dont le mandat est d’assurer le développement et l’intendance des activités dans ce domaine.

Même si les fonds pour la recherche sont principalement versés dans la Faculté des Arts et Sciences et la Faculté de génie et d'informatique, les innovations de l'université couvrent presque l'ensemble des domaines du savoir par son éclectisme.

Les différents groupes de recherche (Research Units), composés de spécialistes et d'étudiants de deuxième et troisième cycle, sont répartis dans les quatre facultés de l'université:

  • Faculté des Arts et Sciences
    • Centre for Biological Applications of Mass Spectrometry
    • Centre for Canadian Irish Studies
    • Centre for Human Relations and Community Studies
    • Centre for Oral History and Digital Storytelling
    • Centre de Recherche en Développement Humain
    • Centre for Research in Molecular Modeling
    • Centre for Structural and Functional Genomics
    • Centre for Studies in Behavioural Neurobiology
    • Centre for the Study of Learning and Performance
    • Centre inter-universitaire en calcul mathématique algébrique
    • Concordia Centre for Broadcasting Studies
    • Concordia Institute for Canadian Jewish Studies
    • Karl Polanyi Institute of Political Economy
    • Montreal Institute for Genocide and Human Rights Studies
    • NRE2
  • Faculté de Genie et d'Informatique
    • Centre for Building Studies
    • Centre for Pattern Recognition and Machine Intelligence
    • Computer Security Laboratory
    • Concordia Centre for Advanced Vehicle Engineering
    • Concordia Centre for Composites
    • Hardware Vérification Group
    • Nanotechnology Group
    • Solar Buildings Research Network
  • Faculté des Beaux-Arts
    • Centre for the Arts in Human Development
    • Centre interuniversitaire des arts médiatiques
    • Gail and Stephen A. Jarislowsky Institute for Studies in Canadian Art
    • Hexagram-Concordia
  • L'École de gestion John-Molson
    • Bell Research Centre for Business Process Innovations
    • Concordia Centre for Small Business and Entrepreneurial Studies
    • InterNeg Research Centre

Concordia est également l'hôte de 21 chaires de recherche du Canada[21]. Ce financement du gouvernement fut créé pour assurer aux universités canadiennes un haut niveau de compétence en recherche afin d'en faire des centres d'innovations. Plusieurs chaires sont également financées par Concordia[22].

Facultés et départements[modifier | modifier le code]

Campus Loyola

Concordia offre plus de 180 programmes de premier cycle repartis parmi quatre facultés : Arts et sciences, Génie et informatique, Beaux-arts, et l'École de gestion John-Molson.

L'École des études supérieures offre plus de 70 programmes conduisant à la maîtrise et au doctorat.

Parallèlement aux programmes d'enseignement régulier, l'Université Concordia offre cinq unités d'enseignement particulières (trois collèges, deux écoles et un institut) qui visent à dispenser une formation intensive et spécialisée portant sur certains thèmes, et ce, dans un contexte de séminaires impliquant un nombre restreint d'étudiants.

Campus et édifices[modifier | modifier le code]

Le campus de l'arrondissement de Ville-Marie se nomme Sir George Williams. Sur le boulevard de Maisonneuve, les (principaux) édifices sont:

  • Pavillon Henry F. Hall (Hall Building)
  • Pavillon J.W. McConnell (Library Building) (logeant la bibliothèque Webster)
  • Campus Loyola

Étudier à Concordia[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Les équipes sportives de l'Université Concordia s'appellent les Stingers.

Diplômés célèbres[modifier | modifier le code]

Parmi les diplômés célèbres de Concordia ou de ses écoles fondatrices se trouvent, entre autres, l'écrivain Mordecai Richler et le politicien Mario Dumont, fondateur de l'Action démocratique du Québec. Le chanteur, animateur de la télévision et de la radio, Pierre Lalonde est un ancien du Collège Loyola.

Concordia dans la communauté[modifier | modifier le code]

Concordia Student Union[modifier | modifier le code]

Concordia Student Union (ou CSU) est L’organisation qui représente les étudiant undergrads a l’université Concordia.

Graduate Students Association (ou GSU) est L’organisation qui représente les étudiant graduate a l’université Concordia.

Autres groupes[modifier | modifier le code]

plus d'informations sur les différents groupes d'étudiants sur le site de l’université [ http://concordia.ca ]

Télévision CUTV[modifier | modifier le code]

La station de télévision de l'Université Concordia est CUTV (Concordia University Television).

Conférences publiques[modifier | modifier le code]

L'Université Concordia fait la promotion de la série de conférences-cafés L'Université autrement : Dans les cafés. Ses thèmes sont surtout socio-économiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Concordia University, « Fast Facts » (consulté en 2013)
  2. En accord avec les lois québécoises en matière d'éducation, les élèves jouissent du droit de remettre leurs travaux ou de faire leurs examens en français ou en anglais.
  3. « Le racisme au Québec: un certain déni », Le Devoir du 23 février 2011, pages A1 et A8 (consulté le 23 février 2011)
  4. When you join together two lively institutions, each with its own philosophies and ways of doing things, each firmly dedicated to freedom of thought and speech, you must expect a measure of friction. We look forward now to a new period of creative friction.
    Concordia Rector and Vice-Chancellor John O'Brien, on the finalization of the merger, August 16, 1974.
  5. University Governance - Concordia University - Montreal, Quebec, Canada
  6. Office of the Board of Governors and Senate
  7. Provost and VP Academic Affairs - Concordia University - Montreal, Quebec, Canada
  8. History of Concordia University: Concordia University Rectors
  9. Gwenaëlle Reyt, « La rectrice de Concordia tire sa révérence », Le Devoir,‎ 23 décembre 2010
  10. a, b et c QS Top Universities: Schools
  11. a et b Vice-recteur ou vice-rectrice aux ressources humaines - Concordia University - Montreal, Quebec, Canada
  12. a, b, c, d, e et f Concordia University - Financial Services Website
  13. http://francais.mcgill.ca/files/vpadmin/University_Budget_2007-08.pdf p.12
  14. Concordia University - Financial Services Website
  15. A Short History of the John Molson School of Business in Downtown Montreal - Media Relations - Concordia University - Montreal, Quebec, Canada
  16. Bienvenue à La Cité Du Cinéma
  17. News@Concordia: Chadha Family Foundation lends support to Concordia University
  18. The Vice-President - VP Research and Graduate Studies - Concordia University - Montreal, Quebec, Canada
  19. a et b http://www.researchinfosource.com/media/2007Top50List.pdf
  20. Fast Facts - VP Research and Graduate Studies - Concordia University - Montreal, Quebec, Canada
  21. Canada Research Chairs - VP Research and Graduate Studies - Concordia University - Montreal, Quebec, Canada
  22. Concordia University Research Chairs - VP Research and Graduate Studies - Concordia University - Montreal, Quebec, Canada

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]