Mario Dumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dumont.
Mario Dumont
Image illustrative de l'article Mario Dumont
Fonctions
Leader de l'opposition
Prédécesseur André Boisclair
Successeur Pauline Marois
Leader de l'Action démocratique du Québec
1994
Prédécesseur Jean Allaire
Successeur Sylvie Roy (intérim)
Député de Rivière-du-Loup
Prédécesseur Albert Côté
Successeur Jean D'Amour
Biographie
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Cacouna (Québec, Canada)
Nationalité Canadienne
Parti politique ADQ (1994-2009)
PLQ (1985-1994)
Conjoint Marie-Claude Barrette
Enfant(s) Angela
Charles
Juliette
Diplômé de Université Concordia (A.B.)
Université de Montréal
Profession Animateur de télévision
Homme politique

Mario Dumont, né le à Cacouna au Québec, est un animateur de télévision et un ancien homme politique canadien. Il a été député de Rivière-du-Loup à l'Assemblée nationale du Québec de 1994 à 2009 et chef de l'Action démocratique du Québec durant la même période. De 2007 à 2008, Dumont a occupé le poste de chef de l'Opposition officielle à l'Assemblée nationale. Il a démissionné de son poste de député et chef de l'ADQ à la suite aux résultats de son parti lors des élections provinciales de 2008. Du lundi jusqu'en , il anime l'émission quotidienne Dumont 360 puis Dumont en 2010 à l'antenne de V. Mario Dumont agit également à titre de consultant pour cette même chaîne de télévision depuis son départ de la vie politique. En 2012, il anime une émission quotidienne sur LCN et TVA.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mario Dumont et son épouse, Marie-Claude Barrette, ont trois enfants : Angela, Charles et Juliette. Mario Dumont obtient un baccalauréat en économie à l'Université Concordia à Montréal, en 1993. Il est élu député à l'Assemblée nationale sous la bannière adéquiste dans la circonscription de Rivière-du-Loup aux élections de 1994, 1998, 2003, 2007 et 2008.

Il a été président de la Commission-jeunesse du Parti libéral du Québec (PLQ), jusqu'à ce qu'il quitte le parti suite au rejet du Rapport Allaire. Il joue un rôle central, avec le président de la Commission juridique du PLQ, Jean Allaire, dans la fondation et le développement de l'Action démocratique du Québec (ADQ) après l'élection de 1989. Il succède à Allaire en tant que chef du parti après la démission de celui-ci pour des raisons de santé.

Sa participation au camp du Oui au référendum de 1995 sur la souveraineté du Québec n'avait pour but que de s'assurer que l'offre de partenariat avec le Canada ferait partie du préambule de la question référendaire. Après la défaite du Oui, il a soutenu l'idée d'un moratoire de dix ans sur la tenue d'un référendum sur la question nationale québécoise et a élaboré la plate-forme autonomiste de l'ADQ.

Politicien de centre-droit, il mise sur une plus grande autonomie du Québec au sein de la fédération canadienne (s'affirmer sans se séparer) et des régions du Québec. Plusieurs de ses mesures politiques impliquent une réduction de la taille de l'État, une régionalisation des responsabilités et des budgets et une plus grande liberté pour les entreprises et les citoyens.

Il a défendu la liberté d'expression au moment où CHOI-FM était menacée de fermeture par le CRTC. Selon certains, cet appui aurait permis l'élection de Sylvain Légaré dans la circonscription de Vanier, dans la région de Québec[1]. Sa popularité et celle de son parti est toujours aussi grande dans cette région ainsi que dans d'autres régions du Québec et ce, malgré la disparition des ondes traditionnelles de l'animateur Jeff Fillion.

Dans le débat sur les accommodements raisonnables, il a pris position en dénonçant ce qu'il appellera des « accommodements déraisonnables ». L'Action démocratique du Québec ne présenta cependant pas de mémoire devant la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables[2], jugeant que sa position est largement connue. Sa plate-forme électorale pour les élections générales québécoises de 2007 comprend l'instauration d'une constitution québécoise dans laquelle seraient enchâssées les « valeurs communes des Québécois ». Dans la foulée de la charte de Hérouxville, Dumont propose de ne pas démultiplier les chartes mais d'adopter cette constitution[3]. Cependant, lors d'une entrevue donnée pour l'émission les Francs-Tireurs et diffusée le 26 septembre 2012, l'ex chef du Parti québécois André Boisclair accuse Mario Dumont d'avoir fabriqué le scandale d'Hérouxville afin de mettre de l'avant leur idée d'une constitution québécoise.

Le , après la défaite de l'ADQ lors de l'élection générale québécoise de 2008[4], il annonce qu'il ne dirigera pas son parti aux prochaines élections générales[5].

Le , La Presse consacre une demi-page (page 3 - Arts et Spectacles) sur l'embauche de Mario Dumont par TQS. On peut y lire qu'il « animera Dumont 360, une émission d'affaires publiques présentée à partir de septembre du lundi au vendredi, en fin d'après-midi ou en début de soirée. »

En , Dumont et le polémiste Éric Duhaime reçoivent un blâme du Conseil de presse du Québec pour des propos inexacts tenus dans le cadre de l'émission quotidienne de Dumont à V, le 16 décembre 2010. Duhaime et Dumont avaient alors affirmé faussement que le député Amir Khadir était un partisan de la thèse du complot relativement aux attentats du 11 septembre 2001[6].

En , il quitte V pour LCN à partir de septembre de la même année, à la suite de la démission de Jean-Luc Mongrain qui ne se présentera pas à l'automne en raison du contrat qu'il refuse de signer[7][8].

Postes politiques[modifier | modifier le code]

Fonctions politiques et parlementaires[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Carrière politique
Télévision

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article de Jean-Louis Charpentier, « CHOI-FM : quelques leçons », paru dans la revue Action nationale, du 21 novembre 2006 (Article en ligne).
  2. Martin Ouellet et Normand Delisle, « Dumont s'oppose à la charte de laïcité que propose la CSN », La Presse,‎ 9 octobre 2007 (lire en ligne).
  3. Kathleen Lévesque, « Accommodements raisonnables - Hérouxville n'est pas la solution, dit Dumont », Le Devoir,‎ 7 février 2007 (lire en ligne)
  4. L'ADQ est passée de 41 à 7 sièges à l'Assemblée nationale lors de cette élection.
  5. « Tourner la page », sur Radio-Canada.ca,‎ 8 décembre 2008 (consulté le 8 décembre 2008)
  6. Conseil de presse du Québec, « D2011-03-062 : Déformations flagrantes des propos d'Amir Khadir »,‎ 17 juin 2011 (consulté le 7 juillet 2011)
  7. Jean-Luc Mongrain quitte LCN
  8. Mario Dumont passera à LCN cet automne

Liens externes[modifier | modifier le code]


Précédé par Mario Dumont Suivi par
Albert Côté
Libéral
Député de Rivière-du-Loup
Action démocratique
Assemblée nationale du Québec
1994-2009
Jean D'Amour
Libéral