Yōko Kamikawa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yōko Kamikawa (上川 陽子, Kamikawa Yōko?), née le 1er mars 1953 à Shizuoka dans la préfecture du même nom, est une femme politique japonaise, membre du Parti libéral démocrate. Elle est élue à la Chambre des représentants du Japon pour le 1er district électoral de Shizuoka depuis 2000, et fut ministre d'État pour l'Égalité des sexes et les Affaires sociales des Cabinets Abe et Fukuda du 27 août 2007 au 1er août 2008, également chargé de la Gestion des rapports publics et des Archives nationales à compter de février 2008.

Formation et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Diplômée en relations internationales de la faculté des arts et des sciences de l'université de Tokyo en 1977, elle travaille dans un premier temps comme chercheur au sein de l'Institut de recherche Mitsubishi.

Plus tard, en 1988, elle obtient également une maîtrise en administration publique de la John F. Kennedy School of Government d'Harvard aux États-Unis, ayant alors bénéficié du programme Fulbright. Dans le même temps, elle travaille également comme assistante du sénateur démocrate du Montana Max Baucus. De retour au Japon en décembre 1988, elle prend la présidence de l'Institut de recherche Globalink.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Des débuts électoraux difficiles à Shizuoka[modifier | modifier le code]

Elle est élue une première fois à la Chambre des représentants en 2000 comme indépendante pour le 1er district de Shizuoka, à savoir le centre (administratif, historique et économique) de la ville de Shizuoka (les arrondissements d'Aoi et de Suruga). Elle n'emporte toutefois cette circonscription qu'avec une très légère avance sur son adversaire du PDJ, Seisyu Makino (elle l'emporte alors avec 58 358 voix et 24,2 % des suffrages, soit uniquement 572 bulletins et 0,2 points de plus que son adversaire). Trois ans plus tard, après s'être entretemps ralliée au PLD majoritaire, elle perd ce district au profit de Makino là encore suite à une bataille serrée (33,5 % à Makino, 30,2 % à Kamikawa). Elle reste toutefois alors membre de la Chambre des représentants en étant élue sur la liste du PLD à la proportionnelle.

Elle réussit à reconquérir sa circonscription électorale lors du scrutin de 2005, cette fois-ci de manière plus nette puisqu'elle devance largement tous ses concurrents avec 99 702 voix et 39,5 % des suffrages exprimés tandis que Seisyu Makino n'arrive qu'en troisième position avec 26,8 %, derrière un outsider qui s'était présenté sans étiquette.

L'un de ses principaux chevaux de bataille et thèmes de campagne dans sa circonscription ont été la défense de la construction de l'aéroport de Shizuoka, actuellement toujours en construction et qui devrait être inauguré au courant de l'année 2009.

Une spécialiste des questions de droit de la femme[modifier | modifier le code]

Elle devient en 2004 directrice de la division des Affaires des femmes du PLD. À ce poste, elle est un élément clé de la stratégie dites des « femmes ninjas » (くノ一, Kunoichi?) mise en place par Jun'ichirō Koizumi pour les élections législatives de 2005. En effet, ce dernier doit faire face à la défection de nombreux anciens du parti opposés à son projet de privatisation de la poste et en profite donc pour rajeunir et moderniser l'image du PLD. Cette tactique passe notamment par l'augmentation considérable de candidates femmes, si bien qu'au final, suite à son succès écrasant lors des élections qui donnent à son mouvement la majorité absolue pour la première fois depuis plus de 15 ans, le nombre de femmes à la Chambre des représentants, traditionnellement faible, augmente considérablement. Certes, elles ne sont toujours que 43 sur 480 élus au total, soit environ 9 %, mais cette proportion est supérieure de près de 2 points par rapport à la précédente mandature. De plus, sur les 83 nouveaux élus, et pour la plupart des fidèles de Koizumi, près d'un tiers sont des femmes[1].

Suite à ces élections et à un ultime remaniement du troisième et dernier Cabinet de Jun'ichirō Koizumi, elle devient secrétaire parlementaire auprès du ministre des Affaires intérieures et des Communications Heizō Takenaka, qui est alors chargé de mettre en place la fameuse privatisation de la poste tant attendue par Koizumi, du 1er novembre 2005 au 26 septembre 2006.

Membre du Cabinet[modifier | modifier le code]

Le 27 août 2007, lors du remaniement du gouvernement Abe, elle est nommée ministre d'État pour l'Égalité des sexes et les Affaires sociales et est reconduite à ce poste moins d'un mois plus tard par le nouveau Premier ministre Yasuo Fukuda. À ses prérogatives initiales s'ajoutent à compter de février 2008 celles de la Gestion des rapports publics et des Archives nationales.

Elle s'est surtout fait connaître pour avoir été à l'origine d'une charte signée en décembre 2007 entre le gouvernement, le patronat et les syndicats et visant à casser l'image traditionnelle de la répartition des tâches au sein d'une famille japonaise, à savoir l'homme travaillant et la femme au foyer s'occupant des enfants. Cette charte en 14 points doit alors encourager le partage des taches à la maison, et donc encourager non seulement les femmes devenues mères à poursuivre leurs carrières professionnelles et d'autre part à relancer la natalité, tombée en 2006 à une moyenne de 1,32 enfants par femme. De plus, les initiatives des entreprises visant à faciliter l'emploi des mères sont également encouragées (comme la construction de crèches ou l'emploi d'autres femmes à temps partiel pour remplacer les employées rentrées plus tôt chez elles pour s'occuper de leurs enfants). Toutefois, le fait que ces mesures soient laissées à la libre volonté des entreprises sans mesures contraignantes a été critiqué à la fois par les organisations féministes et l'opposition[2].

Suite au remaniement ministériel du 1er août 2008, elle n'a pas été reconduite au sein du gouvernement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]