Fiodor Alekseïevitch Golovine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Golovine.
Fédor Golovine

Le comte Fiodor Alexeïevitch Golovine ou Fédor Golovine (en russe : Фёдор Алексеевич Головин), né en 1650 et décédé en 1706, est un diplomate et un homme politique russe.

Il fut ministre des Affaires étrangères de 1700 à 1706, maréchal en 1700, grand-amiral (1700), chancelier impérial de Russie (1699).

Biographie[modifier | modifier le code]

Le comte Golovine était le dernier boyard de Russie et le premier chancelier de l'histoire de la Russie impériale. Jusqu'à sa mort, il fut un membre très influent de l'entourage de Pierre le Grand. Il se distingua par sa pondération, son érudition et comme travailleur acharné.

Carrière diplomatique[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille de trésoriers russes possédant des ascendances byzantines. Sous la régence de Sophie, il reçut pour mission la défense de la nouvelle forteresse d'Albazine située sur les bords du fleuve Amour, forteresse exposée aux attaques des Chinois. Le 27 août 1689, il conclut avec l'Empire Qing le traité de Nertchinsk par lequel les Russes abandonnaient la forteresse d'Albazine (qui fut ensuite détruite), les deux rives du fleuve Amour et rétrocédaient à la Chine Gorbitsa, mais établissait des relations commerciales avec l'Empire Qing. A la Grande Ambassade de l'Ouest de Pierre Ier, Golovine occupa la seconde place, immédiatement après le grand amiral François Lefort (1656-1699). Le tsar lui confia la tâche d'enrôler des marins étrangers et d'obtenir toutes les mesures nécessaires pour la construction et l'équipement d'une flotte. Au décès de Lefort (2 mars 1699, Golovine lui succéda comme maréchal. La même année, Pierre Ier le fit comte d'Empire. Lorsque le tsar fonda l'Ordre de Saint-André en 1699, le premier à en recevoir le grand cordon bleu pâle fut Golovine.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Au décès de Narychkine (1699), Pierre le Grand confia les Affaires étrangères à Golovine. En 1699, il devint Premier ministre. La première réussite du comte au poste de ministre des Affaires étrangères fut la signature du traité de Karlowitz le 25 janvier 1699. Ce traité mettait un terme au conflit qui opposait l'Empire ottoman à la Sainte Ligue et à la coalition comprenant plusieurs puissances européennes (Autriche, Pologne, République de Venise et Russie). Le 13 juin 1700, la Russie signa un nouveau traité à Constantinople, la paix fut instaurée pour trente ans et l'Empire ottoman cédait à la Russie le district d'Azov et une bande de terre s'étendant de ce lieu au Kouban. Golovine contrôlait habilement toutes les missions des diplomates russes dans les Cours étrangères. Sa supériorité en matière de politique sur tous ses contemporains russes était due au fait qu'il agissait comme un homme d'État au sens moderne du terme, alors que ses collègues en étaient encore à l'apprentissage.

Sa mort fut une perte irréparable pour Pierre le Grand. Sur une dépêche annonçant la mort du chancelier, le tsar écrivit des mots qui traduisaient son chagrin.

Distinction[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]