Divehi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur les redirections Pour l’article relatif à la naissance de l’État d’Israël, voir Mahal (Israël).
Divehi
Dhivehiscript.svg
Parlée en Inde, Maldives
Nombre de locuteurs 300 000
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Maldives
Codes de langue
ISO 639-1 dv
ISO 639-2 div
ISO 639-3 div
IETF dv
Échantillon
މާއްދާ 1 — ހުރިހާ އިންސާނުން ވެސް އުފަންވަނީ، ދަރަޖަ އާއި ޙައްޤު ތަކުގައި މިނިވަންކަމާއި ހަމަހަމަކަން ލިބިގެންވާ ބައެއްގެ ގޮތުގައެވެ. އެމީހުންނަށް ހެޔޮ ވިސްނުމާއި ހެޔޮ ބުއްދީގެ ބާރު ލިބިގެން ވެއެވެ. އަދި އެމީހުން އެކަކު އަނެކަކާ މެދު މުޢާމަލާތް ކުރަންވާނީ އުޚުއްވަތްތެރި ކަމުގެ ރޫޙެއް ގައެވެ.

Le divehi (ދިވެހިބަސް) ou maldivien est une langue indo-aryenne parlée par 300 000 locuteurs, principalement aux Maldives (où elle est la langue officielle) ainsi que dans le Lakshadweep (dialecte mahl ou mahal), autre archipel ayant le statut de territoire de l’Union Indienne.

Étymologie[1][modifier | modifier le code]

Le mot « divehi » vient du sanskrit dvīpa qui signifie « île ». Divehi, ou plutôt la forme complète divehi-bas, signifiant le langage des insulaires.

L'administration du Lakshadweep en Inde se réfère au divehi en tant que mahl (ou mahal). L'origine du mot mahl est basée sur le nom arabe du langage et celui des Maldives, qui sont respectivement al-lughath al-Mahaldibiyya et ad-Daulath al-Mahaldibiyya. C'est sur cette base que les fonctionnaires britanniques de l'Inde britannique ont enregistré ce langage.

Lexique[modifier | modifier le code]

Cette langue a été influencée par de nombreuses autres au cours de son histoire, et notamment par l’arabe. Les autres influences proviennent du cingalais, de la malayalam, du hindi, du français, du persan, du portugais, de l’anglais, etc. On pense que le divehi aurait des origines communes avec le cingalais ; la langue dont ces deux idiomes seraient issus se serait éteinte aux alentours de l’an -500.

Du fait de la dispersion des îles de l’archipel, des variantes sont apparues dans la prononciation et le vocabulaire, principalement entre les atolls du nord et ceux du sud. Ainsi, les habitants de Malé ne comprennent pas le dialecte d’Addu.

Le divehi s’écrit à l’aide d’un alphabet consonnantal (abjad) sémitique qui lui est spécifique, le thâna qui s'écrit de droite à gauche.

Autrefois, le divehi se transcrivait avec l'aide du dhives akuru, qui s'écrivait quant à lui de gauche à droite. Cette écriture était utilisée dans tout l’archipel jusqu’au XVIIe siècle, c’est-à-dire jusqu'à l'introduction de l’islam et continua à l'être jusqu’au début du XXe siècle pour la rédaction de textes officiels. Ainsi, son usage était encore fréquent dans les îles particulièrement isolées et par quelques communautés rurales jusqu’aux années 1960. Depuis le décès du dernier utilisateur à la fin du siècle dernier, cette écriture n’est plus enseignée aux Maldiviens, si ce n’est qu'à des fins secondaires.

Il n’y pas de traduction direct de bonjour ou salut en divehi. Au revoir est utilisé spécifiquement pour quitter. Aussi, sourires et regards compensent.

Le mot français « atoll » est originaire du divehi.

Spécification[modifier | modifier le code]

Cette langue possède trois niveaux de politesse alors que le français en distingue deux.

  • Le premier niveau, le reethi bas ou aadhe-vadainevvun, était utilisé par les classes supérieures et de sang royal, mais est actuellement utilisé le plus souvent à travers les médias nationaux.
  • Le second, labba-dhuruvun, est une marque de respect envers les aînés, les officiels et les étrangers.
  • Le troisième est utilisé usuellement.

Alphabet[modifier | modifier le code]

L'alphabet utilisé est le thâna ou thaana. C'est un alphabet dérivé de l'arabe. À l'inverse de ce dernier, le thâna ne varie pas ses lettres suivant la place dans le mot (initiale, médiale, finale), mais les lettres sont séparées entre elles. Les voyelles se placent sur les consonnes qu'elles suivent. Si elles sont seules, elles sont posées sur le Alifou qui seul n'a pas de sens.

Les lettres de l'écriture thâna
(Les voyelles sont affichées ici avec un alifou)
Graphème HTML Unicode Nom Romanisation Valeur API Notes
ހ
ހ h [h] Consonnes
de base
ށ
ށ CHAVIYANI sh [ʂ]
ނ
ނ NOÛNOU n [n̪]
ރ
ރ r [ɾ̪]
ބ
ބ b [b]
ޅ
ޅ LHAVIYANI lh [ɭ]
ކ
ކ KÂFOU k [k]
އ
އ ALIFOU varie cf. article
ވ
ވ VÂVOU v [ʋ]
މ
މ MÎMOU m [m]
ފ
ފ FÂFOU f [f]
ދ
ދ DHÂLOU dh [d̪]
ތ
ތ THÂ th [t̪]
ލ
ލ LÂMOU l [l]
ގ
ގ GÂFOU g [g]
ޏ
ޏ GNAVIYANI gn [ɲ]
ސ
ސ SÎNOU s [s̺]
ޑ
ޑ DAVIYANI d [ɖ]
ޒ
ޒ ZAVIYANI z [z̺]
ޓ
ޓ TAVIYANI t [ʈ]
ޔ
ޔ y [j]
ޕ
ޕ PAVIYANI p [p]
ޖ
ޖ DJAVIYANI j [ɟ]
ޗ
ޗ TCHAVIYANI ch [c]
ޘ
ޘ TTÂ Supplément pour l'arabe
ޙ
ޙ HHÂ
ޚ
ޚ KHÂ
ޛ
ޛ THÂLOU
ޜ
ޜ
ޝ
ޝ CHÎNOU
ޞ
ޞ SÂDHOU
ޟ
ޟ DÂDHOU
ޠ
ޠ TO
ޡ
ޡ ZO
ޢ
ޢ AÏNOU
ޣ
ޣ GHAÏNOU
ޤ
ޤ QÂFOU
ޥ
ޥ WÂVOU
އަ
ަ ABAFILI a [ə] Voyelles
އާ
ާ ÂBÂFILI aa [əː]
އި
ި IBIFILI i [i]
އީ
ީ ÎBÎFILI ee [iː]
އު
ު OUBOUFILI u [u]
އޫ
ޫ OÛBOÛFILI oo [uː]
އެ
ެ ÉBÉFILI e [e]
އޭ
ޭ ÊBÊFILI ey [eː]
އޮ
ޮ OBOFILI o [ɔ]
އޯ
ޯ ÔBÔFILI oa [ɔː]
އް
ް SOUKOUN ' '
ޱ
ޱ [ɳ] Consonne du
dialecte addou

Alphabétisation[modifier | modifier le code]

Le taux d’alphabétisation des Maldives est très haut (98 %) comparé aux autres pays du sud-est asiatique. Depuis les années 1960, l’anglais est devenu la langue d’éducation dans la plupart des écoles, bien qu’il existe toujours des classes en divehi. L’anglais est d’usage pour toute l’administration.

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]