Saskatchewan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saskatchewan (homonymie).
Saskatchewan
Armoiries
Armoiries
Drapeau
Drapeau
Carte de localisation
Carte de localisation
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Capitale Regina
Plus grande ville Saskatoon
Admission dans la Confédération  (9e)
Lieutenant-gouverneur Vaughn Schofield
Premier ministre Brad Wall
Sièges à la Chambre des communes 14
Sièges au sénat 6
Code postal S
Abréviation postale SK
ISO 3166-2:CA CA-SK
Démographie
Gentilé Saskatchewanais(e)
Population 1 079 958 hab. (2012)
Densité 1,7 hab./km2
Rang 6e
Langue officielle Anglais
Géographie
Superficie 651 036 km2
Rang 7e
Terre 591 670 km2
Eau 59 366 km2 (9,1 %)
Fuseau horaire UTC -6 (aucune heure d'été)[1]
Divers
Devise Multis E Gentibus Vires
(Latin : « D'une diversité de peuples, la force »)
Domaine Internet .sk.ca

La Saskatchewan (en anglais : /səˈskætʃəwən/) est une province de l'Ouest du Canada, située dans la région des prairies, entourée à l'ouest par l'Alberta, au nord par les Territoires du nord-ouest et à l'est par le Manitoba. La Saskatchewan comporte également une frontière au sud avec les États américains du Montana et du Dakota du Nord. Elle s'étend sur une superficie de 651 900 km2 et compte une population de 1 079 958 habitants en 2012. La plus grande ville est Saskatoon et la capitale Regina.

Avant que les Européens ne l'explorent en 1690 et ne s'y installent en 1774, le territoire a d'abord été habité par de nombreuses communautés amérindiennes. Créée depuis les Territoires du Nord-Ouest, elle devient la 9e province du Canada en 1905.

L'économie de la Saskatchewan se repose principalement sur l'agriculture et l'industrie forestière. Les autres activités sont l'industrie minière, ainsi que la production de gaz naturel et de pétrole, ce qui fait de la Saskatchewan la deuxième province la plus productrice après l'Alberta.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom vient de la rivière Saskatchewan, dont le nom en langue crie ou cree signifie « (rivière) rapide » (kisiskatchewan).

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

La Saskatchewan est située dans l'ouest du Canada. La superficie de la province atteint 651 036 km2, dont 591 670 km2 de terres et 59 366 km2 d'eaux, ce qui en fait la 7e entité subnationale du Canada en termes de superficie, et la 5e province.

La province prend la forme d'un trapèze, ses frontières suivant essentiellement des méridiens et des parallèles. L'ouest de la Saskatchewan borde l'Alberta et est délimité par la latitude 110° O ; la frontière entre les deux provinces mesure 1 225 km. Au nord, les Territoires du Nord-Ouest en sont séparés par le 60e parallèle ; au sud, la frontière avec les États-Unis est située sur le 49e parallèle. La frontière orientale avec le Manitoba n'est pas un simple arc de méridien, mais une succession de segments de méridiens à l'ouest de 101°30', reliés par de courts arcs de parallèles. La Saskatchewan est la seule province du Canada dont aucune frontière ne correspond à une particularité géographique tangible (bassin versant, cours d'eau, etc.).

La Saskatchewan est constituée de deux principales régions naturelles : le bouclier canadien au nord et les plaines intérieures au sud. Les montagnes des Cyprès, au sud-ouest, sont une région qui est demeurée libre de glaces lors de la dernière glaciation. Le point culminant de la province, à 1 468 m d'altitude, est situé dans les montagnes des Cyprès ; il s'agit du plus haut point du Canada entre les montagnes Rocheuses et le Québec. Le point le plus bas est situé sur les bords du lac Athabasca, à 213 m d'altitude.

Géologie[modifier | modifier le code]

Carte géologique de la Saskatchewan : en rouge, le bouclier canadien ; en vert, le bassin sédimentaire.

La géologie de la Saskatchewan peut être divisée en deux régions, le bouclier canadien datant du Cambrien ou du Précambrien et le bassin sédimentaire de l'Ouest canadien datant du Phanérozoïque. Le bouclier canadien contient en outre le bassin sédimentaire de l'Athabasca. Les processus géologiques les plus récents datent du quaternaire, lorsque les prairies furent touchées par des épisodes glaciaires[2].

Plusieurs impacts météoriques ont altéré les processus géologiques terrestres. Les impacts de Carswell, Deep Bay et Gow Lake se sont produit sur le bouclier canadien au nord. Ceux de Viewfield, Elbow et Maple Creek dans les plaines du sud[3]. Le cratère de Carswell est le plus grand astroblème de la province, avec 35 km de diamètre[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les eaux douces recouvrent 59 366 km2 de la Saskatchewan, soit 6,5 % de la superficie totale[5]. La province regroupe 14 principaux bassins versants[6], se déversant dans l'océan Arctique, la baie d'Hudson et le golfe du Mexique. Les deux principaux bassins, ceux du Nelson et du Churchill, se déversent dans la baie d'Hudson. Outre le Churchill, les principaux cours d'eau sont la Qu'Appelle, l'Assiniboine, la Souris, la Saskatchewan Nord et la Saskatchewan Sud (dont la confluence forme la Saskatchewan), qui font toutes partie du bassin du Nelson. La Frenchman, au sud de la province, fait partie du bassin du Mississippi et s'écoule donc vers le golfe du Mexique. Au nord, le bassin du Mackenzie rejoint l'océan Arctique.

La Saskatchewan comprend plus de 10 000 lacs, principalement dans la région au nord de la limite des arbres sur le bouclier canadien[7]. Le plus grand est le lac Athabasca, à cheval sur la Saskatchewan et l'Alberta. Le deuxième est le lac des Rennes, à cheval sur la Saskatchewan et le Manitoba. Parmi les autres lacs, on trouve le lac Wollaston, le lac Cri, le lac Frobisher et le lac la Ronge[8]. Le point le plus profond, 220 m de profondeur, est situé dans le lac des Rennes, dans le cratère de Deep Bay, un astroblème de 13 km de diamètre[9].

La Saskatchewan contient également des zones humides[10], des tourbières et des lacs salés, comme les lacs Quill.

Climat[modifier | modifier le code]

La Saskatchewan repose loin de toute étendue d'eau de taille significative. Avec sa situation septentrionale, la province possède un climat continental tempéré dans le centre et l'est, s'asséchant en climat de steppe semi-aride dans le sud et le sud-ouest. Au nord, à partir de La Ronge, le climat est subarctique. Les étés sont chauds, avec des températures pouvant dépasser 30 °C. Les hivers sont très froids. L'amplitude thermique entre l'été et l'hiver peut dépasser 65 °C[11]. L'été, les rafales descendantes, les orages supercellulaires ou les tornades sont des événements possibles.

La Saskatchewan est la province la plus ensoleillée du Canada (2 206 heures par an), la deuxième recevant le moins de neige par an (145 cm) et dont l'été est le plus chaud (22 °C), et la quatrième recevant le moins de précipitations à l'année (428 mm)[12]. En moyenne, la Saskatchewan connait 272 jours de gel dans le nord (à Prince Albert), 241 jours dans le sud (à Estevan)[13].

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

La majorité de la population de la Saskatchewan est située dans le tiers sud de la province, au sud du 53e parallèle.

Saskatoon (202 000 habitants) est la plus grande ville de la province. Regina (180 000 habitants), la capitale, est la deuxième. Parmi les autres villes figurent Estevan, Flin Flon, Humboldt, Lloydminster, Melfort, Melville, Moose Jaw, North Battleford, Prince Albert, Swift Current, Weyburn et Yorkton.

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Graphique retraçant l'évolution de la population de la Saskatchewan depuis 1901.

En 2009, la population de la Saskatchewan est estimée à 1 023 810 habitants[14].

Le tableau suivant résume l'évolution de la population de la Saskatchewan lors des recensements depuis 1901[15].

Année Population
1901 91 279
1911 492 432
1921 757 510
1931 921 785
1941 895 992
1951 831 728
1956 880 665
1961 925 181
1966 955 344
1971 926 242
1976 921 325
1981 968 313
1986 1 009 613
1991 988 928
1996 976 615
2001 978 933
2006 985 386
2009 1 023 810

Origines[modifier | modifier le code]

Famille autochtone, 1919

Selon le recensement fédéral de 2001, les principales origines ethniques de la Saskatchewan sont[16] :

18,1 % des personnes s'identifient cependant comme Canadiens.

Religion[modifier | modifier le code]

Selon le recensement fédéral de 2001, les principales affiliations religieuses des Territoires sont[17] :

148 535 personnes (15 %) se considèrent comme sans religion.

Langues[modifier | modifier le code]

En 2006, la population de la Saskatchewan s'élève à 985 386 habitants. Lors du recensement de la population de 2006, 946 250 réponses sont enregistrées au sujet de la langue maternelle. Les dix langues les plus couramment rapportées sont[18] :

# Langue maternelle Locuteurs  %
1 Anglais 811 275 85,7 %
2 Allemand 28 555 3,0 %
3 Langues algonquines 26 525 2,8 %
4 Ukrainien 16 350 1,7 %
5 Français 16 060 1,7 %
6 Langues chinoises 7 475 0,8 %
7 Langues athapascanes 7 145 0,8 %
8 Polonais 2 510 0,3 %
9 Hongrois 2 190 0,2 %
10 Tagalog 2 170 0,2 %

La Saskatchewan ne possède aucune langue officielle. L'anglais joue cependant de facto ce rôle.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie saskatchewanaise repose sur l'agriculture. Le produit majeur et le plus familier est le blé mais on produit aussi du colza, du lin, du seigle, de l'avoine et de l'orge. Dans la partie nord de la province, l'industrie forestière est importante.

L'industrie minière est aussi importante ; la Saskatchewan est le plus important exportateur au monde[19],[20] de potasse et un important exportateur d'uranium dont elle possède avec McArthur River la plus importante mine du monde, dont elle pourvoit la plupart des pays du monde occidental. L'industrie d'uranium est gérée de près par le gouvernement provincial, ce qui lui permet une grande latitude dans l'établissement des prix mondiaux de l'uranium. On y produit également en grande quantité du pétrole et du gaz naturel (la province est la seconde productrice après l'Alberta). Des mines importantes de radium et d'antimoine ont été découvertes.

Quelques renseignements[modifier | modifier le code]

  • Fleur emblème : Le lys rouge de l'Ouest
  • Emblème aviaire : La gélinotte à queue fine
  • Membres de l'Assemblée législative : 58
  • Députés à la Chambre des communes : 14
  • Sénateurs : 6
  • Revenu familial annuel moyen (1996) : 50 847 $
  • Taux d'emploi (1997) : 62,4 %
  • Coûts des soins de santé par habitant (1995) : 2 401 $
  • L'inflation mesurée à l'IPC (1997) : 1,3 %
  • Revenu hebdomadaire moyen (1997) : 527,14 $
  • Mises en chantier d'habitations (1997) : 2 757
  • Taxe sur les ventes (2006) : 5 %
  • Population urbaine (1996) : 63,3 %
  • PIB par habitant (1995) : 23 899 $
  • Superficie par rapport au reste du Canada : 6,5 %

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant l'arrivée des Européens, la Saskatchewan est peuplée par les Athabascans, les Algonquiens et les Sioux. Le premier Européen en Saskatchewan est Henry Kelsey en 1690, qui descend la rivière Saskatchewan, cherchant une traite de fourrure avec les autochtones. Le premier établissement européen est un comptoir de la Compagnie de la Baie d'Hudson à Cumberland House, fondé par Samuel Hearne en 1774.

Le peuplement de la région, qui fait alors partie des Territoires du Nord-Ouest, s'accélère pendant les années 1870 grâce à la construction du Canadien Pacifique et à la concession de terres gratuites aux colons volontaires. La Police Montée du Nord-ouest établit plusieurs postes à travers la Saskatchewan moderne.

On déplace les autochtones par la force vers des réserves et les métis qui s'y sont établis, dirigés par Louis Riel, mènent la Rébellion du Nord-Ouest afin de former leur propre gouvernement indépendant du Canada. Riel se rend deux mois plus tard et est reconnu coupable de trahison.

Le peuplement de la Saskatchewan continue par le biais du chemin de fer ; avec la croissance de sa population, elle devient une province en 1905. Mis à part les Canadiens-français qui viennent du pays, plusieurs peuples d’Europe contribuent au peuplement de la Saskatchewan. Aujourd'hui, la majorité de la population est composée des descendants d’Allemands, d’Anglais, d’Écossais, d’Irlandais, d’Ukrainiens, de Norvégiens, de Polonais, de Hollandais, de Suédois, etc. qui s'établissent dans la région à l’époque de la colonisation.

Politique[modifier | modifier le code]

La Saskatchewan possède la même sorte de gouvernement que les autres provinces, basé sur le système de Westminster, avec un premier ministre, un parlement monocaméral (l'Assemblée législative de la Saskatchewan) et un lieutenant-gouverneur.

La Saskatchewan s'est orientée vers la gauche pendant plusieurs années. En 1944, elle élut le Co-operative Commonwealth Federation et son chef Tommy Douglas, le premier gouvernement socialiste en Amérique du Nord. Son gouvernement fit de la Saskatchewan la première province avec l'assurance-santé socialisée.

Le Nouveau Parti démocratique, successeur du CCF, domine la politique provinciale depuis la Seconde Guerre mondiale. Le Parti libéral devint insignifiant d'abord, puis les progressistes-conservateurs s'effondrèrent suite aux scandales du gouvernement de Grant Devine. Aujourd'hui, après un règne de seize ans des néo-démocrates, le chef du Parti saskatchewanais, Brad Wall, a été élu lors du suffrage du . Plus récemment, soit en novembre 2011, le Parti saskatchewanais a été réélu à la tête de la province, en portant au pouvoir 49 députés sur une possibilité de 58. À l'instar de la plupart des provinces canadiennes, la Sakatchewan tient ses élections à date fixe[21].

Genre du mot[modifier | modifier le code]

Dans le français parlé au Canada, comme dans l'usage officiel des gouvernements fédéral du Canada[22], du Québec, et de la Saskatchewan, le mot Saskatchewan est exclusivement féminin, qu'il désigne la province ou la rivière éponyme. Ailleurs, il peut y avoir flottement : un usage observé en France[23] est de faire de Saskatchewan un nom masculin quand il désigne la province et féminin quand il désigne la rivière.

Sport[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

L'auteur belge Amélie Nothomb a utilisé le nom de cette province comme patronyme d'une protagoniste canadienne de sa nouvelle, Electre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lloydminster et environs : UTC -7, avec heure d'été
  2. (en) « Introduction to Saskatchewan's Geology », Gouvernement de la Saskatchewan (consulté le 18 juillet 2009)
  3. (en) R. Macdonald, « The Encyclopedia of Saskatchewan - Geology », Canadian Plains Research Center, University of Regina,‎ 2006 (consulté le 18 juillet 2009)
  4. (en) C. Harper, « The Encyclopedia of Saskatchewan - Astroblemes », Canadian Plains Research Center, University of Regina,‎ 2006 (consulté le 18 juillet 2009)
  5. (en) « Superficie en terre et en eau douce, par province et territoire », Statistique Canada,‎ 01/02/2005 (consulté en 18/07/2009)
  6. (en) D. Johnson, « The Encyclopedia of Saskatchewan - Hydrology », Canadian Plains Research Center, University of Regina,‎ 2006 (consulté en 18/07/2009)
  7. (en) « Saskatchewan Council for Archives and Archivists - The Saskatchewan Landscape », University of Saskatchewan,‎ 2004 (consulté en 18/07/2009)
  8. « Saskatchewan - Superficie et altitude des lacs (lacs de plus de 400 kilomètres carrés) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-29
  9. « Géopanorama du nord de la Saskatchewan - Portrait géologique d'une région du Bouclier canadien », Ressources naturelles Canada (consulté en 18/07/2009)
  10. « L'Atlas du Canada - Zones humides » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-29
  11. (en) « Climat », Encyclopedia of Saskatchewan (consulté en 18/07/2009)
  12. « Palmarès météo – Saskatchewan », Environment Canada (consulté en 18/07/2009)
  13. (en) « Summary of Agriculture in Saskatchewan », Government of Saskatchewan (consulté en 18/07/2009)
  14. « Estimations démographiques trimestrielles », Statistique Canada (consulté en 18/07/2009)
  15. « Population urbaine et rurale, par province et territoire (Saskatchewan) », Statistique Canada (consulté en 18/07/2009)
  16. « Population selon certaines origines ethniques, par province et territoire (Recensement de 2001) », Statistique Canada (consulté en 18/07/2009)
  17. « Certaines religions, pour le Canada, les provinces et les territoires - Données-échantillon (20 %) », Statistique Canada (consulté en 18/07/2009)
  18. « Langue maternelle détaillée (186), connaissance des langues officielles (5), groupes d'âge (17A) et sexe (3) pour la population, pour le Canada, les provinces, les territoires, les régions métropolitaines de recensement et les agglomérations de recensement, recensements de 2001 et 2006 - Données-échantillon (20 %) », Statistique Canada,‎ 12/06/2008 (consulté en 18/07/2009)
  19. http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=F1ARTF0006428 Potasse sur L'Encyclopédie canadienne.]
  20. (en) http://minerals.usgs.gov/minerals/pubs/commodity/potash/mcs-2010-potas.pdf Potash - U.S. Geological Survey, Mineral Commodity Summaries, January 2010
  21. L'Observatoire de l'administration publique, Législatif, http://etatscanadiens-canadiangovernments.enap.ca/fr/nav.aspx?sortcode=1.0.1.0
  22. Attesté par diverses mentions sur leur site Web.
  23. Petit Robert des noms propres, édition 2000, entrées « Saskatchewan (n.f.) » et « Saskatchewan (n.m.) »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]