Méridien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Méridien (homonymie).
Carte montrant que les méridiens passent tous par les pôles.

En géographie, un méridien est un demi cercle imaginaire tracé sur le globe terrestre reliant les pôles géographiques. Tous les points de la Terre situés sur un même méridien ont la même longitude. On parle également d'arc de méridien entre deux points ayant une latitude différente.

En astronomie, un méridien est un grand cercle imaginaire tracé sur la sphère céleste, passant par les pôles célestes. L'ascension droite, par exemple, est repérée par les méridiens célestes. Le méridien, ou plan méridien, d'un lieu est un grand cercle de la sphère céleste passant par le pôle céleste, le zénith et le nadir du lieu. À midi solaire, le Soleil est dans le plan méridien.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Le 180e méridien aux Fidji, dont la trajectoire se confond à cet endroit avec la ligne de changement de date.

En chacun de leurs points, tous les méridiens sont perpendiculaires à toutes les parallèles. Par ailleurs, ils ont tous la même longueur égale à 20 003,932 km [1]. Ce sont des demi-grands cercles et, comme géodésiques, ce sont également les plus courtes distances entre deux de leurs points.

Par convention, il existe sur Terre 360 méridiens séparés par un degré d'arc.

Au niveau de l'équateur, la distance entre deux méridiens est égale à 1/360e partie de la longueur de l'équateur, soit 111,3 kilomètres approximativement. En s'éloignant de l'équateur, cet écart diminue. Il est proportionnel au 1/360e partie de l'équateur multiplié par le cosinus de la latitude. Ainsi, à 45 degrés de latitude, la distance entre deux méridiens est égale à 111 kilomètres multiplié par le cosinus de 45 degrés, soit 0,707, ce qui fait 78,7 kilomètres approximativement. À 60 degrés de latitude, l'écart entre deux méridiens passe à 55 kilomètres, le cosinus de cette latitude étant égal à 0,5. Aux pôles géographiques, la distance entre les méridiens est nulle puisqu'ils y convergent (cos 90° = 0).

Fuseaux horaires[modifier | modifier le code]

Un fuseau horaire est une portion de la surface du globe, limitée par deux méridiens que séparent 15° de longitude. Puisqu'il y a 24 heures dans une journée-nuitée, il y a 24 fuseaux horaires qui se répartissent sur 360°.

Mille nautique[modifier | modifier le code]

Le mille nautique a été défini comme la 1/60e partie d'un degré d'un arc de méridien ; il équivaut en moyenne 1 852 m.

Méridien d'origine[modifier | modifier le code]

Matérialisation du méridien d'origine à l'Observatoire de Greenwich

Si les latitudes peuvent être mesurées à partir de l'équateur, il n'existe pas de référence naturelle équivalente pour fixer l'origine des longitudes. Il est donc nécessaire de définir un méridien d'origine, où les points ont par définition une longitude égale à zéro.

Actuellement, le méridien d'origine pour la plupart des systèmes géodésiques est voisin du méridien de Greenwich qui passe par l'observatoire de Greenwich, en Angleterre. Jusqu'au début du XXe siècle, différents pays utilisèrent d'autres méridiens d'origine comme le méridien de Paris en France (02° 20' 14" E), le méridien de Berlin en Allemagne (13° 24' E), le méridien de Tolède en Espagne ou le méridien d'Uppsala en Suède.

En France, le roi Louis XIII décréta par ordonnance en 1634 que le premier méridien serait celui dit de l'Île de Fer (aujourd'hui île d'El Hierro dans l'archipel des îles Canaries), arbitrairement situé à 20°00'00" à l'ouest du méridien de Paris. Cette localisation permettait d'obtenir une longitude positive pour toutes les terres européennes et a été longtemps suivie par plusieurs autres pays.

Choisir un méridien d'origine de longitude 0° implique l'existence d'un antiméridien, situé à l'opposé sur le globe. La ligne de changement de date suit cet antiméridien sur la majeure partie de sa longueur.

Méridien et définition du mètre[modifier | modifier le code]

La première définition du mètre a été édictée par le décret de l'Assemblée Nationale du 30 mars 1793. Il représentait le dix millionième de la longueur du quart du méridien terrestre. À l'époque, un méridien était considéré comme faisant le tour de la Terre. Cette longueur est d'abord approximative car la référence doit encore être mesurée. Jean-Baptiste Joseph Delambre et Pierre Méchain s'attèlent à la mesure de la distance entre Dunkerque et Barcelone, et après la publication de leur rapport, le mètre étalon est définitivement fixé par la loi du 19 frimaire an VIII de la République (10 décembre 1799) :

« ART . Ier La fixation provisoire de la longueur du mètre, à trois pieds onze lignes quarante-quatre centièmes, ordonnée par les lois des Ier août 1793 et 18 germinal an III, demeure révoquée et comme non avenue. Ladite longueur, formant la dix-millionième partie de l'arc du méridien terrestre compris entre le pôle nord et l'équateur, est définitivement fixée, dans son rapport avec les anciennes mesures, à trois pieds onze lignes deux cent quatre-vingt-seize millièmes. »

Méridien magnétique[modifier | modifier le code]

C'est un méridien particulier passant par les pôles magnétiques.

Frontières[modifier | modifier le code]

Certaines frontières entre pays ou régions ont été déterminées par des méridiens, bien que le cas soit moins fréquent que pour les parallèles. En partant vers l'est depuis le méridien de Greenwhich, on peut noter :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Pierre Bayart, La Méridienne de France, 2007, l'Harmattan, coll. « acteurs de la science ». Préface de Jean-Claude Pecker.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]