Lac la Ronge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac la Ronge
Vue partielle du lac la Ronge
Vue partielle du lac la Ronge
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Saskatchewan
Géographie
Coordonnées 55° 10′ 00″ N 105° 00′ 00″ O / 55.16667, -10555° 10′ 00″ Nord 105° 00′ 00″ Ouest / 55.16667, -105  
Superficie 1 413 km2
Altitude 364 m
Profondeur 41 m
Hydrographie
Alimentation Rivière Montréal
Émissaire(s) Rivière Rapide
Rivière Churchill

Géolocalisation sur la carte : Saskatchewan

(Voir situation sur carte : Saskatchewan)
Lac la Ronge

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Lac la Ronge

Le lac la Ronge est un lac glaciaire situé dans la province du Saskatchewan. Le lac est situé à 250 kilomètres au Nord de la ville de Prince Albert. La ville de La Ronge borde le lac.

Le lac la Ronge reçoit les eaux de la rivière Montréal. Le principal émissaire est la rivière Rapide qui mesure une douzaine de kilomètres avant d'aller se jeter du haut d'une grande chute dans la rivière Churchill.

Le nom de la Ronge est attribué aux trappeurs et coureurs des bois Canadiens-français et Métis qui donnèrent ce nom en raison de la présence de nombreux castors.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom du lac est incertaine, bien qu'on s'accorde généralement qu'il proviendrait du cri. Selon certain sources, le nom du lac serait Kissisagi, une forme altérée de Kikasginagan qui signifie « ronger la racine ». Il s'agit d'un terme descriptif des rives du lac où de nombreux arbres auraient leur écorces ronger par les castors. Il s'agit d'une adaptation française du toponyme cri. Un autre explication est que ses rives aurait été rongé par un animal fabuleux, le Kitchi-Amik ou Grand Castor[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carol Jean Léonard, Mémoire des noms de lieux d'origine et d'influence françaises en Saskatchewan : Répertoire toponymique, Québec, Les Éditions GID,‎ 2010, 630 p. (ISBN 978-2-89634-022-4), p. 498