Ouest canadien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte mettant en valeur les provinces concernées

L'Ouest canadien est une région située à l'ouest du Canada, généralement considéré comme étant constitué de tout le pays à l'ouest de l'ontarienne, même si sa définition exacte est sujette à controverse (voir plus bas). Elle est constituée de la Colombie-Britannique, l'Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba.

Ces trois dernières provinces sont connues sous le nom collectif de « Prairies » ou « ALSAMA ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1700 on constate déjà sur le territoire la présence d'explorateurs français dont la Vérendrye. Ces derniers établissent quelques forts dans la région dont celui de la Jonquière.

1872, la Loi des terres fédérales ouvre à la colonisation quelque 198 millions d'acres (80 millions d'hectares) de terres dans l'Ouest canadien. Elle prévoit une colonisation systématique et ordonnée de l'Ouest canadien. La Loi exige, avant tout établissement, que les lots soient arpentés et indiqués sur une carte, laquelle sera conservée dans le registre foncier de la localité. Pour répondre à cette exigence, le gouvernement divisent le territoire en un immense échiquier d'environ 1,25 million de lots.

Lorsque les trois provinces des prairies se joignent à la Confédération canadienne (le Manitoba en 1870, l’Alberta et la Saskatchewan en 1905), on ne leur reconnaît pas le contrôle sur leurs ressources naturelles, un droit pourtant accordé aux autres provinces en vertu de l'Acte de l’Amérique du Nord britannique. Le gouvernement fédéral veut garder ce contrôle afin d’assurer l’intégration rapide de l’Ouest dans l’économie canadienne. Ce traitement inégal soulève le mécontentement dans l’Ouest canadien, où l’on reproche au gouvernement de faire passer les priorités nationales avant celles des provinces. En 1930, des lois concernant le transfert des ressources naturelles reconnaissent finalement ce déséquilibre et cèdent aux provinces des Prairies la compétence sur les terres de la couronne et les ressources naturelles à l’intérieur de leurs frontières[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La Colombie-Britannique est adjacente à l'océan Pacifique, mais l'Alberta et la Saskatchewan sont sans littoral. Le Manitoba a accès à la baie d'Hudson au nord-est, où est situé le port de Churchill.

La région côtière de la Colombie-Britannique et l'Île de Vancouver jouissent d'un climat tempéré océanique grâce à l'influence de l'océan Pacifique, avec des températures similaires aux Îles Britanniques. Les hivers sont typiquement humides et les étés relativement secs. Ces régions jouissent du climat le plus tempéré au Canada, les températures chutant rarement bien en dessous de zéro. L'intérieur de la province est plus sec et les hivers sont plus froids et les étés substantiellement plus chauds.

L'Alberta côtoie les Montagnes Rocheuses et le sud de la province bénéficie de conditions climatiques modérés connues sous le nom de chinooks où des vents chauds élèvent la température suffisamment pour profiter d'une gamme complète de sports d'hiver et, occasionnellement, une partie de golf. Le climat albertain est exceptionnellement variable, et des températures appropriées aux manches courtes peuvent apparaître en janvier et février, tandis qu'il tombe fréquemment de la neige en août.

La Saskatchewan et le Manitoba subissent tous deux des conditions climatiques extrêmes, quoique le Manitoba en souffre plus que sa voisine. Les hivers dans les deux provinces peuvent être très rigoureux, avec des vents arctiques et des températures de 40 °C sous zéro. Les températures hivernales maximums varient en moyenne entre −10 °C et −15 °C. Le climat extrême au Manitoba a engendré le surnom « Winterpeg » pour sa capitale Winnipeg. En contraste, les étés peuvent être extrêmement chauds, avec des températures dépassant les 35 °C.

Politique[modifier | modifier le code]

En politique canadienne, le terme « l'Ouest » est souvent utilisé comme synonyme pour les penchants prétendument conservateurs des Canadiens occidentaux, en contraste avec le supposé progressisme du Canada central. Les régions côtières de la Colombie-Britannique sont une exception à la règle, ainsi que la ville de Winnipeg, au Manitoba, qui sont généralement beaucoup moins conservatrices. Le Nouveau Parti démocratique (NPD, parti fédéral social-démocrate) est né dans la Prairie canadienne et bénéficie d'un soutien important au Manitoba notamment, bien que parti se soit orienté relativement plus vers le centre dans les années récentes, surtout dans le cas du Saskatchewan.

Actuellement, le Parti libéral de la Colombie-Britannique (beaucoup plus à droite du Parti libéral fédéral, plus proche du Parti conservateur) forme le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique. Les Progressistes-conservateurs détiennent le pouvoir en Alberta, tandis que le pouvoir est détenu par le Parti saskatchewanais au Saskatchewan, et le Nouveau Parti démocratique au Manitoba.

Les provinces de l'Ouest sont représentées au Parlement du Canada par 92 députés à la Chambre des communes (C.-B. : 36, Alberta : 28, Saskatchewan & Manitoba : 14 chacun) et 24 sénateurs (6 pour chaque province). Des 92 députés aux communes, 68 sont conservateurs, 13 sont libéraux, 9 sont néo-démocrates et 2 sont indépendants. Ces provinces sont les plus insistantes dans leurs appels pour des réformes aux Sénat, où ils considèrent que l'Ontario, le Québec et les provinces maritimes sont sur-représentées.

Les conditions climatiques et économiques ont contribué à une émigration nette du Manitoba et de la Saskatchewan vers l'Alberta et la Colombie-Britannique, où l'économie est plus forte. En effet, la population actuelle de la Saskatchewan est à peine plus grande qu'elle ne l'était en 1931.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Vécu des immigrants : Des terres gratuites !

Source[modifier | modifier le code]

  • Jeffrey S. Murray, Des terres gratuites!, coll. « Le Vécu des immigrants: Immigrer et s'installer en terre canadienne », Bibliothèque et Archives Canada, 2006-03-27

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]