Rivière Frenchman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rivière Frenchman
La rivière Frenchman dans le Parc national des Prairies
La rivière Frenchman dans le Parc national des Prairies
Caractéristiques
Longueur 341 km
Bassin ?
Débit moyen ?
Cours
Source Montagne de Cyprès
· Localisation Reno No. 51
· Coordonnées 49° 28′ 35″ N 109° 23′ 43″ O / 49.47641, -109.39518 (Source - Rivière Frenchman)  
Confluence Milk
· Localisation Comté de Phillips
· Coordonnées 48° 31′ 10″ N 107° 15′ 04″ O / 48.5194487, -107.2511889 (Confluence - Rivière Frenchman)  
Géographie
Pays traversés Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis
Province
État
Saskatchewan
Montana

La rivière Frenchman est un cours d'eau qui coule dans la province de la Saskatchewan.

Elle prend sa source dans la montagne de Cyprès à 975 mètres d'altitude, puis traverse le parc national des Prairies. La rivière entre ensuite dans l'État du Montana aux États-Unis où elle termine son trajet en se jetant dans la rivière Milk.

La rivière Frenchman est un affluent de la rivière Milk qui est elle-même un affluent de la rivière Missouri et contribue au bassin fluvial du fleuve Mississippi.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La rivière doit son nom à la communauté métisse et canadienne-française qui vivait le long de ce cours d'eau au XIXe siècle et au début du XXe siècle.

La rivière a autrefois été connue en français sont le nom de rivière Blanche. La couleur des berges et des buttes le long de son parcours qui contiennent un sol argileux ayant un sable d'une blancheur remarquable. Les variantes anglaises White Earth, Whitemud et White Mud, auxquelles ont rajoutait les génériques Creek ou River, tendent a confirmé cette hypothèse[1]. Elle a aussi été connu sous le nom de la « Maison de Terre ». L'origine du toponyme n'est pas connu, mais il est possible qu'il provient d'un poste de traite construit par Roger Goulet à l'intention de la tribu de Sitting Bull, qui s'était réfugié du côté canadien de la frontière. Ce dernier, aidé de trois hommes, fit creuser une habitation troglodytique. Sa situation avantageuse ne pouvait qu'attirer l'attention[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carol Jean Léonard, Mémoire des noms de lieux d'origine et d'influence françaises en Saskatchewan : Répertoire toponymique, Québec, Les Éditions GID,‎ 2010, 630 p. (ISBN 978-2-89634-022-4), p. 89–90
  2. Carol Jean Léonard, Mémoire des noms de lieux d'origine et d'influence françaises en Saskatchewan : Répertoire toponymique, Québec, Les Éditions GID,‎ 2010, 630 p. (ISBN 978-2-89634-022-4), p. 370