Saint-Laurent-du-Maroni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Laurent et Maroni.
Saint-Laurent-du-Maroni
Église de Saint-Laurent-du-Maroni
Église de Saint-Laurent-du-Maroni
Blason de Saint-Laurent-du-Maroni
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guyane
Département Guyane (sous-préfecture)
Arrondissement Saint-Laurent-du-Maroni
(chef-lieu)
Canton Saint-Laurent-du-Maroni
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de l'Ouest guyanais
Maire
Mandat
Léon Bertrand
2014-2020
Code postal 97320
Code commune 97311
Démographie
Gentilé Saint-Laurentins
Population
municipale
40 462 hab. (2011)
Densité 8,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 5° 29′ 27″ N 54° 02′ 16″ O / 5.49092, -54.037886 ()5° 29′ 27″ Nord 54° 02′ 16″ Ouest / 5.49092, -54.037886 ()  
Altitude Min. 2 m – Max. 15 m
Superficie 4 830 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Guyane

Voir la carte administrative de Guyane
City locator 14.svg
Saint-Laurent-du-Maroni

Géolocalisation sur la carte : Guyane

Voir la carte topographique de Guyane
City locator 14.svg
Saint-Laurent-du-Maroni
Liens
Site web saintlaurentdumaroni.fr

Saint-Laurent-du-Maroni est une commune française située dans le département de la Guyane. En 2010, elle est la deuxième commune la plus peuplée de Guyane après Cayenne.

Ses habitants sont appelés les Saint-Laurentins[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de Saint-Laurent-du-Maroni.

Saint-Laurent-du-Maroni, localité placée à 253 kilomètres à l'ouest de Cayenne, est située un peu derrière l'embouchure du Maroni, face à la ville surinamaise d'Albina, au nord-est du continent sud-américain. Elle n'a pas donc de côte Atlantique, fait expliqué par le désir des autorités pénales d'empêcher les bagnards qui y étaient implantés de s'évader par la mer.

Beaucoup d'ethnies y cohabitent : Amérindiens (Kali'na, Lokono), Hmong, Hindous, Bushinengue (Saramaca, Djuka, Aluku, Paramacas), étrangers (Haïtiens, Surinamais, Brésiliens, etc), et métropolitains.

Les communes limitrophes avec Saint-Laurent-du-Maroni sont Mana au nord et à l'est, Grand-Santi au sud-ouest, et Apatou au nord-ouest.

La commune inclut les îles fluviales Portal, de la Quarantaine et aux Lépreux.

Communes limitrophes de Saint-Laurent-du-Maroni
Galibi (Suriname) Awala yalimapo Mana
Albina (Suriname) Saint-Laurent-du-Maroni Mana
Apatou Apatou

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Articulé sur un plateau continental de faible hauteur, le relief de Saint-Laurent-du-Maroni est essentiellement vallonné, avec un point culminant à 100 mètres d'altitude. Les vallées qui serpentent au milieu des collines sont, pour la plupart, marécageuses. Le sud de la commune, quant à lui, est plus montagneux, avec un point culminant, dans le Massif Dékou-Dékou, à 500 mètres d'altitude[2],[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Maroni arrose la commune, a qui il donne une partie de son nom, au nord et nord-ouest de celle-ci. Plusieurs de ses affluents traversent également le territoire communal : la Crique Sparouine (en limite de commune sud), la Crique Bastien, la Crique Serpent, la Crique des cascades, la Crique Awara, la Crique Balaté, la Crique Margot, la Crique Chameau, la Crique aux bœufs lamentins, la Crique Vaches (en limite de commune nord).

Climat[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-du-Maroni bénéficie d'un climat chaud et humide de type équatorial (type Af selon la classification de Koppen). Il n'existe qu'une seule saison dans l'année avec deux pics pour les précipitations, un grand pic au printemps au mois de mai et un petit pic en hiver au mois de janvier. L'air est constamment chaud et moite. Les seules variations que connaissent les températures sont des variations journalières avec des minimales égales à 22 °C et des maximales comprises entre 29 °C et 33 °C. Il pleut toute l'année de façon abondante si bien que le cumul annuel des précipitations atteint une valeur très élevée (2 594,4 mm/an). Cependant les précipitations varient du simple au triple entre le mois le moins arrosé (105,9 mm en octobre) et le mois le plus arrosé (366,6 mm en mai).

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations moyennes :

Relevé météorologique de Saint-Laurent-du-Maroni
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 22,1 22 22,2 22,6 22,8 22,5 22,2 22,3 22,3 22,3 22,3 22,3 22,3
Température maximale moyenne (°C) 29,1 29,2 29,7 30 29,9 30,3 31,1 32,1 32,8 32,6 31,6 29,9 30,7
Précipitations (mm) 255,8 175,8 189,2 248,2 366,6 320,4 250,2 167 115,2 105,9 159,3 240,8 2 594,4
Source : climate-charts.com
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
29,1
22,1
255,8
 
 
 
29,2
22
175,8
 
 
 
29,7
22,2
189,2
 
 
 
30
22,6
248,2
 
 
 
29,9
22,8
366,6
 
 
 
30,3
22,5
320,4
 
 
 
31,1
22,2
250,2
 
 
 
32,1
22,3
167
 
 
 
32,8
22,3
115,2
 
 
 
32,6
22,3
105,9
 
 
 
31,6
22,3
159,3
 
 
 
29,9
22,3
240,8
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Embarcadère sur le Maroni à la fin du XIXe siècle
Pirogue sur le Maroni

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-du-Maroni est accessible par la route nationale RN1, qui termine sa course dans cette ville, en provenance, de l'est, de Kourou, ainsi que par la route départementale RD9, depuis Mana, au nord.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-du-Maroni est desservi par quatre lignes de bus[4] :

  • Ligne 1 : Saint-Laurent du Maroni - Javouhey - Mana - Awala
  • Ligne 2 : Saint-Laurent du Maroni - Mana - Iracoubo
  • Ligne 3 : Saint-Laurent du Maroni - Iracoubo
  • Ligne 10 : Saint-Laurent du Maroni - Iracoubo (express)

Réseau fluvial[modifier | modifier le code]

Trois sociétés, basées à Saint-Laurent, proposent leurs services pour le transport fluvial, tant du fret que des passagers, sur le Maroni, sans toutefois de ligne régulières[5]. Les pirogues du Maroni se comptent par centaines. Elles restent le seul moyen de transport pour les riverains du fleuve. Les Amérindiens naviguent uniquement dans l'estuaire sur des pirogues larges et se terminant par une haute étrave. Les Bushinenge, population issue des anciens esclaves du Surinam, construisent des pirogues adaptées au passage des rapides. Étroites et longues, elles possèdent des extrémités curvilignes. Il est à noter que les pirogues à moteur et les canots–pagaies sont ornés d'entrelacs appelés tembé et de décorations d'inspiration moderne[6].

Chemin de fer[modifier | modifier le code]

Gare de chemin de fer à Saint-Laurent.
Allée des Bambous et la voie Decauville.

Saint-Jean-du-Maroni était relié à Saint-Laurent par une voie Decauville de chemin de fer[7]. C'était une voie de 0,60 mètre de large, longue de dix-huit kilomètres[8]. Elle avait été construite pour évacuer les billes de bois du bagne forestier[7]. Il lui fallait environ près de cinq heures au tortillard pour parcourir le trajet, s’il n'y a pas d'avarie en route dont la plus courante est la sortie des rails[8].

La gare de Saint-Laurent n'était qu'un vaste hangar bancal couvert de tôles ondulées pour abriter les wagons à voyageurs[8]. Actuellement, il n'en reste qu'une charpente métallique envahie par la brousse[7]. Ces wagons étaient des sortes de plates-formes montées sur boggies. Ils étaient bâchés et équipés de banquettes. C'était le moyen préféré de transport des gardes-chiourme qui, lors de leur jour de congé, partaient en groupe pour aller à Saint-Jean voir les relégués (pieds-de-biche dans le jargon pénitentiaire). Par temps sec, ils y perdaient leur complet blanc mis à mal par les flammèches embrasées de la locomotive, par temps de pluie, ils étaient totalement trempés en dépit des bâches protectrices[8]. Cette voie de chemin de fer servait aussi pour faire circuler le pousse. C'était une sorte de wagonnet poussé par deux bagnards munis d'une perche. Ce pousse était à la disposition du personnel administratif du bagne et de leur famille[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 8 880, alors qu'il n'était que de 5 253 en 1999[9].

Parmi ces logements, 89,9 % étaient des résidences principales, 2,9 % des résidences secondaires et 7,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 82,8 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 15,7 % des appartements[10].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 50,5 % (contre 52,1 % en 1999)[11].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent du Maroni, sous-préfecture de la Guyane, est en 2013 une ville moyenne. Sa position de ville ouverte de 40 000 habitants permet d'envisager, dans la prochaine décennie, qu'elle accède au rang de grande ville. Elle a pour cela des atouts indéniables qui vont de sa place de carrefour régional sur le bas Maroni en passant par sa dimension transfrontalière sans oublier l'impact de son port et de ses zones d'activités économiques[12].

À l'horizon 2030, l'organisation du nouveau territoire de Saint-Laurent, aura pris en compte ses communes voisines liées au fleuve, les communes littorales d'Awala-Yalimapo et de Mana, sans oublier Albina, porte ouverte sur le Suriname. C'est dans ce cadre que « les enjeux démographiques, fonciers, économiques et environnementaux sont considérables » a expliqué Léon Bertrand, lors de son intervention du 18 janvier 2013. Pour ce faire, une rencontre avec la communauté de communes de l'Ouest guyanais, puis avec les représentants du Surinam est programmée afin que le plan local d'urbanisme soit prêt à la fin février 2013[12].

Pour la partie habitat de la seule commune de Saint-Laurent, au projet initial de la ZAC, qui prévoit de construire sur 200 hectares plus de 2 000 logements pouvant accueillir entre 6 et 7 000 habitants, avec les équipements et services nécessaires[13], vont s'ajouter 96 hectares sur le plateau des Seillières, qui se subdiviseront en 10 hectares pour les activités tertiaires, et 86 hectares réservés aux logements, aux services, aux commerces et aux équipements publics[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le 21 février 1858, peu de temps près la construction des premiers carbets du pénitencier agricole, par le commandant Mélinon, le village fut placé sous le vocable « Saint Laurent », en l'honneur du gouverneur de Guyane de l'époque, Auguste-Laurent Baudin[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la colonisation[modifier | modifier le code]

Kali'na au Jardin d'acclimatation de Paris en 1892

Des travaux de fouilles ont permis de découvrir, en 2005, que le site était occupé avant 7200 avant notre ère durant le néolithique précéramique B[16]. Par la suite, le site reste occupé avant l’époque précolombienne par les populations amérindiennes. Avant la fondation de l'agglomération coloniale, il porte le nom de son chef Kamalaguli[15]. De l'ensemble des populations amérindiennes initialement installés à ses époques ne restent aujourd'hui que les ethnies Arawak et Kali'na[17].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Pirogues Businenge sur le Maroni

Durant les XVIIe et XVIIIe siècles, le Maroni est la voie de pénétration de nouvelles populations. Aux colons européens et leurs esclaves noirs, vont s'ajouter les Businenge, esclaves en fuite du Suriname. Leurs descendants se retrouvent chez les Boni, les Ndjuka, les Paramaca et les Saramaca. Ces quatre ethnies vivent dans des quartiers ou dans les villages qui entourent Saint-Laurent. Grands navigateurs, ils sont piroguiers, pratiquent l'agriculture et l'artisanat[15].

Le premier bagne fut créé par la loi du 26 août 1792 qui prévoyait la déportation politique en Guyane des « ecclésiastiques non sermentés »[18] puis aux ecclésiastiques dénoncés pour cause d'incivisme (loi du 23 avril 1793) et en 1795 pour les ennemis de la Révolution française, mais le blocus maritime imposé par l’Angleterre ainsi que les nombreuses épidémies qui s'y développaient entraînèrent l'arrêt de l'application de ces mesures[19].

Campement de chercheurs d'or le long du Maroni
Carte publicitaire à la gloire des mines d'or du Maroni

La ruée vers l'or, qui débuta peu après l'abolition de l'esclavage, vers 1850, révolutionna la société créole. Les esclaves libérés délaissèrent les plantations à la recherche de l'or, creusèrent les premières mines en forêt, où ils furent rejoint par les créoles venus de la Caraïbe (Martinique, Guadeloupe, Dominique et Sainte-Lucie). Tous installés dans la région de Saint-Laurent, ils y développent le commerce de l'or. C'est la disparition économique des Blancs créoles, ruinés par le départ des esclaves de leurs plantations[15].

Depuis, des milliers de chercheurs d'or clandestins se sont installés bravant les autorités, vivant dans la violence et en butte au paludisme. Dénommés garimpeiros, ils sont actuellement la cause des ravages sociaux, sanitaires et environnementaux. L'utilisation du mercure et du cyanure pour amalgamer l'or empoisonne fleuve et affluents, tribus d’Amérindiens, et défigure la forêt[20].

Article détaillé : Orpaillage en Guyane.
Saint-Laurent au milieu du XIXe siècle

La remontée du Maroni avait commencé dans les années 1820. Elle permit de découvrir, en 1852, une colonie de quarante familles, originaires de Friedland. Les nouveaux territoires explorés manquant de main d’œuvre, pour pallier cela, Louis-Napoléon rétablit la déportation des bagnards. Leur premier convoi arriva le 31 mars 1852. Les forçats furent cantonnés dans l'Est de la Guyane. Outre la construction de routes, ils édifièrent les nouveaux pénitenciers. Installés dans des zones insalubres, ils furent rapidement délaissés. Le choix se porta alors sur la rive droite du Maroni où s'étaient installés les ressortissants venus de la mer du Nord. Ce choix détermina l'emplacement de l'agglomération qui devint lieu de déportation pour les condamnés aux travaux forcés jusqu'en 1946[15].

Les premiers transports débarquèrent le 23 août 1854. Cet emplacement fut validé par Auguste-Laurent Baudin, gouverneur de la Guyane, et dénommé Saint-Laurent-du-Maroni le 21 février 1858. Ce site devint un pénitencier agricole. Les forçats furent employés à cultiver bananes et cannes à sucre. De plus des chantiers forestiers furent ouverts à Saint-Jean-du-Maroni et à Sparouine[15].

Le gouvernement français fit venir des ressortissants portugais, africains, indiens et chinois. Ces derniers constituèrent le groupe le plus important. Venus de Shanghai et de Canton, ils ouvrirent des alimentations et des bazars, commerces où ils sont toujours majoritaires. Dans le même temps furent déportées des femmes dans la perspective, leurs peines finies, de s'installer pour fonder un foyer. Ce fut un échec et cette tentative fut arrêtée en 1905[15].

Le siège de la police
L'hôpital en bois

Les conditions sanitaires du bagne étant désastreuses, en 1867, Napoléon III décréta que les condamnés blancs au bagne iraient désormais purger leur peine en Nouvelle-Calédonie. Ce qui n'empêcha pas Saint-Laurent de devenir le siège de l'administration pénitentiaire. Le 15 septembre 1880, la ville prit le statut de commune pénitentiaire spéciale. La fonction de maire fut assurée par le directeur de l'Administration pénitentiaire qui nomma une commission municipale[15].

La transportation des forçats européens ayant repris en 1887, la ville dut s'agrandir. Construite en damier, elle était divisée en trois quartiers. Il y avait le quartier officiel avec les administrations et ses logements de fonction, venait ensuite la ville coloniale destinée aux concessionnaires, puis le quartier du Camp de la transportation, où se trouvaient aussi la gendarmerie et l'hôpital. Cette organisation et la qualité des constructions firent surnommer Saint-Laurent le « Petit Paris »[15].

Article détaillé : Bagne de Saint-Laurent-du-Maroni.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Albert Londres en 1923
Gaston Monnerville en 1947

Assez éloignée de la métropole, la colonisation pénale était acceptée. Il fallut, à partir de 1923, la venue du journaliste Albert Londres pour faire découvrir la réalité. Ses articles furent publiés dans Le Petit Parisien et dans l'édition du 6 septembre 1924, il mit en garde Albert Sarraut, ministre des Colonies, « Ce n’est pas des réformes qu'il faut en Guyane, c’est un chambardement général »[15].

Le grand reporter expliqua à ses lecteurs ce qu'était la relégation : « La relégation ! Je ne m'imaginais pas que c'était ainsi. Quand on lit « condamné à tant et à dix ans d’interdiction de séjour », on croit aisément qu'une fois sa peine achevée, l'homme n'a qu'à courir le monde pourvu qu'il ne rentre pas en France. Ce n’est pas cela. Il va à Saint-Jean, dit Saint-Flour. Aucun de ces grands enfants qui n'ait sur la conscience moins de six vols reconnus. Beaucoup en sont à vingt, trente, plusieurs à quatre-vingts, cent. C'est la crème la plus épaisse des fripouillards de France[21] » (Au bagne (1923))

Il trouva un relais politique en la personne de Gaston Monnerville, député de la Guyane. À peine élu, en 1932, celui-ci mena un combat pour la fermeture du bagne. Le député, qui avait l'appui de l'opinion publique, obtint que les libérés puissent quitter Cayenne pour la France en 1934. Le décret-loi du 17 juin 1938 abrogea le bagne qui fut définitivement fermé en 1946. En août 1953 les 132 derniers bagnards quittaient la Guyane[15].

La commune civile fut officiellement créée le 9 novembre 1949[22] et Saint-Laurent-du-Maroni devint chef-lieu d’arrondissement. Il est à noter, qu'après cette période de colonisation carcérale, la population initiale des amérindiens ne subsistent que dans deux villages d'ethnies différents, les Lokono et les Kaliña. Depuis la seconde moitié du XXe siècle, elles sont peu à peu intégrées et leur droit coutumier, mis à mal par l'évolution des structures sociales, cède la place face aux cultures en abattis et au travail salarié[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants de la commune étant compris entre 30 000 et 39 999 au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de 39[23].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Le bâtiment de la mairie

La commune a été créée le 9 novembre 1949 et son premier maire élu l'année suivante.

Liste des maires[24]
Période Identité Étiquette Qualité
février 1950 1953 Joseph Symphorien RPF administrateur de sociétés
1953 1954 Roland Horth   médecin
1954 mars 1971 René Long UDR directeur d'hôpital
mars 1971 mars 1983 Raymond Tarcy PSG directeur d'école
mars 1983 en cours Léon Bertrand UMP ancien ministre

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 18 février 2013, Saint-laurent-du-Maroni n'est jumelée avec aucune commune[25].

Depuis début 2007, un contrat de partenariat a été mis en place entre l'école élémentaire la Charbonnière, de Saint-Laurent-du-Maroni, et l'école élémentaire Jules Ferry de Saint-Martin-de-Ré en Charente-Maritime[26].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Lors de la mise en place du PLU de Saint-Laurent-du-Maroni, l'administration municipale prend en compte la protection de l'environnement communal, en regardant conjointement le développement de logement, avec l'impact sur les milieux naturels, en cherchant un équilibre entre les deux[27].

Population et société[modifier | modifier le code]

La population de la commune est « multiple », composé de plusieurs ethnies[28] :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 40 462 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011
3 019 5 031 5 055 6 971 13 616 19 211 33 707 40 462
(Sources : Insee : Population sans doubles comptes à partir de 1961[29] puis population municipale à partir de 2006[30])
Histogramme de l'évolution démographique


En 2008, Saint-Laurent-du-Maroni compte 35 631 habitants (soit une augmentation de 86 % par rapport à 1999). La commune occupait le 204e rang au niveau national, alors qu'elle était au 452e en 1999, et le 2e au niveau départemental sur 185 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Saint-Laurent-du-Maroni depuis 1921.

Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par loi du 27 février 2002, dite loi de démocratie de proximité[31], afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de la Guyane[32].

Elle administre sept écoles maternelles et dix-huit écoles élémentaires communales[33]. Les Saint-Laurentins disposent également d'une école élémentaire privée[33].

Le département gère cinq collèges (Albert Londres (Saint-Laurent II), Arsène Bouyer D'Angouma (Saint-Laurent V), Eugénie Tell-Eboué (Saint-Laurent I), Leodate Volmar et Paul Jean Louis)[34] ; et la région trois lycées[35] (lycée polyvalent Bertène-Juminer, lycée polyvalent Lumina-Sophie et lycée professionnel Raymond-Tarcy).

Sports[modifier | modifier le code]

la commune dispose de plusieurs équipements sportifs, dont notamment le stade René Long, l'équipement sportif (dont le gymnase et la piscine) de la ZAC Saint Maurice[27] et de plusieurs clubs sportifs (trois clubs de football : AJS Maroni, ASC Agouado et Cosma Foot, un club de cyclisme (Vélo Club du Maroni).

Santé[modifier | modifier le code]

Structures de santé[modifier | modifier le code]

Les Saint-Laurentins disposent de pll usieurs structures de santé : deux centres médicaux sociaux, un centre de vaccination et un centre hospitalier. En ville, les professionnels de santé sont également installés, avec notamment neuf médecins généralistes, quatre infirmiers, et deux dentistes.

Le centre hospitalier de Saint -Laurent du Maroni est appelé André Bouron en hommage au médecin major Charles Louis André Bouron, né le 15 mai 1892 à l'île Nou, centre pénitentiaire de Nouvelle Calédonie où son père Achille Bouron, sous chef de bureau de première classe était en poste comme comptable. De confession protestante et très marqué par les conditions de détention des bagnards, il choisit, après avoir fait des études secondaires au Prytanée de La Flèche, de faire des études de médecine. Son diplôme de médecin militaire obtenu à Bordeaux, il s'illustra en Afrique et au Siam, où il reçut de nombreuses décorations, avant de retourner en Guyane d'où son épouse, Pauline Marie Consolade Buja, était originaire et où son père avait terminé sa carrière. Lors d'une tournée d'inspection, il décède par noyade en traversant le Maroni le 27 février 1939. En hommage le centre hospitalier de Saint -Laurent du Maroni fut appelé André Bouron. Son fils unique Jean-Pierre Bouron, étudiant en classe préparatoire HEC au lycée Michel Montaigne de Bordeaux, fut exécuté par les allemands le 29 juillet 1944. Références : archives familiales.

Le nouvel hôpital porte le nom de Franck Joly depuis le 10 août 2000. Après ses études en métropole, ce médecin fut affecté à Cayenne, en 1967. Après un séjour au Biafra, il est partie prenante de la première association médicale internationale Groupe médical d'intervention, ancêtre de Médecins sans frontières. Revenu en Guyane, en 1976, il est affecté à Saint-Laurent-du-Maroni, et travaille à l'hôpital André-Bouron, dont il devient le médecin-chef en 1983[36].

Le centre hospitalier de l'ouest guyanais Franck Joly compte 183 lits et places. Mais, compte tenu de la démographie de ce secteur, il est prévu un nouveau site hospitalier en 2014[37].

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Saint-Laurentins disposent de nombreux lieux de culte dont des lieux de culte catholique, musulman et protestant.

L'église Saint-Laurent

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Au sein du diocèse de Cayenne, la commune de Saint-Laurent-du-Maroni dépend de la paroisse de Saint-Laurent-du-Maroni qui dispose d'un lieu de culte : l'église Saint-Laurent[38].

Culte musulman[modifier | modifier le code]

L'association culturelle des musulmans de l'Ouest guyanais, créée en novembre 2009, a pour but « la réalisation de mosquées là où les besoins se feront sentir afin de permettre à tous ceux qui ont embrassé la confession de se réunir et de pratiquer leur culte »[39].

Culte protestant[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-du-Maroni regroupe un grand nombre de communautés protestantes des Églises évangéliques et baptistes : l’Église chrétienne évangélique (faisant partie des Communautés et assemblées évangéliques de France[40], la mission biblique de l'Église Baptiste Genezareth du Mexique [41], la Mission baptiste méridionale du tabernacle de délivrance (association déclarée le 19 mai 2007) et de nombreuses communautés évangéliques, notamment Philadelphia Ministries (2 juin 2012), La Lumière (8 janvier 2011), Pouvoir de Dieu (6 novembre 2010), Parole vivante (10 juillet 2010), Pentecostal Unida (en langue espagnole) (26 décembre 2009), Lumière divine (14 novembre 2009), Vrai Dieu (29 août 2009), Les Combattants de la foi (21 mars 2009), Source de Vie (13 décembre 2008), Assemblée de Dieu (en langue portugaise) (1er novembre 2008), Mission pentecôtiste (26 janvier 2008)[42].

Autres[modifier | modifier le code]

Les religions de l'Inde sont représentées par l'association Namaste (1er novembre 2008)[42].

Économie[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-du-Maroni accueille dans le bourg de Saint-Jean-du-Maroni, sur le camp Némo, deux unités militaires : le Régiment du service militaire adapté de la Guyane (RSMA-G) qui dépend du Ministère de l'outre-mer et est chargé d'insertion professionnelle dans l'ouest guyanais, et le détachement Maroni du 9e Régiment d'infanterie de marine dont la mission est la surveillance de la frontière fluviale et des massifs forestiers dans l'ouest guyanais.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu fiscal moyen annuel, en 2009, est de 9 911 €. Seuls 17,6 % des foyers fiscaux sont imposable, cette même année[43].

L'imposition des ménages et des entreprises à Saint-Laurent-du-Maroni en 2010[44]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 0,00 % 0,00 % 11,41 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 0,00 % 0,00 % 25,98 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 0,00 % 0,00 % 15,70 % 0,00 %
Cotisation foncière des entreprises (ex-TP) 0,00 %* 28,60 % 0,00 % 0,00 %

Emploi[modifier | modifier le code]

La population active (âgée de 15 à 64 ans) compte 21 050 personnes : 28,7 % d'entre eux ont un emploi, 26,4 % sont au chômage, et 44,8 % d'élèves ou étudiants[45].

Parmi les 11 629 personnes ayant un emploi, une grande majorité à le statut d'employé (2 618), puis les ouvriers (1 842), les professions intermédiaires (1 534) et les artisans et commerçants (1 110)[46].

Artisanat et commerce[modifier | modifier le code]

Porte-monnaie en bois
Le marché du mercredi à Saint-Laurent-du-Maroni

En direction de Saint-Jean, on trouve beaucoup de petites échoppes de menuiserie et de souvenirs en bois faits principalement par des Saramacas, reconnus excellents menuisiers. Il y a également un village d'artisans Marrons sur la route qui mène à Javouhey. Cet artisanat, riche et varié, a fait d'eux les meilleurs artisans de l'Amazonie. Le travail du bois se fait sous un carbet. Chaque artisan apporte ses outils qui sont mis en commun. Ils vont du sabre de brousse (machette) à la hachette, du rabot aux couteaux, qui servent à réaliser les différentes tailles, tout en variant les épaisseurs ou les longueurs[47].

Les jours de marché sont le mercredi et le samedi. Les producteurs offrent un grand choix de fruits et légumes locaux, dont les ramboutans, les bananes, les bélimbi (fruits condimentaires à saveur très acide), le bois d'inde (graine aromatique), le calou (poivron), le concombre longe, le dachine (chou de Chine), l'épinard de Guyane, le concombre piquant, la patate douce, le tayove (chou caraïbe) ou le manioc[48].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Marché du samedi matin
Champs près de Saint-Laurent-du-Maroni en 1907

L'agriculture est un secteur dynamique où le nombre d’exploitations augmente rapidement (18 % en une décennie). Elle est concentrée sur le littoral et le long du Maroni. Son panel est vaste, des rizières aux vergers, en passant par les cultures maraîchères qui utilisent encore massivement pesticides et engrais contrairement aux abattis traditionnels qui n'ont pas besoin de traitements chimiques. Pourtant la production locale (végétale et animale) est insuffisante et nombre de produits sont importés du Brésil, des Antilles ou de France[49].

Article détaillé : Manioc en Guyane.

Le manioc est essentiellement cultivé dans les abattis et transformé sur place en couac ou en cassave. Pour cultures fruitières le grand centre de production est Javouhey (agrumes, maracudja, bananes et ananas). La canne à sucre n'est cultivée qu'à Saint-Laurent-du-Maroni, pour la distillation du rhum. Cette production est traitée par la rhumerie de Saint-Maurice qui commercialise le rhum « La Belle Cabresse » (ainsi que « La Cayennaise » et « Cœur de Chauffe », moins connus), qui titre de 50 à 55 % vol.. Quant à l'élevage, il est orienté vers la production de viande tant pour les bœufs, les lapins, les porcs, les chèvres que les poulets[49].

Industrie[modifier | modifier le code]

Marché Étienne à Saint-Laurent-de-Maroni
Scierie de Saint-Laurent-du-Maroni

La première activité de type industriel de Saint-Laurent fut liée au commerce de l'or qui afflua du Haut-Maroni entre 1880 et 1888. Le village colonial se peupla de fondeurs, d'artisans et de commerçants venus des Antilles et de Chine par le Surinam[50].

Le secteur minier, principalement axé sur le Maroni, dans la commune de Saint-Laurent, est le second employeur en Guyane après l’activité spatiale. Il regroupe une cinquantaine d'entreprises qui ont extrait 1,14 tonnes d'or en 2010. La mise en place du schéma départemental d'orientation minière de Guyane (SDOM) a permis de rendre cette activité plus en harmonie avec la préservation de l'environnement[51].

Saint-Laurent-du-Maroni possède une zone industrielle qui regroupe des entreprises d'électricité générale, de plomberie, de nettoyage (désinfection, désinsectisation, dératisation, déchet des ménages, etc.), de distribution d'eau. Sont aussi présentes des entreprises de bâtiment, de travaux publics, de location de matériel pour entrepreneurs, de maintenance industrielle, de conseil en organisation et gestion en management ainsi que des organismes de recherche scientifique et technique[52].

L'exploitation des bois tropicaux se fait le long du Maroni entre Saint-Laurent et Apatou. Dans ce secteur, il existe une trentaine d'entreprises exploitant le bois et de deux exploitants forestiers qui débitent 12 000 m3/an. Ce qui alimente localement cinq charpentiers, trois exploitants, dix menuiseries/ébénisteries, dix scieries et un artisan producteur d'objets d'art[53].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Ferry entre Albina (Suriname) et Saint-Laurent-du-Maroni

Les touristes visitant la ville et la région dispose d'un office du tourisme, créé en 1989[54].

L'importance historique de Saint-Laurent, classée, ville d'Art et d'Histoire, jointe à une notoriété devenue internationale attirent les voyagistes du monde entier. La rénovation et l'embellissement des quartiers de la vieille ville, les nombreuses animations culturelles, festives et sportives drainent un flux croissant de touristes qui débarquent par dizaines de milliers chaque année. L'offre touristique couvre un large panel entre les sites classés, le marché bi-hebdomadaire aux fruits et légumes, les sites historiques des environs de Saint-Laurent, la remontée du Maroni, puisque Saint-Laurent-du-Maroni est le point de départ pour ceux allant plus en amont sur le fleuve en pirogue, aux villages de Maripasoula, Papaichton et Grand-Santi, entre autres. Il existe aussi des ferries pour aller à Albina[50].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Originellement construite par et pour l'Administration pénitentiaire, beaucoup des bâtiments officiels dans la ville sont d'un style unique d'architecture, un mélange des styles coloniaux et pénitentiaires. Des briques faites avec de la terre rouge locale furent fabriquées et utilisées par les bagnards, qui fournissaient une main d'œuvre gratuite et interminable. Ils construisirent tout un district officiel et administratif, commençant par leur prison, le Camp de la transportation.

Liste de plusieurs des bâtiments principaux de ce vieux district administratif, localement surnommé le petit Paris :

  • Le Camp de la transportation : Réhabilité dans une grande partie, l'ancien bagne peut toujours être visité et notamment la célèbre cellule ou Papillon séjourna et d'où il s'évada pour se réfugier un temps sur l'île des lépreux (voir plus bas).
  • La résidence du gouverneur du bagne, aujourd'hui la résidence du sous-préfet.
  • Le tribunal maritime, aujourd'hui la sous-préfecture.
  • La mairie et l'ancienne banque.
  • L'église Saint Laurent.
  • Le trésor public.
  • L'hôtel La Tentiaire.
  • La caserne Joffre, aujourd'hui le QG de la gendarmerie.
  • L'hôpital, le seul hôpital français en bois encore utilisé.

La plupart de ces bâtiments se situent sur les avenues de Gaulle et Lieutenant-Colonel Tourtet, ainsi que le boulevard Mallouet. Après la fermeture de la prison et le départ de l'administration pénitentiaire au début des années 1950, ils se détériorèrent à cause du manque de maintenance et d'intérêt et furent très endommagés en raison du climat difficile de la Guyane de l'ouest. Presque en ruine totale, ils furent restaurés au début des années 1980 quand la mairie et le Ministère de la Culture se furent rendu compte de l'énorme intérêt culturel et historique du vieux district pénitentiaire et administratif. Celui-ci est vite devenu un lieu touristique, avec le camp de la transportation comme bâtiment phare.

  • Le camp de la relégation, à Saint-Jean-du-Maroni, à 17 km au sud de Saint-Laurent.
  • L'île des lépreux : Petite île sur le Maroni, accessible uniquement en pirogue. C'est là qu'étaient exilés les bagnards affectés de la lèpre. Papillon décrit comment il s'y est réfugié pendant l'une de ses tentatives d'évasion.

Lieux d'intérêt touristique n'ayant rien à voir avec le bagne :

  • La Charbonnière : Village Bushinengué les maisons typiques en bardeau créées par la municipalité dans les années 80.
  • Malheureusement, le petit parc animalier situé non loin de la ville qui s'appelait l'Arche de Noé a fermé ses portes.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La gastronomie guyanaise à Saint-Laurent-du-Maroni est riche des différentes cultures qui se mélangent en Guyane, les restaurants chinois côtoient les restaurants créoles. Originellement, elle mêlait les cuisines créoles, bushi-nengues, et amérindiennes. Toutes ces cuisines ont plusieurs ingrédients en commun :

  • le manioc
  • le poisson boucané
  • le poulet boucané

Dans la cuisine bushinengue se retrouvent fricassées de gibiers et viandes boucanées, accompagnés de couac et de cassave, et dont la boisson est la bita. Pour la cuisine amérindienne, les spécialités sont la soupe de jus de manioc, les viandes et poissons bouillis ou boucanés ainsi que les escargots de rivière. La boisson est le cachiri. On retrouve aussi couac et cassave. La cuisine créole mêle les saveurs des produits tropicaux amazoniens dont beaucoup proviennent de la forêt comme le manioc, l'awara, le comou et les gibiers. Mais nombre de mets trouvent leur origine en Afrique profonde, Asie et Europe. Ce qui lui donne cette saveur épicée et subtile. Sur le marché local, lieu de passage obligatoire, les marchandes créoles conseillent et font goûter leurs produits. Cela va du couac, farine de manioc, indispensable pour la réalisation du féroce d'avocat, qui tire toute sa puissance du piment de Cayenne. La cassave, longtemps réservée aux plus pauvres, devient une denrée recherchée, elle sert dans les restaurants fourrée à la chiquetaille de morue ou sucrée soit à la confiture de coco, soit avec de la coco râpée ou de la pâte de goyave. Quant aux accras de morue, qui se consomment en entrée ou à l'apéritif, ils accompagnent le célèbre ti-punch[55].

Article détaillé : Cuisine guyanaise.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

La première association de protection de l'environnement de la ville fut « Le pou d'agouti », qui a beaucoup œuvré pour la protection du patrimoine naturel local et régional. Aujourd'hui, l'ADNG (Association pour la découverte de la nature en Guyane) travaille sur un site d'accueil en forêt à faire découvrir la fragilité de la faune et de la flore. Les cultures industrielles, la densification urbaine et ses taudis, et la chasse de viande de brousse ont appauvri le milieu environnant. C'est également un point de départ pour plusieurs circuits d'écotourisme, notamment de la remontée du Maroni en pirogue pour explorer les criques et la forêt primaire et y passer la nuit dans un carbet.

Chutes Voltaire
Épave de l'Édith Cavell devenue une île

Les Chutes Voltaire[56], sont accessibles après 73 kilomètres de piste, puis une heure et demie de marche à travers la forêt amazonienne. Ells parcourent 200 mètres sur un dénivelé de 35 mètres. Sur place une ferme auberge propose le gîte et le couvert. Les berges du Maroni sont accessibles de la ville. Il y a un jardin d'enfants à proximité et la possibilité de déguster jus locaux, crêpes ou glaces. Vue imprenable sur l'épave d'un bateau de la marine marchande britannique échoué le 19 décembre 1925 et devenue une île[57].

L'île aux Lépreux, accessible par le fleuve, servit de mouroir aux bagnards atteints de la lèpre. La crique Tatou se situe en bordure de la piste Paul Isnard, qui mène aux chutes Volaire. Toujours en direction de ces chutes, le site Chilibombo est un lieu de promenade équipé d'un carbet. La forêt de Saint-Jean est un reliquat du camp forestier créé par l’Administration pénitentiaire. L'ancienne voie de chemin de fer a cédé la place à un parcours de VTT[57].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

À la mémoire des bagnards
Les trois enfants de Guyane

On peut citer comme faisant partie du patrimoine culturel les œuvres du peintre et sculpteur Bertand Piéchaud : le bagnard qui se trouve à l'entrée du camp de la relégation devant le Maroni, les trois enfants de Guyane devant l'entrée du Marché ainsi que la peinture de Notre Dame du Maroni placée dans la vieille église de la ville de Saint Laurent du Maroni.

En octobre 2012, entre Toulon, Saint-Laurent-du-Maroni, et Cayenne a commencé le tournage des rusches du film La Vie pure, retraçant la vie de Raymond Maufrais et sa disparition dans le Haut-Maroni au cours des années 1950[58].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le carnaval fait partie des festivités marquantes en Guyane, comme à Cayenne ou Kourou. Celui de Saint-Laurent-du-Maroni ne fait pas exception[59],[50].

Calendrier des principales manifestations et festivités de Saint-Laurent-du-Maroni[50]
Mois Évènement
Janvier/Février Carnaval de Guyane
Mars Le printemps des poètes
Avril Les Tréteaux du Maroni
Le Festival des cultures urbaines
Mai Mois de la commémoration de l'abolition de l'esclavage
Juin Fête de la musique
Rendez-vous aux jardins
Journées de l'archéologie
Fête du Vélo
Juillet 14 juillet Fête nationale
Août Du 10 au 27 août, fête patronale de la commune
Septembre Journées européennes du patrimoine
Octobre Sport en famille
Festival America Molo Man
Journées de la culture bushinengué
Novembre Festival des Transamazoniennes
Acoustik Vibes
Festival Jakoewale
Décembre Marché artisanal de Noël
Le live du centre

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Raoul Diagne (1910-2002), footballeur, né à Saint-Laurent.
  • Florian Jozefzoon, footballeur néerlandais, né à Saint-Laurent.
  • Léon Bertrand (1951), ancien ministre, maire de Saint-Laurent depuis 1983, né à Saint-Laurent.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de la Guyane.

La devise : « Peu me chaut, rien ne me cuid » (Peu m'importe, rien ne me dit)

Blason de Saint-Laurent-du-Maroni

A une croix d'or fuselée, chargée d'une salamandre animale contournée de sinople posée sur un brasier de gueules. Au premier canton d'argent à une épée haute portant sur sa pointe une balance de deux plateaux, le tout du même; au second d'argent à une grille de prison composée de 4 barreaux et 4 traverses, sommée de deux clefs posées en sautoir, accompagnée de 7 tourteaux, 3 à senestre, 3 à dextre et 1 en pointe, le tout de sable; au troisième d'azur à une ancre de sable accompagnée de 2 marsouins affrontés de gueules; au quatrième de sinople à une souche d'arbre d'or au duramen de gueules. A une couronne d'or brochante en chef.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Votre recherche : saint-laurent-du-maroni », sur le site de David Malescourt (consulté en 18 février 2013).
  2. Plan Local d’Uurbanisme – Rapport de présentation, p. 11.
  3. « ZNIEFF 030120029 MASSIFS LUCIFER ET DÉKOU-DÉKOU », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (INPN) (consulté en 19 février 2013).
  4. bus à Saint Laurent du Maroni
  5. transport fluvial à Saint Laurent du Maroni
  6. Les pirogues du Maroni
  7. a, b, c et d Marine Coquet, op. cit., p. 20.
  8. a, b, c et d Documents relatifs à l'histoire pénitentiaire, ch. 1.
  9. LOG T1D - Évolution du nombre de logements par catégorie sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  10. LOG T2 - Catégories et types de logements sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  11. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  12. a et b « Révision du Plan Local d'Urbanisme/Concertation - Saint-Laurent du Maroni : ville ouverte et pôle urbain régional », sur le site de la mairie de Saint-Laurent-du-Maroni (consulté en 19 février 2013).
  13. « Structuration et développement urbain de la Guyane », sur le site de la préfecture de la région Guyane (consulté en 19 février 2013).
  14. « PROJET D’EXTENSION URBAINE DE SAINT-LAURENT POUR LA SENOG », sur le site de la société UP2M Consultants (consulté en 19 février 2013).
  15. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l copie d'un document de l'office de tourisme, « Historique de Saint-Laurent-du-Maroni », sur le site de la société Ouebtv 97230.com,‎ 30 avril 2004 (consulté en 19 février 2013).
  16. rapport d'activité 2006 de l’Inrap page 89
  17. PLAN LOCAL D’URBANISME – Rapport de présentation, p. 6.
  18. Les bagnes coloniaux : de l’utopie au risque du non-lieu
  19. Philippe Poisson, Marcel Boucherie. Surveillant militaire dans les bagnes de Guyane, septembre 2005, [lire en ligne].
  20. Guyane française, l'or de la honte
  21. Saint-Jean-de-Maroni sur le site criminocorpus.cnrs.fr
  22. Fiche Insee de Saint-Laurent-du-Maroni
  23. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  24. Source : conférence de Stéphanie Guyon du 4 novembre 2009 : www.saintlaurentdumaroni.fr/file/91883/
  25. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté en 18 février 2013).
  26. Jumelage de l'école de la Charbonnière avec celle de Jules Ferry
  27. a et b « Plan local d'urbanisme », sur le site de la mairie de Saint-Laurent-du Maroni (consulté en 19 février 2013).
  28. PLAN LOCAL D’URBANISME – Rapport de présentation, page 6
  29. Historique de la population des communes de 1961 à 2008
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  31. Loi no 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V "des opérations de recensement".
  32. « Guyane (973), Saint-Laurent-du-Maroni, écoles », sur le site de l'académie de la Guyane (consulté en 19 février 2013).
  33. a et b « Guyane (973), Saint-Laurent-du-Maroni, écoles », sur le site du ministère de l’Éducation nationale (consulté en 18 février 2013).
  34. « Guyane (973), Saint-Laurent-du-Maroni, collèges », sur le site du ministère de l’Éducation nationale (consulté en 18 février 2013).
  35. « Guyane (973), Saint-Laurent-du-Maroni, lycées », sur le site du ministère de l’Éducation nationale (consulté en 18 février 2013).
  36. « Biographie de Franck Joly », sur le site de Bruno Jonel (consulté en 18 février 2013).
  37. « Centre Hospitalier de l'Ouest Guyanais Franck Joly (Saint-Laurent-du-Maroni) », sur le site de la fédération hospitalière de France (consulté en 18 février 2013).
  38. « Paroisse de Saint-Laurent-du-Maroni », sur le site du diocèse de Cayenne (consulté en 18 février 2013).
  39. « association des musulmans de l'ouest guyanais », sur le site Islamic Finder,‎ 5 juin 2010 (consulté en 18 février 2013).
  40. « Guyane », sur l'annuaire des Églises évangéliques de France (consulté en 18 février 2013).
  41. « Mission biblique baptiste », sur le site de la mission biblique de l'Église baptiste Genezareth du Mexique (consulté en 18 février 2013).
  42. a et b Liste des associations cultuelles déclarées en préfecture ou sous-préfecture ayant leur siège à Saint-Laurent-du-Maroni ou dans son arrondissement
  43. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  44. (fr) « Impots locaux à Saint-Laurent-du-Maroni », taxes.com
  45. REMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  46. EMP T3 - Population active de 15 à 64 ans selon la catégorie socioprofessionnelle sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  47. Samarac'art
  48. marché à Saint Laurent du Maroni
  49. a et b L'agriculture, un secteur dynamique
  50. a, b, c et d Saint-Laurent-du-Maroni sur le site ot-saintlaurentdumaroni.fr
  51. Les mines en Guyane
  52. Activités industrielles à Saint-Laurent-du-Maroni
  53. Liaison routière entre Saint-Laurent et Apatou
  54. date de création de l'office du tourisme
  55. Gastronomie en Guyane française
  56. accès aux chutes Voltaire
  57. a et b Sites naturels de Saint-Laurent-du-Maroni
  58. Sur les traces de Raymond Maufrais sur le site www.guyaweb.com
  59. Carnaval de Saint-laurent-du-Maroni