Raoul Diagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diagne.
Raoul Diagne
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 10 novembre 1910
Lieu Saint-Laurent-du-Maroni (Guyane)
Décès 12 novembre 2002
Lieu Créteil (Val-de-Marne)
Poste défenseur, milieu, ailier, gardien
Parcours junior
Saisons Club
-1926 Drapeau : France Stade français
1926-1930 Drapeau : France Racing club de France
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1930-1932 Drapeau de la France Racing club de France
1932-1940 Drapeau de la France RC Paris
1940-1942 Drapeau de la France Toulouse FC
1942-1945 Drapeau de la France FC Annecy
1945-1947 Drapeau de la France International de Nice
1947-1949 Drapeau : Sénégal US Gorée
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1931-1940 Drapeau : France France 18 (0)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1949-1950 Drapeau : Belgique KSV Audenarde
1950-1952 Drapeau : Algérie Gallia Sports d'Alger
1952-1953 Drapeau : Algérie Sporting club constantinois
1953- Drapeau : France US Flers
- Drapeau : Sénégal Sénégal
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Raoul Diagne est un joueur et un entraîneur de football français né le 10 novembre 1910 à Saint-Laurent-du-Maroni en Guyane et mort le 12 novembre 2002 à Créteil.

Raoul pouvait évoluer à n'importe quel poste sur le terrain, gardien de but inclus. Malgré sa taille imposante (1,87 m), son style aérien lui vaut le surnom d'araignée. Sa zone de jeu de prédilection reste l'aile droite, et c'est au poste de défenseur latéral droit très offensif qu'il fait principalement carrière en équipe de France. Il n'était pas rare de voir Raoul échanger son poste avec son ailier droit afin d'aller chercher un résultat en fin de partie. C'est lui qui marque ainsi les premiers buts du Racing en championnat de France professionnel. Dix-huit fois sélectionné en équipe de France, il participe à la Coupe du monde 1938. En club, il gagne le titre de champion de France 1935-1936 et les Coupes de France 1936, 1939 et 1940 avec le Racing.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Raoul Diagne est d'origine sénégalaise. Son père, Blaise Diagne (1872-1934), fut député du Sénégal à l'Assemblée nationale française et ministre des Colonies. Raoul arrive en Métropole à dix-huit mois, et découvre les joies du football à treize ans à l'école. Il fréquente un temps le Stade français, puis rejoint le Racing club de Paris en 1926 avant de se joindre aux Pingouins, l'équipe fanion du Racing, en 1930.

Lors d'un match du championnat de Paris en 1931, le gardien du Racing, André Tassin, se blesse et doit quitter le terrain. Raoul prend sa place dans les buts, et se révèle comme un excellent gardien. Il assure l'intérim de Tassin comme portier durant les quatre mois de l'absence du portier titulaire. Raoul hérite à cette période du titre de meilleur gardien de Paris et connait même une sélection à ce poste à l'occasion d'un match Paris-Budapest[1].

L'ère professionnelle du Racing[modifier | modifier le code]

Pour les grands débuts du Racing en championnat de France professionnel, c'est Raoul, pourtant défenseur, qui signe les deux buts du Racing.

À l'occasion de la saison 1935-1936 qui est couronnée par un doublé coupe-championnat des Pingouins du Racing, Raoul joue la moitié de la saison comme gardien de but. Le titulaire du poste, l'ombrageux Rudi Hiden (1909-1973), faisait en effet un de ces caprices de stars, et demandait à ses dirigeants une augmentation pour rejoindre l'équipe. Hiden, meilleur gardien de but de son temps, était coutumier du fait. Raoul Diagne le remplaça donc dans les buts jusqu'au retour du portier viennois.

Il gagne la Coupe de France 1939 contre Lille puis en 1940 face à l'Olympique de Marseille lors d'une finale disputée cinq jours avant le déclenchement de l'invasion allemande. Raoul, tout comme son ami Rudi Hiden, désormais naturalisé français, sont alors sous les drapeaux, mobilisation générale oblige, et bénéficient pour cette finale de Coupe de France d'une permission exceptionnelle.

Équipe de France[modifier | modifier le code]

Il est sélectionné 18 fois en équipe de France et est le premier joueur noir à connaître les honneurs de la sélection dès 1931, pour un match amical contre la Tchécoslovaquie à Colombes (1-2). Il joue en équipe de France jusqu'au 28 janvier 1940 (France-Portugal, 3-2).

On aurait pu croire que cette sélection aurait provoqué des remous, comme ce sera le cas en Angleterre en 1978 lors de la première sélection d'un joueur noir en équipe d'Angleterre de football ou aux États-Unis en 1947 lors de l'alignement du premier joueur noir, Jackie Robinson, en Ligue majeure de baseball ; il n'en fut rien. En revanche, un an plus tard, Raoul se trouve au centre d'une affaire autrement plus importante que sa couleur de peau : le statut professionnel. Issu d'un milieu aisé, l'avenir de Raoul n'était pas vraiment programmé dans le football ; aussi se fâche-t-il avec une partie de la bonne société parisienne en acceptant de franchir le pas du professionnalisme en 1932.

Absent de la coupe du monde en Italie en 1934, Raoul est bien présent en 1938 pour disputer l'épreuve en France. Malgré la grande détermination française, Raoul en fit souvent témoignage, les Italiens s'imposent face aux Français, 3-1 en quarts de finale à Colombes.

Fin de de carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Il joue pendant la guerre à Toulouse où il trouve refuge jusqu'en 1942. Il joue ensuite au FC Annecy (1942-1945), à l'International de Nice (1945-1947) puis à l'US Gorée, au Sénégal (1947-1949)[1].

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Sa carrière de joueur achevée, il passe son diplôme d'entraîneur, et prend la direction de la Belgique pour faire ses premiers pas dans ses nouvelles fonctions. Il a en charge le club flamand du KSV Audenarde en 1949-1950, puis traverse la Méditerranée pour prendre en mains le Gallia Sports d'Alger[1]. Ses débuts à Alger sont excellents, avec le gain du Championnat d'Afrique du Nord le 17 juin 1951[2]. La saison suivante, le Gallia joue la pire saison de son histoire et est relégué à l'étage inférieur. Cet échec marque durablement Raoul qui devient entraîneur du Sporting club constantinois en 1952-1953 avant de rentrer en France métropolitaine pour diriger la formation normande de l'US Flers[1].

Sélectionneur de l'équipe nationale du Sénégal au début des années 1960, Raoul est en poste lors de la victoire du Sénégal aux Jeux de l'amitié à Dakar en 1963. À cette occasion, le Sénégal bat l'équipe de France amateur 2-0 en finale le 18 avril[3].

Il s'éteint à 92 ans le 12 novembre 2002 à Créteil en région parisienne.

Il est considéré au Sénégal comme le « grand-père du football sénégalais » .

La Guyane revendique également Raoul.

Palmarès joueur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d France Football, N°520 du 6 mars 1956, « Que sont-ils devenus : Raoul Diagne », p.23
  2. Roland H. Auvray, Le Livre d'or du football pied-noir et Nord-africain, Toulon Presses du Midi, 1995, p.369
  3. Football 64, Cahiers de l'Équipe, 1963, p. 218