Montsinéry-Tonnegrande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Montsinéry-Tonnégrande redirige ici.
Montsinéry-Tonnegrande
Vue de la mairie de Montsinéry
Vue de la mairie de Montsinéry
Blason ville fr Montsinéry-Tonnégrande (Guyane).svg
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guyane
Département Guyane
Arrondissement Cayenne
Canton Montsinéry-Tonnegrande
Intercommunalité communauté d'agglomération du Centre Littoral
Maire
Mandat
Patrick Lecante[1]
2008-2014
Code postal 97356
Code commune 97313
Démographie
Population
municipale
2 346 hab. (2011)
Densité 3,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 4° 53′ 31″ N 52° 29′ 36″ O / 4.8919467751282, -52.4933495309294° 53′ 31″ Nord 52° 29′ 36″ Ouest / 4.8919467751282, -52.493349530929  
Altitude Min. 0 m – Max. 112 m
Superficie 737,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Guyane

Voir la carte administrative de Guyane
City locator 14.svg
Montsinéry-Tonnegrande

Géolocalisation sur la carte : Guyane

Voir la carte topographique de Guyane
City locator 14.svg
Montsinéry-Tonnegrande
Liens
Site web http://montsinery-tonnegrande.mairies-guyane.org/
Vue de la rivière Montsinéry à Montsinéry.

Montsinéry-Tonnegrande (également nommée localement Montsinéry-Tonnégrande) est une commune rurale et française du DOM-ROM de la Guyane.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de Montsinéry-Tonnegrande.

La commune se situe en Guyane française, sur le continent de l'Amérique du Sud. Elle est entourée de rivières et de mangroves.

Les communes limitrophes avec Montsinéry-Tonnegrande sont au nord Macouria, à l'est Matoury, au sud Roura, et à l'ouest Kourou.

Lieux autour[modifier | modifier le code]

Autour de Montsinéry-Tonnegrande existent plusieurs hameaux ou quartiers  : Château d'eau, Carapa, Quesnel, Risquetout, Champs-Virgile, Kalani, Desflot, Garin, Banane.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le cours d'eau qui traverse Montsinéry est la rivière Montsinéry. Le tourisme fluvial permet de découvrir son paysage boisé, ses mangroves et son parc à huitres, (huître de palétuvier (Crassostrea rhizophorae Guilding), emblème de Montsinéry[2] et l'unique parc d'ostréiculture de toute la Guyane française[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type tropical.

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

rue Félix-Éboué
Rue principale Félix-Éboué de Montsinéry

Il existe deux moyens de se rendre de Cayenne, le chef-lieu, à Montsinéry-Tonnegrande.

Par la route[modifier | modifier le code]

Durant le second semestre de 2010, un bus du TIG assurait la ligne entre Montsinéry et la Pointe Liberté (au bord du fleuve vers Cayenne). Cette ligne a malheureusement été supprimée début novembre 2010.

En décembre 2013, 1 autre ligne, d'Agglobus, a été créée sur le trajet Galion, Tonnégrande, Monstinéry jusqu'au marché aux fruits de Cayenne !

Par le fleuve[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune est formée de deux bourgs distincts : Montsinéry et Tonnegrande (du français : tonnerre gronde). Les deux bourgs sont distants de 20 minutes, en voiture.

Cette commune est grande par sa superficie, mais petite par le nombre de ses habitants.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 779, alors qu'il était de 476 en 1999[a 1].

Parmi ces logements, 87,1 % étaient des résidences principales, 8,4 % des résidences secondaires et 4,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 94,1 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 3,6 % des appartements[a 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 71,4 %, stable par rapport à 1999 (70,2 %)[a 3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom officiel de la commune, tel qu'indiqué par le code officiel géographique est Montsinéry-Tonnegrande[4]. Toutefois, localement, on rencontre également le nom de Montsinéry-Tonnégrande.

La commune portait le nom de Tonnégrande-Montsinéry de 1969 à 1994[5].

Le nom de Tonnégrande est une déformation de l'expression « Tonnerre gronde »[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur le territoire communal on trouve le bagne des Annamites, où furent déportés les prisonniers indochinois, vers 1930.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 346 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2010 2011
204 333 377 333 500 1 037 1 812 2 217 2 346
(Sources : Insee : Population sans doubles comptes à partir de 1961[7] puis population municipale à partir de 2006[8])
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose de deux Écoles primaires.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fin août, début septembre, à cause des marées d'équinoxe et à la présence de mangroves, les crabes sont nombreux autour de Montsinéry-Tonnegrande. C'est à ce moment-là qu'a lieu la fête du crabe, symbole de Montsinéry. Elle se déroule l'avant-dernier dimanche d'août à Tonnegrande, après une messe célébrée par l'évêque de Guyane. Une foule, armée de patience se rassemble pour déguster le crabe, cuisiné de diverses façons : farci, marinade, cornet[Quoi ?], tartelette, calanou, au riz, au [[./Colombo_(recette)|colombo]] et au lait de coco. Pendant ce temps, des personnes, au bord du fleuve attendent les pêcheurs de crabes.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un dispensaire.

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Ondes radios[modifier | modifier le code]

Sur son territoire se trouvent les structures de télédiffusion de TDF pour la Guyane. Depuis 1981, TDF y a construit, sur demande du gouvernement (à l'époque, TDF est du domaine public), un ensemble de quatre émetteurs ondes courtes avec des installations d'antennes-rideaux. En 1994, comme en métropole, TDF a installé deux antennes dites « toucan », antenne soutenue par un pylône central, permettant sa rotation à 360°, une pour la France, une pour Swissoom.

Les antennes diffusait essentiellement jusqu'à ces derniers temps, Radio France internationale (RFI), mais sa vocation a été élargie dès 1986, à d'autres diffuseurs, Radio Japon, Radio Suisse internationale (qui possédait sa propre antenne), Radio Chine internationale et dernièrement la BBC, pour sa diffusion dans les Caraïbes et l'Amérique latine.

La Guyane est un endroit idéal pour la diffusion en ondes courtes, sa position permet de toucher l'ensemble du continent américain et la partie Ouest du continent africain.

TDF, de Montsinéry, disparaitra en fin mars 2013, d'après le journal radiophonique de Guyane 1ère à la mi-février 2013.

Bulletin municipal[modifier | modifier le code]

La mairie édite un bulletin : Ti rach ka koupé gro bwa.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1 375 personnes, parmi lesquelles on comptait 69,0 % d'actifs dont 55,3 % ayant un emploi et 13,7 % de chômeurs[a 4].

On comptait 263 emplois dans la zone d'emploi, contre 172 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 773, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 3] est de 34,1 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre seulement un emploi pour trois habitants actifs[a 5].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Montsinéry-Tonnegrande comptait 212 établissements : 99 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 16 dans l'industrie, 26 dans la construction, 62 dans le commerce-transports-services divers et 9 étaient relatifs au secteur administratif[a 6].

En 2011, 18 entreprises ont été créées à Montsinéry-Tonnegrande[a 7], dont 9 par des autoentrepreneurs[a 8].

Cette commune rurale possède de grandes exploitations agricoles appelées « abattis » (exploitation en brûlis) et aussi des élevages.

Sur place, on y trouve des commerces de Libre-service (une épicerie, un commerce de prêt-à-porter, un restaurant français ouvert tous les soirs), des commerces ambulants (Boulangerie-Pâtissier : l'après-midi, en semaine, vers 16H30 (heure locale), vente de wacai, Poissonnerie (très rare)) et des restaurants (ouverts le week-end et jours fériés).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  5. EMP T5 - Emploi et activité.
  6. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  7. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  8. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres références[modifier | modifier le code]