Article soupçonné de non pertinence. Cliquez pour suivre ou participer au débat.

Grand Maroc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Espace géographique communément revendiqué comme constituant le Grand Maroc[réf. nécessaire]

Le Grand Maroc est un concept développé par le gouvernement marocain dans les années 1950 et 1960. Ce dernier a publié un document pour revendiquer des territoires qui en auraient fait partie historiquement : la Mauritanie, une partie du Mali, le Sahara algérien et le Sahara occidental[1].

La Mauritanie, avant son indépendance, fut divisée entre les partisans du rattachement au Maroc et les partisans d'un État mauritanien indépendant. En 1963, une guerre éclate entre le Maroc et l'Algérie autour des territoires frontaliers, revendiqués par le Maroc et sous contrôle algérien depuis l'indépendance de l'Algérie.

Le Maroc revendique le Sahara espagnol (Sahara occidental) jusqu'en 1975, date à laquelle il en prend le contrôle.

La thèse voit le jour en 1955 durant le mandat d'Allal El Fassi qui était un opposant au monarque marocain et qui était président du parti de l'Istiqlal[2]. Horma Ould Babana, cadre du parti de l'Istiqlal et ancien député de la Mauritanie, déclara que la limite méridionale du Maroc se trouvait à Saint-Louis au Sénégal et que le Maroc actuel ne représentait qu'un cinquième de ce qui serait le grand Maroc[3].

La thèse en question correspond à une politique irrédentiste défendue depuis l'indépendance par certaines personnalités et certains milieux nationalistes. Il repose sur l'idée que le Maroc doit légitimement recouvrir l'ensemble des territoires qui lui ont été amputés à la veille et durant le protectorat. Les limites territoriales de ce Grand Maroc sont variables. Elles incluent généralement l'intégralité de la Mauritanie, le quart occidental du Sahara algérien ainsi qu'une partie du Mali.

Aujourd'hui la grande majorité des défenseurs de cette thèse sont regroupés au sein de l'Istiqlal. Pour autant, la majorité des Istiqlalis a depuis quelques décennies déjà abandonné le rêve de reconstituer le Grand Maroc, et ce afin de mieux se focaliser sur le développement économique du Maroc et surtout de régler le conflit latent au Sahara occidental que le Maroc considère comme faisant partie intégrante de ses Provinces du Sud.

Socle historique[modifier | modifier le code]

Avant-propos[modifier | modifier le code]

Le Maroc a été, et ce au moins jusqu'au Traité de Fès, une nation essentiellement tribale. Le Makhzen devait asseoir son autorité en multipliant les allégeances avec les tribus berbères, mais aussi bédouines. Le mode de conquête territoriale classique tel qu'on a pu le connaître dans l'Europe moderne n'a pu exister que dans les plaines fertiles (Haouz, Saïss, Gharb, Chaouia-Ouardigha, Doukkala-Abda,Souss, Tadla), dans les Villes Impériales et les cités caravanières. Aujourd'hui encore on retrouve des vestiges de cette constante juxtaposition et imbrication entre pouvoir royal et ordre tribal lors de la Fête du Trône durant laquelle certains représentants des principales tribus peuvent parfois faire mine de prêter serment à la personne du Roi (Bey'a). Ce fonctionnement engendre ipso facto une précarité de la construction nationale en ce sens que les frontières se font et se défont au gré des allégeances et des trahisons des tribus, des zaouïas et des cités.

Genèse de l’État marocain et premières dynasties[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du Maroc.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le Maroc, en tant qu'entité politique définie, date de 789 et de la fondation de la dynastie idrisside par Idris Ier[4],[5],[6],[7]. Dans les années 820, le Maroc débordait déjà de ses frontières actuelles puisqu'il avait pour frontière orientale l'Oued Mina, affluent du Chelif, à l'est de la ville moderne d'Oran[réf. nécessaire]. Puis le Maroc sombre dans l'anarchie et se disloque. Cette configuration politique avec une affirmation exacerbée de l'ordre tribal sera récurrente dans l'histoire marocaine. La dynastie almoravide quant à elle a la particularité d'être née en dehors des frontières actuelles du Maroc puisque son berceau historique se trouve sur l'île de Tidra au large de la Mauritanie. Ayant pour capitale Marrakech, la dynastie englobera toute la Mauritanie actuelle, le nord du Mali (Taoudeni et Taghaza), le Maroc, l'ouest algérien jusqu'aux environs de l'oued Kramis ainsi que l'Andalousie. Une fois encore, le Maroc s'étend donc largement au-delà de ses frontières actuelles, et ce durant au moins 70 ans[réf. nécessaire]. S'ensuivent ensuite 120 années de suprématie almohade durant lesquelles là encore le Maroc s'étendra au-delà de ses frontières actuelles[réf. nécessaire], privilégiant une extension le long de la façade méditerranéenne du Maghreb jusqu'à Tripoli que vers le Sahel. Les Mérinides connaîtront des hauts et des bas mais s'efforceront dans leur obsession tlemcennienne d'étendre leur influence dans l'arrière-pays steppique algérien. Ainsi s'assureront-ils l'allégeance du M'zab et des oasis du Touat et de Gourara[réf. nécessaire]. Ils ne perceront en revanche que brièvement vers l'est, atteignant tout de même brièvement Kairouan. Au sud, leur influence s’étendra jusqu'entre Lâayoune et Boujdour (avec une certaine stabilité).[réf. nécessaire]

« Moyen Âge », construction du Maroc moderne et période préprotectorale[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Après la domination mérinide, le Maroc sombre dans un profond chaos pendant l’ère des Wattassides ; ces derniers ne contrôlent qu'une partie du nord du pays, le reste étant constitué de principautés échappant à leur autorité (Hintatas, Amezouars, Saadiens) ou ne leur reconnaissant qu'une suzeraineté sans réelle emprise sur le terrain (vice-royauté de Debdou, Beni Almander de Tétouan, Beni Rachid de Chefchaouen). L'anarchie profitera aux Castillans puis aux Espagnols et surtout aux Portugais. L'influence des chrétiens se limite en général à des comptoirs. Le XVIe siècle voit l'émergence durable d'une nouvelle dynastie, celle des Saadiens. Après avoir écrasé les Portugais lors de la bataille des Trois Rois[réf. nécessaire] et contenu l'expansionnisme ottoman au-delà de la Moulouya, les Saadiens iront détruire l'Empire songhaï en 1591. L'Empire chérifien comprend alors le Maroc actuel, la Mauritanie, une partie du Mali (Taoudeni, Taghaza, Tombouctou et Gao) ainsi que l'ouest du Sahara algérien (région de Tindouf), Touat, Gourara)[réf. nécessaire]. Les querelles dynastiques feront varier les frontières mais toujours est-il que l'influence des sultans marocains sera durable sur Tombouctou. La fin de la dynastie saadienne et les débuts de la dynastie alaouite occasionnent un reflux de l'influence des sultans marocains mais le volontarisme de Moulay Ismaïl engendrera une extension vers le Brakna et la confédération Trarza. Chinguetti, le Touat, Taghaza, Semara, Taoudeni et la région de Tindouf sont de nouveau sous la coupe directe des Marocains.[réf. nécessaire]

Au XIXe siècle, les Français s'introduisent progressivement au cœur du territoire mauritanien, d'abord dans la perspective de pacifier la vallée du Sénégal puis dans le cadre d'une extension coloniale assumée. Le 18 mars 1845, le Traité de Lalla Maghnia est signé entre la France maîtresse de l'Algérie, et l'Empire Chérifien. À noter que ce traité intervient moins d'un an après la déconvenue subie par le Maroc à Isly. Ce traité fixe les frontières entre les deux entités politiques. Celles-ci reprennent volontairement les frontières existaient l'Empire ottoman, désigné au sein du traité sous le nom de "Turquie", et ce afin de minimiser le risque de litige. Les frontières ne sont fixées qu'au nord des ksours de Figuig. L'absence de frontière au sud de Figuig est exprimée comme suit :Quant au pays qui est au sud des kessours des deux gouvernements, comme il n'y a pas d'eau, qu'il est inhabitable et que c'est le désert proprement dit, la délimitation en serait superflue.(Art. 6). Le sort des oasis du Touat, de Gourara et de Tidikelt est laissé en suspens. Ces trois oasis et le campement de Tindouf fondé dans les années 1850 par la tribu Tajakant sont capturés par les Français en 1901[réf. nécessaire]. En 1884, l'Espagne officialise le protectorat de Rio de Oro. En 1900, le Traité de Paris fixe les frontières entre la Mauritanie française et le Rio de Oro. En 1912, le Traité de Fès établit le protectorat français sur le Maroc. La même année les frontières sont fixées entre les possessions espagnoles au Maroc et celles de la France.

Cartes[modifier | modifier le code]

La revendication du Grand Maroc repose principalement sur le recoupement des territoires des différentes dynasties ayant régné sur le Maroc depuis les Almoravides[8]. La galerie ci-dessous représente l'extension maximale de chacune de ces dynasties: Almoravide, Almohades, Mérinides et Saadiens, en plus de l'extension maximale du Maroc sous la dynastie régnante actuelle, la dynastie alaouite.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La thèse du Grand Maroc[modifier | modifier le code]

La thèse du Grand Maroc prend peu à peu forme au sein des milieux indépendantistes marocains durant la seconde moitié du protectorat. Les réactions épidermiques au dahir berbère fédèrent les aspirations à l'unité nationale en ce sens que la quasi-totalité des dignitaires arabes et berbères s'indignent des tentatives de discrimination ethnique menées par l'occupant. L'ancrage africain de l'identité marocaine est quant à lui affirmé en 1948 par Allal El Fassi, emblème sinon initiateur de la théorie du Grand Maroc (il évoque alors la marocanité de Chinguetti). En cela il a sans doute été marqué par son exil au Gabon. Entre temps le Manifeste du 11 janvier a été signé par 66 figures de la Résistance, augurant des purges au sein du parti de l'Istiqlal et des pressions de plus en plus nombreuses sur le Sultan.


Avis des historiens[modifier | modifier le code]

Bernard Lugan[modifier | modifier le code]

L'historien Bernard Lugan juge que le rattachement des régions du Touat, du Gourara, du Tidikelt et d'Igli au Sahara algérien, s'est fait au détriment du Maroc puisque cette partie de la vallée de la Saoura dépendait du Maroc[10].

Lugan rapporte aussi que, au moment de leur conquête, « Londres accordait même toute liberté à Paris d'occuper les régions marocaines du Touat, du Gourara, du Tidikelt et d'Igli dans la vallée de la Saoura »[11].

Maurice Barbier[modifier | modifier le code]

Selon le politologue Maurice Barbier, depuis XVIe siècle, la domination des sultans marocains sur le Sahara occidental restait épisodique, l'article 18 du traité de Marrakech, en 1767, stipulant que le Sultan marocain n'exerçait aucun contrôle sur les tribus au sud de l'Oued Noun[12].

Laurent Pointier[modifier | modifier le code]

Dans son analyse sur le cas du Sahara occidental[13], l'analyste Laurent Pointier reprend Maurice Barbier dans sa critique de la prise en compte de ce conflit selon les considérations européennes et leur conception de la souveraineté. « La structure particulière de l'État chérifien » est, selon Pointier, à prendre en compte pour appréhender la nature de la souveraineté invoquée et revendiquée par le Maroc sur des régions qu'il considère comme siennes, ou l'ayant été par le passé.

Rachid Bellil[modifier | modifier le code]

Selon Rahid Bellil qui s'appuie sur les récits de chroniqueurs de l'époque, au XVIe siècle le Gourara est beaucoup plus indépendant que le Touat de l'émir du Tafilalet (vassal[réf. nécessaire] de Fès)[précision nécessaire]. Cependant du XVIe siècle au XVIIIe siècle, de nombreux caïd sharifiens s'emparent des ksour de la région pour contrôler les axes commerciaux[précision nécessaire].

Il décrit une période de « sept sultans successifs » de Timimoun, dans le Gourara, ayant la prépondérance sur la région jusqu'en 1584 et « indépendant des sultans de Fez ». Le pacha d'Alger aurait envoyé dans la région, en 1580, à la demande des ksouriens une troupe pour les protéger contre les rezzous opérés à partir du Tafilalet et du Drâa[précision nécessaire].

Lors du XVIIe siècle le voyageur El Ayachi rapporte même l'existence d'un « émir indépendant » du Gourara. Au XVIIIe siècle, le chroniqueur du Touat, Sidi Bahaïa rapporte que les caïd venant du Maroc actuel effectuèrent des expéditions punitives contre les oasis de la région. Cependant l'influence se limite au rôle des shurafa et marabout dans la vie religieuse, les expéditions punitives apparaissent comme des réponse aux velléités d'autonomie de la région[14][précision nécessaire].

Frank E. Trout[modifier | modifier le code]

L'historien Frank E. Trout impute les origines du conflit entre le Maroc et l'Algérie à propos des confins sahariens au rattachement desdites régions par l'administration française à l'Algérie alors qu'elles auraient été nominalement dépendantes du Maroc au moment de leur conquête. Ainsi dans dans « Morocco's Saharan Frontiers » (Droz, 1969), Trout retrace l'origine du conflit à l'année 1890, quand « l'administration et l'armée en Algérie a appelé à l'annexion du Touat-Gourara-Tidikelt, un important regroupement d'oasis qui faisaient alors nominalement partie de l'Empire du Maroc (...) dont elles constituaient un "appendice" »[15], ajoutant dans « Morocco's Boundary in the Guir-Zousfana River Basin » (African Historical Studies, vol.3 no.1, 1970) que ledit complexe d'oasis « a été sous domination marocaine pendant plusieurs siècles avant l'arrivée des Français en Algérie »[16].

Bien qu'échappant souvent, au long de l'histoire et ce pendant plusieurs décennies, au contrôle effectif du gouvernement central marocain, Frank E. Trout signale que ce manque de contrôle est analogue à celui qui touche le « Bled Siba »[15], ou l'ensemble des territoires tribaux échappant au pouvoir central[17].

Claude Lefébure[modifier | modifier le code]

Claude Lefébure, dans une étude consacrée à la tribu des Aït Khebbach, établie dans le sud du Tafilalet, au Maroc, et faisant partie de la confédération des Aït Atta, rapporte que[18]:

« les Divisions d'Oran et d'Alger du 19e Corps d'armée n'ont pu conquérir le Touat et le Gourara qu'au prix de durs combats menés contre les semi-nomades d'obédience marocaine qui, depuis plus d'un siècle, imposaient leur protection aux oasiens, les berbérophones Ayt Khebbach »

Positions des organisations internationales[modifier | modifier le code]

La Ligue Arabe[modifier | modifier le code]

L'Union Africaine[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mamadou Aliou Barry, Guerres et trafics d'armes en Afrique : approche géostratégique, p. 62
  2. Hafida Ameyar, Sahara occidental : que veut l'ONU ?, p. 43
  3. Charles Rousseau, « Chronique des faits internationaux », Revue générale de droit international public, vol. 64, 1960, p. 102 [lire en ligne].
  4. Ch.-A. Julien, Histoire de l'Afrique du Nord, de la conquête arabe à 1830 - Tome II, p.44 (éd. Payot, 1961) : "Idriss Il n'était pas seulement un fondateur de villes, il fut le fondateur du premier Etat marocain"
  5. "tradition (...) reaches back to the origins of the modern Moroccan state in the ninth century Idrisid dynasty which founded the venerable city of. Fes", G Joffe, Morocco: Monarchy, legitimacy and succession, in : Third World Quarterly, 1988
  6. "The Idrisids, the founder dynasty of Fas and, ideally at least, of the modern Moroccan state (...)", Moroccan dynastic shurfa’‐hood in two historical contexts: idrisid cult and ‘Alawid power in : The Journal of North African Studies Volume 6, Issue 2, 2001 [1]
  7. Ruth Cyr, Twentieth Century Africa, iUniverse, 2001 (ISBN:9780595189823), p.345: "In 788 Idris, the first Arab ruler of the whole of Morocco, united the Berbers and Arabs under his rule, creating the first Moroccan state. He founded the Idrisid dynasty that reigned for almost two hundred years."
  8. Sahara occidental: la controverse devant les Nations Unies, par Laurent Pointier, Ed. Karthala 2004, p.53 (ISBN 2845864345 et 9782845864344) (lire en ligne)
  9. http://fr.encarta.msn.com/encyclopedia_761588662/M%C3%A9rinides_dynastie_des.html#p1
  10. « Bernard Lugan, Le Maroc et l'Occident du XVIe au XXe siècle - Clio - Voyage Culturel », Clio.fr (consulté le 2013-11-04)
  11. [2]
  12. Le conflit du Sahara occidental Par Maurice Barbier, P 43 [3]
  13. Sahara occidental: la controverse devant les Nations Unies, par Laurent Pointier, Ed. KARTHALA, 2004 p. 104[4]
  14. Rachid Bellil, Les oasis du Gourara (Sahara algérien), Les oasis du Gourara (Sahara algérien), Modèle:Pp120 à 135. [5]
  15. a et b Franck E. Trout, Morocco's Saharan Frontiers, Lib. Droz, 1969, pp.24-26 [6] (ISBN:9782600044950)
  16. Frank E. Trout, Morocco's Boundary in the Guir-Zousfana River Basin, dans: African Historical Studies, Vol. 3, No. 1 (1970), pp. 37-56 [7]
  17. http://www.cnrtl.fr/definition/makhzen
  18. Lefébure Claude, Ayt Khebbach, impasse sud-est ; L'involution d'une tribu marocaine exclue du Sahara, dans: Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, N°41-42, 1986. Désert et montagne au Maghreb. pp. 136-157. [8]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]