Abu Inan Faris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir al-Mutawakkil et Faris.
Zaouiya Annoussak à Salé édifiée par Abu Inan Faris en 1356

Abû `Inân Fâris ben `Alî (أبو عنان فارس بن علي) est né en 1329. Il succéda à son père Abû al-Hasan ben `Utman comme sultan mérinide en 1348. Il mourut étranglé par son vizir alors qu'il était agonisant le 27 novembre 1358[1],[2]. Ibn Khaldoun indique, dans "Le voyage d'Occident et d'Orient" (p. 83, (ISBN 2-7274-0105-1) Ed. Sindbad), que Abû `Inân succomba le 24 dhûl-l-hijja 759H des suites d'une longue maladie (depuis 757 H) qui s'aggrava cinq jours après son retour de Tlemcen à Fès (il ne mentionne pas de meurtre).

Histoire[modifier | modifier le code]

Il se qualifie de « commandeur des croyants » (amir al-mûminin). Il doit éliminer un de ses neveux qui avait pris le pouvoir à Fès.

Après cela il reprend l'œuvre de son père et fait construire la médersa qui porte son nom à Fès, la médersa Bou 'Inania.

Il reprend Tlemcen, puis Bougie (1352) et Tunis, mais les révoltes continuèrent et l'état mérinide continue de s'affaiblir.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 24 dhûl-l-hijja 759
  2. Ibn Khaldûn, Le Livre des exemples, Introduction, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, (ISBN 978-2-07-011425-2) p. 92, qui ne mentionne pas de meurtre.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]