Massif des Albères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Albère.
Massif des Albères
Pyrenees topographic map-fr.svg
Albères
Albères
Localisation sur la carte des Pyrénées.
Géographie
Altitude 1 256 m, Pic du Néoulous
Massif Pyrénées
Administration
Pays Drapeau de la France France
Drapeau de l'Espagne Espagne
Région
Communauté
Languedoc-Roussillon
Catalogne
Département
Province
Pyrénées-Orientales
Gérone

Le massif des Albères (en catalan : serra de l'Albera ou massís de l'Albera, en espagnol : sierra de la Albera) est un massif de montagnes qui constitue la partie la plus orientale de la chaîne pyrénéenne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie du mot « Albères » est problématique, par manque de documents anciens (les premiers sont datés du IXe siècle) et par le fait que plusieurs racines très fréquente semble correspondre à ce nom[1].

Une première hypothèse est qu'il soit issu du latin Albaria par adjonction du suffixe collectif -aria à l'adjectif albus, qui signifie « blanc », mais cette explication n'est pas satisfaisante, car le massif n'est pas de couleur blanche : rarement enneigé, il ne montrait sans doute pas, au Moyen Âge, de roches blanches, car il était couvert de forêts. Il pourrait aussi provenir de alba, l'aube, car il est le plus oriental des Pyrénées, ou encore de la racine pré-latine Alp qui se trouve dans de nombreux noms de montagnes en Europe occidentale[2].

Lluis Basseda penche pour la dernière hypothèse : la racine Alp suivie soit du collectif latin -aria ou du suffixe ibéro-basque -erri. Le terme Albera désignerait une montagne escarpée, haute mais riche en pâturage, à opposer à Corbera, utilisé pour un relief arrondi, moins élevé et couvert de buissons qu'on retrouve dans la région dans des noms comme la commune Corbère-les-Cabanes ou le massif des Corbières[1]. Cette hypothèse correspond à la topographie des lieux concernés.

Le nom apparaît pour la première fois, en latin, en 844 dans un texte du futur empereur Charles le Chauve qui mentionne un lieu situé in monte Albario. Le terme se retrouve indifféremment au singulier ou au pluriel au cours du Moyen Âge. Il finit par être fixé au singulier en catalan sous la forme Albera et au pluriel en français[2]. Ainsi, en français, l'expression « les Albères » désigne le massif, alors que L'Albère est le nom d'une commune française située dans ce massif.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les Albères vues depuis les vignes à Saint-Génis-des-Fontaines
Les Albères à la Pave

Topographie[modifier | modifier le code]

Le massif des Albères est délimité à l'ouest par le col du Perthus et la rivière de Rome, à l'est par la mer Méditerranée entre Argelès-sur-Mer en France et Port-Bou et Llançà en Espagne. Les Albères dominent la basse vallée du Tech et la plaine du Roussillon au nord et la plaine de l'Empordà au sud. Les montagnes de la rive droite du Tech, à l'ouest, ainsi que la Serra de Rodes et le massif du cap de Creus, au sud, sont parfois considérés comme faisant partie des Albères[3]. Il culmine à 1 256 mètres d'altitude au pic du Néoulous.

L'arête sommitale des Albères permet de délimiter la frontière entre la France et l'Espagne. Ainsi, le massif fait géographiquement partie des Pyrénées. Administrativement, il se trouve sur le département des Pyrénées-Orientales en France, et dans la province de Gérone en Catalogne (Espagne).

Géologie[modifier | modifier le code]

De souche géologique principalement siliceuse, ce massif produit des sols acides; d'où la présence de maquis et non de garrigues (présents sur sols calcaires)

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat méditerranéen se traduit par une végétation dominante de chêne-liège et de maquis. En altitude, la forêt de hêtre s'est maintenue. Des mesures de protection ont été mises en œuvre pour ce massif avec notamment une réserve naturelle pour la forêt de la Massane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Antiquité et haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les Albères ont été un point de passage vers la péninsule ibérique depuis l'Antiquité, comme l'attestent les vestiges romains de la Via Domitia et les ruines du col de Panissars.

Un sanctuaire gréco-romain a existé au site de La Fajouse, sur l'actuelle commune d'Argelès-sur-Mer[4].

Période féodale[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, elles ont été un point-clef dans la défense de la région (notamment du Royaume de Majorque aux XIIIe siècle et XIVe siècle), comme l'attestent les tours à signaux de Madeloc et de la Massane, et les restes du château d'Ultrère.

Les Espagnols y furent vaincus par Dugommier les 27 et 30 avril 1794[5].

Activités[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel et touristique[modifier | modifier le code]

L'église de Sorède.

Les Albères possèdent un patrimoine non dénué d'intérêt. Outre la beauté des paysages, l'Histoire a laissé de nombreuses traces, allant de la Préhistoire à aujourd'hui.

Le col de Panissars et le col du Perthus sont des points de passage millénaires entre la péninsule Ibérique et la France, il y reste de nombreux vestiges datant de l'Antiquité : complexe fortifié des Cluses, tracé de la Via Domitia, vestiges du trophée de Pompée au col de Panissars.

Fortifications médiévales :

  • la tour de Madeloc et la tour Massane (anciennes tours à signaux du XIIIe siècle) offrent toutes deux un remarquable point de vue sur la plaine littorale et la côte ;
  • le château d'Ultrère, dont les ruines remontent pour partie à l'Antiquité.

Les monuments religieux :

Autres sites :

Sites touristiques et sportifs de nature[modifier | modifier le code]

Décollages de vol libre

  • Puig Naud (ND du Château)

Sites d'escalade :

  • Le Rimbau, proche de Collioure, un site historique de l'escalade dans le département et actuellement principalement équipé de voies faciles[6] ;
  • Le rocher de la Massane, ancien site des années 1960.
  • Notre-Dame du Château, site le plus connu du massif[7] ;
  • le Roc Fouirous, situé proche du col l'Ouillat[8]
  • le Roc du Midi
  • le Sant Cristau

Navigation et canoë-kayak

  • la Massane (haute rivères)
  • zones côtières (mer)
Le massif des Albères (à droite) depuis l'ermitage de St-Ferréol, près de Céret

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Basseda 1990, p. 293, 294
  2. a et b Lacombe Massot et Tocabens 2000, p. 11.
  3. Lacombe Massot et Tocabens 2000, p. 8.
  4. Les vestiges d'un sanctuaire gréco-romain mis au jour sur la commune dans les Albères, L'Indépendant, 7 août 2013
  5. Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Massif des Albères » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)
  6. Le Rimbau, camptocamp.org
  7. Notre-Dame du Château Ultréra, camptocamp.org
  8. Roc Fouirous, camptocamp.org

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra,‎ 1990, 796 p.
  • Jean-Pierre Lacombe Massot et Joan Tocabens, L'Albera : 2000 ans d'histoire et plus..., Perpignan, Sources,‎ 2000, 400 p. (ISBN 2951593708)
  • Thierry Baumgarten, François Herbert, Escalade au Roc Fouirous, Saint-Martin-d'Albères, années 1980.
  • Thomas Dulac, Pascal testas, Les Pyrénées du Levant.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]