La Chapelle-Blanche (Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapelle-Blanche et La Chapelle.
La Chapelle-Blanche
La Chapelle-Blanche vue depuis la colline Bramefarine
La Chapelle-Blanche vue depuis la colline Bramefarine
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton La Rochette
Intercommunalité Communauté de communes la Rochette - Val Gelon
Maire
Mandat
Dominique Droge
2008-2014
Code postal 73110
Code commune 73075
Démographie
Gentilé Chapelains, Chapelaines
Population
municipale
527 hab. (2011)
Densité 128 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 26′ 55″ N 6° 04′ 23″ E / 45.4486111111, 6.07305555556 ()45° 26′ 55″ Nord 6° 04′ 23″ Est / 45.4486111111, 6.07305555556 ()  
Altitude Min. 296 m – Max. 732 m
Superficie 4,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
La Chapelle-Blanche

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
La Chapelle-Blanche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Blanche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Blanche

La Chapelle-Blanche est une commune française, située dans le département de la Savoie en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce village est situé dans la combe de Savoie, implanté sur le flanc sud-ouest de la colline de Montraillant.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de La Chapelle Blanche auparavant française (province du Dauphiné) fut cédée à la Savoie le 24 mars 1760 par la Convention de Turin. Paroisse unie à celle de Villaroux de 1803 à 1825.

La Savoie fut rattaché à la France en 1860 suite à un référendum. Le village est également appelé W.C.K (White Chapelle Killer) par les jeunes du village.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jacques Faverjon ... ...
mars 2008 en cours Dominique Droge ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 527 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
447 402 378 577 591 623 674 655 591
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
543 556 546 540 515 519 450 452 429
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
350 323 329 312 314 314 325 318 270
1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011 - -
324 391 439 534 547 528 527 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un monument est dédié à Amélie Gex.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Amélie Gex (1835-1883), poétesse et écrivaine.
  • Louis Edmond Séraphin Charvet (1901-1987), fils de magistrat, major de Polytechnique (1920), industriel, directeur général d'Air France à l'époque de l'Aéro-postale, spécialiste de la sidérurgie. Poète connu sous le pseudonyme d'« Evrard des Millières ». Il sera maire de La Chapelle Blanche en 1959. Créateur du Festival théâtral de La Chapelle Blanche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :