Chignin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le vin, voir chignin (AOC).
Chignin
Vue sur les vignobles (AOC) de Chignin.
Vue sur les vignobles (AOC) de Chignin.
Blason de Chignin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Montmélian
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Savoie
Maire
Mandat
Michel Ravier
2014-2020
Code postal 73800
Code commune 73084
Démographie
Population
municipale
854 hab. (2011)
Densité 103 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 30″ N 6° 00′ 47″ E / 45.525, 6.0130555555645° 31′ 30″ Nord 6° 00′ 47″ Est / 45.525, 6.01305555556  
Altitude Min. 276 m – Max. 1 254 m
Superficie 8,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Chignin

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Chignin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chignin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chignin
Liens
Site web www.chignin.fr

Chignin est une commune française, située dans le département de la Savoie en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les « Chignerains » et les « Chigneraines ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Chignin est situé entre les communes des Marches, de Montmélian, Saint-Jeoire-Prieuré et de Challes-les-Eaux, derrière la colline du Mont-Ronjou devant laquelle passe l'ex-nationale 6. Chignin est composé des hameaux de Montlevin, Torméry, le Plat des moulins, le Chef-lieu, les Côtes, le Viviers, le Villard et, de l'autre côté de la RN6, Chignin-Gare.

Le village est dominé par un rocher qui, même sous l'effet de la dynamite au début du XXe siècle, ne céda pas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge on relève l'existence de deux mottes castrales[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Michel Ravier ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 854 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
769 883 997 998 1 112 1 057 1 049 1 011 1 028
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 054 987 885 802 820 760 741 732 687
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
620 613 618 625 619 582 565 532 601
1982 1990 1999 2006 2011 - - - -
668 735 758 789 854 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L'activité économique de Chignin est essentiellement la viticulture. Jusqu'en 2012, un important dépôt pétrolier était situé sur la commune.

Viticulture[modifier | modifier le code]

Article connexe : vignoble de Savoie.
Vignobles près du hameau de Tormery sur la commune de Chignin.

Sur le territoire de la commune, on produit :

  • le Chignin
Le chignin est un vin blanc. L'AOC chignin a été obtenue en 1973. Elle couvre une partie de la surface communale soit 830 hectares. Sa production est de 8 000 hectolitres. La vigne est élevée sur les pentes du village exposées sud ou sud-ouest. Il utilise le cépage jacquère. Le chignin est un vin qui doit être bu jeune.
  • le Chignin-bergeron
Le chignin-bergeron est un vin blanc qui utilise le cépage roussanne, localement appelé le bergeron. Son AOC chignin-bergeron a été obtenue en 1973 ; elle couvre une partie du territoire communal et s'étend sur les villages de Francin et Montmélian.
  • la Roussette-de-savoie, vin blanc de Savoie au goût fruité et à la robe jaune clair.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tours de Chignin[modifier | modifier le code]

Les tours de Chignin se dressent aux lieux-dits, Bourdeau, Montagny et Les Tours, sur un plateau à 0,6 kilomètre à l'ouest - nord - ouest de l'église du bourg. Au nombre de sept, elles formaient un ancien camp retranché. Il subsiste les ruines de certaines d'entre elles.

Les tours de Chignin et le site archéologique dont elles font partie, font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 18 février 1991[4].

Revel[modifier | modifier le code]

Cette maison du XVIIe siècle, restaurée, se situe à l'angle du chemin de Tormery et de la Chapelle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Anthelme de Chignin, né à Chignin en 1107 et mort en 1178 à Belley (Ain), fut évêque, seigneur de Belley et prince du Saint-Empire romain germanique ;
  • Bernard de Chignin, archevêque-comte de la Tarentaise de 1221 à 1222 ;
  • Herluin de Chignin, archevêque-comte de la Tarentaise de 1224 à 1248 ;
  • Père Gervais Quenard (1875-1961), Supérieur général des Assomptionnistes ;
  • Magdeleine de Buttet (1882-1974). Ancienne infirmière-major à l'hôpital militaire de Chambéry au service des grands blessés de la guerre 14-18, elle fonda le Clos Saint-Anthelme à Chignin au profit des personnes convalescentes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de le famille de Chignin

Blason de la famille noble de Chignin, qui n'a pas été repris par la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Élisabeth Sirot, Introduction à l'archéologie médiévale.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. « Site archéologique de Chignin », base Mérimée, ministère français de la Culture.