Amédée VI de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amédée VI de Savoie
Amédée VI de Savoie, dit le Comte Vert
Amédée VI de Savoie, dit le Comte Vert

Titre comte de Savoie
comte d'Aoste
comte de Maurienne
(13431383)
Prédécesseur Aymon de Savoie
Successeur Amédée VII de Savoie
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Naissance 4 janvier 1334
Chambéry
Décès 1er mars 1383
Campobasso
Père Aymon de Savoie
Mère Yolande de Montferrat
Conjoint Bonne de Bourbon
Enfants Une fille mort-née
Amédée VII de Savoie
Louis
Antoine

Armoiries Savoie 1180.svg

Amédée VI de Savoie, dit le Comte Vert, né le 4 janvier 1334 à Chambéry, mort de la peste à Campobasso le 1er mars 1383, est comte de Savoie, d'Aoste et de Maurienne de 1343 à 1383. Il est ainsi surnommé en raison d'une armure et d'une livrée de couleur verte qu'il porta lors d'un tournoi à Chambéry.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était fils d'Aymon le Pacifique, comte de Savoie, d'Aoste et de Maurienne, et de Yolande de Montferrat.

Il acquiert en 1355, par le traité de Paris, la province du Faucigny en renonçant au Viennois et fixe ainsi la frontière entre la Savoie et le Dauphiné. Son mariage la même année avec Bonne de Bourbon une nièce de Philippe VI de Valois renforce ce rapprochement avec le royaume de France. Il fonde en 1362 l'Ordre du Collier de Savoie qui deviendra l'Ordre de chevalerie de l'Annonciade.

En 1365, Amédée VI réussit à obtenir le titre de « vicaire perpétuel et héréditaire de l’Empire dans l’ancien royaume d’Arles » des mains de Charles IV du Saint-Empire de passage à Chambéry, lui permettant de récupérer le Pays de Gex et le Pays de Vaud en exigeant l'hommage des évêques de Tarentaise, Maurienne, Belley, Sion et Genève, même si ce dernier se déroba vite.

Il combattit son cousin Jacques, prince de Piémont avant de parvenir à un accord en 1357, qu'il impose par ailleurs au fils et successeur de ce dernier.

Campagne militaire d'Amédée VI de Savoie contre la Bulgarie entre 1366 et 1367.

Amédée VI combattit également les marquis de Salucces et de Montferrat et parvient aussi à neutraliser la Famille Visconti de Milan. Guerrier, il passa les mers en 1366 pour secourir son cousin Jean V Paléologue, empereur de Constantinople, triomphant des Bulgares et arrêta pour un temps à Gallipoli, sur les Dardanelles, la marche des Turcs. Amédée VI s'engagea dans une campagne napolitaine en 1382-1383 pour soutenir Louis Ier d'Anjou où il meurt de la peste.

Il avait donc fondé l'Ordre suprême de la Très Sainte Annonciade, avec 12 chevaliers. Il institua à la forteresse de Pierre Chatel, dans l'Ain actuel, face à Aix, une Chartreuse avec douze pères chargés de la prière perpétuelle dans le temps où les chevaliers partaient guerroyer contre les Turcs en Méditerranée.

On dit que le comte Amédée VI de Savoie avait adopté la couleur verte en signe d'errance tant que la compagnie des chevaliers n'aurait été complète. Le vert est bien la couleur traditionnelle des chevaliers errants. Par ailleurs avant cette institution de l'Annonciade, le comte était dit « ferré », c'est-à-dire qu'il portait un anneau de fer entourant sa cuisse, toujours selon la tradition de la chevalerie errante.

Amédée VI et ses chevaliers incarnaient très certainement le plus bel idéal de chevalerie en un temps où celle-ci se mourait.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Il épouse en 1355 Bonne de Bourbon, fille de Pierre Ier, duc de Bourbon et d'Isabelle de Valois. Par sa mère, Bonne de Bourbon est nièce du roi Philippe VI de Valois. Elle a une sœur mariée au roi Charles V. De cette union sont connus trois enfants :

Hommage[modifier | modifier le code]

La Place du Comte Vert à Monthey en Suisse témoigne de l'importance qu'a eu la maison de Savoie sur le Chablais.

Références[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article [Demotz 2000] Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Genève, Slatkine,‎ 2000, 496 p. (ISBN 2-05101-676-3).
  • B. Galland, Le Rôle du comte de Savoie dans la ligue de Grégoire XI contre les Visconti (1372-1375), in Mélanges de l’École française de Rome, Vol. 105, n° 105-2, 1993.
  • Marie-José de Belgique La Maison de Savoie. Les origines: Le Comte Vert ~ Le Comte Rouge éditions Albin Michel, Paris 1956

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Précédé par Amédée VI de Savoie Suivi par
Aymon
Armoiries Savoie 1180.svg
comte de Savoie
Amédée VII