Saint-Étienne-le-Molard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Étienne (homonymie).
Saint-Étienne-le-Molard
Image illustrative de l'article Saint-Étienne-le-Molard
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Boën
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Astrée
Maire
Mandat
Daniel Charlin
2014-2020
Code postal 42130
Code commune 42219
Démographie
Gentilé Stéphanois
Population
municipale
981 hab. (2011)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 00″ N 4° 05′ 19″ E / 45.7333333333, 4.0886111111145° 44′ 00″ Nord 4° 05′ 19″ Est / 45.7333333333, 4.08861111111  
Altitude 380 m (min. : 338 m) (max. : 397 m)
Superficie 16,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de Loire
City locator 14.svg
Saint-Étienne-le-Molard

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de Loire
City locator 14.svg
Saint-Étienne-le-Molard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-le-Molard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-le-Molard

Saint-Étienne-le-Molard est une commune française située dans le département de la Loire et la région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne-le-Molard fait partie du Forez dans le département de la Loire en Rhône-Alpes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Étienne-le-Molard (Loire).svg

Les armoiries de Saint-Étienne-le-Molard se blasonnent ainsi :

De gueules à la croix romane d’argent mouvant de la pointe, les extrémités terminées en chef par un cœur, à dextre par un soleil et à senestre par une lune, accolée par une Vierge et saint Jean, le tout du même, chapé ployé de vair, chargé à dextre du buste contourné de Claude d’Urfé et à senestre de celui d’Honoré d’Urfé, tous deux d’argent; au chef tiercé en pal au 1er et 3e de gueules au rencontre de bœuf d’or, au 2e tranché crénelé d’argent et d’azur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2011 - 2014 Alain Flachat ??
2008 - 2011 Pierre Chossonnery ??
2001 - 2008 Alain Flachat ??
1983 - 2001 Michel Dury ??
1976 - 1983 Claude Tissier ??
1943 - 1976 Michel Jacquet ??
1940 - 1943 Jean-Louis Persigny ??
1912 - 1940 Joannès Jacquet ??
1909 - 1912 Jean Grange ??
1904 - 1909 Léonard Fouillouse ??
1901 - 1904 Claude Taite ??
1886 - 1901 Barthélémy Perrin ??
1881 - 1886 Lambert Volle ??
1879 - 1881 Michel Jacquet ??
1875 - 1879 Joseph Jacquet ??
1859 - 1875 Claude Jacquet ??
1853 - 1859 Louis David ??
1848 - 1853 Barthélémy Perreaud ??
1846 - 1848 Pierre Perrin ??
1843 - 1846 Jacques Chanut ??
1837 - 1843 Pierre Perrin ??
1836 - 1837 Michel Jacquet ??
1826 - 1836 Ernest Puy de la Bâtie ??
1818 - 1825 Jacques Coste ??
1804 - 1818 Pierre Puy de la Bâtie ??
1800 - 1804 Antoine Thévenet ??
1795 - 1800 Georges Cheminal ??
1793 - 1795 Jacques Coste ??
1793 - 1793 Jean Defarge ??
1790 - 1793 Jean Michel ??
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 981 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
552 564 547 591 581 590 608 622 574
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
605 626 665 690 757 790 857 895 886
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
893 834 798 659 607 607 614 600 549
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
627 620 659 630 625 751 867 874 969
2011 - - - - - - - -
981 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Château de la Bastie d'Urfé est un joyau de style Renaissance. Honoré d'Urfé y écrivit le premier roman fleuve de la littérature française, l'Astrée. Ce monument de la renaissance accueil de nombreux touristes, surtout lors du festival d'été où a lieu de nombreux spectacle et représentation (danse, théâtre, cirque, musique...). Pour plus d'information, se diriger vers l'adresse "http://www.lestivaldelabatie.fr". Un restaurant accueille de nombreux touristes dans ces magnifiques lieux pendant tout la durée du festival à travers des produits régionaux et artisanaux.
  • L'Eglise de Saint Etienne le Molard comporte un ensemble de 3 verrières à personnage (Saint Pierre, le Christ montrant ses plaies avec saint Jean et Saint Auguste, Saint Jacques) réalisé par Raymond Balze et Alexandre Mauvernay.

Économie[modifier | modifier le code]

Évènements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :