Yunâni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La médecine yunâni ou médecine unani tient son origine de la médecine occidentale médiévale issue des méthodes thérapeutiques de la Grèce antique. Yunâni signifie « grec » dans beaucoup de langues orientales : Arabe, Hindoustânî, Persan, Tamiletc. Le mot vient du grec « Ionia », le nom de la côte d'Asie mineure, puis en est venu, dans ces langues, par métonymie, à désigner toute la Grèce.

Développée par Hippocrate et Pythagore puis par Galien. Les savants arabes, persans et juifs la reprennent. Les traités les plus importants sont principalement écrits en arabe. Les Arabes et les Persans firent connaitre la médecine yunâni en Inde et en Chine ainsi qu’en Espagne et en France méditerranéenne. C'était la médecine enseignée à la faculté de médecine de Montpellier.

De nos jours, elle occupe une grande place dans la médecine traditionnelle en Inde à côté de l'Ayurveda. La médecine Yûnânî a été introduite en Inde par les arabes. Elle a alors intégré quelques données de la médecine ayurvédique, en particulier au niveau de sa thérapeutique. Cette médecine s’est développée principalement au sein de la communauté musulmane et a connu son apogée au XVII° siècle à la cour de l'empire Moghol. Elle est aujourd’hui pratiquée et enseignée de la même façon que la médecine âyurvédique. Ses lieux de formation sont situés à Aligarh avec le Tibbi College de la Muslim University, à Hyderabad avec le Nizamiah Tibbi College, à Delhi avec l’Université Hamdard[1],[2],[3]. Les médecins de cette tradition médicale porte le nom de bagîm. L’Organisation mondiale de la santé a recensé et publié des livres et des traités sur la médecine yunâni[réf. souhaitée].

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Francis Doré. La vie indienne, 2e éd. [mise à jour]. Paris : P.U.F., 1984. 127 p. (Que sais-je ? ; no 1721).
  2. Jacques Dupuis. L’Inde : une introduction à la connaissance du monde indien, Pondichéry : Editions Kailash, 1992. 217 p.
  3. Guy Mazars. La médecine indienne. Paris : P.U.F.,1995. 127 p. (Que sais-je ? no 2962).