François Joseph Bosio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bosio.

François Joseph Bosio

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Bosio.

Naissance 1768
Monaco
Décès 1845
Paris
Nationalité Drapeau de Monaco Monaco
Activités Sculpteur
Maîtres Augustin Pajou

François Joseph Bosio, né à Monaco en 1768, mort à Paris en 1845, est un sculpteur, peintre, dessinateur et graveur monégasque.

Artiste officiel sous le Premier Empire et la Restauration, il fut également professeur de dessin à l'École polytechnique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hercule combattant Acheloüs transformé en serpent (1824), Paris, musée du Louvre.

Né à Monaco, Bosio fut l'élève du sculpteur Augustin Pajou et travailla d'abord en Italie pour des églises, dans les années 1790. Il fut ensuite recruté par Vivant Denon en 1808 qui lui confia la réalisation de bas-reliefs pour la colonne de la Grande Armée Place Vendôme à Paris et pour être le portraitiste de Napoléon Ier et de sa famille. Il exécuta ainsi un buste de l'impératrice Joséphine.

Il succéda à Félix Lecomte comme professeur à l'École des Beaux-Arts de Paris[1] en 1816[2]

Bosio exécutera les allégories de La France et de La Fidélité pour le monument qu'avait conçu l'architecte Louis-Hippolyte Lebas pour le Palais de Justice de Paris. Ce dernier sera inauguré en décembre 1822.

En 1821, Louis XVIII l'éleva au rang de chevalier de l'ordre de Saint-Michel. Il sculpta plus tard la statue équestre du roi Louis XIV pour la Place des Victoires, puis il devint officier de la Légion d'honneur. Charles X en fit un baron en 1825. Il mourut à Paris en juillet 1845. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (45e division)[3].

Son frère, Jean François Bosio, (1764-1827), fut peintre. Son neveu, Astyanax-Scévola Bosio, (1793-1876), dit « Bosio Le Jeune », fut lui aussi sculpteur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

À Paris[modifier | modifier le code]

Aristée, dieu des jardins (1817), Paris, musée du Louvre.

Dans la ville[modifier | modifier le code]

Au musée du Louvre[modifier | modifier le code]

En province[modifier | modifier le code]

Hors de France[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L. Barbarin, Étude sur Bosio, sa vie et son œuvre, Monaco, 1910.
  • Pierre Kjellberg, Le Nouveau guide des statues de Paris, La Bibliothèque des Arts, Paris, 1988. (ISBN 2-85047-025-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Chappey, « Les Professeurs de l'École des Beaux-Arts (1794-1873) », dans Romantisme, 1996. no 93. pp. 95-101.
  2. Jean-Michel Leniaud et Catherine Giraudon, Procès-verbaux de l'Académie des beaux-arts, vol.II, de 1816 à 1820
  3. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents,‎ 2006 (ISBN 978-2914611480), p. 133-134
  4. « Notice no 561 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  5. « Notice no 2567 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  6. « Notice no 2569 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  7. « Notice no 5605 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  8. « Notice no 2632 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  9. « Notice no 2680 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  10. Jean-Michel Leniaud & Catherine Giraudon, Procès-verbaux de l'Académie des beaux-arts, vol.II, de 1816 à 1820. Même références pour les élèves cités dans cette période