Soitec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Soitec

Description de l'image  LogoSoitec.png.
Création 1992
Fondateurs André-Jacques Auberton Hervé & Jean-Michel Lamure
Forme juridique Société Anonyme (S.A.)
Siège social Drapeau de France Bernin (Isère) (France)
Actionnaires Public 76,966%

Fonds Stratégique d’Investissement 9,930%
André-Jacques Auberton-Hervé 5,090%
Shin-Etsu Handotaï Co Ltd (partenaire depuis 1997 et premier sous-licencié de Soitec) 3,646%
Caisse des Dépôts et Consignation 3,413%

Famille Auberton-Hervé 0,955%
Produits Produits SOI, Solutions de transfert de couches, Systèmes photovoltaïque à concentration
Filiales Soitec Specialty Electronics, Soitec Solar
Effectif 1200 (fin mars 13)
Site web soitec.com
Chiffre d’affaires 262,9 millions d'€ (2012-2013)

Soitec est une entreprise industrielle internationale d’origine française spécialisée dans la génération et la production de matériaux semi-conducteurs dits d'extrêmes performances. Elle est présente sur trois marchés principaux : électronique, énergie solaire et éclairage. Soitec est cotée à la bourse de Paris (Euronext compartiment B).

Historique[modifier | modifier le code]

Soitec a été fondée en France près de Grenoble en 1992 par deux chercheurs issus du CEA-Leti (Laboratoire d'électronique des technologies de l'information du Commissariat à l’Énergie Atomique) Ils développent la technologie Smart Cut™ pour produire à l’échelle industrielle des plaques de silicium sur isolant (SOI) et font construire leur première unité de production à Bernin (Isère).

En appliquant cette technologie à d’autres matériaux que le silicium et en développant d’autres procédés, Soitec développe une expertise dans le domaine des matériaux semi-conducteurs.

Son offre cible dans un premier temps le marché de l’électronique. À la fin des années 2000, Soitec entre sur les marchés de l’énergie solaire et de l’éclairage, où ses matériaux et ses technologies bénéficient de nouveaux débouchés.

Aujourd’hui, l’entreprise possède des sites de production en France et aux États-Unis et des implantations (centres de R&D, bureaux commerciaux,…) en Europe (Allemagne, Italie), aux États-Unis (Arizona, Californie, Massachusetts), en Asie (Chine, Corée, Japon, Singapour, Taïwan) et en Afrique du Sud.

Dates clés[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Création de Soitec, issue du CEA-Leti, à Grenoble
  • 1997 : passage à l’échelle industrielle, avec la signature d’un accord de licence avec SEH sur la technologie Smart Cut™
  • 1999 : construction du 1er site de production à Bernin (Bernin 1) et entrée en Bourse
  • 2002 : inauguration de Bernin 2, usine dédiée aux plaques de diamètre 300 mm
  • 2003 : rachat de Picogiga International, spécialiste des technologies pour les matériaux composés III-V, début de l’ouverture à des matériaux autres que le SOI
  • 2006 : acquisition de Tracit Technologies, spécialiste de l’adhésion moléculaire et de l’amincissement mécano-chimique, qui permet la diversification des applications de la technologie Smart Cut™
  • 2008 : ouverture d’un site de production en Asie à Singapour. En 2012, ce site accueille l’activité de recyclage de plaques SOI. En 2013, la production est arrêtée afin de préparer le site à la nouvelle technologie, FD-SOI.
  • 2009 : acquisition de la société allemande Concentrix Solar, fournisseur de systèmes photovoltaïques à concentration (CPV) : Soitec entre sur le marché de l’énergie solaire. Aujourd’hui, son site de Fribourg en Allemagne accueille les fonctions marketing et R&D dédiées au CPV.
  • 2011 : rachat d’Altatech Semiconductor, spécialisée dans le développement d'équipements pour la production de semi-conducteurs.
  • 2012 : ouverture d’une usine de production de modules CPV à San Diego, en Californie, dotée d’une capacité de 140 MWc pouvant atteindre 280 MWc.
  • 2013 : Soitec et Sumitomo Electric signent un accord de licence portant sur la technologie Smart Cut pour développer le marché des plaques en nitrure de gallium dédiées à des applications d’éclairage par LED. Un autre accord est signé par Soitec avec GT Advanced Technologies pour développer et commercialiser un équipement de production de plaques dévolues à la fabrication de LED et d’autres applications industrielles.

Activités[modifier | modifier le code]

Soitec opère sur 3 marchés : l’électronique, l’énergie solaire et l’éclairage.

Electronique[modifier | modifier le code]

Historiquement, Soitec a imposé le SOI (silicon on insulator ou silicium sur isolant) comme matériau de référence pour la fabrication de puces électroniques destinées aux ordinateurs, consoles de jeux, serveurs informatiques, mais aussi à l’industrie automobile.

Avec la montée en puissance des produits mobiles (tablettes, smartphones, …) sur le marché de l’électronique grand public, Soitec développe de nouvelles offres de matériaux destinés aux composants de radiofréquence, aux processeurs multimédia, …

Energie Solaire[modifier | modifier le code]

Soitec fabrique et fournit des systèmes photovoltaïques à concentration (CPV). Son marché est principalement celui des centrales solaires de taille industrielle, situées dans des régions à fort ensoleillement direct.

Soitec a installé des centrales ou systèmes de démonstration CPV dans 18 pays, représentant une puissance totale de près de 14 MW. Ses projets majeurs se situent en Afrique du Sud et aux Etats-Unis.

En France, dans le cadre du deuxième appel d’offres grandes centrales solaires lancé par la Commission de régulation de l’énergie, Soitec et Alstom ont signé en juillet 2013 un accord de coopération[1] afin d’associer leurs expertises, d’une part en matière de technologie photovoltaïque à concentration et, d’autre part, en matière d’installation de centrales électriques clé-en-main, de fourniture de solutions intégrées et d’équipements pour la génération d’électricité.

Eclairage[modifier | modifier le code]

Soitec opère en amont et en aval de la chaîne de valeur des LED.

En amont, l’entreprise utilise son expertise des matériaux semi-conducteurs pour développer des substrats à base de nitrure de gallium, le matériau de base des LED. Ses technologies ont fait l’objet de plusieurs accords de licence, notamment avec Sumitomo et GT Advanced Technologies.

En aval, Soitec développe un ensemble de partenariats industriels pour commercialiser de nouvelles solutions d’éclairage, destinées à des utilisations professionnelles (éclairages urbains, de bureaux et d’infrastructures de transports). L’entreprise a remporté un lot de l’appel d’offres lancé en 2012 par la RATP pour remplacer les éclairages de son réseau métro et RER.

Technologies[modifier | modifier le code]

Soitec développe plusieurs technologies pour ses différents secteurs d'activité.

La technologie Smart Cut™[modifier | modifier le code]

Développée par le CEA-Leti, en collaboration avec Soitec[2], cette technologie a été brevetée[3] par le chercheur Michel Bruel. Elle permet le transfert de très fines couches monocristallines d’un substrat donneur vers un substrat support, en associant l’implantation ionique et le collage par adhésion moléculaire. Soitec utilise la technologie Smart Cut pour la production en fort volume de plaques de SOI. Par rapport au silicium brut classique, le SOI permet de diminuer significativement les pertes d’énergie dans le substrat et améliore les performances du composant dans lequel il est utilisé.

La technologie Smart Stacking™[modifier | modifier le code]

Cette technologie consiste à transférer des plaques gravées ou partiellement gravées sur d’autres matériaux. Elle est adaptable aux plaques de 150 mm à 300 mm de diamètre, et est compatible avec une grande diversité de substrats comme le silicium, le verre ou le saphir.

La technologie Smart Stacking est utilisée pour les capteurs d’image rétro-éclairés, dont elle accroît la sensibilité et permet de diminuer la taille des pixels, ainsi que dans les circuits radiofréquence des smartphones. Elle ouvre aussi de nouvelles perspectives à l’intégration 3D.

L’épitaxie[modifier | modifier le code]

Soitec dispose d’une expertise en épitaxie des matériaux III-V dans les domaines suivants : épitaxie par jets moléculaires, épitaxie en phase vapeur aux organométalliques et épitaxie en phase vapeur par la méthode aux hydrures. L’entreprise fabrique des plaques d’arséniure de gallium (GaAs) et de nitrure de gallium (GaN) destinées au développement et à la fabrication de dispositifs semi-conducteurs composés.

Ces matériaux sont utilisés dans les appareils électroniques de radiofréquence (wifi) et haute fréquence (télécommunications mobiles, réseaux d’infrastructure, communications par satellite, réseaux de fibres optiques et détection radar), mais aussi dans la gestion de l’énergie et dans les systèmes optoélectroniques, comme les LED.

Le photovoltaïque à concentration (CPV)[modifier | modifier le code]

La technologie du photovoltaïque à concentration a été mise au point par l’Institut Fraunhofer pour les Systèmes Energétiques Solaires (ISE), en Allemagne. Elle repose sur l’utilisation de modules formés de deux plaques de verre, assemblées par un cadre métallique.

La lumière qui arrive sur la plaque supérieure est concentrée 500 fois, grâce à des lentilles optiques fabriquées à partir de silicone sur verre (dites lentilles de Fresnel). Après concentration, elle est convertie en électricité par des cellules à multi-jonctions montées sur la plaque inférieure.

Le rendement des modules Soitec s’élève à 31,8%.

L’entreprise mène des travaux de R&D pour développer ses propres cellules. Avec l’institut Fraunhofer le CEA-Leti et le Centre Helmholtz de Berlin, elle a annoncé un record mondial en laboratoire, avec des cellules ayant atteint une efficacité de 44,7%[4].

Soitec utilise également sa technologie CPV pour développer une offre de mini-trackers « Plug&Sun™ », capables de produire de manière autonome de l’électricité solaire dans des zones isolées ou mal raccordées aux réseaux électriques.

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Le conseil d’administration de Soitec est composé de dix membres et un censeur :

  • André-Jacques Auberton-Hervé, Président du Conseil d’administration, cofondateur et PDG de Soitec
  • Paul Boudre, administrateur, Directeur Général Délégué de Soitec
  • Douglas Dunn, administrateur
  • Fumisato Hirose, administrateur
  • Joël Karecki, administrateur
  • Didier Lamouche, administrateur
  • Christian Lucas, administrateur
  • Joseph Martin, administrateur
  • Patrick Murray, administrateur
  • Annick Pascal, administrateur
  • Sébastien Blot, censeur

Le comité de direction est composé de 6 membres :

  • André-Jacques Auberton-Hervé, Président directeur général
  • Paul Boudre, Directeur général délégué
  • Gaetan Borgers, Vice-président exécutif de la Division Énergie solaire
  • Olivier Brice, Directeur financier
  • Corinne Margot, Directrice des ressources humaines et de la communication
  • Francis Taroni, Directeur des Opérations Industrielles

Données financières[5][modifier | modifier le code]

  • Chiffres d’affaires 2012-2013 : 262,9 millions d’euros
  • Résultat net 2012-2013 : - 209,5 millions d’euros
  • Marge brute 2012-2013 : - 15,6 millions d’euros

Augmentations de capital[modifier | modifier le code]

Soitec a procédé à deux augmentations de capital :

  • La première en juillet 2011 dans le but de financer des investissements, notamment pour le développement de ses activités dans l'énergie solaire et les LED.
  • La seconde en juillet 2013 pour contribuer au refinancement des actions OCEANE arrivant à échéance en 2014 et consolider la structure financière de l’entreprise. Par ailleurs, Soitec a procédé à une nouvelle émission d’obligations en septembre 2013.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Mars 2006 : Soitec reçoit le Prix de l’Audace créatrice 2006 du gouvernement français « en récompense de sa croissance, son innovation et sa capacité à créer des emplois »[6].
  • Juin 2007 : 8èmes Trophées INSEAD : André-Jacques Auberton-Hervé, PDG de Soitec se voit décerner le Prix de l'entrepreneur innovant[7].
  • Décembre 2010 : Prix Entreprises & Environnement : Soitec est distingué dans la catégorie «Innovation dans les écotechnologies»[8].
  • Septembre 2012 : Hansjörg Lerchenmüller de Soitec et Andreas Bett de l’Institut Fraunhofer ISE, reçoivent le Prix allemand de l’environnement pour leurs travaux en matière de technologie photovoltaïque à concentration[9].

Actions développement durable et RSE[modifier | modifier le code]

Sunidarity[modifier | modifier le code]

En 2011, Soitec lance l’initiative Sunidarity. Un appel d’offres est lancé auprès d’ONG, fondations et associations pour identifier des projets de développement local et humanitaire, dont la réalisation implique de l’utilisation d’électricité d’origine solaire. Les projets lauréats sont dotés d’équipements Plug&Sun™. 4 projets ont été sélectionnés en 2012 pour des actions d’électrification à Haïti, au Liban, à Madagascar et en Palestine.

Code éthique[modifier | modifier le code]

Soitec s’est doté en 2012 d’un code de bonne conduite qui s’applique à l’ensemble de ses collaborateurs, dans tous les pays où le groupe opère. Il régit également les relations de Soitec avec ses actionnaires, clients, fournisseurs ainsi que les organismes publics, administrations…

High Tech U[modifier | modifier le code]

En 2007, Soitec met en œuvre le programme High Tech U [10], une initiative de la fondation SEMI (« Semiconductor Equipment and Materials International », association internationale regroupant les fabricants de semi-conducteurs) qui développe des programmes de sensibilisation des jeunes aux carrières et métiers scientifiques. Dix parcours de découverte sont conçus en partenariat avec Grenoble INP et ST Microelectronics.

Nos Quartiers ont des Talents[modifier | modifier le code]

Depuis 2012, Soitec participe au programme Nos Quartiers ont des Talents. Il s’agit d’une association qui organise des parrainages entre des cadres d’entreprises et des jeunes diplômés issus de quartiers populaires, afin de les accompagner dans leur recherche d’emploi.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Alstom attaque le solaire CPV, Soitec veut en profiter" Greenuniverse.com le 24 juillet 2013
  2. "Des ions et des hommes" Site de Leti 29 mars 2013
  3. Brevet n° US5374564
  4. "Une cellule solaire conçue avec Soitec établit un « record mondial » d’efficacité" Les Echos 24 septembre 2010
  5. Rapport annuel de Soitec pour l’année 2012-2013
  6. "Le prix de l'audace Créative" Site officiel Fimalac
  7. Communiqué officiel INSEAD
  8. Site officiel Ademe
  9. Site officiel DBU
  10. Article du 7 février 2013 sur le site de Grenoble INP