Stade Pierre-Mauroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Grand Stade Lille Métropole)
Aller à : navigation, rechercher
Stade Pierre-Mauroy
{{#if:
Grand Stade Lille Métropole LOSC first match.JPG
Généralités
Adresse 261 Boulevard de Tournai, 59650 Villeneuve-d'Ascq
Coordonnées 50° 36′ 43″ N 3° 07′ 50″ E / 50.6118833, 3.13042778 ()50° 36′ 43″ Nord 3° 07′ 50″ Est / 50.6118833, 3.13042778 ()  
Construction et ouverture
Construction 2009
Ouverture 17 août 2012[1],[2]
Architecte Valode & Pistre et Pierre Ferret
Coût de construction 282 millions
Utilisation
Clubs résidents LOSC Lille
Propriétaire Eiffage Lille Stadium Arena (jusqu'en 2043)
Lille Métropole Communauté urbaine (à partir de 2043)
Équipement
Capacité 50 157 ou 50 186 places[8]
Affluence
record
49 626 spectateurs
(08 juin 2014, France- Jamaïque)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Stade Pierre-Mauroy

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Stade Pierre-Mauroy

Géolocalisation sur la carte : Lille Métropole

(Voir situation sur carte : Lille Métropole)
Stade Pierre-Mauroy

Le stade Pierre-Mauroy est un stade de football situé à Villeneuve-d'Ascq, dans le Nord. Initialement nommé Grand Stade Lille Métropole, sa construction s'est achevée en juillet 2012[9].

Avant même sa réalisation, il a été sélectionné par la Fédération française de football (FFF) pour recevoir des matchs de l'Euro 2016, la France étant désignée pays organisateur par l'UEFA. Après avoir joué plusieurs saisons au Stadium Lille Métropole, le LOSC Lille y joue à partir de la saison 2012-2013. Il s'agit du dernier grand projet de Pierre Mauroy à la tête de Lille Métropole Communauté urbaine (LMCU)[10].

Historique[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

La construction d'un nouveau stade à Lille a été décidée après l'échec de la reconstruction de l'ancien Stade Grimonprez-Jooris, la Cour administrative d'appel de Douai, confirmée par le Conseil d'État en décembre 2005[11] ayant annulé en juillet 2005 le permis de construire délivré par la maire de Lille, Martine Aubry, précédemment validé par le tribunal administratif de Lille, aux motifs de l'erreur manifeste d'appréciation commise par l'architecte des bâtiments de France en donnant un avis favorable à un projet portant atteinte eu égard à son caractère volumineux, à sa forme et à sa hauteur, à l'aspect et au caractère du monument historique covisible de la Citadelle de Lille et du non bénéfice des dérogations de hauteur de l'article ND10 du plan d'occupation des sols, prévues pour un « équipement public de superstructure » lorsque ses caractéristiques techniques l'imposent ou, « après avis des autorités compétentes », lorsque ce dépassement est indispensable au fonctionnement du bâtiment ou si des exigences particulières d'insertion dans le site sont respectées[12],[13].

La construction puis l'exploitation du stade pendant 31 ans ont été réalisées dans le cadre d'un partenariat public-privé. Le 1er février 2008, le conseil de la LMCU a retenu le projet du groupe Eiffage (architectes Valode et Pistre associés à Pierre Ferret) associé à Stadia Consulting Group (alors filiale de Colony Capital, rachetée depuis par le Groupe Lagardère) pour l'exploitation commerciale[3],[10],[14], Bouygues et Vinci ayant également formulé chacun une offre[15]. Le contrat est signé le 15 octobre 2008, Eiffage disposant alors contractuellement de 45 mois pour livrer le stade, ce qui mène à l'été 2012 (15 juillet 2012)[16]. Les travaux de terrassement et d'assainissement ont démarré le 7 juillet 2009[17]. Le permis de construire fut signé par les maires de Lezennes et de Villeneuve-d'Ascq le 17 décembre 2009. La présidente de Lille Métropole Communauté Urbaine, Martine Aubry, donna son feu vert le 26 mars 2010 pour que les travaux de fondations du stade démarrent le 29 mars[18].

La première pierre du Grand stade est posée symboliquement le 27 septembre 2010 par le président d'Eiffage[19] et les travaux sont achevés dans le délai prévu 4 ans plus tôt, avant l'inauguration du stade le 17 août 2012.

Construction du stade[modifier | modifier le code]

Vue du chantier en septembre 2010.
Chantier en mars 2012.

Recours contre le permis de construire[modifier | modifier le code]

Un recours contre la révision simplifiée du plan local d'urbanisme, votée par Lille Métropole Communauté Urbaine en octobre 2007 pour permettre la construction du grand stade, a été déposé au tribunal administratif de Lille en décembre 2007 par l'association « Les 2sous du grand stade »[20],[21]. Recours qui a depuis été rejeté en première instance[22].

Un autre recours au tribunal administratif a été déposé fin 2008 par Éric Darques, qui avait déjà déclenché la mise en examen de Pierre Mauroy pour un emploi fictif, et a été rejeté par le tribunal administratif. Le requérant alléguait que le contenu de l'appel d'offre ayant été modifié quelques jours avant le vote par LMCU et le cahier des charges ainsi modifié sans que la concurrence ne puisse jouer sur ce nouveau descriptif, la collectivité ne pouvait comparer les prix, dès lors qu'elle ne disposait que d'une seule réponse à son nouveau descriptif d'appel d'offre (Eiffage). Néanmoins, la relance de la totalité de la procédure d'appel d'offre n'est pas nécessaire pour une modification jugée mineure[23].

Le 25 mai 2010 dans la matinée, Nord Eclair informe les lecteurs sur son site Internet que le rapporteur public Lavail n'a pas suivi l'argumentaire d'Eric Darques, au tribunal administratif de Lille. La requête d'annulation déposée par l'ancien élu Lambersatois n'a pas été estimée recevable et, le 14 juin 2010, le tribunal de Lille a rejeté le recours d'Eric Darques. Celui-ci ne compte pas faire appel de ce jugement, mais il annonce préparer une plainte au pénal contre X pour délit de favoritisme dans l'attribution de ce marché.

Plusieurs autres recours ont été déposés contre le permis de construire délivré par les communes de Villeneuve-d'Ascq et Lezennes à la société Elisa. Deux centres commerciaux voisins (centre commercial V2 et Heron Parc) ont déposé des recours gracieux dans les deux mairies concernées. De son côté, l'association « Les 2sous du grand stade » a déposé, le 18 février 2010, un recours en annulation au tribunal administratif de Lille qui est toujours en cours[21],[24],[25].

Coût et financement[modifier | modifier le code]

La construction du grand stade devrait coûter 324 millions d'euros, dont 282 millions d'euros pour le stade et les parkings et 42 millions pour les équipements annexes (hôtellerie, commerce, restauration, services, etc)[26].

Le financement public du projet et de ses accès s'établirait à un maximum de 613 millions d'euros pour Lille Métropole Communauté Urbaine (LMCU), un coût qui sera revu à la baisse en fonction du soutien de l'État et de la fréquentation du stade. Le stade sera en effet payé par Lille Métropole Communauté urbaine par le biais d'une redevance annuelle de 24,7 millions d'euros sur trente-et-un ans au partenaire privé[27]. Mais dans le cadre du partenariat public-privé, Eiffage reversera une partie des recettes d'exploitation, soit au moins 5,9 millions d'euros par an[26]. En outre, le club de football LOSC Lille financera l'infrastructure à hauteur de 7,5 millions d'euros par an[26] ainsi que le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais à hauteur de 45 millions d'euros[3]. Déduction comprise de ces recettes, LMCU devait donc financer le projet à hauteur d'au maximum 14,2 millions d'euros pendant trente-et-un ans[27], soit 613 millions en comptant les 173 millions d'euros dépensés pour l'accessibilité. Suite à une actualisation de la convention avec le LOSC en septembre 2008, ce coût est réduit à 10,5 millions d'euros annuel[28], puis à 7,2 millions par an suite à une renégociation des emprunts, le taux ayant été revu à la baisse suite à la crise financière[29], .

Le coût final du nouveau stade - 324 millions d'euros - est finalement huit fois et demie plus élevé que celui du projet de reconstruction du stade Grimonprez-Jooris, abandonné en 2006 (alors estimé à 38 millions d'euros)[3].

Gérard Caudron, maire de Villeneuve-d'Ascq, et René Vandierendonck, maire de Roubaix s'opposent au projet en raison de son coût[30].

L'ampleur financière du projet suscite les réserves de l'UDF et même l'opposition des Verts et de l'association « Les 2sous du grand stade ».

En septembre 2011, un surcoût de 96 millions d'euros est évoqué pour la construction du stade en raison d'une mise aux normes parasismiques en application d'une loi datant d'octobre 2010, soit après le début de la construction du stade. En l'absence d'accord sur le paiement de la somme, ces travaux ne furent pas immédiatement engagés, de sorte que le stade pouvait ne pas être livré dans les délais prévus[31]. Une solution semble néanmoins avoir être trouvée concernant les normes parasismiques : LMCU et Eiffage se seraient mis d'accord pour échelonner les travaux dans le temps, suivant le niveau d'urgence, après l'ouverture du stade. Mais reste à savoir qui va payer leur montant ; aucune des deux parties ne semblant pour l'instant vouloir financer des travaux qui ne sont pas obligatoires (mais conseillés pour une structure d'avant-garde), dans la mesure où la nouvelle réglementation parasismique concerne les bâtiments dont le permis de construire a été déposé à partir du 1er mai 2011, alors que celui du Grand Stade date du 17 décembre 2009[32].

Livraison[modifier | modifier le code]

Premier match et inauguration

Après plusieurs mois de polémique sur les craintes de retards de livraison, Pierre Berger, le nouveau directeur-général d'Eiffage a confirmé en marge de l'assemblée générale annuelle des actionnaires que le stade serait livré en août 2012, période de la reprise du championnat de France de Ligue 1 2012-2013[32] : le LOSC a donc disputé sa 1re rencontre à domicile de la saison dans sa nouvelle enceinte le 17 août 2012 face à l'AS Nancy-Lorraine[1],[2].

Il est, lors de sa livraison, le troisième plus grand stade français derrière le Stade de France de Saint-Denis et le Stade Vélodrome de Marseille[33]. Le 21 juin 2013, en hommage à l'ancien Premier Ministre et maire de Lille, décédé le 7 juin 2013, le Grand Stade est rebaptisé Stade Pierre-Mauroy[34].

Controverse autour du nom[modifier | modifier le code]

Le vendredi 21 juin 2013, le conseil de communauté urbaine de Lille-Métropole (LMCU) a voté l’abandon du projet de naming du Grand Stade à Villeneuve-d’Ascq. Le Grand Stade devrait désormais porter le nom de Pierre Mauroy, ancien Premier ministre et ancien maire de Lille, décédé le 7 juin 2013.

Immédiatement, les réactions fusent. Il ne s'agit pas de s'en prendre au défunt, dont l'action pour Lille a été reconnue, mais de remettre en cause, la décision unilatérale de la mairie de Lille et présidence de LMCU. Une pétition en ligne est ouverte et des initiatives personnelles se regroupent pour faire part de l'incompréhension d'habitants de la métropole lilloise. Un texte fait son apparition. En voici l'introduction : "Le Grand Stade devrait désormais porter le nom de Pierre Mauroy. Cette décision a de lourdes conséquences financières dans une période où chaque contribuable est appelé à faire de grands efforts. En effet, aucune entreprise ne pourra plus acheter le droit d’associer son nom à l’équipement sportif, comme c’est déjà prévu, par exemple à Nice, pour l’Allianz Riviera, le nouveau stade de l’OGC Nice."

Certains supporters du Losc disent déjà qu'ils continueront à appeler le stade : le Grand stade précisant s'il le fallait que Pierre Mauroy n'était pas du tout un amoureux du football. Une proposition a été faite de nommer les tribunes du Grand stade avec les noms d'hommes qui ont fait l'histoire de Lille : Charles de Gaulle, Pierre Mauroy, Pierre Degeyter[réf. souhaitée].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le stade appartient au groupe Eiffage, via la société Elisa[35] (Eiffage Lille Stadium Arena) et cela pour la durée de la concession, à savoir 31 ans, soit jusqu'en 2043. Passée cette date, la Communauté urbaine de Lille (LMCU) deviendra propriétaire du stade[36].

Le gestion du stade dépend de deux entités :

  • La société Elisa Gestion (filiale d'Eiffage)[37] .
  • Le GIE Grand Stade[38], composé à 50 % par Elisa Gestion et 50 % par le LOSC, qui gère les flux monétiques du stade.

Structure et équipement[modifier | modifier le code]

Autre vue en septembre 2010.

D'une capacité maximale de 50 186 ou 50157 places, le stade en forme de vaisseau translucide proposé par Eiffage culmine à une hauteur de 31 mètres[3],[6],[7]. Il est recouvert d'un toit mobile composé de deux demi-toitures rigides qui peuvent être déployées en une demi-heure. Une partie de la pelouse est rétractable pour laisser place à une salle de spectacle ou multisport offrant des jauges de 6 500 à 30 000 places.

On compte 4 965 ou 5 233[39] places business seats modulables, 1 842 places de loges[40], 448 places protocoles et 326 places presse[41].

L’équipement répond aux critères de la démarche haute qualité environnementale pour la gestion de l’énergie, de l’eau et pour la maintenance. Il est par ailleurs équipé de deux éoliennes et d’une installation solaire photovoltaïque[42],[43],[44],[45],[46].

Le club de football LOSC Lille est le résident de ce stade, configuré pour accueillir toutes les plus grandes compétitions mondiales et européennes. Mais l'équipement sera aussi utilisé pour d’autres manifestations, notamment culturelles et festives[47]. L’arrivée du Grand Stade devrait donc bien marquer une nouvelle étape pour le LOSC, qui souhaiterait « faire partie du top 3 français et rivaliser avec les meilleures équipes européennes »[48].

La capacité de 50 186 places a été déterminée à partir de l'attractivité du stade et de la taille de la métropole, en étudiant également l'exemple des stades construits en Allemagne dans le cadre la Coupe du monde de football de 2006 [réf. nécessaire].

Certains opposants considèrent qu'une capacité de 25 000 places aurait suffi, compte tenu de la fréquentation de la saison 2011-2012 des matchs du LOSC Lille (16 000 spectateurs en moyenne annuelle[49]). Toutefois, le manque de confort, et le manque de place de l'enceinte d'athlétisme du stadium nord, qui contient aujourd'hui 18 800 places assises, réduit naturellement son attractivité, en comparaison d'une arène moderne adaptée au public familial. Par ailleurs, lors de la saison 2012/2013, le LOSC avait franchi la barre des 30000 abonnés[50], ce qui l'avait placé en tête de nombre d'abonnement vendus en ligue 1.

Configurations[modifier | modifier le code]

Le stade a cinq configurations possibles:

  • Stade Football : 50 000 places, 76 loges et 7150 VIP, une toiture mobile couvrant l'aire de jeu.
  • Stade Rugby : 50 000 places, dont 7233 VIP, une toiture mobile couvrant l'aire de jeu. Les premiers rangs se trouvent à 7 m de la zone d'en-but.
  • Stade concert : 50 000 places, une toiture mobile se fermant en trente minutes.
  • Arena concert : 25 000 places en pleine jauge, 16 000 places en jauge réduite.
  • Arena sport : 30 000 places en pleine jauge, 19 000 places en jauge réduite.

Le Grand Stade est le premier stade à accueillir une rencontre de football sous toit fermé en France.

Événements[modifier | modifier le code]

Le Grand stade a accueilli de nombreux évènements depuis son inauguration, que ce soit des événements sportifs que des concerts que des grands spectacles.

Événements sportifs[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Le LOSC y joue tous ses matchs à domicile (Ligue 1, Coupe de France, Coupe de la Ligue, Ligue des Champions). Lors de la saison 2012-2013, le Grand stade a ainsi accueilli les clubs prestigieux Valence CF et Bayern Munich.

Le 8 juin 2014, le stade a accueilli le dernier match de préparation de l'Équipe de France de Football avant le départ pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil : France - Jamaïque (8-0). Le stade a battu à cette occasion son record de fréquentations.[réf. nécessaire]

Le stade a en outre été désigné par l'UEFA pour accueillir cinq matchs du Championnat d'Europe de football 2016.

Euro 2016
Date Heure Équipe 1 Équipe 2 Résultat Tour Affluence
12 juin 2016 21:00 C1 C2 1er tour, groupe C
15 juin 2016 15:00 B2 B4 1er tour, groupe B
19 juin 2016 21:00 A4 Drapeau : France France 1er tour, groupe A
22 juin 2016 21:00 E2 E3 1er tour, groupe E
26 juin 2016 18:00 WC 3A/B/F 1/8e de finale
1er juillet 2016 21:00 W38 W42 1/4 de finale

Autres sports[modifier | modifier le code]

Ligne d'arrivée de la 4e étape du Tour de France 2014.

Le Stade Pierre-Mauroy est l'un de ceux qui accueilleront le championnat du monde de handball masculin en 2017.

Le samedi 17 novembre 2012, le XV de France à rencontré Les Pumas, équipe d'Argentine de rugby à XV, dans le Grand Stade. Il s’agissait de la première rencontre française de rugby avec un stade couvert. Le samedi 30 mars 2013, le Stade français et Toulon se sont rencontrées dans le cadre du Top 14[51].

Le Stade Pierre-Mauroy a également accueilli les 2 demies-finales de Top 14 en Mai 2014.

L'arrivée de la 4e étape du Tour de France 2014 a été jugé devant le Stade Pierre-Mauroy.

Concerts[modifier | modifier le code]

Le premier concert au stade, le 28 juin 2013, est celui de la tournée Stars 80 (avec notamment Émile et Images, Jean-Luc Lahaye, François Feldman et Sabrina Salerno) devant 38 600 spectateurs[52]. Suit un concert de la chanteuse de R&B barbadienne Rihanna le 20 juillet devant 27 000 spectateurs[53].

Du fait du manque de systèmes de chaufferie dans le stade, le groupe anglais Depeche Mode, qui avait prévu de donner un concert le 17 novembre 2013, a annulé le jour même l'événement. En effet, une clause du contrat stipulait que le concert ne pouvait être garantie en dessous de 17 °C, température qui ne sera pas atteinte[54]. L'annulation de cet événement a mis un coup non négligeable à la réputation du stade[55].

Environnement et accès[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le projet prévu sur le site de la Borne de l'espoir à cheval sur les communes de Villeneuve-d'Ascq et de Lezennes, choisi après le rapport de la commission présidée par Michelle Demessine[56],[57], aura une emprise au sol de 15 hectares (sur 27 hectares disponibles).

Dans les années 1970, le site a été le terrain d'essais du métro automatique léger VAL développé par Matra. Sur une boucle de voies expérimentales, le prototype VAL 001 a tourné pendant des mois. Avant le commencement des travaux du Grand Stade était situé un camp d'accueil de gens du voyage qui a été déménagé.

Accès au stade[modifier | modifier le code]

Le ratio 15 ha/27 ha constitue le point le plus faible du dossier conjugué avec son emplacement enclavé au sud-est de Lille. En effet un stade de telle ampleur exige la construction d'un ensemble de « connexions » publiques (routes, bretelles, ponts, prolongements de métro, parkings...).

Une sortie sur l'A22 passant par dessus la route nationale 227, en viaduc, est créée pour canaliser les flux venant de l'A1 vers le stade[58].

D'autre part, des facilités de circulation sur le réseau de transport en commun Transpole ont été prises : sur présentation de leur carte 2012/2013, les abonnés du LOSC pourront se rendre gratuitement au Grand Stade 2h avant et jusqu’à la fin du service. Les autres spectateurs devront être munis d’un titre de transport valide.

Le Stade Pierre-Mauroy est accessible :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Au total, près de 7 000 places de stationnement sont prévues dont 500 au sous-sol du stade sur deux niveaux, 3 000 en silo et 3 500 sur divers sites autour du stade.

Un vaste parvis facilite la circulation des piétons entre le stade et les différents annexes (deux hôtels, une résidence-services, un centre sport et santé, des commerces de loisirs et des restaurants)[45].

Pour le stade, le boulevard de Tournai et le boulevard de Valmy, puis en 2013 la rue du Ventoux, sont transformés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.lfp.fr/ligue1/calendrier_resultat#sai=81&jour=2
  2. a et b http://www.losc.fr/saison-football/calendrier-du-losc/4/08-2012
  3. a, b, c, d et e « Foot - L1 - Lille - Eiffage construira le grand stade » par Olivier Maillard, L'Équipe, 1er février 2008
  4. [PDF] Grands Stades - rapport de la commission euro 2016 - Portail du gouvernement
  5. [PDF] Générateur d'émotions - grandstade-lillemetropole.com
  6. a et b Rédaction, « Dans un autre monde », L'Équipe, vol. 67, no 21217,‎ 15 août 2012, p. 4
  7. a et b « Ça lui va comme un grand », France Football, no 3463,‎ 21 août 2012, p. 5
  8. La capacité du stade fait l'objet d'informations divergentes au fil du temps, allant de 50 186 places avant le début des travaux[3],[4] à 50 157 places pendant les travaux[5] et lors de l'inauguration du stade mi-2012[6],[7]
  9. « Visite de la Borne de l'Espoir : Emotion et fierté !, sur losc.fr, LOSC Lille
  10. a et b « Grand stade : le projet est choisi » sur le site officiel de Lille Métropole Communauté urbaine
  11. Légifrance, arrêt du Conseil d'État du 28 décembre 2005, 284.863. Publié au recueil Lebon, cet arrêt a également fait jurisprudence en jugeant qu'en l'absence de dénaturation, l'atteinte portée à un monument historique relève des juges du fond et non des juges de cassation.
  12. « Grimonprez-Jooris dans l'impasse », dépêche de l'Agence France-Presse, sur le site du journal L'Équipe, 7 juillet 2005
  13. Communiqué de presse du Conseil d'État du 28 décembre 2005
  14. [PDF]« Réunion du CONSEIL du 01/02/2008 » sur le site de Lille Métropole Communauté urbaine
  15. Présentation des trois projets avec photos sur le site Zoom Sur Lille
  16. « Les grandes étapes du projet », chronologie sur le site de LMCU, mars 2008
  17. http://grand.stade.losc.over-blog.com/
  18. Le Grand Stade de Lille attaque les fondations, chronofoot, 27 mars 2010
  19. Après le viaduc de Millau, le Grand Stade est notre ouvrage le plus médiatique, La Voix Eco, Laurent Wattiez, 27/09/2010
  20. « Gros sous et dessous du futur stade de Lille » par Haydéé Sabéran, Libération, 22 décembre 2007
  21. a et b Site officiel de l'association « Les 2sous du grand stade »
  22. «Début des travaux espéré en janvier » Nord éclair, 29 septembre 2009
  23. « Encore un recours administratif contre le Grand Stade » Nord éclair, 28 novembre 2008
  24. « Les 2sous veulent « faire du bruit » avec leurs éléments de recours » La Voix du Nord, 23 février 2010
  25. « Le grand stade va jouer sa qualification au tribunal » 20 minutes, 23 février 2010
  26. a, b et c « Le coût du stade » sur le site officiel de Lille Métropole Communauté urbaine
  27. a et b [PDF] « Grand Stade – Contrat de Partenariat : Classement des offres finales – Désignation de l'attributaire pressenti » sur le site officiel de Lille Métropole Communauté urbaine
  28. « Grand stade : le contrat est voté » sur le site officiel de Lille Métropole Communauté urbaine, 26 septembre 2008
  29. [1]
  30. Ce qu'ils veulent faire du grand stade.
  31. « Retard Grand stade de Lille : "une chance qui est non-nulle" (DG Eiffage) » leparisien.fr, 1er septembre 2011
  32. a et b http://www.usinenouvelle.com/article/accord-en-vue-sur-la-mise-aux-normes-sismiques-du-stade-de-lille.N173151
  33. Deux stades devraient bientôt le dépasser, le Parc des Princes devrait être agrandi pour accueillir plus de 50 000 personnes et le Stade des Lumières étant en construction
  34. « Ce sera le stade Pierre-Mauroy », L'Équipe,‎ 21 juin 2013 (lire en ligne)
  35. Elisa Fiche société sur societe.com
  36. [2] [PDF] www.eiffage.com
  37. Elisa Gestion Fiche de la société sur www.societe.com
  38. GIE Grand Stade Fiche société sur societe.com
  39. Le stade en chiffres sur grandstade-lillemetropole.com. Consulté le 7 février 2013.
  40. Grands Stades - rapport de la commission euro 2016 [PDF] - Portail du gouvernement
  41. Financement des équipements sportifs [PDF] - www.acteursdusport.fr
  42. [vidéo] « Vidéo de présentation du projet Eiffage » sur le site officiel du cabinet d'architecture Pierre Ferret
  43. Visuels du stade sur le site officiel du cabinet d'architecture Pierre Ferret
  44. « Le choix de l'ambition sur le site LMCU » : présentation du projet sur le site officiel de Lille Métropole Communauté urbaine
  45. a et b « Le projet Eiffage » : caractéristiques sur le site officiel de Lille Métropole Communauté urbaine
  46. Photos de la maquette du projet Eiffage sur le site officiel du LOSC
  47. Un Grand Stade pour accueillir l'Euro 2016 par Julien Lécuyer, La Voix du Nord 6 mars 2009
  48. « « accélérer » au moment du Grand Stade » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-08
  49. (en) « Affluence sur le site de la LFP »
  50. Le LOSC dépasse la barre des 30000 abonnés
  51. Stade Français - Toulon au Grand Stade Lille
  52. Star 80 : Nuit de folie !, 5 juillet 2013, France Dimanche.fr, Anthony Quittot, http://www.francedimanche.fr/parole/les-journalistes-ont-la-parole/star-80-nuit-de-folie%E2%80%89/, consulté en août 2013
  53. Rihanna à Lille : 27.000 personnes pour un super show à l'américaine, site web de France 3 Nord-Pas-de-Calais, EP, publié le 21/07/2013 à 09:29, mis à jour le 21/07/2013 à 10:24, consulté en août 2013, http://nord-pas-de-calais.france3.fr/2013/07/21/rihanna-lille-27000-personnes-pour-un-super-show-l-americaine-290931.html
  54. « Depeche Mode annule son concert de Lille », sur lavoixdunord.fr (consulté le 17 novembre 2013)
  55. « Annulation du concert de Depeche Mode », sur lavoixdunord.fr (consulté le 18 novembre 2013)
  56. [PDF] Rapport de la commission « Grand stade » sur le site officiel de Lille Métropole Communauté urbaine, p.12-13
  57. «  Vue d'avion – environnement – plan de situation du site de la Borne de l'Espoir sur le site officiel de Lille Métropole Communauté urbaine
  58. « Echangeur Grand stade de Lille », DREAL Nord-Pas-de-Calais,‎ 2011 (consulté le 16 juillet 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]