Banque européenne d'investissement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BEI.
Banque européenne d'investissement
Image illustrative de l'article Banque européenne d'investissement

Création 1958
Type Institution financière de l'Union européenne
Siège Kirchberg (Luxembourg)
Coordonnées 49° 37′ 12″ N 6° 08′ 15″ E / 49.6200804, 6.137516549° 37′ 12″ N 6° 08′ 15″ E / 49.6200804, 6.1375165  
Langue(s) Allemand, anglais, français
Président Drapeau de l'Allemagne Werner Hoyer
Site web http://www.eib.org/

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

(Voir situation sur carte : Luxembourg)
Banque européenne d'investissement

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Banque européenne d'investissement
Banque européenne d'investissement (Luxembourg).

La Banque européenne d'investissement ou BEI (en anglais European Investment Bank, en allemand Europäische Investitionsbank) est l'institution financière des États membres de l'Union européenne. Elle a pour principal but d'emprunter sur les marchés financiers pour financer des projets au sein de l'Union européenne. La BEI finance également des projets en dehors de l'Union européenne notamment dans les pays partenaires méditerranéens, par son fonds euro-méditerranéen d'investissement et de partenariat (FEMIP)[N 1].

Elle fut créée en 1957, avec le Traité de Rome. Elle siège à Luxembourg mais dispose également de bureaux à Bruxelles, Paris, Rome, Helsinki, Athènes, Berlin, Lisbonne, Londres, Madrid, Varsovie, Istanbul, Bucarest, Tunis, Dakar, Rabat, Nairobi, Fort-de-France, Sydney, Pretoria et au Caire.

Groupe BEI[modifier | modifier le code]

Le Groupe BEI est composé de la Banque européenne d'investissement (BEI) et du Fonds européen d'investissement (FEI). La BEI est l'actionnaire majoritaire du FEI en détenant 62 % du capital[1].

Il fut créé lors du Conseil européen de Lisbonne qui s'est déroulé durant les 23 et 24 mars 2000. La création de ce groupe a pour but de rassembler tous les moyens d'investissement de l'Union européenne au sein d'une même institution et ainsi de favoriser le capital risque pour les PME, ce que seul le FEI pouvait réaliser auparavant.

Rôle[modifier | modifier le code]

Avec 61 milliards d'euros de prêt en 2011 pour 450 projets, la BEI est la première institution financière multilatérale au monde par le volume de ses prêts et de ses emprunts. Elle apporte ses financements et son expertise à des projets d'investissements solides et durables, très majoritairement dans l'Union européenne (54 milliards en 2011). Ses actionnaires sont les 28 États membres de l'UE et ses soutiens concourent à la réalisation des objectifs de l'Union européenne. Ses 1948 employés s'appuient sur l'expérience acquise depuis plus de 50 ans dans le financement de milliers de projets. Son organisation et son mode de fonctionnement sont fixés par ses statuts[2]. Les priorités de la BEI sont le soutien à la croissance et à l'emploi, l'action en faveur du climat (quelque 30 % de ses prêts) et l'action extérieure à l'Union européenne. La BEI n'effectue que des prêts et aucun don. En 2012, la BEI est un des plus grands emprunteurs non souverains sur le marché obligataire de l'Union européenne[3] et a un capital souscrit s'élevant à 232 milliards d'euros [4]. Ayant la meilleure notation qui soit (AAA) et étant un organisme sans but lucratif, ses prêts sont accordés à des conditions avantageuses[5].

Composition[modifier | modifier le code]

La gouvernance de la BEI est organisée de la façon suivante :

  • un Conseil des gouverneurs, représenté par les 28 ministres de l'économie des États membres de l'Union européenne et qui est chargée de définir la politique de la BEI
    • un Conseil d'administration, qui est chargé d'appliquer la politique de la BEI
    • un Comité de direction, qui assure au jour le jour le bon fonctionnement de la BEI
    • un Comité d'audit, qui s'assure que son fonctionnement respecte toutes les obligations que la BEI doit remplir

La participation des actionnaires au capital de la BEI est fixée en fonction du produit intérieur brut des pays membres au moment de leur intégration au sein de l'Union européenne[6].

Présidents[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Depuis quelques années, des organisations de la société civile critiquent les interventions de la Banque européenne d'investissement et lancent des campagnes dans plusieurs pays européens pour mettre en lumière l'activité de la Banque, qu'elles accusent de rester très discrète alors qu'elle gère un portefeuille près de deux fois plus important que celui de la Banque mondiale.

Ces ONG accusent la BEI d'agir dans l'opacité, sans normes sociales et environnementales satisfaisantes et lui reprochent d'être impliquée dans des projets très controversés comme ceux du projet minier de Tenke Fungurume en République démocratique du Congo (RDC)[7].

La BEI intervient de plus en plus dans les pays du sud. Aujourd'hui elle se reconnaît, en plus de son rôle de banque d'investissement pour les projets de l'Union européenne, comme une banque de développement. Mais pour certaines associations, la BEI ne jouerait pas assez son rôle de banque de développement. Ainsi, les ONG annoncent qu'en Amérique latine, plus de 90 % des financements de la BEI depuis 1993 ont été accordés soit à des filiales d'entreprises européennes, soit à de grandes multinationales[8].

Une critique majeure à l'encontre de la BEI est liée à la faiblesse de ses normes environnementales et sociales dans le cadre de ses interventions en dehors de l'UE. Au sein de l'UE, la BEI est liée par les normes européennes. Mais dans les pays du Sud, elle n'est soumise à aucune réglementation précise : les documents normatifs rendus publics se réfèrent à une multitude de principes vagues, sans procédures opérationelles, ou à l'application du droit européen « en fonction des conditions locales », ce qui laisserait une marge d'interprétation bien trop large selon la société civile. En 2007, la BEI publie un manuel de ses pratiques environnementales et sociales, mais ce manuel a été critiqué par le CEE Bankwatch Network pour sa grande imprécision[9]. De l'avis de ses détracteurs, la BEI semble privilégier des projets dont les retombées économiques sont certaines et élevées plutôt que de mettre la priorité sur la lutte contre la pauvreté ou la protection de l'environnement [10].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les pays partenaires méditerranéens sont l'Algérie, l'Égypte, la Bande de Gaza/Cisjordanie, Israël, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Syrie et la Tunisie.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Groupe BEI
  2. Statuts (BEI)
  3. (fr) « Comment la BEI finance-t-elle ses prêts ? », Banque européenne d'investissement (consulté le 28 novembre 2007)
  4. (fr) « Chiffres clés », Banque européenne d'investissement (consulté le 26 novembre 2007)
  5. (fr) « Qu'est-ce que le Groupe BEI ? », Banque européenne d'investissement (consulté le 28 novembre 2007)
  6. (fr) « Actionnaires », Banque européenne d'investissement (consulté le 26 novembre 2007)
  7. Simpere 17 juillet 2007
  8. (fr) Jaroslava Colajacomo, « La BEI dans les pays du Sud, au bénéfice de qui ? », Amis de la Terre,‎ janvier 2006 (consulté le 26 novembre 2007), p. 4
  9. (fr) Dr. Christopher Wright, « EIB : promoting sustainable development "where appropriate" », CEE Bankwatch Network,‎ novembre 2007 (consulté le 27 novembre 2007)
  10. Simpere 2008

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]