Mécanisme européen de stabilité financière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mécanisme européen de stabilité financière
Région Drapeau de l’Union européenne Union européenne
Création 5 janvier 2011
Dissolution Théorique : 1er juillet 2013
Effective : lorsque les prêts seront remboursés
Type Programme de financement d'urgence
Budget 60 milliards d'euro

Le Mécanisme européen de stabilité financière (MESF) est un programme de financement d'urgence tributaire des fonds levés sur les marchés financiers et garantis par la Commission européenne par l'utilisation du budget de l'Union européenne[1]. Il fonctionne sous la supervision de la Commission[2] et vise à préserver la stabilité financière de l'Union en fournissant une assistance financière aux États membres de l'Union européenne en difficulté économique[3].

Le fonds de la Commission, soutenu par les vingt-sept États membres de l'Union, a l'autorité pour lever jusqu'à 60 milliards d'euros. Une entité séparée, le Fonds européen de stabilité financière, est autorisé à emprunter jusqu'à 440 milliards d'euros[4].

Le MESF est noté AAA par Fitch, Moody's et Standard & Poor's[5],[6].

Il a été remplacé le 1er juillet 2013, de même que le Fonds européen de stabilité financière, par le Mécanisme européen de stabilité.

Mise en œuvre[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Emese Bartha, « A Mixed Day for European Debt », The Wall Street Journal,‎ 5 janvier 2011 (lire en ligne)
  • (en) David Jolly, « Irish Bailout Begins as Europe Sells Billions in Bonds », The New York Times,‎ 5 janvier 2011 (lire en ligne)
  • (en) « EU bonds for Ireland bailout well-received on market », Xinhua,‎ 6 janvier 2011 (lire en ligne)
  • (en) « First EU bond for Ireland attracts strong demand: HSBC », AFP, Google,‎ 5 janvier 2011 (lire en ligne)
  • (en) Frances Robinson, « EU's Bailout Bond Three Times Oversubscribed », The Wall Street Journal,‎ 5 janvier 2011 (lire en ligne)