Langues en Afrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Langues africaines)
Aller à : navigation, rechercher
Répartition des familles de langues en Afrique

Le nombre de langues en Afrique est généralement estimé à environ 2 000[1] pour un milliard d'habitants, mais les langues d'une certaine importance sont bien moins nombreuses et beaucoup sont en fait des variantes dialectales[2]. Selon la méthode employée, les estimations des spécialistes varient entre 200 et 2000[3]. Une cinquantaine seulement sont parlées par plus d'un million de locuteurs[3].

Elles sont classées dans cinq familles de langues : langues afro-asiatiques, les langues nilo-sahariennes, les langues nigéro-congolaises, les langues khoïsan et les langues austronésiennes.

Les langues afro-asiatiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : langues afro-asiatiques.

Les langues afro-asiatiques (anciennement nommées chamito-sémitiques) sont parlées en Afrique septentrionale et saharienne ainsi qu'au Proche-Orient et au Moyen-Orient. Elles comprennent notamment les langues sémitiques, l'égyptien ancien, les langues berbères, les langues couchitiques, les langues omotiques et les langues tchadiques.

Les langues nilo-sahariennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : langues nilo-sahariennes.

Elles sont parlées en Afrique sub-saharienne : au Tchad, au Soudan, au Niger, dans le Nord du Cameroun, en République centrafricaine, au Ghana, au Kenya, en Éthiopie et en Tanzanie. Elles comprennent notamment le masaï, les langues nilotiques, les langues nubiennes et les langues songhaï.

Les langues nigéro-congolaises[modifier | modifier le code]

Article détaillé : langues nigéro-congolaises.

Notamment, le groupe bantoïde (dont les langues bantoues), le groupe gur/voltaïque, le groupe kwa, le groupe mandé ou encore le groupe des langues ouest-atlantiques.

Les langues khoïsan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : langues khoïsan.

Elles sont parlées en Afrique australe, notamment par les Bochimans et les Khoïkhoïs.

Les langues austronésiennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : langues austronésiennes.

Elles sont parlées en Afrique insulaire orientale, notamment à Madagascar, à La Réunion et sur l'archipel des Comores.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stephen Smith, Atlas de l'Afrique, Autrement, 2009, p. 18 (ISBN 9782746713154) ; (en) Les langues africaines sur Ethnologue
  2. Michel Malherbe, Répertoire simplifié des langues africaines, L'Harmattan, 2000.
  3. a et b Atlas de l'Afrique, Éditions du Jaguar, Paris, 2011, p. 68 (ISBN 978-2-86950-465-3)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Gerrit J. Dimmendaal, Historical linguistics and the comparative study of African languages, John Benjamins Pub. Co., Amsterdam, Philadelphia, 2011, 421 p. (ISBN 978-90-272-1178-1)
  • Bernd Heine et Derek Nurse (dir.), Les langues africaines (traduction et édition françaises sous la direction d'Henry Tourneux et Jeanne Zerner), Karthala, Paris, 2004, 468 p. (ISBN 2-84586-531-7)
  • (en) Bernd Heine et Derek Nurse (dir.), A linguistic Geography of Africa, Cambridge University Press, Cambridge, New York, 2008, 371 p. (ISBN 978-0-521-87611-7)
  • (en) Ryohei Kagaya et Nobuko Yoneda, Bibliography of African language study : ILCAA 1964-2006, Research Institute for Languages and Culture of Asia and Africa (ILCAA), Tokyo University of Foreign Studies, Tokyo, 2006, 153 p. (ISBN 4-87297-934-6)
  • (en) Saki Mafundikwa, Afrikan alphabets: the story of writing in Afrika, Mark Batty, West New York, N.J., 2004, 169 p. (ISBN 0-9724240-6-7)
  • Michel Malherbe, Répertoire simplifié des langues africaines, L'Harmattan, Paris, Montréal, 2000 (réimpr. en 2002), 95 p. (ISBN 2-7384-8558-8)
  • (en) Kwesi Kwaa Prah (dir.), The role of missionaries in the development of African languages, Centre for Advanced Studies of African Society, Cape Town, 2009, 264 p. (ISBN 978-1-920447-28-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :