Consonne occlusive palatale voisée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Consonne occlusive palatale voisée
Symbole API ɟ
Numéro API 108
Unicode U+025F
X-SAMPA J\
Kirshenbaum J

La consonne occlusive palatale voisée est un son consonantique assez rare dans les langues parlées. Le symbole dans l’alphabet phonétique international est [ɟ]. Ce symbole est un J minuscule sans point barré (s'il peut dans certains cas ressembler un F minuscule à l’envers, le [f] transcrit une fricative qui n’a rien à voir avec cette consonne).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Voici les caractéristiques de la consonne occlusive palatale voisée :

  • Son mode d'articulation est occlusif, ce qui signifie qu'elle est produite en obstruant l’air du chenal vocal.
  • Son point d'articulation est dit palatale, ce qui signifie qu'elle est articulée avec le milieu ou l'arrière de la langue contre le palais rigide.
  • Sa phonation est voisée, ce qui signifie que les cordes vocales vibrent lors de l’articulation.
  • C'est une consonne orale, ce qui signifie que l'air ne s’échappe que par la bouche.
  • C'est une consonne centrale, ce qui signifie qu’elle est produite en laissant l'air passer au-dessus du milieu de la langue, plutôt que par les côtés.
  • Son mécanisme de courant d'air est égressif pulmonaire, ce qui signifie qu'elle est articulée en poussant l'air par les poumons et à travers le chenal vocatoire, plutôt que par la glotte ou la bouche.

En français[modifier | modifier le code]

Le français standard ne possède pas le [ɟ]. Cette articulation se rencontre néanmoins comme un allophone de g devant une voyelle antérieure ou de devant le son [i].

Dans les autres langues[modifier | modifier le code]

Le corse retranscrit cette consonne par la lettre ghj, comme dans "maghju" (mai) ou "oghje" (aujourd'hui). C'est également le cas de certains dialectes toscans.

L'italien peut utiliser le [ɟ] pour retranscrire [gj], par exemple dans les mots ghetto et ghianda.

Cette consonne est commune en hongrois, où elle est notée gy – comme dans Magyarország (Hongrie) [mɒɟɒrorsaːg].

Dans plusieurs dialectes bretons, et notamment le vannetais, elle représente la réalisation usuelle de [g] devant les voyelles antérieures (e, i, u).

La consonne existe en macédonien standard ainsi que dans plusieurs dialectes de cette langue. Elle est notée "Ѓ" et "ѓ" en alphabet cyrillique macédonien et transcrite "Ǵ", "ǵ" ou "Gj", "gj" en alphabet latin.

Le wolof possède ce phonème. Il est représenté par un j.

Voir aussi[modifier | modifier le code]