Prénasalisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis API m͡p)
Aller à : navigation, rechercher

La prénasalisation de consonne occlusive ou de consonne fricative est un phénomène phonétique qui modifie une consonne en la précédant d'une consonne nasale tout en créant une seule consonne phonologique.

Répartition[modifier | modifier le code]

La prénasalisation est particulièrement fréquente dans les langues bantoues, les langues océaniennes, les langues oto-mangues, ainsi que dans certaines familles de langues asiatiques, telles que les langues hmong.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Consonne p b t d c ɟ s z ʃ ʒ k ɡ
prénasalisée ᵐp ᵐb ⁿt ⁿd ᶮc ᶮɟ ⁿs ⁿz ⁿʃ ⁿʒ ᵑk ᵑɡ
Remarque : [ᵐb] est parfois retranscrit [m͡b] (avec une ligature tirant), [mb] (avec une ligature des deux symboles) ou [mˑb]. Comme ces consonnes contiennent deux articulations liées, il est préférable d'employer la barre de liaison, comme pour les affriquées ou pour la liaison [d͡ʒ] (parfois aussi prononcée comme une prénasale en fonction de l’accent régional du locuteur).

Certaines langues comme le ngbandi le mangbetu utilisent la prénasalisation avec des consonnes combinant déjà des points d’articulation, par exemple la consonne [ᵑɡ͡b] dans ngbandi et mangbetu. Le volow (Vanuatu) possède une consonne labiovélaire prénasalisée et arrondie [ᵑᵐɡ͡bʷ][1].

Exemples[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cf. François (2005:117).

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Alexandre François, « A typological overview of Mwotlap, an Oceanic language of Vanuatu », Linguistic Typology, vol. 9, no 1,‎ , p. 115–146 (DOI 10.1515/lity.2005.9.1.115, lire en ligne)