Consonne fricative palatale sourde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Consonne fricative palatale sourde
Symbole API ç
Numéro API 138
Unicode U+00E7
X-SAMPA C
Kirshenbaum C

La consonne fricative palatale sourde est un son consonantique assez peu fréquent dans les langues parlées. Le symbole dans l’alphabet phonétique international est [ç]. Ce symbole est celui de la lettre latine C minuscule avec cédille (tournée vers la gauche) accrochée au milieu sous son bras inférieur.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Voici les caractéristiques de la consonne fricative palatale sourde :

  • Son mode d'articulation est fricatif, ce qui signifie qu’elle est produite en contractant l’air à travers une voie étroite au point d’articulation, causant de la turbulence.
  • Son point d'articulation est dit palatale, ce qui signifie qu'elle est articulée avec le milieu ou l'arrière de la langue contre le palais rigide.
  • Sa phonation est sourde, ce qui signifie qu'elle est produite sans la vibration des cordes vocales.
  • C'est une consonne orale, ce qui signifie que l'air ne s’échappe que par la bouche.
  • C'est une consonne centrale, ce qui signifie qu’elle est produite en laissant l'air passer au-dessus du milieu de la langue, plutôt que par les côtés.
  • Son mécanisme de courant d'air est égressif pulmonaire, ce qui signifie qu'elle est articulée en poussant l'air par les poumons et à travers le chenal vocatoire, plutôt que par la glotte ou la bouche.

En français[modifier | modifier le code]

Le français ne possède pas le [ç]. Le dialecte auvergnat possède la consonne fricative palatale dans certains mots.

Autres langues[modifier | modifier le code]

L'allemand possède le [ç], appelé ich-Laut, et écrit ch dans ich [iç]. Même si le son est une consonne différente du [x], il est parfois considéré comme un allophone, surtout en Suisse (alémanique).

Dans certains dialectes de l'anglais, la séquence /hj/ est parfois prononcée comme une consonne fricative palatale sourde, par assimilation. Par exemple, human /hjumən/ peut être prononcé [çumən]. Cette consonne sera toutefois toujours considérée comme un allophone en anglais.

En grec moderne, la lettre chi se prononce ainsi devant les sons /i/ et /ɛ/.

Le dialecte anversois possède le [ç] avec la particularité qu'il est toujours précédé d'un "t" et s'écrit "sh". Exemple: de stroshe (la rue) [stʀotçœ]

Dans certains dialectes du wallon (est-wallon), le h final d'un mot est prononcé [ç]. Il s'écrit xh ou h. Exemple: l' ouxh (ou l'ouh) (la porte) [uç]. Le wallon est la seule langue gallo-romane qui utilise le son [ç]. On le retrouve dans des noms de famille (Xhignesse, Moxhet, Destexhe, Daxhlet) ou des noms de lieux (Xhenlesse, Xhenmåle, Xhizogne, Xhofrai).

Le chinois possède le [ç] ; autrefois allophone de s, on le retrouve devant un i ou un u comme dans Lu Xun (le X se prononce alors [ç]).

Voir aussi[modifier | modifier le code]


  Consonnes (Image) Voir aussi : API, Voyelles  
v · d · m
Modes
d’articulation
Points d’articulation  
Labial Labial-vél. Coronal Dorsal Laryngal (aucun)  
 Pulmoniques   Bilabial  Lab-dent.  Dental    Alvéol.  Post-alv. Rétro. Alv.-pal. Palatal  Vélaire  Labio-vél. Uvulaire Pharyn.  Épiglott.    Glottal    
Nasales   m   ɱ   ŋ͡m     n     ɳ     ɲ   ŋ   ŋʷ   ɴ    
Occl. prénasalisées m͡p m͡b   ᵑk͡p ᵑɡ͡b n͡t̪ n͡d̪ n͡t n͡d   ɳ͡ʈ ɳ͡ɖ   ɲ͡c ɲ͡ɟ ŋ͡k ŋ͡ɡ   ɴ͡q ɴ͡ɢ    
Occlusives p b k͡p ɡ͡b t d   ʈ ɖ   c ɟ k ɡ ɡʷ q ɢ   ʡ   ʔ    
Affriquées p͡ɸ b͡β p͡f b͡v   t͡θ d͡ð t͡s d͡z t͡ʃ d͡ʒ t͡ʂ d͡ʐ t͡ɕ d͡ʑ c͡ç ɟ͡ʝ k͡x ɡ͡ɣ   q͡χ ɢ͡ʁ   ʡ͡ʜ   ʔ͡h    
Fric. prénasalisées m͡ɸ m͡β ɱ͡f ɱ͡v   n͡θ n͡ð n͡s n͡z n͡ʃ n͡ʒ       ŋ͡k ŋ͡ɡ          
Fricatives ɸ β f v   θ ð s z ʃ ʒ ʂ ʐ ɕ ʑ ç ʝ x ɣ ɣʷ χ ʁ ħ ʕ ʜ ʢ h ɦ  
Spirantes   β̞   ʋ     ð̞   ɹ     ɻ     j   ɰ ʍ w              
Roulées ʙ̥ ʙ       r     *           ʀ     *    
Battues   *       ɾ̪   ɾ     ɽ               *    
Affriquées latér.     t͡ɬ d͡ɮ                            
Fricatives latér.     ɬ ɮ   *     *   *          
Spirantes latér.     l     ɭ     ʎ   ʟ        
Battues latér.       ɺ     *     *   *        
Non pulmoniques  
Occl. injectives ƥ ɓ       ƭ ɗ     *   ƈ ʄ ƙ ɠ   ʠ ʛ    
Occl. éjectives       t̪ʼ       ʈʼ                
Fric. éjectives ɸʼ       θʼ     ʃʼ   ʂʼ   ɕʼ   çʼ       χʼ      
Clics centraux ʘ     ǀ   ǃ   ǂ        
Clics latéraux     ǁ            

Diverses consonnes pulmoniques qui ne font pas partie d’un autre point d’articulation :

Description Symbole
Consonne spirante labio-palatale voisée ɥ
Consonne fricative post-alvéolo-vélaire sourde ɧ
Consonne spirante latérale alvéolaire vélarisée voisée ɫ

Lorsque deux symboles apparaissent dans une case, celui de gauche représente une consonne sourde, celui de droite une consonne voisée (ne s’applique pas aux clics).
Les cases séparées par des pointillés emploient normalement les mêmes symboles API de base, et ne diffèrent éventuellement que par les diacritiques appliqués pour déplacer leur articulation.
Les cases marquées d’un astérisque (*) indiquent des sons attestés non encore représentés officiellement dans l’API.
Les parties grisées indiquent une articulation jugée impossible. Les cases blanches vides indiquent des articulations théoriques possibles mais non encore attestées.
Les affriquées t͡s, d͡z, t͡ʃ, d͡ʒ, t͡ɕ, d͡ʑ sont notées à l’aide des ligatures ʦ, ʣ, ʧ, ʤ, ʨ, ʥ d’usage courant, ne faisant plus partie de l’API (il est recommandé de les remplacer par les deux articulations, liées avec une ligature tirant –suscrite ou souscrite– ou avec la fricative en exposant).
Les occlusives injectives sourdes en italique, parfois employées, ne font plus partie de l’API (il est recommandé de les remplacer par le symbole de la consonne voisée avec le diacritique de dévoisement).