Langue à tons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ton.

Une langue à tons, ou langue tonale, est une langue dans laquelle la prononciation des syllabes d'un mot est soumise à un ton précis, c'est-à-dire à une hauteur relative déterminée ou une mélodie caractéristique. Une modification de ce ton amène alors à prononcer un autre mot et indiquer un autre sens.

Il ne faut pas confondre les tons d'une langue tonale avec :

  • l'accent tonique de mot, qui aide à distinguer les mots successifs dans le discours,
  • l'intonation prosodique qui, elle, exprime l'humeur, l'état d'esprit du locuteur, et le type d'assertion (affirmation, interrogation, exclamation) mais ne permet d'opposer des paires minimales.

En principe, les tons d'une langue tonale n'excluent pas l'intonation prosodique, dans la mesure où cette dernière s'applique davantage à une phrase, ou un ensemble de mots, plutôt qu'à une seule syllabe.

Les tons sont des unités discrètes au même titre que les phonèmes mais ils ne sont pas segmentables : l'unité tonale, dite tonème, ne peut être perçue sans le support des phonèmes et n'existe pas sans eux. Ce sont donc des unités suprasegmentales.

Les tons sont étudiés principalement :

  • en phonétique : pour analyser par quels moyens physiques ils se réalisent ;
  • en phonologie : pour analyser leur rôle dans la langue.

Certaines langues ont développé un système complexe de tons. Le kam, langue des Dong de Chine, compte ainsi 15 tons.

Exemples de langues à tons[modifier | modifier le code]

La majorité des langues du monde sont tonales ; c'est vraisemblablement parce que ce procédé est très rare en Europe que ce fait est souvent ignoré). On peut citer, parmi les plus célèbres, plusieurs langues d'Asie du Sud-Est et d'Extrême-Orient :

L'immense majorité des langues en Afrique au sud du Sahara sont également tonales : c'est ainsi le cas du bambara, du moré, du songhaï, du kanouri, de l'akan, du haoussa, du yoruba, de l'igbo, de l'éwé, du luo, du kikuyu, du lingala, du kinyarwanda, du tshiluba, du shona, du zoulou, du xhosa et du khoïkhoï. Comme rares contre-exemples ont peut citer le wolof, le peul ou le swahili.

Un certain nombre de langues amérindiennes sont tonales :

En Europe, le limbourgeois, idiome transitionnel entre le bas et le moyen-allemand, constitue un exemple rare de langues indo-européennes tonales.

Tons et accents[modifier | modifier le code]

On oppose généralement les langues tonales aux langues accentuelles : une langue tonale ne pourrait pas avoir d'accent tonique, et vice versa. En fait, certaines langues tonales utilisent les deux procédés, comme le mandarin ou le thaï. La principale différence phonologique entre langue à tons et langues à accent tonique est que dans les premières quasiment toutes les syllabes d'un mot possèdent un ton alors que dans les secondes seul un nombre limité de syllabes (souvent une seule) porte l'accent. Le ton ne possède donc de valeur ni culminative ni démarcative (il ne sert pas à isoler une syllabe d'un mot puisque toutes les syllabes sont prononcées sur un ton déterminé).

De même, l'accent de hauteur pourrait être confondu avec le système des tons. Or, il est bien plus proche de l'accent tonique (fonction culminative et parfois démarcative) que des tons (qui n'ont pas une telle fonction). Rappelons que l'accent de hauteur touche, comme l'accent tonique, un nombre limité de syllabes dans un mot et qu'il consiste en une modification de la hauteur vocalique plus audible que l'augmentation d'intensité.

À titre indicatif, on peut citer parmi les langues à accent de hauteur d'Europe le slovène, le serbo-croate et le lituanien (ou lithuanien). Le slovène est en train de perdre son accent de hauteur, le letton (ou lette, langue sœur du lituanien) l'a perdu. Le suédois et les deux norvégiens suivent un système plus complexe nommé « accent de mot ».

En Inde, le panjâbî fonctionne ainsi. Le sanskrit l'a sûrement été, mais n'est plus prononcé ainsi (sauf dans les récitations traditionnelles des textes sacrés védiques, mais il s'agit là d'un développement ultérieur ; cf. Accentuation védique). De même le grec ancien et le latin et, détail important pour la phonétique historique des langues indo-européennes, l'indo-européen.

Le japonais possède aussi un accent de hauteur, classé selon six catégories, et dont la longueur de la hauteur peut varier selon la longueur du mot.

Le guèze (ou éthiopien ancien), langue sémitique éteinte et préservée seulement dans la liturgie chrétienne, comporte un accent de hauteur (une quarte), en général oxyton pour les substantifs au nominatif et paroxyton pour les formes verbales conjuguées.

Deux grands types de tons[modifier | modifier le code]

Il existe deux types de tons, les registres (qui se divisent en tons ponctuels et tons modulés) et les tons mélodiques.

Dans le premier système de tons, ce qui importe c'est la hauteur, seule pour les tons dits ponctuels, en concomitance avec une modulation pour les tons modulés. Dans le second système, c'est la mélodie, une modulation indépendante de la hauteur.

Si une langue utilise des tons à registres (ponctuels seuls ou conjointement à la modulation), elle n'utilise pas de tons mélodiques et vice versa.

Registres[modifier | modifier le code]

Les registres sont des tons ne procédant que de différences de hauteur. Pour qu'il y ait registre, il faut donc au minimum deux hauteurs opposables.

Tons ponctuels[modifier | modifier le code]

Une langue comme le ngbaka (Adamawa oriental), possède trois registres : soit la voix est aiguë (accent aigu dans la notation), soit elle est moyenne (macron), soit basse (accent grave), quelle que soit la hauteur effective. Il suffit de prononcer plus ou moins aigu, peu importe le point de départ et peu importent les inflexions de la voix.

Ainsi : sɔ́, « animal » {haut} ; sɔ̄, « chasser » {moyen} ; sɔ̀, « queue » {bas}. (Dans le premier exemple, il ne faut pas considérer que la voix monte parce qu'il y a un accent aigu. La voix est simplement aiguë.)

Tons modulés[modifier | modifier le code]

Quand une même syllabe porte plusieurs registres, il y a en même temps modification de la hauteur musicale en passant d'un registre à un autre et modulation. Ce qui est pertinent, cette fois-ci, c'est tout autant la hauteur que la modulation. Par exemple, une modulation haut → bas est opposable à une modulation bas → haut, bien que les mêmes hauteurs soient impliquées.

Ainsi, toujours en ngbaka, il existe, outre les tons ponctuels cités, des modulations sur une même syllabe :

  • bas → haut : `´ (modulation montante haute) ;
  • bas → moyen : `ˉ (mod. montante basse) ;
  • haut → moyen : ´ˉ (mod. descendante haute) ;
  • haut → bas : ´` (mod. descendante basse) ;
  • bas → haut → bas : `´` (mod. complexe montante-descendante) ;
  • haut → bas → haut : ´`´ (mod. complexe descendante-montante).

Exemple : mbóòó.ndí [mbo⁵¹⁵ndi⁵] (où les chiffres indiquent le contour de la voix, 5 étant le plus aigu, 1 le plus grave), « mangouste rayée ».

La notation de tels tons est assez gênante puisqu'elle laisse croire qu'il y a, dans cet exemple, trois phonèmes [o] à la suite, alors qu'il n'y en a qu'un seul, de même durée qu'une voyelle comme le [i] aigu de la syllabe suivante.

Autre exemple : kpáā [k͡pa⁵³] ([k͡p] est une occlusive labio-vélaire, c'est-à-dire que [k] et [p] sont prononcés en même temps et non à la suite), « feuille », a la même durée que kpá, «tranquille », ou que kpáàá [k͡pa⁵¹⁵], « un ».

Tons mélodiques[modifier | modifier le code]

Mélodies seules[modifier | modifier le code]

Dans ces tons, « le trait pertinent est l'absence ou la présence de mélodie et ses variations, et non la hauteur musicale elle-même dont les […] registres ne sont pas différenciatifs » (Initiation à la phonétique, ouvrage de J.M.C. Thomas, L. Bouquiaux et F. Cloarec-Heiss auquel sont empruntés les exemples de cette page). Cela revient à dire que la hauteur de la voix n'importe plus autant que la modulation elle-même, dite mélodie.

Si l'on prend le mandarin, on analyse le système ainsi :

  • ton un : mélodie égale (absence de mélodie, quelle que soit la hauteur) [ˉ] ;
  • ton deux : mélodie montante [/] ;
  • ton trois : mélodie complexe descendante puis montante [\/] ;
  • ton quatre : mélodie descendante [\].

(Il existe également un demi troisième ton.)

On enseigne pourtant dans les grammaires une opposition de registres, qui pourrait laisser croire que le mandarin utilise des tons à registres modulés. Or, dans la pratique, la mélodie seule suffit à se faire comprendre (on ne parle pas ici du cantonais), ce qui est impossible dans des langues comme le ngbaka.

Le ton un, par exemple, doit avant tout être plat, et non pas haut.

Autres possibilités[modifier | modifier le code]

En fait, à ces mélodies peuvent se superposer des caractéristiques secondaires :

  • le point de départ de la mélodie (en birman : ton descendant partant d'un niveau bas s'opposant à un ton descendant partant de plus haut) ;
  • la distance entre le départ et l'arrivée (en mandarin : un ton deux est caractérisé par une grande différence entre le point de départ et le point d'arrivée, ce qui se manifeste par un ton montant partant nécessairement d'assez bas pour arriver haut, pour éviter que la voix ne s'étrangle. C'est un ton qui demande un grand ambitus, et non un point de départ fixe) ;
  • la durée de la réalisation de la mélodie (en cantonais : ton descendant bref, moyen ou long) ;
  • la variation de l'intensité vocale (dans certains usages mandarins) ;
  • la suppression brutale de l'intensité par glottalisation finale de la mélodie, ou « étranglement » de la voix ; en vietnamien.

Faire la différence entre des tons modulés et mélodiques est parfois complexe. Ce qui est pertinent, c'est qu'un ton modulé ne peut exister que dans un système de registres indépendants de toute modulation. Or, le mandarin, par exemple, n'a pas de registres purs. Ses tons sont donc mélodiques. L'écart entre le point de départ et celui de l'arrivée peut cependant avoir une certaine importance, qui reste secondaire.

Ainsi, en vietnamien :

  • ton égal (ou absence de mélodie) : ô [ʔōː], « parapluie » ;
  • ton descendant : [ɓàː], « grand'mère » ;
  • ton descendant glottalisé : lạ [làːˀ], « étrange » ;
  • ton montant : cái [káʲː], « chose » ;
  • ton complexe descendant montant : tỏi [tǒʲ], « ail » ;
  • ton complexe descendant montant glottalisé : lễ [lěːˀ],« cérémonie ».

Note : on utilise ici à la place de la transcription en API des tons la notation propre au pinyin ; on devrait en fait noter [ʔoː], [ɓâː], [lâːˀ], [kǎʲː] etc., ce qui serait moins clair. L'API distingue bien les différentes sortes de tons (à registres ou à modulations) :

  • les registres sont marqués par des accents (á, à, ā, a̋, ȁ, etc.) ;
  • les modulations par des marqueurs spéciaux (absents en Unicode).

Tous les caractères nécessaires n'étant cependant pas présents en Unicode, il faut souvent se contenter d'une notation moins précise ou parallèle.

Sandhi tonal[modifier | modifier le code]

Dans les langues tonales, il est fréquent que les syllabes intonées s'influencent et se modifient en contact. Ce phénomène est le sandhi tonal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Initiation à la phonétique, J.M.C. Thomas, L. Bouquiaux et F. Cloarec-Heiss ;
  • Éléments de linguistique générale, A. Martinet.

Articles connexes[modifier | modifier le code]