Consonne affriquée alvéolaire sourde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Consonne affriquée alvéolaire sourde
Symbole API t͡s
Numéro API 103 (132)
Unicode U+02A6
X-SAMPA ts)
Kirshenbaum ts

La consonne affriquée alvéolaire sourde est un son consonantique très fréquent dans de nombreuses langues parlées. Le symbole dans l'alphabet phonétique international est [t͡s] (anciennement [ʦ], ligature représentant un t et un s liés en un seul caractère).

Selon les langues, il peut être simple [t͡s], aspiré [t͡sʰ], éjectif [t͡sʼ], etc.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Voici les caractéristiques de la consonne affriquée alvéolaire sourde :

  • Son mode d'articulation est affriquée, ce qui signifie qu’elle est produite en empêchant d'abord l'air de passer, puis le relachant à travers une voie étroite, causant de la turbulence.
  • Son point d'articulation est alvéolaire, ce qui signifie qu'elle est articulée avec soit la pointe (apical) soit la lame (laminal) de la langue contre la crête alvéolaire.
  • Sa phonation est sourde, ce qui signifie qu'elle est produite sans la vibration des cordes vocales.
  • C'est une consonne orale, ce qui signifie que l'air ne s’échappe que par la bouche.
  • C'est une consonne centrale, ce qui signifie qu’elle est produite en laissant l'air passer au-dessus du milieu de la langue, plutôt que par les côtés.
  • Son mécanisme de courant d'air est égressif pulmonaire, ce qui signifie qu'elle est articulée en poussant l'air par les poumons et à travers le chenal vocatoire, plutôt que par la glotte ou la bouche.

En français[modifier | modifier le code]

Le français possède le [t͡s] dans certains mots d'origine étrangère, comme tsar, plus ou moins distinct du groupe [t](implosif) + [s](explosif) entendu dans ôte-ça !.

Le français québécois transforme le /t/ en [t͡s] lorsqu'il est suivi par une voyelle antérieure, exemple poutine se prononcera [pu.ˈt͡sɪn ].

Autres langues[modifier | modifier le code]

  • L'italien possède le [t͡s], écrit z ou zz (zz ne peut se présenter qu'entre deux voyelles) tout comme le phonème [d͡z]. On a [t͡s] par exemple dans les mots zoccolo, pezzo, grazia, canzone et marzo.
  • L'allemand possède ce son, écrit z, comme dans zehn (dix), tz comme dans schnitzel ou c suivi par toutes les voyelles, exceptées o ou u, comme dans Cäsar (César).
  • Le roumain possède ce son, écrit ț.

Voir aussi[modifier | modifier le code]