Écriture birmane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Birman
Caractéristiques
Type Alphasyllabaire
Langue(s) Birman
Direction De gauche à droite
Historique
Époque Du XIe siècle jusqu'à nos jours
Système(s) parent(s) Alphabet protosinaïtique

 Alphabet phénicien
  Alphabet araméen
   Brāhmī
    Pallava
     Môn
      Birman

Codage
Unicode U+1000–U+109F
ISO 15924 Mymr

L'écriture birmane (birman : မြန်မာအက္ခရာ, [mjàNmà ɛʔkʰəjà], mranma akkha.ra) est un alphasyllabaire aux formes arrondies, utilisé en Birmanie pour l'écriture du birman. Quelques autres langues utilisent une partie des aspects et des lettres de l'écriture birmane, comme le môn, le shan[1], le s'gaw karen, le pwo karen occidental et oriental, et elle a aussi été utilisée pour la transcription des langues pali et sanskrit.

Le birman s'écrit de gauche à droite, n'emploie pas de majuscules et, traditionnellement, ne sépare pas les mots par des espaces ; avec l'introduction de l'imprimerie, des traits verticaux ont été introduits pour séparer les phrases et les paragraphes pour améliorer la lisibilité. Le système MLCTS  (en) propose une translittération fidèle à l'écriture, mais qui ne dit rien de la prononciation. Il n'existe pas de transcription romanisée officielle. Unicode a un emplacement pour les langues de Birmanie, incluant le shan, le karen et le môn moderne.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'expansion du royaume de Pagan et la diffusion du bouddhisme theravāda expliquent la naissance d'une écriture spécifiquement birmane.

Les écritures de l'Asie du Sud-Est ont pour ancêtres les syllabaires de l'Inde du Sud qui se sont diffusés dans ces régions dès le quatrième siècle en même temps que le bouddhisme.

L'inscription de Myazedi est le premier texte en écriture birmane connu.

C'est le cas des premiers habitants connus de la Birmanie, les Pyu et les Môn qui transcrivent leur langue, dès le cinquième ou sixième siècle[2] au plus tard, dans des syllabaires dérivés probablement de l'écriture de Kadamba[2],[3] pour les Pyu et du Grantha des Pallavas[2] pour les Môn.

Arrivés plus tard, les Birmans ont progressivement absorbé les Pyu, puis, selon la Chronique du Palais de cristal, conquis en 1057 les villes môn de Thaton et Pégou, dont la civilisation était plus avancée. La tradition rapporte que ces victoires et la conversion du roi Anawrahta au bouddhisme theravāda par un moine môn ont eu pour conséquence le transfert à Bagan, sa capitale, du Tipitaka, le canon bouddhique écrit en langue pali, dans l'alphabet môn. Son fils, le roi Kyanzittha, contribua à répandre la culture des Môn. Leur écriture, considérée comme plus simple et sans doute plus prestigieuse que celle des Pyu, sert alors de modèle pour la mise au point d'un syllabaire môn-birman dont l'usage va se répandre à l'époque où le Royaume de Pagan étend son pouvoir. Le besoin de transcrire le pali a eu pour conséquence l'insertion dans l'écriture birmane de caractères correspondant à des phonèmes des langues indiennes qui n'existent pas en birman. Ces caractères ont été ensuite conservés, bien que peu utilisés, pour respecter la graphie des mots empruntés par le birman au pali, mais prononcés à la birmane ; ils ont fait ainsi double emploi avec d'autres lettres. La langue et l'écriture pyu disparaissent ; le môn perd de son influence, mais demeure de nos jours une langue vivante.

Les plus anciennes inscriptions en birman remontent au XIIe siècle. Sur la pierre de Myakan[2] (début du XIIe siècle), trouvée à Bagan, un texte en môn comporte quelques mots en birman indiquant le nom d'un lac artificiel creusé sous le règne de Kyanzittha. Mais le plus ancien document d'écriture birmane connu à ce jour est gravé sur la stèle quadrilingue dite de Myazedi[4] ou de Razakuma(r) (1113)[5], qui commémore la fondation d'une pagode par ce prince, avec mention du donateur et de ses présents.

Plantes médicinales vendues près du Rocher d'Or.

Cette écriture va par la suite se diversifier pour des raisons esthétiques ou pratiques, en s'adaptant au matériel utilisé[6] : caractères angulaires sur pierre, peints en traits épais sur bois ou cuivre laqué, puis dans des formes arrondies sur des supports plus fragiles : les parabaiks[7],[8] (ပုရပိုက်), recueils de pages fait de papier plié en accordéon où l'on écrit à l'encre ou avec un bâton de stéatite selon que le papier a été coloré en blanc ou en noir, livres formés de feuilles de palmier, les pe-sa (ပေစ), matériel plus durable sur lequel les lettres sont incisées avec un stylet de métal, puis passées au noir. Les kammavaca sont des manuscrits de plus grande taille, particulièrement décorés, qui regroupent des extraits de textes religieux pali. Selon certains, ces formes arrondies qu'on retrouve en Inde du Sud dans les syllabaires telugu, kannada, malayalam ainsi qu'en oriya, seraient dues à la fragilité des supports qui auraient été transpercés par le stylet si les lettres avaient eu des formes angulaires. C'est cette cursive qui s'est répandue à partir du XIVe siècle et constitue le système standard du birman contemporain. Celui-ci s'est progressivement constitué et n'a acquis sa forme contemporaine qu'au XIXe siècle. Les marques tonales, dont étaient dépourvues par nature le môn et les langues indiennes, ne se standardisent qu'au cours du XVIIIe siècle et les modifications effectuées plus récemment ont tenu compte de l'évolution de la prononciation depuis la période de Bagan, comme la réduction des consonnes finales à un phénomène de glottalisation ou de nasalisation[9]. L'inventaire le plus récent pour la mise au point d'une orthographe standard a été réalisé en 1978 à l'instigation du gouvernement[10].

La syllabe[modifier | modifier le code]

Le birman étant de nature monosyllabique, la syllabe a souvent un sens, à elle seule ou comme élément d'un mot composé, à l'exception du lexique d'origine étrangère. L'écriture distingue les syllabes ouvertes terminées par une voyelle orale et les syllabes fermées terminées par une consonne que l'évolution phonétique a réduite dans la langue contemporaine à un arrêt glottal ou une nasalisation. La syllabe ouverte est transcrite selon les formes suivantes :

  • Une consonne seule (C) sans diacritique(s) transcrit la syllabe C+a', puisque la consonne seule implique, comme dans les autres syllabaires d'origine indienne, la voyelle [a̰], mais aussi en birman, langue tonale, le ton haut. မ se lit /ma'/
  • Une consonne accompagnée de diacritiques et/ou d'autres lettres transcrit une syllabe C+V+Ton. မို se lit : /mo/ မော se lit : /mɔ/.
  • Un symbole appelé ligature accompagnant une consonne avec ou sans diacritique(s) transcrit la (ou les) semi-voyelles, qui complètent la consonne principale, trois au maximum : C+sv(+sv)(+sv).   မြ se lit /mya'/. En effet, contrairement aux écritures latines, grecques ou sémitiques, une consonne qui en complète une autre comme l ou r dans les groupes pl ou tr en français ne s'écrit pas avec la lettre isolée correspondante, mais avec un symbole qui s'ajoute à la lettre initiale.

Dans la syllabe fermée aux caractères précédents s'ajoute une coda sous la forme de certaines consonnes surmontées du /?əθa?/, le signe qui tue : ်. Il indique que cette consonne a perdu sa valeur originelle et est réduite phonologiquement à une voyelle suivie d'un arrêt glottal ou modifiée par une nasalisation de la voyelle. La fricative   စ   se lit /sa'/, mais se lit /i?/, employée comme coda :   တစ် se lit /ti?/ . Les nasales   မ ,  န se lisent  /ma'/   et  /na'/, mais, employées comme codas, ces consonnes nasalisent la syllabe précédente :   စမ် , de la même manière que   စန် se lisent aujourd'hui /saN/, très proche de ce qui s'écrit ein en français.

Romanisation[modifier | modifier le code]

La translittération (MLCTS) reflète fidèlement la graphie birmane au prix d'un certain nombre de conventions, mais ne dit rien de la prononciation et ne peut donc être adoptée dans l'usage commun. Ainsi pour la pagode Shwedagon :

Birman :    ရွှေတိဂုံ ဘုရား
Translittération :   rhwe-ti-guṁ: bhu-rā:
Trancription :  shwe-dăgoun p'ăyà

Aucune transcription romanisée officielle analogue au pinyin pour le chinois n'existe à ce jour; seule la Library of Congress a adopté en 1981 un système de transcription pour ses catalogues [10]. L'écriture en lettres latines des noms propres reste donc pour l'essentiel celle que les Anglophones ont élaborée aux XVIIIe siècle et XVIXe siècle . Cette transcription traditionnelle présente l'inconvénient de ne pas être unifiée et de négliger des distinctions phonologiques essentielles au birman (consonnes aspirées, tons, par exemple) : le mot /pe/ pourra être romanisé en pe, peh ou pae ; inversement une translittération en pe peut renvoyer à douze syllabes différentes du birman[11]. Les tableaux présentant plus loin les différents symboles donnent les romanisations qui sont généralement employées dans les langues employant l'alphabet latin (colonne "TR").

Les consonnes[modifier | modifier le code]

Les 33 consonnes de l'alphasyllabaire birman sans les diacritiques.

L'alphasyllabaire birman est calqué sur ceux de l'Inde comme le système Devanagari et il présente comme eux les phonèmes consonantiques dans un ordre fondé sur la nature et le point de leur articulation : occlusives (rangée K), palatales (rangée S), dentales d'origine pāli (rangée ṭ), dentales (rangée T), labiales (rangée P), de la première à la cinquième rangée. Les deux dernières rangées regroupent les mêmes phonèmes disparates que les syllabaires indiens ainsi que trois graphèmes propres au pāli et/ou au birman, , et . Ce dernier symbole a été longtemps considéré tantôt comme une voyelle ou simple support d'une voyelle initiale, tantôt comme une consonne (arrêt glottal), reflet d'une prononciation variable de ces initiales[2]. Le respect de la tradition indienne a permis de transcrire avec exactitude les mots pāli, mais elle a introduit dans cette nouvelle écriture des phonèmes qui n'existent pas en birman, les consonnes rétroflexes et les consonnes sonores aspirées. C'est la raison pour laquelle deux et même trois lettres représentent les mêmes phonèmes birmans. Ainsi celles de la troisième ligne du tableau, qui transcrivent des rétroflexes font double emploi avec celles de la quatrième ligne ; il en est de même du , du ,du , du , du et du , caractères représentant des sonores aspirées. Ces lettres, à l'exception du se rencontrent donc beaucoup plus rarement que les autres. Par ailleurs le phonème [ɹ] de l'ancien birman étant prononcé aujourd'hui [j] et noté , cette lettre fait le plus souvent double emploi avec . Toutefois, elle conserve sa prononciation originelle Arakanais (Rakhine language (en)), dans quelques mots d'emprunt à l'anglais ou au pāli et dans des noms propres anciens. Ainsi la ville d'Amarapura s'écrit အမရပူရ et se prononce [àməɹa̰pùɹa̰].

Les caractères transcrivant les sourdes sont prononcés de deux façons, selon que le sandhi s'applique ou non. En birman il consiste en une sonorisation des consonnes sourdes. Le phénomène qui rappelle les liaisons en français, ne peut pas être indiqué dans l'écriture, puisqu'il n'est automatique que dans certains cas, mais peut aussi dépendre d'autres facteurs que phonologiques comme le débit de la parole. Le mot ပါ /pa/ est prononcée /pa/ dans လုပ်ပါ /lo?pa/   (Fais-le, s'il te plaît), mais /ba/ dans လာပါ /laba/ (Viens,s'il te plaît).


Portail d'entrée de pagode à Yangon (Rangoon)



Les consonnes simples[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant indique leur valeur phonétique (IPA) en birman, la valeur phonétique d'origine de certaines d'entre elles, leur translittération (MLCTS) ainsi que les transcriptions communément utilisées dans la romanisation des noms propres (TRSC) ; elle s'efforce de se rapprocher de la prononciation, d'où pour certaines consonnes une double transcription due au Sandhi interne.


Lettre IPA Valeur
en pali
MLCTS TR Nom et traduction Remarques
Alphabet birman lettre ka dji.jpg [ka'] k ka / ga ([ka̰ dʒí])   Grand ka' Identique au K français
Kha birman.jpg [kʰa'] hk hka / ga ([kʰa̰ ɡwɛ́])   kha' recourbé Identique au K de king
Lettre birmane 'petit ga'.jpg [ɡa'] g ga ([ga̰ ŋɛ])   Petit ga' Identique au GU français
Lettre birmane 'grand ga'.jpg [ɡa'] [ɡʰa'] gh ga ([ga̰ dʒí]Grand ga' Identique au GU français
Nga.jpg [ŋa'] ng nga ([ŋa̰]nga' Identique au NG anglais de camping
Lettre birmane 'sa rond'.jpg [sa'] c sa' / za ([sa̰ lóʊn])  'sa' rond Identique au S français de soir
Lettre birmane 'sha tortillé'.jpg [sʰa'] hc hsa' / za ([sʰa̰ lèɪn])  'sha' tortillé
Lettre birmane 'za divisé'.jpg [za'] j za ([za̰ ɡwɛ́])   za' divisé Identique au Z français
Lettre birmane'za auquel est accrochée une ligne'.jpg [za'] [jʰa] jh 'za ([za̰ mjín zwɛ́])  'za' auquel est accrochée une ligne Identique au Z français
Grand 'gna'.jpg [ɲa] ny nya ([ɲa̰ kəle ou ɲa̰ dʒí])   Petit ou grand gna Identique au GN français
Lettre birmane 'ta crochet'.jpg [ta'] [ṭa] t ta / da ([ta̰ tə lín dʒeɪʔ])   ta' crochet Identique au T français


'tha' canard.jpg [tʰa'] [ṭha] ht hta / da ([tʰa̰ wàn bɛ́]ta' canard
'da à la poitrine bombée.jpg [da'] [ḍa] d da ([da̰ jìn ɡaʊʔ]da' à la poitrine bombée Identique au D français


Lettre birmane'da en forme de gobelet d'eau'.jpg [da'] [ḍʰa] dh da ([da̰ jè m̥oʊʔ]da' en forme de gobelet d'eau Identique au D français


Lettre birmane 'Grand na'.jpg [na'] [ṇa] n na ([na̰ dʒí])   Grand na' Identique au N français


Lettre birmane 'ta à gros ventre'.jpg [ta] t ta / da ([ta̰ wàn bu])   ta' à gros ventre Identique au T français
Lettre birmane'tha en forme d'étrave d'éléphant'.jpg [tʰa'] ht hta / da ([tʰa̰ sʰìn dú])   tha' en forme d'entrave d'éléphant
Lettre birmane 'petit da'.jpg [da'] d da ([da̰ dwé]Petit 'da' Identique au D français
Lettre birmane 'da concave par en-dessous'.jpg [da'] [dʰa] dh 'da ([da̰ oʊʔ tʃʰaɪʔ]) 'da' concave par en dessous Identique au D français
Petit "na".jpg [na'] n na ([na̰ ŋɛ̀])   petit na' Identique au N français
Lettre birmane 'pa' profond.jpg [pa'] p pa / ba ([pa̰ zaʊʔ]pa' profond Identique au P français
Lettre birmane 'pha'chapeauté.jpg [pʰa'] hp hpa / ba ([pʰa̰ óʊ tʰoʊʔ]pha' chapeauté Utilisé aussi pour transcrire le phonème [f] d'autres langues
'ba' concave par dessus.jpg [ba'] b ba ([ba̰ là tʰaɪʔ]ba' concave par dessus Identique au B français.

Utilisé aussi pour transcrire le phonème [v] d'autres langues

Lettre birmane 'ba' bossu.jpg [ba'] bh hpa /ba ([ba̰ ɡóʊn]ba' bossu
'ma'.jpg [ma'] m ma   ma Identique au M français
'ya' à l'envers.jpg [ja'] y 'ya ([ja̰ pəlɛʔ])  'ya' à l'envers Identique au Y de yes
'ya' courbé.jpg [ja'] [ɹa] r 'ya ([ja̰ ɡaʊʔ])   'ya' courbé Identique au Y de yes (sauf exceptions). Sert à trancrire tous les R, r des autres langues.


'la'.jpg [la'] l la   la Identique au L français
'wa'.jpg [wa'] w wa   wa Identique au W de kiwi
'θa'.jpg [θa']   s tha / dha   θa Identique au TH anglais de thing
'ha'.jpg [ha'] h ha   ha Identique au H anglais
Grand 'la'.jpg [la'] [ḷa] l la ([la̰ dʒí]grand la' Identique au L français


'a'.jpg [ʔa'] [a] rien a   ([?a̰])    ?a' Support de voyelle initiale

Les consonnes liées[modifier | modifier le code]

Les consonnes simples peuvent être complétées par un ou plusieurs symboles indiquant ou bien une consonne médiane qui s'interpose entre l'initiale et la finale ou bien un phonème consonantique popre. Quelques unes de ces associations servent en effet à noter des phonèmes qu'aucune consonne simple ne transcrit, les consonnes palatisées et les nasales sourdes, de la même manière que le phonème [ʃ] est transcrit en français non pas par une, mais par deux lettres: c +h (ch) . Ces symboles se présentent sous forme de quatre ligatures qui sont les suivantes :

  • ရပင်   ya pin Ligature correspondant à la lettre ' y '.jpg mis pour 'ya' à l'envers.jpg (MLCTS -y-, qui indique [j] ou la palatalisation d'une consonne vélaire.
  • ရရစ်   ya yitLigature ( r ) = ' y '.jpg mis pour 'ya' courbé.jpg (MLCTS -r-, qui a aujourd'hui la même valeur que Ligature correspondant à la lettre ' y '.jpg [j].
  • ဟထိုး   ha hto Ligature ' h'.jpgmis pour 'ha'.jpg (MLCTS h-) qui indique qu'une consonne sonante est dite sourde ou aspirée.
  • ရဆွဲ   ya hswehLigature ' w '.jpgou sa variante triangulaireWa hsweh 2.jpgmis pour 'wa'.jpg (MLCTS -w-, qui vaut généralement [w]).

Il existe des doubles ligatures et une triple ligature.


Ligatures conservant la valeur des consonnes qu'elles représentent
Symboles
(MLCTS)
IPA TR. Remarques Exemples
Birman IPA TR ou Sens Commentaire
Mya1.jpg
(my)
[mja̰] mya Prend cette valeur en s'ajoutant aux consonnes , , , . ဖျာပုံမြို့ [pʰjapoN mjo'] Pyapon Les noms de ville sont le plus souvent suivis du substantif   မြို့ (ville)
Mya2.jpg
(mr)
[mja̰] mya Fait aujourd'hui double emploi avec Ligature correspondant à la lettre ' y '.jpg et peut s'ajouter aux mêmes lettres. မြို့



[mjo']



ville



La valeur ancienne du symbole se maintient en Arakanais et sert comme transcription des "r" d'autres langues : Britain (Grande-Bretagne) s'écrit   ဗြိတိန် .
Mwa.jpg
(mw)
[mwa̰] mwa Le Ligature ' w '.jpg peut être lié à toute consonne sauf elle-même. ခွေး ['kʰwe] chien






Ligatures s'ajoutant à certaines consonnes simples pour noter d'autres phonèmes
Symboles
(MLCTS)
IPA TR Exemples
Birman IPA TR ou Sens Commentaire
Kya 1.jpg(ky) Kya 2.jpg(kr) [tɕa] ou [dʑa] kya ကျပ်


ကားကြီး
[tɕa̰?]


['ka'dʑi]
kyat


grosse voiture
L'unité monétaire ainsi écrite a une prononciation proche de tchia en français.

( 'ka = voiture ; 'dji = grande)
Hkia 1.jpg(hky) Hkia 2.jpg(hkr) [tɕʰa] ou [dʑa] cha ခြင်းလုံး

လှံချည်
[tɕʰiN'loʊN]

[louɴdʑi ]
Chinlon

Longyi

ကျ , ကြ ,ချ , ခြ se prononcent comme ဂျ (dja), quand le Sandhi s'applique.
Gya 1.jpg(gy) Gya 2.jpg(gr) [dʑa] gya ဂျပန် [dʑapaN] Japon
Ligature ng+y.jpg(ngy) Ngya 2.jpg(ngr) [ŋa] nga ငြိမ် [ɲeiN] calme Equivaut la consonne et à gn en français.
Hya 2.jpg(hr) Hya.jpg(hy) Hlya.jpg(rare)

Sh ou hly.jpg (hly)



[ʃa]

[ʃa] ou [l̥əj]
sha ရှမ်း


ယှဉ်


ဗြိတသျှိ
['ʃaN]


[ʃiN]


[britiʃ]

Shan


comparer


British (britannique)
Equivalant au ch français.

ရှ est la graphie la plus courante. Les autres symboles sont plus rares.

Kywa-cwa.jpg Tshw.jpg
Hkwa-hcwa.jpg Tshhw.jpg
    Jwa.jpg    Gwa 2.jpg
[tɕwa]


[tɕʰwa]


[dʑwa]
(rares)

ကျွန်


[tɕuaN]


île
ya hsweh

s'ajoute aux consonnes palatisées.
Hma.jpg(hm)Na.jpg(hn)
Hnga.jpg(hng)Hgna.jpg(hny)
Hwa.jpg(hw) Hl.jpg(hl) (rares)
[m̥a] [n̥a]


[ŋ̥a] (en) [ɲ̥a] (en)


[ʍa] [l̥a]
(h)ma   (h)na


(h)nga


(h)wa   (h)la
မှ


နှစ်


လူထုဦးလှ

[m̥a']


[n̥i?]


[ludu 'ʔu l̥a]

dans,à


deux


Ludu U Hla (en)
Ces symboles représentent des consonnes nasales sourdes qui, dans les langues européennes, n'existent qu'en Gallois. Leur réalisation est proche de consonnes aspirées, d'où le recours à ha hto,
Hmya 1.jpgHmya 2.jpg(rares) [m̥ja] (h)mya ya pin ou ya yit

s'ajoute à la consonne sourde  မှ .
Hmwa.jpg(hmw) Hmywa 2.jpg(hmrw) Hnw.jpg(hnwa) My-hlw.jpg(hlw) Shw.jpg (hrw)


[m̥wa]


[n̥wa] [l̥wa] [ʃwa]

(h)mwa



ရွှေ [ʃwe] or ya hsweh

peut former des doubles ligatures et une triple ligature

Les tons[modifier | modifier le code]

L'écriture birmane note deux des trois tons de la langue d'une manière qui varie en fonction des voyelles : soit par un signe diacritique distinctif qui s'ajoute pour n'indiquer que le ton, soit par un ou plusieurs graphèmes qui notent globalement voyelle et ton. Le ton bas (II) n'est pas marqué. Dans les syllabes fermées le ton haut est toujours noté par un petit cercle souscrit: (အောက်ကမြစ်, interrompu dessous) et le ton haut-descendant par les deux points (ရှေ့ဆီး ): . Dans les syllabes ouvertes, il y a cinq exceptions où les diacritiques indiquent à la fois la nature de la voyelle et du ton.

Dans la romanisation usuelle du birman, les tons ne sont pas marqués. Lorsqu’ils sont transcrits pour des raisons linguistiques, divers systèmes sont utilisés. En prenant la syllabe /ka/ comme exemple, on peut trouver les transcriptions suivantes :

Ton
Syllabe
Nature
IPA MLCTS
Autres Notations
I
က (danse)    မေ့ (oublie)
Haut avec voyelle brève
Voix tendue et aiguë
[ka̰]
ka.
ka'[12] / [13]
II
ကာ (bouclier)   မေ (mère) Bas régulier, avec voyelle longue
Voix relâchée et grave
[kà]
ka

ka (non marqué)

III
ကား (voitureမေး (interroge)
Haut descendant
avec voyelle longue
[ká]
ka:
'ka[12] / [13]

Les voyelles[modifier | modifier le code]

En syllabe ouverte[modifier | modifier le code]

La syllabe ouverte est composée d'une des consonnes (l'attaque) accompagnée de diacritiques qui indiquent la nature de la voyelle et du ton qui l'accompagnent (les rimes). Seule la voyelle [a'] au premier ton est inhérente à l'attaque et n'est pas notée. Théoriquement, toute syllabe écrite qui n'est pas la finale d'un mot peut être prononcée avec la voyelle [ə] (sans ton ni arrêt glottal [ʔ] ou nasalisation [N]) en tant que rime.

Il existe en outre sept symboles qui se lisent comme un 'a'.jpg accompagné d'un diacritique ; ils ne sont utilisés que dans quelques emprunts au Pali ou au Sanskrit et de très rares mots birmans. Les seules exceptions couramment employées sont [ ?u ] , pour le mot œuf ainsi que ဦး ['?u ], équivalent de Monsieur.


Syllabes ouvertes, en utilisant Ka 1.jpg [k] comme base
Consonne + Voyelle Exemples
Premier Ton
Deuxième Ton
Troisième Ton
IPA
MLCTS TR Birman IPA Transcr.
Ka 1.jpg
Ka 2.jpg / Consonne + a.jpg (1) Ka 3.jpg /Variante -a 3.jpg(1) [ka], [kə] ka ka (r)(2) မမလေး

မြန်မာ
/ ma' ma' 'le /
/myaN ma /
Ma Ma Lay (en)

Myanmar
Ki 1.jpg
Ki 2.jpg
Ki 3.jpg [ki] ki ki ပါရီ /pa ɹi/ Paris
Variante -i' ou -è' 1.jpg
Variante -i ou -è 2.jpg
Variante -'i. ou -'è 3.jpg
[ki] [ke]
ou [kɛ]
kany ki
ou
kay
နေပြည်တော်

ပြည်
/ne pyi dɔ/

/pyɛ/
Naypyidaw

Pyay
Ku 1.jpg
Ku 2.jpg
Ku 3.jpg
[ku] ku ku
ou koo
တောင်ငူ /'tauN ŋu / Taungoo
Ké 2.jpg
Ké 1.jpg
Ké 3.jpg
[ke] ke kay
ou ke
နေဝင်း /ne' 'wiN / Ne Win ou Nay Win
Kai 1.jpg
Kai 3.jpg
Kai 2.jpg
[kɛ] kai ke ဟဲဟိုး /'hɛ 'ho / Heho (en)
Ko 1.jpg/ -o ( Variante ; ton 1 ).jpg (1) Ko 2.jpg / Variante pour la voyelle -o ; ton 2.jpg(1) Ko 3.jpg/ Variante -o (ton 3) après certaines consonnes.jpg (1) [kɔ] kau kaw အနော်ရထာ /ʔə nɔ jə 'tʰa / Anawratha
Kô 1.jpg
Kô 2.jpg
Kô 3.jpg
[ko] kui ko ou
koe
ဖိုးပါကြီး

တင်မိုး
/'hpo 'pa 'dʒi/

/tiN 'mo/
Po Par Gyi  (en)

Tin Moe (en)



(1)  Avec les consonnes Kha birman.jpg, Lettre birmane 'petit ga'.jpg, Nga.jpg, Lettre birmane 'petit da'.jpg, Lettre birmane 'pa' profond.jpg et 'wa'.jpg ; par ex. Ga 1.jpg ga [ɡa] ;Ga 2.jpg, ga: [ɡà] ; ဂေါ့ gau: [ɡɔ'] ; ဂေါ် gau. [ɡɔ]; ဂေါ gau ['ɡɔ]. L'emploi du entraînerait des suites comme ဂ၁ ou ပ၁ pouvant créer des confusions avec des consonnes comme က ou .

(2) Un -r est parfois ajouté pour transcrire l'allongement propre au deuxième ton (sur le modèle anglais car ['ka]), d'où la graphie Myanmar qui ne renvoie à aucune consonne finale en Birman: မြန်မာ se prononce [myaNma].


Voici les sept symboles d'emploi limité :

Symbole Equivalent IPA Symbole Equivalent IPA Symbole Equivalent IPA Symbole Equivalent IPA

 
အိ
[ʔi']
အု
[ʔu]
အေ
[ʔe]
အော်
[ʔɔ]

 
အီ
[ʔi]
ဦး
အူး
['ʔu]
အေး
['?e]


အော
['ʔɔ]

En syllabe fermée[modifier | modifier le code]

Il y a principalement deux manières de transcrire les syllabes fermées : la plus courante recourt au diacritique  ; dans d'autres mots c'est la superposition de consonnes qui les indique.

Emploi du signe [modifier | modifier le code]

La frontière birmane à ကော့တောင်း (Kawthaung).

Les syllabes fermées sont composées de l'attaque (consonne avec ou sans ligature) accompagnée ou non de diacritiques suivie d'une consonne finale surmontée du အသတ်, [ʔaθaʔ], le signe qui tue  , qui indique toujours la fin d'une syllabe. Son origine est le virāma de l'écriture devānagarī, qui supprime la voyelle [a] incluse dans la consonne. L'évolution phonétique du birman a entraîné l'amuïssement des consonnes finales aboutissant toutes à un arrêt glottal, à l'exception des nasales qui nasalisent l'ensemble de la syllabe.

Le signe qui tue indique ainsi presque toujours une consonne finale qui a perdu sa valeur phonétique originelle. Les seules exceptions sont les finales ouvertes en -ယ် [ɛ], -ည်, [i], [e] ou [ɛ] et en -ော် [ɔ]. Un tout petit nombre de mots d'origine pāli se termine par un -လ် non prononcé en birman, d'où la présence du [ʔaθaʔ], comme ဗိုလ် [bo], commandant (Pāli: bala) ou တက္ကသိုလ် [tɛ? kəθo], université (Pāli: takkasīla) .



Syllabes fermées par arrêt glottal, en utilisant က [ka'] comme base
Symbole IPA MLCTS Tr Exemples IPA Transcr.
Kèt.jpg
/kɛʔ/ [kɛ?] kak ket သက်ဝင်းအောင် [θɛ? 'wiN ?aoN] Thet Win Aung (en)
Ki + arrêt glottal.jpg
/kiʔ/ [ki?] kac kit စစ်တွေ [siʔ twe'] Sittwe
Kè + Arrêt glottal.jpg
/kaʔ/ [ka?] kam kat နတ် [na?] Nat


Ka(p) arrêt glottal.jpg
/kaʔ/ [ka?] kap kat တပ်မတော် [taʔ mə dɔ ] Tatmadaw
Keiq.jpg
/keʔ/   [kɛi?] kit keik မိုးမိက် ['mo mei?] Momeik
Keip.jpg
/keʔ/ [kɛi?] kip keik ပလိပ် [ pa' lei? ] Paleik (en)
Kut.jpg
/koʔ/  [kou?] kut မော်တော်ဘုတ် [mɔtɔbou?] Transcription de l'anglais
motor-board
Ko fermé.jpg
/koʔ/  [kou?] kup kok သုပ် [θou? ] thok(e) (salade)
List of Burmese dishes (en)
Lettre Ko.jpg1 /kɔʔ/   [kao?] kauk kauk မြောက်‌ဦး [ mjao? '?u ] Mrauk U 2
Kait.jpg
/kaiʔ/ [kai?] kuik kaik ကျိုက်ထီးရိုး [tɕaiʔ' 'tʰi 'jo ]
Kyaiktiyo
(Rocher d'Or)
Kout.jpg
/kuʔ/ [kou?] kwat kut ဘေရွတ် [beju?] / [beru?] Beyrouth
Koup.jpg
/kuʔ/ [kou?] kwap

1 Autre forme avec certaines consonnes, ex. ဂေါက် [ɡaoʔ]

2 La transcription Mrauk et non Myauk reflète la prononciation arakanaise du , qui a conservé celle de l'ancien birman.


Syllabes fermées par une nasale, en utilisant က [ka'] comme base
Ton 1 Ton 2 Ton 3 Valeur MLCTS Tr Exemples
Phonol. Phonét. Birman IPA Tr
KiN .1.jpg
KiN 2.jpg
KhiN 3.jpg
/kiN/ [kiN] kang kin အင်လေး [?iN 'le] Inle
Ki ou Kè 1.jpg
KhiN 2 Variante.jpg
KhiN 3 Variante.jpg
/kiN/ [kiN] kani kin ပျဉ်းမနား ['pjiN ma' 'na] Pynmana
KaN 1.jpg
KaN 2.jpg
KaN 3.jpg
/kaN/ [kaN] kan kan စန်းစန်းနွယ် ['saN 'saN nwɛ] San San Nweh
KaN 1b.jpg
KaN 2b.jpg
KaN 3c.jpg
/kaN/ [kaN] kam kan Remplacé par l'abréviation aux tons 1 et 2 2. ['lan] လမ်း (route ou rue)
KeiN 1b.jpg
KeiN 2b.jpg
KeiN 3b.jpg
/keN/ [kɛiN] kin kein ဉ်းပိန် ['?u bɛiN ] U Bein
KeiN 1.jpg
KeiN 2.jpg
KeiN 3.jpg
/keN/ [kɛiN] kim kein အိမ် [?eiN] maison


KoN 1.jpg KoN2.jpg KoN 3.jpg /koN/ [kouN] kun: kon ရန်ကုန် [jaN gouN] Yangon
(Rangoon)
KouN b 1.jpg
KouN b 2.jpg KouN b 3.jpg /koN/ [kouN] kum kon ရွှေတိဂုံ [ ʃwe də goN] Shwedagon
Kaon 1.jpg Kaw.jpg1 KauN 3.jpg /kɔN/ [kaoN] kaung kaung တောင်ကြီး [taoN 'dʒi ] Taunggyi
KaiN 1.jpg KaiN 2.jpg KaiN 3.jpg /kaiN/ [kain] kuing kaing စစ်ကိုင်း [zə? 'gaiN Sagaing
KuN 1.jpg KuN2.jpg KuN 3.jpg /kuN/ [kuəN] kwan kun ကြည်စိုးထွန်း [tɕi 'so 'tʰuəN ] Kyi Soe Tun (en)
KuN 1 B.jpg KuN 2 B.jpg KuN 3 B.jpg /kuN/ [kuəN] kwam Rare.  တွမ် [touN] Tom
KuN 1 c.jpg KuN 2 c.jpg KuN 2 .3.jpg /kuN/ [kuəN] Rare.   ရွံ [juəN] éprouver de la répulsion

1 Autre forme avec certaines consonnes : ဂေါင် gaung ['ɡauN]

2 La graphie du ton 2 s'emploie dans quelques transcriptions de la syllabe am : ကမ်ပူးချား (Kampuchea, Cambodge)

Abréviations des finales nasales[modifier | modifier le code]

Certaines syllabes en /-iN/ ou /-'iN / d'une part, en /aN/ d'autre part n'utilisent pas les symboles précédents, mais s'écrivent avec deux signes particuliers. Le premier est peu utilisé alors que le second, intégré dans le tableau précédant, est plus fréquent que la lettre correspondanre -မ် . Ces graphies particulières distinguent parfois des homophones : [kaN] écrit ကံ signifie karma, mais lac, quand il est écrit ကန်.

Symbole Equivalence Sens Exemples IPA Traduction
Abréviation de 'iN'.jpg
- င်, -င်း
Syllabe fermée
/-iN/ ou / -'iN/
Birman 'England'.jpg [?iNgəlaN]
England
(Angleterre)
Abréviation de '-aN '.jpg
မ်
/aN/
ပုဂံ
[bə gaN]
Bagan

Doubles lettres[modifier | modifier le code]

Ces consonnes superposées jouent le même rôle que le . Elles ont pour fonction de raccourcir des polysyllabes, généralement d'origine étrangère, principalement pāli, mais aussi anglaise ou provenant d'autres langues. La consonne supérieure ferme une syllabe et la consonne inférieure de moindre taille est l'initiale de la syllabe suivante ; ainsi :

ကန္တ၁ (femme)  =  ကန်တ၁  [kaN da]

Ces graphies peuvent entraîner de légères modifications dans la forme de la consonne supérieure (န် perd sa queue dans les doubles lettres န္တ, န္ထ, န္ဒ, န္ဓ, န္န) ou de la consonne inférieure ( prend une position couchée : ္ဍ ) ou dans l'emplacement des symboles vocaliques ( se place à la droite de la double lettre: ကတ္တူ ,  [ka?tu]  (type d'embarcation). Par ailleurs, si la syllabe suivante contient un , ce signe vocalique demeure à sa place : သန္ဒေဘ correspond à သန်ဒေသ,[θaNdeθa'].

Groupes combinaisons possibles Transcriptions Exemples
Ka. က္က, က္ခ, ဂ္ဂ, ဂ္ဃ , respectivement : kk, khk, gg,
ggh, et ng
ဒက္ကား ‌   [da?'ka],   Dacca.
Ca. စ္စ, စ္ဆ, ဇ္ဇ, ဇ္ဈ, ဉ္စ, ဉ္ဆ,ဉ္ဇ, ဉ္ဈ
 
respectivement : cc, chc, jj, jjh, nyc, nych, nyj ဝိဇ္ဇာ ‌   [wi?ja] "wijja (Pāli)  savoir
Ta. ဋ္ဋ, ဋ္ဌ, ဍ္ဍ, ဍ္ဎ, ဏ္ဋ, ဏ္ဍ
 
respectivement tt, tht, dd,
ddh, nd
ပဏ္ဍိတ    [paNdita]     "panḍita "(Pāli)     "pandit"
Ta. တ္တ, တ္ထ, ဒ္ဒ, န္တ, န္ထ, န္ဒ, န္ဓ, န္န
 
respectivement tt, tht, dd, nt, nht, nd, ndh, nn မန္တလေး  ['maNdə'le] ,   Mandalay

အာနန္ဒာ  [?anaNda]   Ananda
 
Pa. ပ္ပ, ပ္ဖ, ဗ္ဗ, ဗ္ဘ, မ္ပ, မ္ဗ, မ္ဘ, မ္မ
 
respectivement pp, php, bb, bbh, mp, mb, mbh, mm နိဗ္ဗာန်  [ni?baN]   nibbāna (pāli)    Nirvāna

ကမ္ဘာ [kaNba]   kambha (pāli) , "monde"
 
, လ္လ respectivement ss, ll ပလ္လင်  [pa?liN]   pallanka (pāli)   "trône"
 

Différents styles d'écriture[modifier | modifier le code]

Comme toute autre langue le birman a développé différents styles d'écriture. Pour l'indication en birman de Union du Myanmar, ပြည်ထော်စုမြန်မာနိုင်ငံ(တော်), le timbre de gauche présente une écriture usuelle, l'autre des formes de lettres plus modernes. L'expression se décompose ainsi:

ပြည်ထော်စု = union မြန်မာ = Myanmar နိုင်ငံ = pays တော်, suffixe honorifique (absent du timbre rouge )

Sur cette page[1], sont présentés de nombreux styles d'écriture.


Graphies inhabituelles[modifier | modifier le code]

Ces graphies présentent d'autres consonnes sumontées du ou des doubles lettres correspondantes. Rarement utilisées, elles reflètent les consonnes des syllabes C + V dans les mots repris presque exclusivement du Pāli, réduites en birman à un arrêt glottal ou à une nasalisation. Pour les lire, il faut connaître leur équivalence dans le système standard.

Repris ici, le tableau des consonnes distingue :

  1. Dans les cinq premières lignes des quatre premières colonnes ainsi que , les consonnes pouvant noter un arrêt glottal.
  2. Dans la colonne 5 (sauf ), les consonnes pouvant noter une nasalisation.
  3. Dans les deux dernières rangées, les autres consonnes.


1 2 3 4 5
K က
S
 
ည/ ဉ
ʈ
 

 

 
T
P
 
 
 
   
Les graphies rares et leurs équivalences
Types de consonnes
et voyelles
Equivalences
Exemples
Birman IPA Pāli Sens
Sans voyelles
écrites
Rangée "K"
- က်
မဂ် [mɛ?] magga chemin
အနဂ္ဃ
 
[?ənɛ?ga'] anaggha inestimable
Rangée "S"
- စ်
ဃဇ် [yi?] jajana sacrifice
အဇ္ဈာပန
 
[?i?zapana'] ajjhāpana enseignant
Rangées "ʈ"
"T" et "P"
- တ်
ဉပဒ်
 
[?upa?] upadava malheur
အဎ္ဍ
 
[?a?da] aḍḍha opulent
Deux dernières
rangées
- န်
ဖလ်
 
[pʰaN] palika cristal
မာရ်
 
[maN] māra Māra
Avec marques
vocaliques
et finales non nasales
- ု်
- ုတ်
ပုဒ်
 
[pou?] pada délimitation
ဗုဒ္ဓ
 
[bu?da] buddha Bouddha
-ိ်
- ိတ်
ကိလိဌ်
 
[kilei?] kiliṭṭha impur
အနိစ္စ
 
[?anei?sa] anicca impermanence
-ေ်
-Teminaison consonne +i + arrêt glottal.jpg
ခေတ်
 
[kʰi?] khetta période
ရေခဲသေတ္တာ [yekɛθi?ta] réfrigérateur
(eau-solidifiée-boîte)
-ေ၁်
(Rangée k)
-ောက်
ဘောဂ္ဂ
 
[pʰagɔ?] bhogga
- ေ၁်
(Autres rangées)
- ွတ်
ယောဗ္ဗန
 
[ju?pana] yobbana jeunesse
- Terminaison aux consonnes inhabituelles.jpg
(Avec les consonnes encadrées)
- Terminaison consonne + -ai + arrêt glottal.jpg
မကိုဋ် [mai?] makuṭa couronne
- Terminaison aux consonnes inhabituelles.jpg
(Avec les autres consonnes)
- Terminaison consonne + -ai + arrêt glottal.jpg
ဂြိုဟ် [jɔ?] graha
(Sanskrit)
planète
Avec marques
vocaliques
et finales nasales
- ိ်
- ိန်
လိင်
 
[liN] linga sexe
- ု်
 
- ုန်
သုည 1
 
[θoNɲa]1 suñña zéro
- ေ်
- ဉ်
ဒေဏ္ဍိမ [ diNdima] deṇḍima timbale
(Instrument musical)
- ေ၁်
 
- ွန်
သောဏ္ဏ [θouNna ] soṇṇa or
Terminaison aux consonnes inhabituelles.jpg
- Terminaison consonne + aiN.jpg
ဂိုဏ် ['gaiN ] gaṇa groupe /secte

1- La graphie ne note pas la finale nasalisée de la première syllabe : * သုန်ည

Abréviations propres au birman littéraire[modifier | modifier le code]

Ils peuvent être comparés à un symbole comme & pour et en français et en anglais, mais ces formes ne sont pas utilisées en birman courant.

Symbole Equivalence Sens Explications
I initial. C du nom + Fin phrase.jpg
အိ   /?i'/
Marque du compl.de nom ou
du suffixe verbal présent ou passé
Abréviation de l'ancienne graphie : ဧအ်
Equivaut respectivement à ရဲ့ et à -တယ်
Liaison=ywé2.jpg
ယွေ့   /ywe'/
Coordination entre deux verbes ou propositions
Abréviation de l'ancienne graphie : ရုယ်
Abréviation pour 'hnai', postposition.jpg
'hnai'.jpg   /hnai?/
Equivalent littéraire
de မှာ "hma'" (dans)
Le 'gaon . Abréviation.jpg လည်းကေ၁င်

/lə 'gaon/
ce même, de même
Anciennement écrit လေး ကေ၁င်
လေး voulant dire quatre noté , ce symbole a été utilisé comme abréviation, puis peut-être pour éviter toute confusion avec le chiffre , la forme de dans ၄င် a été modifié en , unique emploi de cette lettre.

Modification dans la romanisation de certains noms de ville[modifier | modifier le code]

La transcription de certains toponymes a été modifiée en 1989 pour la rapprocher de la prononciation birmane.

Birman Prononciation Ancienne
transcription
Nouvelle

transcription

ပုဂံ
[bəɡaɴ]
Pagan
Bagan
ပခူး
[bə'ɡu]
Pegu
Bago
ထားဝယ်
['də wɛ]
Tavoy
Dawei
ဘားအံ
[pʰə ʔàɴ ]
Paan
Hpa-an (en)
မော်လမြိုင်
[mɔ lə mjaiN]
Moulmein
Mawlamyine
ပုသိမ်
[pə θeiN]
Bassein
Pathein
ရန်ကုန်
[jaN ɡouN ]
Rangoon
Yangon

Transcription des emprunts occidentaux[modifier | modifier le code]

Le birman comporte des emprunts lexicaux assez nombreux à l'anglais ; pour les transcrire elle s'appuie donc généralement sur la forme et la prononciation du mot dans cette langue. Il arrive cependant que deux graphies coexistent, l'une reflétant la prononciation anglaise, l'autre celle de la langue d'origine. Ainsi Paris s'écrit ပဲရစ် (prononciation anglaise) ou ပါရီ (prononciation française).

Les trois principales consonnes qui font défaut à l'initiale sont ainsi transcrites :

  • R = (c'est la valeur originelle de cette lettre) : ရေဒီယို, radio
  • V = , et parfois   ဗွ  : တီဗွီ , T.V.
  • F =  : ဖင်လန် , Finlande

Les finales vocaliques peuvent être généralement reproduites en recourant aux syllabes ouvertes du birman: America s'écrit : အမေရိက  ; Africa : အဖရိက; Korea : ကိုရီးယား, [kɔ'ri'ja]. Les finales en nasales sont transcrites avec une assez bonne approximation en utilisant des syllabes fermées par des nasales aussi proches que possible de l'original. Britain s'écrit : ဗြိတိန်  ; téléphone : တယ်လိဖုန် .

En revanche, la représentation des autres consonnes finales d'une syllabe est difficile. Une syllabe ouverte correspond aux finales anglaises en -l ou en -r, qui ne sont donc pas notées : hôtel s'écrit ဟိုတယ်  ; Sénégal ဆိနိဂေါ  ; computer (ordinateur) ကွန်ပြူတာ ou ကွန်ပျူတာ  ; dollar ဒေါလာ . Mais la plupart du temps le birman recourt à une syllabe fermée reflétant la présence d'une consonne finale dans l'emprunt, mais sans pouvoir indiquer laquelle ; la consonne surmontée du [ʔaθaʔ], le "signe qui tue" (sinon, elle serait prononcée suivie d'un [a']) est choisie en fonction de la valeur vocalique qu'elle note et non de la consonne d'origine :

- က် pour [ɛ] + cs  : ဘတ်စကက်ဘော , basket-ball.

- တ် pour [a] + cs : အီရတ် , Irak  ; ဒင်းမတ် , Danmark  ; ရစ်ခြတ် , Richard .

- စ် pour [i] + cs : မျူနစ် , Munich  ; အီဂျစ် , Egypte  ; ဒေးဗစ် , David .

- ိတ် pour [ei] + cs : ကုဝိတ် , Kuweit .

- ္္ုပ် pour [əu] ou [ou] + cs : မုံက်ကရုစကုပ် , microscope

- ္္ောက် pour [ɔ] ou [ao] + cs : နယုးယောက် , New-York

- ွတ် pour [u] + cs : ဘေရွတ် , Beyrouth

Beaucoup plus rarement, la consonne finale originelle est ajoutée entre parenthèses. Ainsi (auto)bus peut s'écrire ဘတ်(စ်) où le တ် note approximativement le [ʌ] anglais et le စ် correspond à [s] . basket-ball peut aussi s'écrire ဘတ်(စ်)ကက်ဘော , mais l'absence de parenthèse et de [ʔaθaʔ] se rencontre quand la finale de la syllabe de l'emprunt peut devenir en birman l'initiale de la syllabe suivante, ce qui est le cas pour ce dernier mot qui peut aussi être écrit ဘတ်စကက်ဘော [ ba-skɛ?-bɔ ].Il en est de même pour ယူနက်စကို, [yu-nɛ-sko] UNESCO.

Nombres[modifier | modifier le code]

Un système décimal est utilisé et les chiffres sont disposés dans le même ordre que les chiffres arabes (Unicode 1040 à 1049).

Chiffre Symbole Ecrit IPA Chiffre Symbole Ecrit IPA
0 Burmese number 0.svg 5 Burmese number 5.svg
1 Burmese number 1.jpg 6 Burmese number 6.svg
2 Burmese number 2.svg 7 Burmese number 7.svg
3 Burmese number 3.svg 8 Burmese number 8.svg
4 Burmese number 4.svg 9 Burmese number 9.svg


Ainsi 1945 est écrit ainsi ၁၉၄၅ . Il n'y a pas de séparateurs de milliers.

Un autre groupe de nombres est utilisé pour le shan.

Ponctuation[modifier | modifier le code]

Il y a deux caractères de ponctuation en birman, tracés de un ou deux traits verticaux ( ou ), qui correspondent respectivement à une virgule et à un point. est utilisé en tant que point si la phrase se termine juste derrière un verbe. est plus ou moins égal à une virgule et est utilisé pour connecter 2 idées.

Unicode[modifier | modifier le code]

L'intervale Unicode pour le birman et les autres langues de Birmanie est U+1000–U+109F. Les zones grises indiquent des zones non assignées. Modèle:Unicode chart Myanmar Pour l'écriture du birman, seul l'intervale U+1000–U+104F est utilisé :

  • Alphasyllabaire de base:
    • U+1000–U+1020: Les 33 consonnes de base.
    • U+1021–U+102A: Les 10 voyelles indépendantes (avec une variante utilisée en shan et une en môn).
    • U+102B–U+1035: Les 11 voyelles dépendantes (diacritiques qui se combinent à droite, dessus, dessous ou à gauche de la consonne).
    • U+1036–U+103A: Les 5 diacritique (anusvara, marque de ton, visarga, virama, virama visible).
    • U+103B–U+103E: Les 4 consonne médianes (Les diacritiques à droite, autour ou dessosu).
  • U+103F: La lettre birmane "Grand Sa".
  • U+1040–U+1049: Les 10 chiffres.
  • U+104A–U+104B: Les 2 signes de ponctuation.
  • U+104C–U+104F: Les 4 symboles (locatif, complétif, précédé, génitif).

Le reste est pour les autres langues:

  • Extensions pour le pali et le sanskrit:
    • U+1050–U+1051: Les 2 consonnes de base.
    • U+1052–U+1055: Les 4 voyelles indépendantes.
    • U+1056–U+1059: Les 4 voyelles dépendantes (Combinaison à droite ou dessous).
  • Extensions pour le môn:
    • U+105A–U+105D: Les 4 consonnes de base.
    • U+105E–U+1060: Les 3 consonnes médianes (Combinaison dessous).
  • Extensions pour le s’gaw karen:
    • U+1061: La consonne de base.
    • U+1062: La voyelle (Combinaison à gauche).
    • U+1063–U+1064: the 2 consonnes médianes (Combinaisons à droite).
  • Extensions pour le western pwo karen:
    • U+1065–U+1066: Les 2 consonnes de base.
    • U+1067–U+1068: Les 2 voyelles (Combinaisons à droite).
    • U+1069–U+106D: Les 5 tons (Combinaisons à droite).
  • Extensions pour le eastern pwo karen:
    • U+106E–U+1070: Les 3 consonnes de base.
  • Extensions pour le geba karen:
    • U+1071: La voyelle (Combinaisons dessous).
  • Extensions pour le kayah:
    • U+1072–U+1074: Les 3 voyelles(Combinaisons dessus).
  • Extensions pour le shan:
    • U+1075–U+1081: Les 13 consonnes de base.
    • U+1082: La 1 consonnes médianes (Combinaisons dessous).
    • U+1083–U+1086: Les 4 voyelles (Combinaisons à droite, à gauche, ou dessus).
    • U+1087–U+108D: Les 7 tons (Combinaisons dessous ou à droite).
  • Extensions pour le rumai palaung:
    • U+108E: La consonne de base.
    • U+108F: Le ton (Combinaisons à gauche).
  • Extensions pour le shan:
    • U+1090–U+1099: Les 10 chiffres.
    • U+109E–U+109D: Les 2 symboles.

Les 4 points U+109A–U+109D ne sont pas encore assignés.

Le birman sur le web[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2005, la plupart des sites web birmans utilisaient une méthode d'affichage basée sur des images dynamiquement générées. Depuis 2005, le Laboratoire de recherche NLP a annoncé une police de caractères nommée Myanmar1. Cette fonte contient non seulement les points unicode et les lettres, mais aussi la logique et les règles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Blocs de caractères Unicode pour l’écriture birmane[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Polices de caractères supportant le birman[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation de l'écriture shanalif-shinobi.blogspot.com. Consulté le 29-11-10.
  2. a, b, c, d et e (en) A History of The Myanmar Alphabet §12 ; 14 ; 18-19 ; 20 ; 4
  3. Syllabaire kadambaproel.org. Consulté le 23-12-10
  4. Reproduction du texte birman Consulté le 23-12-10
  5. (en) Historique et traductions des inscriptions. Consulté le 23-12-10
  6. Différents types de graphie birmane (asien> südindisch > pali-birmanisch) Consulté le 28-12-10.
  7. Les parabaiks birmans Introduction (en anglais). Consulté le 2-01-10.
  8. Reproductions de parabaik parabaik - Google Search. Consulté le 2-01-11.
  9. (en) A History of the Myanmar Alphabet
  10. a et b Auteur(s) : Herbert, Patricia M. . Éditeur scientifique South-East Asia  : languages and literatures, edited by Patricia Herbert & Anthony Milner,Honolulu : University of Hawaii press, 1989 ; ISBN 978-0-8248-1267-6, pages 7, 5
  11. John Okell, An Introduction to the Script, 2010, Northern Illinois University, page XVIII .
  12. a et b Transcription adoptée par D.Bernot, M-H. Cardinaud, M.Yin Yin Myint, Manuel de Birman L'Asiathèque, Paris, 2001
  13. a et b Transcription adoptée par John Okell, A guide to the romanization of Burmese, The Royal Asiatic Society, London, 1971