Zêta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zeta.
Zêta
Versions modernes de la lettre grecque zêta en capitale et bas-de-casse, avec la police Times New Roman.
Versions modernes de la lettre grecque zêta en capitale et bas-de-casse, avec la police Times New Roman.
Graphies
Capitale Ζ
Bas-de-casse ζ
Utilisation
Alphabets Grec
Ordre 6e lettre
Phonèmes principaux

Zêta ou dzêta (capitale Ζ, minuscule ζ ; en grec ζήτα) est la 6e lettre de l'alphabet grec, précédée par epsilon et suivie par êta. Dérivée de la lettre zayin Phoenician zayin.svg de l'alphabet phénicien, elle est l'ancêtre de la lettre Z de l'alphabet latin et de la lettre З de l'alphabet cyrillique.

Usage[modifier | modifier le code]

Grec[modifier | modifier le code]

En grec moderne, la lettre zêta représente la consonne fricative alvéolaire voisée [z].

Dans le système de numération grecque, zêta vaut 7, bien qu'étant la sixième lettre de l'aphabet. Cette position est due à l'ancienne existence du digamma, une lettre archaïque originellement située entre l'epsilon et le zêta, qui a disparu de l'alphabet grec mais perdure dans la numération grecque.

Le son représenté par zêta en grec ancien n'est pas connu avec certitude. Dans le grec archaïque d'Athènes et du nord-ouest de la Grèce, la lettre semble représenter /dz/ ; en attique, à partir du IVe siècle av. J.-C., elle semblerait noter soit /zd/ ou /dz/ et il n'existe aucun consensus sur la question. Dans d'autres dialectes comme l'élidien ou le crétois, le symbole pourrait noter des sons ressemblant au « th » anglais actuel ([ð] et [θ]). En koinè, la lettre note /z/.

Sciences[modifier | modifier le code]

La lettre zêta minuscule représente divers concepts en mathématiques, physique et chimie, comme par exemple les fonctions zêta.

La majuscule de la lettre zêta n'est généralement pas utilisée comme symbole car son rendu est le plus souvent identique à la capitale Z latine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

La lettre zêta tire son origine de la lettre correspondante de l'alphabet phénicien, Phoenician zayin.png. Celle-ci provient peut-être de l'alphabet protosinaïtique, une écriture utilisée dans le Sinaï il y a plus de 3 500 ans, elle-même probablement dérivée de certains hiéroglyphes égyptiens ; la lettre phénicienne, zayin, semble signifier « arme ». L'alphabet phénicien atteint une forme plus ou moins standard vers le XIe siècle av. J.-C.. Sa 7e lettre est une consonne (l'alphabet phénicien est un abjad qui ne note pas les voyelles) correspondant probablement au son [z] ou [dz].

Alphabets archaïques[modifier | modifier le code]

Alphabet grec peint sur la panse d'une coupe attique à figures noires ; le zêta ressemble à un « I ».

L'alphabet grec dérive directement de l'alphabet phénicien. Sa 7e lettre devient la 7e de l'alphabet grec, la lettre archaïque digamma, abandonnée depuis, s'intercalant en 6e position.

Dans les écritures grecques archaïques, la forme du zêta reprend typiquement celle de l'alphabet phénicien : Greek Zeta classical.svg. La barre verticale ainsi que les deux barres horizontales peuvent varier en longueur[1].

Évolution[modifier | modifier le code]

La forme actuelle de la lettre provient de l'alphabet utilisé en Ionie, qui est progressivement adopté par le reste du monde grec antique (Athènes passe un décret formel pour son adoption officielle en 403 av. J.-C. ; son usage est commun dans les cités grecques avant le milieu du IVe siècle av. J.-C.).

L'alphabet grec reste monocaméral pendant longtemps. Les formes minuscules proviennent de l'onciale grecque, une graphie particulière créée à partir de la majuscule et de la cursive romaine vers le IIIe siècle et adaptée à l'écriture à la plume, et sont créées vers le IXe siècle. Pendant la Renaissance, les imprimeurs adoptent la forme minuscule pour les polices bas-de-casse, et modèlent les lettres capitales sur les formes des anciennes inscriptions, conduisant le grec à devenir bicaméral.

Nom[modifier | modifier le code]

À la différence d'une majorité de l'alphabet grec, le terme « zêta » ne provient pas du nom de la lettre phénicienne dont elle dérive : la lettre grecque reçoit son nom du motif bêta, êta et thêta.

Il est supposé que le nom de la lettre phénicienne correspondante signifierait « arme ».

En grec, la lettre est appelée ζήτα (zếta), prononcée /zita/.

En français, la prononciation de la lettre est [zɛta] ou [dzɛta] ; cette dernière étant influencée par la prononciation traditionnelle du grec ancien dans les écoles françaises, elle fait plus savante mais elle n'est ni meilleure ni pire d'un point de vue historique que la première (toutes deux sont également discutables).

Dérivés[modifier | modifier le code]

L'alphabet étrusque est dérivé de l'alphabet grec employé en Eubée — alphabet que les Étrusques apprennent à Pithécusses (Ischia), près de Cumes. Cet alphabet eubéen utilise, comme les autres, une forme du zêta archaïque : Greek Zeta classical.svg. En étrusque, on suppose que Z représente le son /ts/. L'alphabet latin descend directement de l'alphabet étrusque et ses premiers modèles utilisent le Z. Le son que cette lettre représente se transforme toutefois rapidement en « r » en latin et la la lettre, devenue inutile, est supprimée au IVe siècle av. J.-C.. Pour noter les emprunts au grec, les Romains utilisent « s » au début des mots et « ss » au milieu des mots : sōna pour ζώνη (« ceinture »), trapessita pour τραπεζίτης (« banquier »).

Au Ie siècle av. J.-C., le Z est réintroduit dans l'alphabet latin pour représenter plus fidèlement le son du zêta grec ; la lettre latine prend alors la forme que la lettre grecque a obtenue entre-temps. Le Z est placé à la fin de l'alphabet ; avec le Y qui le précède, il s'agit des deux seuls lettres que les Romains dérivent directement des Grecs plutôt que des Étrusques.

Dans l'alphabet cyrillique, le zêta donne naissance à la lettre zé З.

Dans l'alphabet copte, la lettre conduit à la lettre zēta ou zata .

Il est possible que l'alphabet arménien dérive de l'alphabet grec. Dans ce cas, le za Զ dériverait du zêta.

Codage[modifier | modifier le code]

La majuscule Ζ possède les codages suivants :

La minuscule ζ possède les codages suivants :

  • Unicode : U+03B6
  • Entité HTML : ζ
  • TeX : \zeta ; \zeta
  • DOS Greek : 157
  • DOS Greek-2 : 218
  • Windows-1253 : 230

Le tableau suivant recense les différents caractères Unicode utilisant le bêta:

Caractère Représentation Code Bloc Unicode Nom Unicode
Ζ ΖU+0396 U+0396 Grec et copte[2] Lettre majuscule grecque dzêta
ζ ζU+03B6 U+03B6 Grec et copte Lettre minuscule grecque dzêta
𝚭 𝚭U+1D6AD U+1D6AD Symboles mathématiques alphanumériques[3] Majuscule mathématique grasse dzêta
𝛇 𝛇U+1D6C7 U+1D6C7 Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique grasse dzêta
𝛧 𝛧U+1D6E7 U+1D6E7 Symboles mathématiques alphanumériques Majuscule mathématique italique dzêta
𝜁 𝜁U+1D701 U+1D701 Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique italique dzêta
𝜡 𝜡U+1D721 U+1D721 Symboles mathématiques alphanumériques Majuscule mathématique italique grasse dzêta
𝜻 𝜻U+1D73B U+1D73B Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique italique grasse dzêta
𝝛 𝝛U+1D75B U+1D75B Symboles mathématiques alphanumériques Majuscule mathématique grasse sans empattement dzêta
𝝵 𝝵U+1D775 U+1D775 Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique grasse sans empattement dzêta
𝞕 𝞕U+1D795 U+1D795 Symboles mathématiques alphanumériques Majuscule mathématique italique grasse sans empattement dzêta
𝞯 𝞯U+1D7AF U+1D7AF Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique italique grasse sans empattement dzêta

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Lilian Hamilton Jeffery, The Local Scripts of Archaic Greece, Oxford, Clarendon,‎ 1961
  • (en) Nick Nicholas, Proposal to add Greek epigraphical letters to the UCS. Technical report, Unicode Consortium,‎ 2005, pdf (lire en ligne)
  • (en) Edward M. Thompson, An Introduction to Greek and Latin Palaeography, Oxford, Clarendon,‎ 1911
  • (en) Ernest C. Colwell, Studies in methodology in textual criticism of the New Testament, Leyde, Brill,‎ 1969 (lire en ligne), « A chronology for the letters Ζ, Η, Λ, Π in the Byzantine minuscule book hand »

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Browse by letter form », Poinikastas
  2. [PDF] « Grec et copte », Unicode
  3. [PDF] « Symboles mathématiques alphanumériques », Unicode