Upsilon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Upsilon (homonymie).
Upsilon
Versions modernes de la lettre grecque upsilon en capitale et bas-de-casse, avec la police Times New Roman.
Versions modernes de la lettre grecque upsilon en capitale et bas-de-casse, avec la police Times New Roman.
Graphies
Capitale Υ
Bas-de-casse υ
Utilisation
Alphabets Grec
Ordre 20e lettre
Phonèmes principaux

Upsilon (capitale Υ, minuscule υ ; en grec ύψιλον) est la 20e lettre de l'alphabet grec, précédée par tau et suivie par phi. Dérivée de la lettre wau wau de l'alphabet phénicien, elle est l'ancêtre des lettres U, V, W et Y de l'alphabet latin et de la lettre У de l'alphabet cyrillique.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Usage[modifier | modifier le code]

En grec moderne, la lettre upsilon représente la voyelle fermée antérieure non arrondie (/i/). Elle est également présente dans les diphtongues, après alpha, epsilon ou omicron ; elle est alors prononcée [v] devant une voyelle, ρ et les consonnes sonores β, γ, δ, ζ, λ, μ et ν, et [f] par assimilation devant les consonnes sourdes κ, π, υ, χ, φ, θ, σ, ξ et ψ). Le groupe ου se prononce quant à lui [u].

En grec ancien, l'upsilon se prononce vraisemblablement [u], puis change de point d'articulation à l'époque classique en [y]. Cette prononciation perdure au moins jusqu'au XIe siècle[1]. En début de mot, la lettre upsilon est précédée d'une aspiration, qui se reflète par un H dans de nombreux mots français d'origine grecque comme ceux débutant par hypo- (du grec ancien ὑπό, hypó, « sous ») ou hyper- (de ὑπέρ, hypér, « sur »). cette aspiration est dérivée d'une prononciation antérieure utilisant une consonne sifflante ; cette sifflante existe également en latin, donnant naissance aux mots apparentés « sub- » et « super- ». En grec ancien, l'upsilon peut également être longue ou vrève, une distinction perdue en grec moderne.

Dans le système de numération grecque, upsilon vaut 400 ; par exemple ‹ υʹ › représente le nombre 400.

Comme la plupart des autres lettres grecques, l'upsilon est parfois utilisé en dehors de son contexte alphabétique grec dans les sciences. La lettre majuscule est alors souvent écrite \Upsilon, pour éviter la confusion avec la lettre Y latine.

L'adjectif français « hyoïde », utilisé pour décrire l'os hyoïde, signifie simplement « en forme de u ».

Nom[modifier | modifier le code]

En grec ancien, le nom de la lettre est simplement υ (hy), prononcé vraisemblablement /hu/ ou /hy/, et fait juste référence à sa prononciation. Le terme « upsilon » (du grec ὖ ψιλόν, ŷ psilón, « u simple ») est inventé au Moyen Âge pour distinguer la lettre du digramme οι, une ancienne diphtongue qui en est venue à se prononcer de la même façon[2].

En grec, la lettre est appelée ύψιλον (úpsilon), prononcée /ipsilon/.

Diacritiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Diacritiques de l'alphabet grec.

Dans l'orthographe polytonique du grec ancien, epsilon, comme les autres voyelles, peut être diacritée :

Des combinaisons de ces signes sont possibles : ὑ, ὕ, ὓ, ὗ, ὐ, ὔ, ὒ, ὖ.

À la différence de l'alpha, de l'êta et de l'oméga, l'upsilon ne peut pas être muni d'un iota souscrit.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

La lettre digamma tire son origine de la lettre de l'alphabet phénicien wāu ou wāv Phoenician waw.png. Celle-ci provient peut-être de l'alphabet protosinaïtique, une écriture utilisée dans le Sinaï il y a plus de 3 500 ans, elle-même probablement dérivée de certains hiéroglyphes égyptiens. La lettre phénicienne semble signifier littéralement « crochet, hameçon ». L'alphabet phénicien atteint une forme plus ou moins standard vers le XIe siècle av. J.-C.. Sa 6e lettre est une consonne (l'alphabet phénicien est un abjad qui ne note pas les voyelles) correspondant probablement au son [w].

La lettre correspondante de l'alphabet sudarabique est wa, wa, correspondant à la lettre , wä, de l'alphasyllabaire guèze. Dans les alphabets sémitiques, la lettre phénicienne conduit au syriaque ܘ, à l'hébreu ו, à l'araméen 𐡅 et à l'arabe .

Alphabets archaïques[modifier | modifier le code]

Alphabet grec peint sur la panse d'une coupe attique à figures noires.

L'alphabet grec dérive directement de l'alphabet phénicien, emprunté par les peuples grecs au VIIIe siècle av. J.-C.. La 6e lettre phénicienne sert à transcrire deux sons en grec : la consonne [w] et la voyelle [u]. L'alphabet phénicien ne note que les consonnes, ce qui conduit à la création de deux signes grecs distincts : la lettre digamma pour la consonne et la lettre upsilon pour la voyelle. La première conserve la position alphabétique de la lettre phénicienne mais voit sa forme modifiée ; la deuxième conserve la forme mais est placé à une position différente, près de la fin de l'alphabet. Le digamma note toutefois un phonème très faible en grec, qui n'est pas employé par tous les dialectes ; la lettre correspondante est graduellement abandonnée.

Si la graphie de l'upsilon reprend plus ou moins celle de l'alphabet phénicien, les différents alphabets grecs archaïques possèdent des variantes fréquentes : Greek Upsilon 02.svg, Greek Upsilon 04.svg, Greek Upsilon 05.svg, Greek Upsilon 06.svg, Greek Upsilon 07.svg, Greek Upsilon 08.svg, Greek Upsilon 09.svg, Greek Upsilon 10.svg, Greek Upsilon Boethian.svg, Greek Upsilon Twig-shaped.svg et Greek Upsilon V-shaped.svg[4],[5].

Évolution[modifier | modifier le code]

La forme actuelle de la lettre provient de l'alphabet utilisé en Ionie, qui est progressivement adopté par le reste du monde grec antique (Athènes passe un décret formel pour son adoption officielle en 403 av. J.-C. ; son usage est commun dans les cités grecques avant le milieu du IVe siècle av. J.-C.). La lettre prend à cette époque la 20e position de l'alphabet, entre tau et phi.

L'alphabet grec reste monocaméral pendant longtemps. Les formes minuscules proviennent de l'onciale grecque, une graphie particulière créée à partir de la majuscule et de la cursive romaine vers le IIIe siècle et adaptée à l'écriture à la plume, et sont créées vers le IXe siècle. Pendant la Renaissance, les imprimeurs adoptent la forme minuscule pour les polices bas-de-casse, et modèlent les lettres capitales sur les formes des anciennes inscriptions, conduisant le grec à devenir bicaméral.

Dérivés[modifier | modifier le code]

L'alphabet étrusque est dérivé de l'alphabet grec employé en Eubée — alphabet que les Étrusques apprennent à Pithécusses (Ischia), près de Cumes. L'alphabet latin descend directement de l'alphabet étrusque ; l'upsilon conduit ainsi à la lettre V, représentant indifféremment les sons [u] et [v]. Au Moyen Âge, la forme pointue V est utilisée au début des mots, la forme ronde U au milieu et à la fin, quel que soit le son. La première distinction connue entre U et V se trouve dans un alphabet gotique de 1386, où V précède U. Vers le milieu du XVIe siècle, la forme V en vient à représenter la consonne et la forme U la voyelle[6]. La lettre W dérive d'une ligature de deux V (ou U).

L'upsilon est introduit une seconde fois dans le monde romain au Ier siècle av. J.-C., cette fois avec une barre verticale inférieure, afin de transcrire des mots d'emprunts du dialecte grec attique, qui utilise le son [y] que le latin ne possède pas ; la prononciation [i] est cependant courante. Le nom de la lettre latine résultante, Y, conserve son héritage grec dans plusieurs langues : en français, elle est nommée « i grec », une convention partagée entre autres en espagnol, en néerlandais, en polonais et en roumain ; en allemand, elle est appelée Ypsilon, en italien ípsilon ou ípsilo.

Au Ier siècle, l'empereur Claude propose d'introduire une nouvelle lettre dans l'alphabet latin : Ⱶ, une moitié de H. La valeur de cette lettre n'est pas claire mais on pense qu'elle transcrit le sonus medius, une voyelle courte (probablement [ɨ] ou [ʉ])) précédant les consonnes labiales[7]. La nouvelle lettre est parfois utilisée en lieu et place de l'upsilon sur les inscriptions en grec ; elle disparaît par la suite car le sonus medius disparaît de la langue parlée[8].

L'upsilon latin (majuscule Ʊ, minuscule ʊ) est une lettre supplémentaire de l'alphabet latin utilisée pour écrire certaines langues africaines.

Dans l'alphabet cyrillique, l'upsilon donne naissance à la lettre u, У. La lettre archaïque ijitsa, Ѵ, en dérive également.

Dans l'alphabet copte, la lettre conduit à la lettre he, .

Symbolisme[modifier | modifier le code]

Page du traité de typographie Champfleury par Geoffroy Tory, décrivant l'upsilon comme bifurcation entre vice et vertu.

Le philosophe grec Pythagore utilise l'upsilon comme symbolisme des branches divergentes du chemin entre vice et vertu, donnant lieu au surnom « lettre de Pythagore » ou « lettre de Samos » (Pythagore étant originaire de Samos)[9].

L'écrivain romain Perse écrit au Ier siècle dans ses Satires : « La lettre de Samos t'enseigna, pour bien vivre, dans son jambage droit, la route qu’il faut suivre. »[10]

Lactance, rhéteur chrétien (vers 240-320), y fait également référence dans les Institutions divines : « Ils disent que le cours de la vie humaine est semblable à un Y ; que quand les jeunes gens sont arrivés à l'endroit où le chemin se divise en deux, ils échouent et doutent dans lequel ils doivent s'engager. »[11]

Codage[modifier | modifier le code]

  • La minuscule υ possède les codages suivants :
    • Unicode : U+x03C5
    • Entité HTML : υ
    • TeX : \upsilon ; \upsilon
    • DOS Greek : 172
    • DOS Greek-2 : 238
    • Windows-1253 : 245

Outre ces deux caractères et leurs versions diacritées, le standard Unicode définit également, ϒ, le symbole grec upsilon crochet. Le tableau suivant recense les différents caractères Unicode utilisant l'upsilon :

Caractère Représentation Code Bloc Unicode Nom Unicode
Ύ ΎU+038E U+038E Grec et copte[12] Lettre majuscule grecque upsilon accent
Υ ΥU+03A5 U+03A5 Grec et copte Lettre majuscule grecque upsilon
Ϋ ΫU+03AB U+03AB Grec et copte Lettre majuscule grecque upsilon tréma
ΰ ΰU+03B0 U+03B0 Grec et copte Lettre minuscule grecque upsilon tréma et accent
υ υU+03C5 U+03C5 Grec et copte Lettre minuscule grecque upsilon
ϋ ϋU+03CB U+03CB Grec et copte Lettre minuscule grecque upsilon tréma
ύ ύU+03CD U+03CD Grec et copte Lettre minuscule grecque upsilon accent
ϒ ϒU+03D2 U+03D2 Grec et copte Symbole grec upsilon crochet
ϓ ϓU+03D3 U+03D3 Grec et copte Symbole grec upsilon accent aigu et crochet
ϔ ϔU+03D4 U+03D4 Grec et copte Symbole grec upsilon tréma et crochet
U+1F50 U+1F50 Grec étendu[13] Lettre minuscule grecque upsilon esprit doux
U+1F51 U+1F51 Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon esprit rude
U+1F52 U+1F52 Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon esprit doux et accent grave
U+1F53 U+1F53 Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon esprit rude et accent grave
U+1F54 U+1F54 Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon esprit doux et accent aigu
U+1F55 U+1F55 Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon esprit rude et accent aigu
U+1F56 U+1F56 Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon esprit doux et circonflexe
U+1F57 U+1F57 Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon esprit rude et circonflexe
U+1F59 U+1F59 Grec étendu Lettre majuscule grecque upsilon esprit rude
U+1F5B U+1F5B Grec étendu Lettre majuscule grecque upsilon esprit rude et accent grave
U+1F5D U+1F5D Grec étendu Lettre majuscule grecque upsilon esprit rude et accent aigu
U+1F5F U+1F5F Grec étendu Lettre majuscule grecque upsilon esprit rude et circonflexe
U+1F7A U+1F7A Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon accent grave
U+1F7B U+1F7B Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon accent aigu
U+1FE0 U+1FE0 Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon brève
U+1FE1 U+1FE1 Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon macron
U+1FE2 U+1FE2 Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon tréma et accent grave
U+1FE3 U+1FE3 Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon tréma et accent aigu
U+1FE6 U+1FE6 Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon circonflexe
U+1FE7 U+1FE7 Grec étendu Lettre minuscule grecque upsilon tréma et circonflexe
U+1FE8 U+1FE8 Grec étendu Lettre majuscule grecque upsilon brève
U+1FE9 U+1FE9 Grec étendu Lettre majuscule grecque upsilon macron
U+1FEA U+1FEA Grec étendu Lettre majuscule grecque upsilon accent grave
U+1FEB U+1FEB Grec étendu Lettre majuscule grecque upsilon accent aigu
𝚼 𝚼U+1D6BC U+1D6BC Symboles mathématiques alphanumériques[14] Majuscule mathématique grasse upsilon
𝛖 𝛖U+1D6D6 U+1D6D6 Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique grasse upsilon
𝛶 𝛶U+1D6F6 U+1D6F6 Symboles mathématiques alphanumériques Majuscule mathématique italique upsilon
𝜐 𝜐U+1D710 U+1D710 Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique italique upsilon
𝜰 𝜰U+1D730 U+1D730 Symboles mathématiques alphanumériques Majuscule mathématique italique grasse upsilon
𝝊 𝝊U+1D74A U+1D74A Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique italique grasse upsilon
𝝪 𝝪U+1D76A U+1D76A Symboles mathématiques alphanumériques Majuscule mathématique grasse sans empattement upsilon
𝞄 𝞄U+1D784 U+1D784 Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique grasse sans empattement upsilon
𝞤 𝞤U+1D7A4 U+1D7A4 Symboles mathématiques alphanumériques Majuscule mathématique italique grasse sans empattement upsilon
𝞾 𝞾U+1D7BE U+1D7BE Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique italique grasse sans empattement upsilon

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William Sidney Allen, Vox Latina — A Guide to the Pronunciation of Classical Latin, Cambridge University Press,‎ 1978 (ISBN 0-521-37936-9)
  • (en) William Sidney Allen, Vox Graeca, Cambridge University Press,‎ 1987 (ISBN 0-521-37936-9)
  • (en) Lilian Hamilton Jeffery, The Local Scripts of Archaic Greece, Oxford, Clarendon,‎ 1961
  • (en) Laurent Pflughaupt, Letter by Letter: An Alphabetical Miscellany, Princeton Architectural Press,‎ 2008 (ISBN 978-1-56898-737-8)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Frederick Lauritzen, « Michael the Grammarian's irony about Hypsilon, a step towards roeconstructing byzantine pronunciation », Byzantinoslavica, vol. 67,‎ 2009, p. 161-168
  2. Allen 1987.
  3. (en) Herbert Weir Smyth, « Greek Grammar »
  4. Jeffery 1961, p. 23, 30, 248.
  5. (en) « Browse by letter form », Poinikastas
  6. Pflughaupt 2008.
  7. Allen 1978.
  8. (en) Revilo P. Oliver, « The Claudian Letter Ⱶ », American Journal of Archaeology, vol. 53, no 3,‎ 1949, p. 249–257 (lien DOI?)
  9. (en) Ebenezer Cobham Brewer, The Reader'H handbook of Famous Names in Fiction, Allusions, References, Proverbs, Plots, Stories, and Poems, vol. 2, Lippincott,‎ 1899, p. 956
  10. (la) Perse, Satires, vol. III - Contre la paresse des jeunes gens,‎ Ier siècle (lire en ligne)
  11. (la) Lactance, Institutions divines, vol. VI,‎ IIIer siècle (lire en ligne), « III »
  12. [PDF] « Grec et copte », Unicode
  13. [PDF] « Grec étendu », Unicode
  14. [PDF] « Symboles mathématiques alphanumériques », Unicode