Êta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Êta (homonymie).
Êta
Versions modernes de la lettre grecque êta en capitale et bas-de-casse, avec la police Times New Roman.
Versions modernes de la lettre grecque êta en capitale et bas-de-casse, avec la police Times New Roman.
Graphies
Capitale Η
Bas-de-casse η
Utilisation
Alphabets Grec
Ordre 7e lettre
Phonèmes principaux

Êta (capitale Η, minuscule η; en grec ήτα), est la 7e lettre de l'alphabet grec, précédée par zêta et suivie par thêta. Dérivée de la lettre het Phoenician heth.svg de l'alphabet phénicien, elle est l'ancêtre de la lettre H de l'alphabet latin, de la lettre И de l'alphabet cyrillique et de la lettre de l’alphabet copte.

Usage[modifier | modifier le code]

Grec[modifier | modifier le code]

En grec moderne, êta représente une voyelle fermée antérieure non arrondie, /i/. Il partage cette fonction avec plusieurs autres lettres (ι, υ) et les digrammes ει et οι) qui sont toutes prononcées de la même manière.

Dans le système de numération grecque, êta vaut 8.

En grec ancien, êta représente, suivant les dialectes, la voyelle mi-ouverte antérieure non arrondie longue /ɛ:/ ou la consonne fricative glottale sourde /h/. Pendant l'époque de la koinè, le son /ɛː/ représenté par êta est élevé et fusionné avec plusieurs voyelles précédemment distinctes, un phénomène nommé iotacisme, conduisant à sa prononciation moderne.

Sciences[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

La lettre êta tire son origine de la lettre correspondante de l'alphabet phénicien, Phoenician heth.png. Celle-ci provient peut-être de l'alphabet protosinaïtique, une écriture utilisée dans le Sinaï il y a plus de 3 500 ans, elle-même probablement dérivée de certains hiéroglyphes égyptiens ; le hiéroglyphe sur lequel la lettre phénicienne est basée signifie « cour » : Hiero O6.png, « ḥwt », « ḥtt ». L'alphabet phénicien atteint une forme plus ou moins standard vers le XIe siècle av. J.-C.. Sa 7e lettre est une consonne (l'alphabet phénicien est un abjad qui ne note pas les voyelles) correspondant probablement au son [ħ].

Les lettres correspondantes de l'alphabet sudarabique sont ḥ, ḥ, et ḫ, ḫ, correspondant aux lettres , ḥauṭ, et , ḫarm, de l'alphasyllabaire guèze. Dans les alphabets sémitiques, la lettre phénicienne à conduit au syriaque ܚ, à l'hébreu ח, à l'arabe ح et au berbère .

Alphabets archaïques[modifier | modifier le code]

La lettre êta transcrit le son /h/ sur l'ostracon athénien de Mégaclès, fils d'Hippocrate, 487 av. J.-C. : ΜΕΓΑΚLES HIΠΠΟΚRATOS.

Dans les alphabets grecs archaïques, la lettre dérivée du het phénicien prend deux fonctions différentes suivant les dialectes : la majorité de ceux-ci l'utilisent pour la consonne /h/, similaire à sa valeur phénicienne ([ħ]). Toutefois, la consonne /h/ est progressivement perdue du langage parlé (un processus connu sous le nom de psilose) ; dans les dialectes où cette perte s'est produite tôt dans la période archaïque, Η est utilisé pour noter la voyelle longue /ɛː/, deuxième élément sonore de son nom et, pour les dialectes sans /h/, sa valeur acrophonique naturelle[1]. Les dialectes psilotiques primitifs incluent l'ionien oriental, le dialecte éolien de Lesbos et les dialectes doriens de Crète et Élis[2].

La langue grecque archaïque possède trois phonèmes distincts pour « e » : une voyelle mi-ouverte /ɛː/ (écriture classique « η »), une voyelle mi-fermée longue // (fusionnée par la suite avec la diphthongue /ei/, écriture classique « ει ») et une voyelle courte /e/ (écriture classique « ε »). Dans les dialectes psilotiques d'Anatolie et des îles égéennes adjacentes, ainsi qu'en Crète, le Η vocalique n'est utilisé que pour /ɛː/. Dans un certain nombre d'îles de la mer Égée, dont Rhodes, Milos, Santorin et Paros, il est utilisé à la fois pour /h/ et /ɛː/ sans distinction. À Cnide, une lettre additionnelle est inventée pour distinguer entre les deux fonctions : Η est utilisé pour /h/ et Greek Eta square.svg pour /ɛː/. Dans les colonies du sud de l'Italie, principalement Taras, après 400 av. J.-C., une distinction similaire est faite entre Η pour /ɛː/ et Greek Eta tack.svg pour /h/[1].

À Naxos, le système est légèrement différent : la même lettre y est également utilisé pour /h/ et une voyelle longue, mais seulement si le son « e » provient de l'élévation d'un ancien //, non d'un ancien /ɛː/ hérité du proto-grec. Ceci signifie probablement que, tandis que dans les autres dialectes les « e » longs ancien et nouveau ont déjà fusionné en un phonème unique, le son élevé de Naxos est distinct de // et /ɛː/, soit probablement un son [æ][3].

En résumé, l'êta prend des formes diverses comme[4],[5] :

Évolution[modifier | modifier le code]

La forme actuelle de la lettre provient de l'alphabet utilisé en Ionie, qui est progressivement adopté par le reste du monde grec antique (Athènes passe un décret formel pour son adoption officielle en 403 av. J.-C. ; son usage est commun dans les cités grecques avant le milieu du IVe siècle av. J.-C.).

Dans les dialectes préservant le son /h/, différent glyphes sont employés pendant un certain temps pour le hêta consonnantal à côté de nouvel êta vocalique. L'un d'entre eux ressemble à la partie gauche d'un H, utilisé dans les colonies grecques d'Italie du sud d'Heracleia et Tarentum. Lorsque l'orthographe grecque est codifiée par les grammairiens de l'époque hellénistique, ils utilisent un symbole diacritique dérivé de cette lettre pour signaler la présence de /h/ en début de mot, et ajoute un équivalent inversé pour en noter l'absence. Ces symboles sont à l'origine de lesprit rude et de l'esprit doux dans l'orthographe grecque classique[6]. La lettre est réintroduite dans la représentation moderne savante de l'écriture grecque archaPïque sous le nom de hêta.

L'alphabet grec reste monocaméral pendant longtemps. Les formes minuscules proviennent de l'onciale grecque, une graphie particulière créée à partir de la majuscule et de la cursive romaine vers le IIIe siècle et adaptée à l'écriture à la plume, et sont créées vers le IXe siècle. Pendant la Renaissance, les imprimeurs adoptent la forme minuscule pour les polices bas-de-casse, et modèlent les lettres capitales sur les formes des anciennes inscriptions, conduisant le grec à devenir bicaméral.

Nom[modifier | modifier le code]

Tout comme la plupart des noms des autres lettres, « êta » ne signifie rien de particulier en grec et n'est qu'un emprunt direct au nom de la lettre en phénicien. Il est supposé que le nom de la lettre phénicienne correspondante signifierait « cour, mur ».

En grec, la lettre est appelée ήτα (ếta), prononcée /ˈita/. En grec ancien, elle est nommée ἦτα (ễta).

Dérivés[modifier | modifier le code]

La lettre êta est transmise à l'alphabet latin par l'intermédiaire de l'alphabet étrusque, lui-même dérivé de l'alphabet grec employé en Eubée — alphabet que les Étrusques apprennent à Pithécusses (Ischia), près de Cumes. Dans cet alphabet, la lettre représente la consonne fricative glottale sourde /h/ : c'est donc cette fonction que les Étrusques attribuent à la lettre dérivée, conduisant par la suite à la lettre latine H.

Dans l'alphabet cyrillique, l'êta donne naissance à la lettre i И.

Dans l'alphabet copte, la lettre conduit à la lettre ēta .

Il est possible que l'alphabet arménien dérive de l'alphabet grec. Dans ce cas, le ho Հ dériverait de l'êta.

Diacritiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Diacritiques de l'alphabet grec.

Dans l'orthographe polytonique du grec ancien, êta, comme les autres voyelles, peut être diacritée :

Des combinaisons de ces signes sont possibles : ἢ, ἣ, ἤ, ἥ, ἦ, ἧ, ᾐ, ᾑ, ᾒ, ᾓ, ᾔ, ᾕ, ῂ, ῄ, ᾖ, ᾗ.

Codage[modifier | modifier le code]

La majuscule Η possède les codages suivants :

La minuscule η possède les codages suivants :

  • Unicode : U+03B7
  • Entité HTML : η
  • TeX : \eta ; \eta
  • DOS Greek : 158
  • DOS Greek-2 : 220
  • Windows-1253 : 231

Le tableau suivant recense les différents caractères Unicode utilisant l'êta:

Caractère Représentation Code Bloc Unicode Nom Unicode
η ηU+03B7 U+03B7 Grec et copte[7] Lettre majuscule grecque êta
Η ΗU+0397 U+0397 Grec et copte Lettre majuscule grecque êta
ή ήU+03AE U+03AE Grec et copte Lettre minuscule grecque êta accent
Ή ΉU+0389 U+0389 Grec et copte Lettre majuscule grecque êta accent
U+1F20 U+1F20 Grec étendu[8] Lettre minuscule grecque êta esprit doux
U+1F21 U+1F21 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta esprit rude
U+1F22 U+1F22 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta esprit doux et accent grave
U+1F23 U+1F23 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta esprit rude et accent grave
U+1F24 U+1F24 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta esprit doux et accent aigu
U+1F25 U+1F25 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta esprit rude et accent aigu
U+1F26 U+1F26 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta esprit doux et circonflexe
U+1F27 U+1F27 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta esprit rude et circonflexe
U+1F28 U+1F28 Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit doux
U+1F29 U+1F29 Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit rude
U+1F2A U+1F2A Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit doux et accent grave
U+1F2B U+1F2B Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit rude et accent grave
U+1F2C U+1F2C Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit doux et accent aigu
U+1F2D U+1F2D Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit rude et accent aigu
U+1F2E U+1F2E Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit doux et circonflexe
U+1F2F U+1F2F Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit rude et circonflexe
U+1F74 U+1F74 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta accent grave
U+1F75 U+1F75 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta accent aigu
U+1F91 U+1F91 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta esprit doux iota souscrit
U+1F92 U+1F92 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta esprit rude iota souscrit
U+1F93 U+1F93 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta esprit rude accent grave et iota souscrit
U+1F94 U+1F94 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta esprit doux accent aigu et iota souscrit
U+1F95 U+1F95 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta esprit rude accent aigu et iota souscrit
U+1F96 U+1F96 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta esprit doux circonflexe et iota souscrit
U+1F97 U+1F97 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta esprit rude circonflexe et iota souscrit
U+1F98 U+1F98 Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit doux iota souscrit
U+1F99 U+1F99 Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit rude iota souscrit
U+1F9A U+1F9A Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit doux accent grave et iota souscrit
U+1F9B U+1F9B Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit rude accent grave et iota souscrit
U+1F9C U+1F9C Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit doux accent aigu et iota souscrit
U+1F9D U+1F9D Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit rude accent aigu et iota souscrit
U+1F9E U+1F9E Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit doux circonflexe et iota souscrit
U+1F9F U+1F9F Grec étendu Lettre majuscule grecque êta esprit rude circonflexe et iota souscrit
U+1FC2 U+1FC2 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta accent grave iota souscrit
U+1FC3 U+1FC3 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta iota souscrit
U+1FC4 U+1FC4 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta accent aigu iota souscrit
U+1FC6 U+1FC6 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta circonflexe
U+1FC7 U+1FC7 Grec étendu Lettre minuscule grecque êta circonflexe iota souscrit
U+1FCA U+1FCA Grec étendu Lettre majuscule grecque êta accent grave
U+1FCB U+1FCB Grec étendu Lettre majuscule grecque êta accent aigu
U+1FCC U+1FCC Grec étendu Lettre majuscule grecque êta iota souscrit
𝚮 𝚮U+1D6AE U+1D6AE Symboles mathématiques alphanumériques[9] Majuscule mathématique grasse êta
𝛈 𝛈U+1D6C8 U+1D6C8 Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique grasse êta
𝛨 𝛨U+1D6E8 U+1D6E8 Symboles mathématiques alphanumériques Majuscule mathématique italique êta
𝜂 𝜂U+1D702 U+1D702 Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique italique êta
𝜢 𝜢U+1D722 U+1D722 Symboles mathématiques alphanumériques Majuscule mathématique italique grasse êta
𝜼 𝜼U+1D73C U+1D73C Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique italique grasse êta
𝝜 𝝜U+1D75C U+1D75C Symboles mathématiques alphanumériques Majuscule mathématique grasse sans empattement êta
𝝶 𝝶U+1D776 U+1D776 Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique grasse sans empattement êta
𝞖 𝞖U+1D796 U+1D796 Symboles mathématiques alphanumériques Majuscule mathématique italique grasse sans empattement êta
𝞰 𝞰U+1D7B0 U+1D7B0 Symboles mathématiques alphanumériques Minuscule mathématique italique grasse sans empattement êta

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Lilian Hamilton Jeffery, The Local Scripts of Archaic Greece, Oxford, Clarendon,‎ 1961
  • (en) Roger D. Woodard, The ancient languages of Europe, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 2008, « Greek dialects »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jeffery 1961, p. 28.
  2. Woodard 2008, p. 58.
  3. Jeffery 1961, p. 291.
  4. Jeffery 1961, p. 23, 30, 248.
  5. « Browse by letter form », Poinikastas
  6. (en) Nick Nicholas, « Greek Unicode Issues - Letters », Unicode Consortium,‎ 2003-2008
  7. [PDF] « Grec et copte », Unicode
  8. [PDF] « Grec étendu », Unicode
  9. [PDF] « Symboles mathématiques alphanumériques », Unicode