Assassinat de William McKinley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

42° 56′ 19″ N 78° 52′ 25″ O / 42.9386, -78.8736 ()assassinat de William McKinley est l'attentat perpétré dans l'État de New York le contre le président des États-Unis, William McKinley, alors qu'il visitait l'exposition Pan-américaine au Temple of Music à Buffalo. Au moment de lui serrer la main, l'anarchiste Leon Czolgosz tira deux coups de pistolet sur le président, qui d'abord se remit de ses blessures, avant que son état ne se détériore rapidement six jours plus tard et qu'il ne meure le .

Après l'assassinat, Theodore Roosevelt prit la succession et fit voter une loi interdisant l'entrée du territoire aux anarchistes. Le Congrès chargea officiellement le Secret Service de la protection rapprochée des présidents.

Dessin de 1905 représentant Leon Czolgosz tirant sur le président McKinley.

McKinley[modifier | modifier le code]

Article détaillé : William McKinley.

William McKinley, est le vingt-cinquième président des États-Unis. Depuis les années 1880, il est un très influent membre du Parti républicain et de la Chambre des représentants. En tant que candidat à l'élection présidentielle de 1896, il est un fervent partisan de l'étalon-or et du pluralisme ethnique. Sa campagne, conçue par Mark Hanna, révolutionne les techniques de promotion politique d'alors et permet de battre son adversaire, William Jennings Bryan. En tant que président, McKinley mène la Guerre hispano-américaine. Pendant des mois, il a résisté à la pression de l'opinion publique qui est favorable au conflit armé, en raison des exactions commises par les Espagnols à Cuba[1]. Il ne peut cependant obtenir de l'Espagne qu'elle accepte de mettre en œuvre des réformes. Suite à l'explosion mystérieuse du navire de guerre américain USS Maine dans le port de la Havane, l'ultimatum adressé par le Congrès à l'Espagne le contraint à la guerre. Plus tard, il annexe les Philippines, Porto Rico, Guam, ainsi que Hawaï, et met en place un protectorat sur Cuba. Il est réélu en 1900 après une nouvelle et intense campagne contre Bryan, qui a mis l'accent sur la politique étrangère. Le 11 juin 1901, il annonce cependant qu'il ne serait pas candidat à un troisième mandat[2] (le nombre de mandats n'étant limité à deux que depuis 1951)[3].

La visite de l'exposition[modifier | modifier le code]

McKinley arrive au Temple of Music, peu de temps avant son assassinat.

McKinley et son épouse Ida arrivent à l'exposition Pan-américaine le 5 septembre, baptisé en cet honneur President's Day « journée du président »[4]. Le programme officiel comprend quelques réceptions privées, une revue des troupes[5] ainsi qu'un discours de McKinley[6].

Le matin du 6 septembre, McKinley visite les chutes du Niagara, toutes proches, et retourne à l'exposition pour la réception publique qui doit avoir lieu dans l'après-midi. Son secrétaire, George B. Cortelyou, n'aime pas ce genre d'apparitions publiques, en raison des risques qu'elles font courir au président[7]. Cortelyou suggère que McKinley fasse l'impasse sur la réception, mais le président répond, « Pourquoi le ferais-je ? Personne ne me veut du mal »[8]. McKinley, accompagné de Cortelyou et du président de l'exposition, John Milburn, arrive à trois heures et demie de l'après-midi au bâtiment du Temple of Music où la réception est prévue[8].

En 1901, le Secret Service, fondé en 1865 pour combattre la contrefaçon n'est pas officiellement chargé de la protection des présidents américains. Cependant, ce service a déjà occasionnellement participé à cette tâche depuis 1894, avec le prédécesseur de McKinley, Grover Cleveland[9]. Le Secret Service est présent ce jour-là pour protéger le président, accompagné d'inspecteurs de la police de Buffalo et de onze militaires qui ont pour consigne de garder un œil sur la foule[10]. McKinley, flanqué de Cortelyou et Milburn, serre la main de personnes qui forment alors une longue queue dans l'espoir de le saluer. Dans cette file se trouve Leon Czolgosz.

L'assassin[modifier | modifier le code]

Photographie anthropométrique de Leon Czolgosz.

À la fin du XIXe siècle, début du XXe siècle, le mouvement anarchiste compte, aux États-Unis, quelques grands théoriciens du courant individualiste, comme Benjamin Tucker,Voltairine de Cleyre ou Alexandre Berkman. Leur influence se fait particulièrement sentir dans le milieu ouvrier[11] et le soutien à la cause des femmes[12].

Czolgosz, fils d'émigrants polonais, est né à Détroit dans le Michigan, en 1873. Il avait travaillé dans une usine mais se trouve alors au chômage depuis plusieurs années et vit avec sa famille en 1901. Il s'est intéressé à l'anarchisme au cours des années qui ont précédé. En mai 1901, il assiste à une conférence donnée par la célèbre anarchiste, Emma Goldman, à Cleveland dans l'Ohio. Il se rend ensuite chez Goldman à Chicago, le 12 juillet, et s'entretient brièvement avec elle[13]. Goldman est plus tard arrêtée et détenue pour une courte durée en raison de soupçons de complicité dans le meurtre de McKinley[14],[15].

Dans son témoignage du 7 septembre, Czolgosz, indique que huit jours auparavant, à Chicago, il a lu que McKinley visiterait l'exposition. Il a immédiatement pris le train pour Buffalo et loué une chambre d'hôtel. Il se trouve à la foire le 5 septembre pour le President's Day et écoute le discours de McKinley. Il est alors tenté de tirer sur le président, mais ne le fait pas parce qu'il se trouve trop éloigné. Il décide plutôt de revenir le lendemain. Il rejoint la file de ceux qui désirent serrer la main au président. Il a entouré la main qui tient le pistolet d'un foulard blanc afin de le cacher[16]. L'agent du Secret Service, George Foster, explique plus tard n'avoir pas remarqué la main enveloppée de Czolgosz car celui-ci se tenait très près de l'homme qui le précédait dans la file[17].

L'attentat[modifier | modifier le code]

Lieu du crime dans le Temple of Music. L'endroit où se trouvait McKinley est marqué d'une croix.

McKinley serre des mains depuis environ dix minutes lorsque Cortelyou s'éloigne de lui pour fermer les portes. William J. Gomph, l'organiste officiel de l'exposition, joue alors le Rêverie de Schumann sur le grand orgue qui est l'attraction principale du Temple of Music. C'est à ce moment — il est quatre heures sept — [18] que Czolgosz se trouve face au président : celui-ci tend la main à Czolgosz qui presse deux fois sur la gâchette[19]. James Benjamin Parker, un grand serveur noir d'Atlanta qui est employé par un restaurant de l'exposition et qui se trouve derrière Czolgosz, l'abat d'un coup de poing dans la tête, l'empêchant ainsi de tirer une troisième fois[20],[21]. L'agent George Foster saute sur Czolgosz et crie par trois fois à son collègue Albert Gallagher « Al, get the gun! »[22] « Al, prend l'arme ! » Gallagher ne parvient qu'à se saisir du foulard de Czolgosz qui est alors en feu, mais un soldat, nommé Francis, parvient à se saisir du pistolet[23].

L'hôpital de l'exposition lors de l'opération de McKinley

McKinley reste debout alors que la sécurité emmène Czolgosz. Après que quelqu'un a frappé à nouveau Czolgosz, le président s'écrie « Ne le laissez pas lui faire du mal ! »[24] Onze minutes après, une ambulance arrive et emmène McKinley à l'hôpital de premiers secours qui se trouve dans l'enceinte de l'exposition[18]. Le président a été touché par deux fois : une balle a été déviée par une côte, ne causant qu'une blessure superficielle, cependant, la seconde balle l'a atteint à l'abdomen, traversant l'estomac, endommageant le pancréas et un rein, avant de se loger dans les muscles dorsaux.

Les médecins ne parvenant pas à trouver la balle, doivent l'abandonner et referment ses blessures[25]. Un appareil expérimental à rayons X, qui pourrait aider à localiser le projectile, se trouve sur l'exposition, mais pour des raisons non élucidées, il n'est pas utilisé. Les jours suivants Thomas Edison envoie un appareil à rayons X depuis son atelier dans le New Jersey, mais il n'est pas non plus utilisé[26],[27]. McKinley, toujours inconscient sous les effets de l'éther qu'on lui a administré comme anesthésique, est emmené dans la demeure de John Milburn pour sa convalescence[28].

Mort du président[modifier | modifier le code]

Résidence de Milburn, où mourut McKinley.

Czolgosz avoue tout pendant la nuit disant : « J'ai tué le président McKinley parce que c'était mon devoir. Je ne pensais pas qu'un homme puisse avoir droit à tant d'égards alors qu'un autre n'en avait droit à aucun »[29]. Il donne plus de détails au cours du jour suivant[16], insistant sur le fait qu'il a agi seul ; malgré son témoignage on arrête néanmoins Goldman dans les jours qui suivent.

Contrairement à l'assertion de Czolgosz, le président est toujours en vie et semble même se rétablir. Le samedi 7 septembre, McKinley est en forme, détendu et bavarde. Sa femme est autorisée à lui rendre visite et il demande à Cortelyou : « Comment ont-ils accueilli mon discours ? »[30] Un bulletin de santé émis le 8 septembre indique : « Le président a passé une bonne nuit et son état ce matin est encourageant. Son esprit est clair et il se repose bien. Blessure pansée à 8 h 30 et trouvée d'une apparence très satisfaisante. »[31].

La plupart des membres du cabinet de McKinley se rendent à Buffalo, ainsi que son ami de longue date et directeur de campagne, le sénateur Mark Hanna[32]. Le vice-président Theodore Roosevelt assiste à un déjeuner dans le Vermont, le 6 septembre lorsqu'on lui communique qu'on a tiré sur le président[33]. Roosevelt et sa suite partent immédiatement pour Buffalo, arrivant le jour suivant. Comme le 10 septembre, l'état de McKinley ne semble plus rendre sa présence nécessaire, Roosevelt quitte Buffalo. Il part en vacances dans les monts Adirondacks, où sa famille l'attend déjà[34]. Pour les mêmes raisons, Mark Hanna et les membres du cabinet quittent aussi Buffalo alors que la crise semble être passée[35].

Le sénateur Mark Hanna arrivant à Milburn Mansion.

Le rétablissement du président se poursuit. Un bulletin du 9 septembre indique : « L'état de santé du président est de plus en plus satisfaisant. Des incidents fâcheux sont de moins en moins susceptibles de se produire. » Le 10 septembre, un bulletin mentionne : « La condition du président est éminemment satisfaisante pour ses médecins. Si aucune complication n'apparaît, on peut espérer une convalescence rapide. » McKinley continue à s'hydrater par voie orale et à recevoir des lavements nutritifs. Le 11 septembre, le président avale un bouillon de bœuf, le premier aliment que reçoit son estomac depuis l'attentat. Le 12 septembre, McKinley reçoit son premier repas solide, quelques toasts et un œuf accompagnés de café[31],[25].

Plus tard, ce 12 septembre, l'état du président commence à se détériorer. Il se plaint d'un mal de tête et de nausées, son pouls s'accélère puis s'affaiblit. McKinley est agité et pris de sueurs, cependant il demeure conscient et alerte. Un bulletin le matin du 13 septembre annonce que « l'état du président est très sérieux et donne lieu aux plus graves appréhensions. » Pendant cette journée, l'état de McKinley se détériore rapidement. Hanna et le cabinet retournent à la résidence de Milburn[36]. On donne de l'adrénaline et de l'oxygène à McKinley afin de régulariser son pouls[31],[25]. Son état empirant, McKinley dit à ses médecins : « c'est sans espoir, messieurs, je pense que nous devons faire appel à un prêtre. »[37] Plus tard, alors qu'il s'affaiblit, McKinley murmure les paroles de Plus près de toi, mon Dieu[38]. Le bulletin de dix-huit heures quinze annonce : « Les médecins du président rapportent que son état est des plus sérieux malgré une vigoureuse stimulation. (…) À moins qu'il ne puisse être soulagé, la fin n'est plus qu'une question de temps. »[31]

Le sénateur Hanna, frappé par le chagrin, s'écrie « Monsieur le président, ne m'entendez-vous pas ? William ! Ne me reconnaissez-vous point ? »[39] Le président McKinley, abattu par l'infection et la gangrène, meurt à deux heures et quart le matin du 14 septembre.

Succession à la présidence[modifier | modifier le code]

La cabane de Theodore Roosevelt sur le Mont Marcy.

Le 12 septembre, Theodore Roosevelt et sa famille se trouvent dans leur cabane sur le Mont Marcy. Le matin suivant, un jour froid et brumeux, Roosevelt part gravir la montagne, accompagné d'un couple d'amis et d'un park ranger. Vers midi, le 13 septembre, le vice-président et son groupe s'arrêtent au sommet pour se reposer sur un grand rocher plat qui offre une vue panoramique sur les montagnes[40]. Ils redescendent pour déjeuner au bord d'un lac. Vers une heure trente un park ranger arrive, porteur d'un télégramme[41]. Roosevelt, comprenant aussitôt ce qui s'est passé, dit plus tard : « J'ai instinctivement compris qu'il s'agissait de mauvaises nouvelles (…) Je désirais devenir président, mais je ne voulais pas le devenir de cette manière. »[42]

Le télégramme confirme ses craintes, rapportant que l'état de McKinley a empiré. Après son retour à la cabane, Roosevelt reçoit un nouveau télégramme du Secrétaire à la Guerre, Elihu Root :

« Le président semble devoir mourir et les membres du cabinet à Buffalo pensent que vous devriez venir sans perdre de temps. »
Dessin de presse représentant la prestation de serment de Theodore Roosevelt.

Juste avant minuit, Roosevelt quitte sa famille pour un trajet en calèche sur les pentes du Mont Marcy, un voyage qui même pendant la journée prend habituellement sept heures[43]. Il arrive finalement à la gare de North Creek, où à cinq heures vingt-deux, le 14 septembre, il reçoit un télégramme du Secrétaire d'État, John Hay :

« Le président est mort à deux heures quinze ce matin »

Roosevelt embarque alors dans un train[44] qui s'arrête brièvement à Albany avant d'arriver à Buffalo à treize heures trente[45] Là, il rencontre son ami Ansley Wilcox et tous deux se rendent chez ce dernier, à un mile de la résidence Milburn où repose le corps de McKinley. Après avoir fait un brin de toilette, Roosevelt se rend chez Milburn pour présenter ses respects. Il y rencontre Root, Cortelyou, et presque tout le Cabinet, mais ne peut voir le corps de McKinley dont l'autopsie est en cours. Root recommande que la cérémonie d'investiture se tienne sur place, mais Roosevelt pense que ce serait incorrect et décide de retourner chez Wilcox pour l'assermentation. Roosevelt prête serment en tant que vingt-sixième président des États-Unis d'Amérique à trois heures trente de l'après-midi[46], six semaines avant son quarante-troisième anniversaire, ce qui fait de lui le plus jeune président que l'Amérique ait jamais eu.

Conséquences[modifier | modifier le code]

L'opinion publique manifeste de l'hostilité lorsqu'Emma Goldman publie un article dans lequel elle compare Czolgosz à Marcus Junius Brutus, l'assassin de Jules César et traite McKinley de « président des rois de l'argent et des magnats des affaires. »[47] Certains anarchistes et radicaux refusent d'apporter leur aide à Goldman dans ses efforts pour soutenir Czolgosz, convaincus que ce dernier a porté atteinte à l'image du mouvement[48].

Le procès de Czolgosz s'ouvre le , neuf jours seulement après la mort du président. Les témoins de l'accusation se relayent à la barre pendant deux jours. Il s'agit essentiellement des médecins qui ont soigné McKinley et de quelques témoins oculaires de l'attentat. L'avocat de la défense, Loran Lewis, n'appelle aucun témoin, et insiste sur le refus de Czolgosz de parler et de coopérer avec ses défenseurs. Il admet la culpabilité de son client et déclare que « la seule question qui puisse être discutée ou considérée dans ce cas est … S'agit-il de l'acte d'une personne saine d'esprit ou non ? Si c'est le cas, alors l'accusé est coupable de meurtre … Si c'est l'œuvre d'un fou, alors il ne peut être coupable de meurtre et doit être acquitté de cette accusation et devrait être interné dans un asile d'aliénés »[49].

Le jury ne prend qu'une demi-heure pour décider de la culpabilité. Le 26 septembre, Czolgosz est condamné à mort[23], puis incarcéré au pénitencier d'État d'Auburn [50]. Czolgosz exprime ses remords en déclarant : « Je désire que les gens sachent que je suis désolé de ce que j'ai fait. C'était une erreur et c'était injuste. Si j'avais à le revivre à nouveau, je ne le referais pas. Mais il est trop tard pour en parler. Je suis désolé d'avoir tué le président »[51]. Il est exécuté par électrocution, le [50].

Après l'assassinat, le Congrès se saisit de la question de la sécurité présidentielle. Pendant l'automne 1901, il demande, de façon informelle, au Secret Service d'en prendre le contrôle. Le service assure à plein temps la sécurité du président Roosevelt dès 1902. Certains, au Congrès, recommandent plutôt que l'armée américaine soit chargée de cette protection[52]. Ce n'est pas avant 1906 que le Congrès vote une loi chargeant le Secret Service de la sécurité présidentielle[53],[54].

Dans les jours qui suivent l'attentat, la presse dénonce les actions des anarchistes[55], et soutient l'idée de liens entre le mouvement anarchiste et l'immigration. Le président Theodore Roosevelt requiert que le Congrès vote une loi, la première aux États-Unis depuis les Alien and Sedition Acts de 1798, permettant d'interroger les migrants sur leur opinion politique[56],[57]. Le législateur américain vote, le , l'Anarchist Exclusion Act qui dans sa section deux stipule :

Gravure de 1887 représentant les « martyrs de Haymarket » condamnés à mort après l'émeute.
« que les catégories suivantes d'étrangers doivent être exclues de l'admission aux États-Unis : tous les idiots, malades mentaux, épileptiques, et personnes ayant souffert de maladie mentale dans les cinq années précédentes ; les personnes ayant précédemment souffert d'attaques de démence ; les indigents ; personnes risquant d'échoir à la charge de l'État ; les mendiants professionnels ; les personnes atteintes d'une maladie contagieuse dangereuse ; les personnes qui ont été reconnues coupables d'un crime ou autre délit impliquant la turpitude morale ; les polygames, anarchistes, ou personnes qui croient ou prônent le renversement par la force ou la violence du gouvernement des États-Unis ou de tout gouvernement ou de toutes formes du droit, ou l'assassinat d'agents de la fonction publique ; les prostituées et les personnes qui procurent ou tentent de faire venir des prostituées ou des femmes à des fins de prostitution ; … »[58]

Outre l'exclusion des immigrants anarchistes, la loi autorise la déportation de ceux déjà admis aux États-Unis, mais qui se révèlent être des anarchistes. Le premier ressortissant étranger à être expulsé en vertu de la nouvelle loi est John Turner, arrêté le , après avoir donné une conférence au Murray Hill Lyceum. Lors d'une fouille par les agents de l'immigration, on trouve sur lui une copie du Free Society[59] de Johann Most ainsi que son agenda de conférences qui en mentionne une sur les « martyrs de Haymarket »[60]. Ce qui suffit à le faire condamner à la déportation. Il est incarcéré à Ellis Island pendant trois mois, en attendant les résultats de son appel auprès de la Cour suprême, avant d'être remis en liberté sous caution. Il donne ensuite quelques conférences dans le pays, espérant à tort que la Cour suprême déclare la loi contraire à la Constitution[61], puis rentre chez lui en Grande-Bretagne avant que le jugement à son encontre ne soit rendu[62].

Postérité[modifier | modifier le code]

Après les funérailles du président, ses amis et collaborateurs, comme le sénateur Marcus Hanna, se rencontrent afin de discuter de l'emplacement d'un mémorial destiné à devenir le mausolée de William McKinley. Le McKinley National Memorial est inauguré le à Canton dans l'Ohio. On inaugure également, la même année, le monument McKinley à Buffalo, un obélisque de près de trente mètres de haut au centre de Niagara Square[63]. La demeure Milburn située au 1168 Delaware Avenue, où McKinley s'est éteint, devient un immeuble d'habitation, en 1919, avant d'être démoli vers 1956, pour devenir une partie du parking de la Canisius High School[64]. Une pierre marque l'emplacement où McKinley se tenait lors de l'attentat dans le Temple of Music, aujourd'hui démoli[65]. La maison de Wilcox à Buffalo, où Theodore Roosevelt prêta serment, est devenue un National Historic Site[66].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David F. Trask, The war with Spain in 1898, New York : Macmillan ; London : Collier Macmillan, 1981. (ISBN 9780029329504), p. 9.
  2. (en) Key Events in the Presidency of William McKinley, University of Virginia
  3. XXIIe amendement
  4. Images of President McKinley at the Pan-American Exhibition, The Libraries, University at Buffalo
  5. "Official Daily Program of the Pan-American Exposition, Sept. 5, 1901", The Libraries, University at Buffalo
  6. "William McKinley's Pan-American Address", The Libraries, University at Buffalo
  7. Olcott, p. 313.
  8. a et b Olcott, p. 314.
  9. Bumgarner, p. 44.
  10. Olcott, p. 314-5.
  11. Chalberg, p. 46.
  12. Sharon Presley et Crispin Sartwell, Exquisite Rebel: The Essays of Voltairine De Cleyre - Anarchist, Feminist, Genius. State University of New York Press; p. 228. (ISBN 0-7914-6094-0)
  13. Goldman, p. 289-91.
  14. New York Times, 11 septembre 1901
  15. Goldman, p. 296-304.
  16. a et b New York Times, 8 septembre 1901
  17. Townsend, p. 465.
  18. a et b Olcott, p. 317.
  19. Olcott, p. 315.
  20. James B. Parker Revisited, The Libraries, University at Buffalo
  21. Big Ben Parker and President McKinley's Assassination
  22. Townsend 464
  23. a et b The Trial, The Libraries, University at Buffalo
  24. Olcott, p. 316.
  25. a, b et c The Official Report on the Case of President McKinley, The Libraries, University at Buffalo
  26. Bettyann Kevles, Naked to the Bone: Medical Imaging in the Twentieth Century. Basic Books, 1998. (ISBN 020132833X) p. 42-3.
  27. X-rays at the Exhibition, The Libraries, University at Buffalo
  28. Olcott, p. 319.
  29. The Confession of Leon Czolgosz, The Libraries, University at Buffalo
  30. Olcott, p. 320.
  31. a, b, c et d Medical and Surgical Report par le docteur Presley Marion Rixey
  32. Olcott 321
  33. Morris, Rise, p. 777.
  34. Morris, Rise, p. 778.
  35. Olcott, p. 322.
  36. Olcott, p. 323.
  37. Olcott, p. 324.
  38. Olcott, p. 325.
  39. Michael Beschloss, Presidential Courage: Brave Leaders and How They Changed America 1789-1989, Simon and Schuster, 2007, p. 128. (ISBN 0684857057)
  40. Morris, Rise, p. 779.
  41. Morris, Rise, p. 780.
  42. Morris, Rise, p. 889, endnote 16
  43. Morris, Rex, p. 3.
  44. Morris, Rex, p. 7.
  45. Morris, Rex, p. 9-11.
  46. Morris, Rex, p. 11-15.
  47. The Tragedy at Buffalo, The Libraries, University at Buffalo
  48. Goldman, p. 311-319.
  49. The yale law journal, Volume XI 1901-02. p. 90. (OCLC 1770276)
  50. a et b The Execution of Leon Czolgosz, The Libraries, University at Buffalo
  51. Regrets His Crime, The Libraries, University at Buffalo
  52. Bumgarner, p. 45.
  53. Bumgarner, p. 46.
  54. History of the Secret Service
  55. Anarchy at the Turn of the Century, The Libraries, University at Buffalo
  56. Cazemajou, p. 151.
  57. Sarah Vowell, Assassination Vacation, New York : Simon & Schuster, 2005. (ISBN 9780743260039)
  58. An Act To regulate the immigration of aliens into the United States, ch. 1012, 32 Stat. 1222
  59. Johann Joseph Most, The free society. Tract on communism and anarchy. New York, J. Müller 1891. (OCLC 14466462)
  60. Chalberg, p. 85-86.
  61. (en) Anarchist Turner Tells of His Fight; Was Stared At on Ellis Island as If a Wild Animal., New York Times, 14 mars 1904
  62. William Dwight Porter Bliss et Rudolph M Binder, The New Encyclopedia of Social Reform: Including All Social-reform Movements, New York, Funk & Wagnalls Co., 1908. (OCLC 2649564)
  63. William McKinley Monument, Buffalo Arts Commission, City of Buffalo
  64. John Milburn, The History of Buffalo
  65. Buffalo Historical Markers and Monuments
  66. Theodore Roosevelt Inaugural National Historic Site

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 19 décembre 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.