Élection présidentielle américaine de 1820

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1816 Drapeau des États-Unis 1824 Suivant
Élection présidentielle américaine de 1820
James Monroe White House portrait 1819.gif
James Monroe – Parti républicain-démocrate
Colistier : Daniel D. Tompkins
Voix 87 343
Grands électeurs 230/231
  
80,61 %
No flag.svg
aucun –
Voix 0
Grands électeurs 1/231
  
19,39 %
Le collège électoral en 1820
Carte
Président
Sortant
Élu

L'élection présidentielle américaine de 1820 fut la troisième (et dernière) pour laquelle il n'y eut aucune compétition électorale. La disparition du parti fédéraliste et le fait que le président démocrate-républicain sortant, James Monroe, se représente, assura à ce dernier une réélection sans concurrence.

Désignation des Grands électeurs[modifier | modifier le code]

Les vingt-quatre États de l'Union participèrent à la désignation des grands électeurs. La majorité se dégageaient désormais pour une élection directe des grands électeurs par les citoyens, soit au niveau de l'État pour neuf d'entre eux, soit dans le cadre de circonscriptions spécifiques pour quatre autres, deux États enfin ayant mis en place un système mixte.

Neuf États, cependant, ont fait désigner leurs électeurs par leur législature (Alabama, Delaware, Georgie, Indiana, Louisiane, Missouri, New York, Caroline du Sud et Vermont).

Dans tous les États qui firent appel au vote direct des citoyens, des dispositions restrictives avaient été mises en place pour limiter le nombre de votants.

235 Grands électeurs furent ainsi désignés, mais 3 ne participèrent pas au vote et le vote des trois électeurs du Missouri fut contesté, portant le nombre de votes exprimés à 232 ou 229.

Campagne électorale[modifier | modifier le code]

La campagne fut quasi inexistante. Le caucus pour l'investiture démocrate-républicaine ne réunit que 40 membres du congrès, qui votèrent tous unanimement pour James Monroe. Bien que certains démocrates-républicains contestèrent en privé cette décision, le vice-président sortant, Daniel D. Tompkins se représenta et fut investi.

Le parti fédéraliste n'existant plus au niveau national, bien qu'il restât des fédéralistes dans les États, notamment de Nouvelle-Angleterre, et comme aucun autre parti n'était apparu depuis 1816, il n'y eut donc qu'un seul candidat à la présidence, et aucune campagne électorale ne se déroula.

Résultat des votes
Candidats Vote électoral Vote populaire
À la présidence À la vice-présidence Parti # # %
James Monroe, président sortant Démocrates-républicains 228/231 87 343 80,6 %
- Daniel D. Tompkins, vice-président sortant Démocrates-républicains 215/218
John Quincy Adams, secrétaire d'État Démocrates-républicains 1
électeurs fédéralistes Fédéraliste 0 17 465 16,1 %
Richard Stockton Fédéraliste 8
Daniel Rodney Fédéraliste 4
Robert Goodloe Harper Fédéraliste 1
Richard Rush, ambassadeur au Royaume-Uni Fédéraliste 1
De Witt Clinton, gouverneur de New York indépendant 0 1 893 1,7 %
candidats non-affiliés 1 658 1,5 %
Total 229/232 108 359 100,00 %

Un électeur du New Hampshire, William Plumer, ancien sénateur et gouverneur de cet État, fut le seul à ne pas voter pour la réélection de Monroe. Il expliqua son vote par le fait qu'il estimait que George Washington devait rester le seul président de l'Histoire à être élu à l'unanimité.

Contestation des résultats[modifier | modifier le code]

La contestation de la prise en compte du vote du Missouri avait été anticipée par le Congrès. En effet, si la procédure d'intégration à l'Union avait été entamée depuis novembre 1820, le Congrès n'avait pu encore trancher quant à la conformité de la constitution dont s'était doté cet État avec la constitution des États-Unis, et les débats étaient vifs. Afin d'éviter que ce débat ne soit tranché par un contentieux électoral, et compte tenu de l'absence de concurrence à l'élection présidentielle, le Sénat avait voté le 13 février, soit la veille du décompte des voix des électeurs, une résolution indiquant que deux résultats seraient publiés, un prenant en compte les trois électeurs du Missouri, et un les excluant. Le Congrès approuva cette résolution avant de commencer le décompte des voix, mais cela n'empêcha pas un Représentant du New Hampshire, Arthur Livermore, de s'opposer à la lecture du résultat du vote de cet État devant le Congrès. Le débat s'envenima très rapidement, et il fallut lever la séance immédiatement après la lecture des résultats conformément à la résolution votée, soit avec les deux décomptes, pour éviter que le Congrès ne sombre dans le chaos.