Greg Palast

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Greg Palast

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Greg Palast dans son bureau new-yorkais en 2011

Naissance 26 juin 1952 (62 ans)
Los Angeles, Californie, États-Unis)
Profession

Gregory Palast (né en 1952[1]) est un auteur à succès et un journaliste d'investigation américain.

Ses livres sont classés parmi les meilleures ventes du New York Times [2]. Il travaille comme journaliste pour la BBC[3] ainsi que pour les quotidiens britanniques The Observer et The Guardian[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant de devenir journaliste en 1997, Greg Palast a travaillé pendant 25 ans comme enquêteur pour des cabinets d'audit anti-trust et anti-corruption. De par son passé d'économiste et d'enquêteur financier, son travail d'investigation se concentre sur les délits et malversations dans le domaine économique mais a également porté sur les syndicats, les organisations de défense des consommateurs et les mouvements de défense des droits civiques. Dans plusieurs articles et ouvrages il présente une thèse selon laquelle les officiels du gouvernement de Floride, le gouverneur Jeb Bush, la secrétaire d'État Katherine Harris et le responsable des élections Clay Roberts, ont profité du savoir-faire technique de l'entreprise ChoicePoint pour truquer les élections à l'occasion de l'élection présidentielle américaine de 2000 ainsi que celle de 2004. Selon Palast, les stratégies de falsification des résultats et d'influence du vote, testées en 2000, ont été perfectionnées en 2004, permettant ainsi de faire disparaître ou d' empêcher de voter des électeurs du Parti Démocrate. Sans ces falsifications, argumente Palast, John Kerry aurait gagné l'élection présidentielle de 2004[5]. Étant ostracisé par la presse télévisuelle et écrite aux États-Unis, Greg Palast s'est fait embaucher en Grande-Bretagne, à la BBC, au quotidien The Observer, où il affirme avoir une plus grande liberté d'enquête et de travail.

Palast a donné des cours à l'université de Cambridge en Grande-Bretagne [6] ainsi qu'à l'Université de São Paulo, au Brésil[7]. Il vit alternativement à Londres et à New York. Originaire de Los Angeles, Palast est diplômé de l'université de Chicago[8], où il a notamment suivi les cours d'économie de Milton Friedman et Arnold Harberger en compagnie des Chicago Boys.

Le 13 septembre 2006, lors du tournage d'un documentaire sur les suites de l'ouragan Katrina et les conditions de vie scandaleuses des réfugiés en Louisiane, parqués au pied d'une gigantesque raffinerie d'Exxon, Palast fut interpelé et menacé d'un procès pour violation des lois anti-terroristes car il avait filmé, sans autorisation, une « infrastructure vitale pour la sécurité nationale » [9]. Palast a prétendu que cette accusation n'était qu'une manœuvre d'intimidation et en veut pour preuve que la société Exxon « a rappelé ses chiens » et n'a pas donné suite à la plainte.

Son dernier ouvrage, Armed Madhouse, va être transposé en bande dessinée[10].

Une sélection des reportages de Palast[modifier | modifier le code]

En 2004, Palast a participé au documentaire Orwell Rolls in His Grave, qui traite, selon ses réalisateurs, des mécanismes cachés des médias, leur manière de fonctionner et comment ils parviennent à influencer de manière prégnante la politique aux États-Unis.

Dans une série d'articles écrits depuis le Mexique, Palast affirme que le vainqueur de l’élection présidentielle au Mexique en 2006 est en fait Andrés Manuel López Obrador et non Felipe Calderon, à la suite d'une fraude électorale massive, organisée par les mêmes acteurs que ceux de la prétendue fraude électorale aux États-Unis [11].

Un certain nombre de reportages et articles de Greg Palast ont été traduits en français, principalement par des bénévoles, étant donné qu'un seul de ses ouvrages a été publié en France. Une traduction autorisée (accord écrit) d'un chapitre de son ouvrage Armed Madhouse a été publiée en janvier 2008 sur le site « Libertés-Internets » : Comment le Parti Républicain va truquer les élections de 2008 ainsi que L'Assassinat de Hugo Chavez et L'Histoire d'amour oubliée entre Hillary Clinton et Pervez Musharraf[12].

En octobre 2008, Greg Palast et Robert F. Kennedy Junior publient un article dans le magazine Rolling Stone How to Steal An Election - cet article a été traduit en français par des bénévoles et publié sur le site « Libertes Internets » Comment voler une élection.

Une bande dessinée Steal back your vote est publiée par la même occasion afin d'éduquer les électeurs américains à la reconquête de leur droit de vote En matière d'élections, les Etats-unis sont une république bananière - la version anglaise est téléchargeable directement sur le site de la campagne STEAL BACK YOUR VOTE.

En janvier 2008, Palast a pris la défense du gouverneur démocrate de l'État de New York, l'ancien procureur Eliot Spitzer, impliqué dans une affaire de prostitution de luxe. Palast prétend que Spitzer a été volontairement « cassé » par le procureur général des États-Unis de l'Administration républicaine, à la demande des lobbyistes financiers de Wall Street, contre lesquels bataillait Spitzer depuis 15 ans[13].

Depuis novembre 2007, Palast suit en détail la campagne électorale de la présidentielle aux États-Unis, avec des articles de fond sur les « squelettes dans les placards » des différents candidats : Exxon Suxx, McCain Duxx

D'autres sites engagés politiquement, comme Agoravox, « Le Grand Soir » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-08 ou Mondialisation.ca, publient également régulièrement des traductions militantes des articles de Greg Palast.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

en anglais[modifier | modifier le code]

en français[modifier | modifier le code]

  • Démocratie-Business [« The Best Democracy Money Can Buy »], Timéli,‎ 2006, 445 p. (ISBN 978-2940342112)
  • Le pique-nique des vautours : ou Comment j'ai vu le capitaliste détruire la planète [« Vultures' Picnic »], Denoël,‎ 2013, 528 p. (ISBN 978-2207114063)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Greg Palast », PEN World Voices 2007, PEN American Center (consulté le 4 janvier 2008)
  2. (en) « Paperback Nonfiction », The New York Times,‎ 20 mai 2007 (lire en ligne)
  3. « BBC - Search results for Greg Palast », sur BBC News (consulté le 31 mai 2007)
  4. « Greg Palast Profile », Comment is Free, Guardian News and Media Limited (consulté le 31 mai 2007)
  5. Greg Palast, « Kerry Won », sur commondreams.org,‎ 4 novembre 2004
  6. « Think Twice 2002: list of speakers » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Think Twice Conference at Cambridge University. Consulté le 24 août 2007
  7. « Currículo do Sistema de Currículos Lattes (Ildo Luis Sauer) », University of São Paulo (consulté le 24 août 2007)
  8. « Alumni Connections » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), University of Chicago Graduate School of Business
  9. Greg Palast, « Palast Charged with Journalism in the First Degree », gregpalast.com,‎ 12 septembre 2006
  10. Suzi Steffan, « Badass Supersleuth and the Bozo Factor A Q&A with investigative journalist Greg Palast », eugeneweekly.com,‎ 19 avril 2007
  11. Écrits de juin à août 2006, ces articles sont disponibles (en anglais) sur gregpalast.com : [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10] [11] [12] [13]
  12. Traductions des articles de Greg Palast
  13. Comment Wall Street a liquidé Elliot Spitzer

Liens externes[modifier | modifier le code]